THERMOPYLES

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Afrique

Fil des billets

lundi 6 janvier 2014

Enjeu mondial en Afrique

Dans son édition du 4 janvier, "le Monde" publie un éditorial qui revient sur la position de la France en Afrique.
Cet éditorial prétend illustrer une nouvelle attitude de la France sur ce continent et, par voie de conséquence, revendique une meilleure compréhension de cette attitude de la part de l'Europe, des Etats-Unis et de l'ONU: « l'action de la France en Afrique devient un enjeu mondial » est-il affirmé sans hésitation.

Effectivement, François Hollande a, avant même son accession au pouvoir et depuis celle-ci, tenu un discours d'une tonalité différente que celle que tous ses prédécesseurs, de droite comme de gauche, François Mitterrand inclus, ont tenu. « La Françafrique, c'est à dire le contrôle post-colonial des intérêts français sur ce continent, c'est fini ». Mais au-delà des mots, qu'en est-il exactement ?
Rappelons tout de même que l'intervention au Mali, longuement préparée à l’avance, s'est déroulée dans l'irrespect des résolutions de l'ONU, sur appel d'un gouvernement provisoire issu d'un coup d'Etat. Les choses ont certes changé d'aspect depuis, mais seulement d'aspect. Il n'est guère possible de parler de victoire: la preuve en est que tout retrait des forces françaises se traduira immédiatement par une résurgence des activistes djihadistes, lesquels sont cachés à peu de distance et susceptibles de déséquilibrer d'autres pays (Niger, Burkina, ..).
Par ailleurs, la situation géo-politique n'est pas réglée, loin s'en faut. Kidal reste une épine dans le pied et de la France et du pouvoir malien d'IBK. Les Touaregs n'ont pas renoncé à leurs revendications d'une certaine autonomie.
En République Centrafricaine, il est certainement trop tôt pour prédire ce que peut être l'évolution de la situation. Tout au plus peut-on constater que la France est intervenue toute seule et qu'aujourd'hui elle est mise en cause, que son impartialité est contestée et que les forces locales qui s'opposent (et se déguisent derrière des considérations religieuses) ne sont pas enclines à laisser agir un quelconque intermédiaire.

Centrafrique (DR)

François Hollande, Laurent Fabius, Jean-Yves Le Drian (Jean-yves Le Drian surtout !) répètent à l'envie que la France joue son rôle en étant présente en Afrique, que sa place y est légitime en raison de son histoire et des liens étroits qui ont été tissés entre le continent noir et la France.
La gauche ne peut-elle pas se poser la question de savoir en quoi l'histoire passée et coloniale de la France en Afrique pourrait apporter une forme de légitimité à ses interventions actuelles ?
Jean-Yves Le Drian ne cesse d'aller en répétant que l'action de la France en Afrique est justifiée par la défense de sa sécurité mise en cause par le terrorisme international issu du djihadisme. Combattre le terrorisme en Afrique serait combattre le terrorisme en France et assurer la protection du pays, telle est la rhétorique habituelle.
La gauche ne peut-elle pas comprendre que ce n'est pas la France que semble viser l'islamisme radical, mais bien l'occident, les « blancs » ? Le dernier otage libéré, le père Georges Vandenbeusch , de façon très naïve, a exprimé ceci en disant « ce n'est pas un prêtre qu'ils voulaient enlever, ils ne savaient même pas ce que c'est, mais ils voulaient enlever un blanc, un occidental ». Alors, si l'islamisme vise l'Occident et non la France, en quoi la position interventionniste de la France est-elle justifiée ?

La réponse à ces deux questions fondamentales que ne se pose pas la gauche française, (que ne se pose pas, non plus, "Le Monde" !) est tellement négative que toutes les interventions françaises débouchent sur un incompris, un inachevé, quand ce n'est pas un gâchis.
L'ONU est plus que réticente à intervenir dans des pays que la France considère comme son territoire préservé, son glacis. Alors, dans le meilleur des cas, elle vote une résolution à peu près favorable, comme en République Centrafricaine, satisfaisant en cela l'esprit de la demande française d’intervention et elle laisse faire.
Quand à l'Europe, comme nous l'avions déjà constaté lors de l'intervention malienne, il lui est insupportable de se voir demander de l'aide, des armes, des soldats, des fonds (une « caisse de guerre »), alors même que la France ne l'a jamais associée à la préparation de ses interventions, voire même qu'elle lui a menti, dans le cas du Mali, en soutenant que « jamais la France n'interviendrait seule ».

Contrairement à ce qu’affirme l'éditorial du "Monde", la France n'était pas la mieux placée pour intervenir en Centrafrique (où est la légitimité de cette intervention?) et elle pouvait ne pas le faire. Elle pouvait, par une intense action diplomatique, au sujet du Mali comme pour le Centrafrique, mobiliser l'Europe, mobiliser les Nations Unies et mettre sur pied une véritable force d'intervention à la fois européenne, internationale et africaine. Elle pouvait tenter de le faire, elle ne l'a pas fait, elle s'est refusée à le faire.
Non seulement, la France ne peut pas rester seule, mais elle ne devait pas partir seule !
Et si elle est partie seule, sachons le bien, ce n'est pas en raison d'histoire à la "Bisounours" selon lesquelles la situation était urgente et qu'il fallait agir vite (« Je n'ai pas eu le temps de vous en parler » a, en substance, dit François Hollande à Angela Merkel qui lui reprochait d'être intervenu seul en Centrafrique !!). Non, l'explication est à rechercher dans cette volonté française de ne pas renoncer aux liens particuliers noués entre la France et l'Afrique, de ne pas renoncer à son potentiel économique qui est si important (dixit "Le Monde"). Ce n'est plus la Françafrique, mais Dieu que ça lui ressemble !

Alors allons encore plus loin dans notre choix d'une force internationale, européenne et africaine pour ramener l'ordre en Afrique. Après l'ordre ; le développement ! Et pas le développement dont rêvent nos stratèges français, celui qui consiste pour nos entreprises à rapatrier largement leurs bénéfices. Les entreprise françaises qui œuvrent réellement pour le développement du continent, qui embauchent du personnel africain, qui réinvestissent leurs profits sur place, se comptent à peine sur les doigts des deux mains.
Le cas du Niger et d'AREVA est exemplaire de cette situation. La lutte de « bras de force «  qui est engagée et dont l'issue reste incertaine est une illustration de ce que devrait pouvoir défendre un pouvoir de gauche: une meilleure répartition des ressources nées de l'exploitation du sous-sol ou du sol d'un pays, et, dans tous les cas, une répartition qui favorise le pays « producteur ». (cf Libé).

Alors oui, une force d'intervention, mais selon un tout nouveau schéma et pour un tout nouvel objectif, tant il est certain que les interventions militaires occidentales en Afrique, comme au Proche-Orient, comme en Afghanistan, n'ont jamais rien produit de positif. Mais pour cela, encore faut-il changer de discours et ne pas se contenter de rhabiller l’ancien discours avec des habits neufs, n'est-ce pas "Le Monde" !



Comment faut-il interpréter ces infos ?
L'Aide Française au Développement est recentrée afin que 85% de celle-ci soient orientés vers les pays africains que sont le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, Djibouti, les Comores, le Ghana, la Guinée, Madagascar, le Mali, la Mauritanie, le Niger, la République centrafricaine, la république démocratique du Congo, le Tchad, le Togo et le Sénégal.

La France redéploie son dispositif militaire au Sahel et fait de Faya-Largeau, au Tchad, le centre de ce dispositif.

samedi 28 décembre 2013

Après le Mali, la République Centrafricaine

Inutile de faire un long discours.
Deux hommes de foi viennent de s'en charger ("Le Monde" du 28/12/2013).
Il s'agit de Monseigneur Dieudonné Nzapalainga, l'archevêque de Bangui, et de l'imam Omar Kobine Layama, président de la communauté islamique de la République Centrafricaine.

Centrafrique-L'imam et l'archevêque (DR)

Alors que nous sommes en pleines fêtes de fin d’année, notre pays, la République centrafricaine (RCA) reste au bord d’une guerre aux aspects religieux. Plus de deux millions de personnes, soit près de la moitié de la population du pays, ont désespérément besoin d’aide. A l’heure où nous écrivons, près de 40 000 personnes sont entassées dans l’enceinte de l’aéroport de Bangui, la capitale, sans abri ni toilettes. Des centaines de personnes ont été tuées, certains d’entre elles sont des patients qu’on a fait sortir de force des hôpitaux pour les exécuter. Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, s’est dit « gravement préoccupé par le danger imminent d’atrocités de masse ». Nous craignons que faute d’une réponse internationale plus importante, notre pays ne soit condamné aux ténèbres.
En tant que principaux dirigeants religieux des communautés chrétienne et musulmane de notre pays, nous avons conscience qu’il nous incombe de montrer un chemin loin des violences communautaires. Certains de nos confrères, qu’ils soient prêtres ou imams, ont payé le prix ultime pour assumer cette responsabilité, et nous craignons que le pire ne reste encore à venir.
C’est en mars 2013 que les violences ont éclaté, lorsque la Séléka, une coalition de groupes armés peu structurée et composée majoritairement de musulmans, s’est emparée du pouvoir après un coup d’Etat. La Séléka a pillé et tué, déclenchant des attaques de représailles par des groupes d’autodéfense civile, chrétiens pour la plupart. Lorsque les troupes françaises sont arrivées pour tenter de rétablir la sécurité et désarmer tous les groupes armés, l’ancienne milice Séléka s’est mise à fuir vers le Nord, ses membres se déguisant en civils. Il existe aujourd’hui un danger d’effroyables représailles contre des musulmans qui se retrouvent dans une situation précaire et sont susceptibles d’être visés par des actes de vengeance.
En réponse à cette crise, nous avons créé une plate-forme interconfessionnelle dont l’objectif est d’apaiser les tensions et empêcher l’aggravation des divisions et du chaos. Ce conflit n’est pas en soi un conflit entre musulmans et chrétiens, c’est une crise humanitaire grave provoquée par une instabilité politique et militaire chronique. Mais, si rien n’est fait, la crise pourrait enclencher sa propre dynamique irrépressible et dangereuse.
Nous nous sommes rendus aux quatre coins du pays pour transmettre aux Centrafricains un message de paix et de réconciliation qui leur offre une vision alternative au carnage. Lors de nos déplacements, qui n’ont été possibles que grâce à la protection de soldats africains, nous avons été témoins de la peur omniprésente que ressent tout un chacun. On retrouve chaque jour des corps sans vie le long des routes. Nous avons rencontré des personnes si pressées de fuir qu’elles ne pouvaient même pas enterrer leurs enfants.
L’ONU DOIT ENVOYER DES FORCES
Si les forces françaises et africaines ont donné à notre pays la possibilité d’amorcer un nouveau départ, les progrès réalisés sont fragiles, et les troupes ne sauraient porter ce fardeau à elles seules. En autorisant le déploiement de troupes supplémentaires en RCA, la résolution du Conseil de sécurité a redonné espoir. Cependant, seule une force onusienne de maintien de la paix disposera des ressources nécessaires pour protéger nos civils de manière satisfaisante. L’ONU devrait de toute urgence convenir d’envoyer sur place une telle force.
Lors de nos rencontres avec le président François Hollande, son ministre des affaires étrangères Laurent Fabius et l’ambassadrice américaine à l’ONU, Samantha Power, nous avons expliqué que la sécurité que conférerait une force de maintien de la paix onusienne permettrait de sauvegarder l’avenir du pays. Grâce à l’aide des casques bleus de l’ONU pour sécuriser nos routes et nos habitations, l’acheminement d’une aide et de vaccins éliminerait le sentiment de peur en le remplaçant par un espoir, et s’avérerait un véritable dividende de la paix propre à unir notre peuple. Un engagement de l’ONU à l’égard de notre pays permettra de nous concentrer sur le rétablissement d’une coexistence entre nos communautés. La réconciliation et la paix sont possibles.
Nous sommes tous les deux nés dans un climat de tolérance. Nous avons toujours eu pour habitude de célébrer et de respecter les différentes religions. Noël et le ramadan sont des jours fériés. Il nous faut reconstruire aussi bien notre pays que notre tissu social, et nous comptons sur l’ONU pour nous en donner la possibilité. La paix n’a pas de prix. Nous espérons que la communauté internationale nous aidera à l’obtenir.



C'est nous qui avons souligné en caractères gras les nombreux appels de ces deux personnalités à une intervention internationale, sous l'égide de l'ONU. Car, là encore, et comme pour le Mali, nous disons que la France seule n'a "rien à foutre militairement en République Centrafricaine".

Et, comme pour le Mali, François Hollande court désespérément après un soutien européen qu'il n'aura pas, qu'il ne peut pas avoir, pour l'unique et simple raison qu'il a décidé seul d'intervenir, sans consultation aucune de ses voisins européens. Il n'est absolument pas en position de réclamer un financement européen, ce que les allemands appellent une "kriegkasse" et Angela Merkel lui en a fait vertement le reproche: " Nous ne pouvons pas cofinancer une mission que nous n'avons pas co-décidée !"

lundi 3 décembre 2012

Que peut apporter la France lors de sa visite en Algérie

Les 19 et 20 décembre prochain, François Hollande sera en visite officielle en Algérie. Il s'agit là d'une visite politique et d'une visite à hauts risques. Les attentes des Algériens sont nombreuses et ils ne se satisferont pas de la restitution prévue des Clefs d'Alger remises en 1830 par le dey Hussein lors de la capitulation de la ville. Alger attend de cette visite un effort quant à la "mémoire" et à la présentation des évènements de près d'un siècle et demi qui ont suivi cette colonisation.
Ils attendent également que la France prenne -enfin- une position courageuse en ce qui concerne l'avenir du Sahel et donc l'avenir de tous les pays limitrophes: Algérie bien entendu, mais aussi Maroc, Tunisie, Libye, Niger, Mali, Burkina Faso, Mauritanie.

Dans un précédent billet, nous estimions que les "lignes" bougeaient. Est-ce bien sûr ? Ou, au contraire, nous trouvons-nous face à un durcissement des positions ?
D'un coté, les opposants à une intervention militaire au Nord-Mali viennent de se trouver renforcés par une prise de position ferme de la Tunisie qui "soutient l'approche algérienne et rejette totalement l'option d'une intervention militaire". La Tunisie désire que soit "privilégié le règlement par la négociation des problèmes religieux, ethniques, sociaux et politiques entre le Nord et le Sud du Mali".

Sur l'autre bord, à Bamako, une coalition de partis et d'associations maliens refuse toute négociation au motif que les touaregs ne sont pas représentés par le MNLA et que, de toutes façons, "ils sont minoritaires au sein de la population du Nord". Un méthode pour rejeter toute tentative de dialogue qui pousse certains commentateurs à employer des expressions radicales visant à "solutionner la question touarègue". Voilà qui augure bien mal du climat d'un éventuel conflit militaire dans le Nord-Mali !

Entre les deux, l'Europe, dont la France, qui se "prépare" à une option militaire et qui ne tient la négociation que pour partie très négligeable. La position de François Hollande n'a guère évolué depuis octobre, alors même qu'il expliquait que l'intervention était inévitable et qu'il se faisait fort de convaincre l'Algérie de cette "évidence": "L'Algérie regarde avec méfiance une possible intervention ? A moi de rassurer l'Algérie".
Et puis l'ONU, dont le Secrétaire Général s'éloigne de plus en plus de l'approbation d'une opération armée, suivant en cela les recommandations de son envoyé spécial Romano Prodi. Ban Ki-Moon ne parle désormais que d'une "intervention nécessaire en dernier recours" et probablement pas avant septembre 2013, ce qui entraîne la fureur des ministres de la CEDEAO qui considèrent que cette attitude est "déphasée et en-deçà des attentes".

Ban Ki-Moon (C)DR
Plutôt que de se réfugier dans l'attentisme guerrier, la France ne pourrait-elle pas prendre l'initiative et favoriser le dialogue entre toutes les parties en prenant à son compte les recommandations tunisiennes ? Les problèmes religieux, ethniques, sociaux et politiques ont toujours été négligés dans cette partie du monde. Les accords, de paix souvent signés avec la médiation de l'Algérie, entre Sud et Nord-Mali, n'ont jamais été suivis de mise en application. Les entreprise françaises, Areva comme Total ou d'autres, ne sont pas réputées pour se comporter avec un esprit de coopération. Ne pourrions-nous mettre en avant un médiateur sachant parler de la coopération juste ? Il est des ministres qui savent parler aux entreprises en ce qui concerne l'emploi, ne peut-il se trouver un ministre qui sache demander aux entreprises opérant dans le Sahel d'employer des personnels issus de la population locale, de les former à des métiers qualifiés, de participer au développement local des pays d'action (routes, équipements sociaux et culturels, santé ...), d'associer les gouvernements locaux à la gestion des équipements et au partage équitable des revenus, ... ?
Le Nord-Mali est actuellement une "zone de non-droit" tout comme le sont (toutes proportions gardées) certaines de nos banlieues. Et comme dans nos banlieues ce n'est probablement l'intervention policière d'un coté, ou militaire de l'autre, qui apportera une solution durable et acceptable par tous. Considérer que les populations touarègues ne doivent que se taire parce qu'elles sont minoritaires relève d'une faute politique impardonnable et surtout lourde de dangers.

En fait, si la France doit apporter des clés dans ses bagages pour l'Algérie, ce sont avant tout les clés d'une solution politique des questions sahéliennes.

jeudi 22 novembre 2012

Françafrique, relations France-Algérie, Mali, un point de vue algérien

_

La Françafrique, cette association de malfaiteurs qui a paralysé l’Afrique

Ces jours-ci, il est de bon temps de parler d’un vent de renouveau dans les relations France-Afrique.

L’«honneur» des Africains est lavé, semblent dire à l’unisson certains milieux politiciens des deux côtés de la Méditerranée. Le nouveau président de la gauche française, François Hollande, est venu soigner les «bobos» que son prédécesseur de la droite française, Nicolas Sarkozy, a commis envers les «élites» africaines. Contrairement à Nicolas Sarkozy, qui avait dans la même ville, Dakar, commis l’impair en pensant avoir identifié le «drame de l’Afrique», en disant que «l’homme africain n’est pas assez rentré dans l’histoire», François Hollande préfère «encenser» le continent, «berceau de l’humanité», en valorisant ses atouts et en axant sur son avenir, sans s’attarder sur le lourd passé des relations franco-africaines dont il veut, apparemment, se distancer.
«Désormais, déclare-t-il dans son premier discours en terre d’Afrique, le temps de la Françafrique est révolu : il y a la France, il y a l’Afrique, il y a le partenariat entre la France et l’Afrique, avec des relations fondées sur le respect, la clarté et la solidarité.»(1) En fait, l’exposé est truffé de belles phrases, des promesses d’amitié, de sincérité, bref, un beau discours avec des énoncés tout à fait judicieux pour susciter l’adhésion des Africains en ces temps d’incertitude et de crise globalisée, dont ils sont encore une fois les otages. Mais pour beaucoup d’Africains, le seul fait nouveau dans ce discours, c’est son orateur, le président François Hollande, le nouveau visage des intérêts de la France en Afrique. Le reste n’est que rengaine. Les mémoires sont pleines des promesses et autres engagements des gouvernements successifs de la France, qu’on s’empresse d’enterrer sitôt éteints les projecteurs. Qui ne se pas souvient du fameux discours prononcé, à La Baule, le 20 juin 1990, par un autre président français, également de gauche, François Mitterrand.

Son contenu a marqué les esprits par le vent de changements qu’il prônait, autant en termes de relations entre la France et l’Afrique, qu’en termes de liberté, de développement et d’ouverture démocratique. D’autant que le contexte politique international de l’époque s’y prêtait particulièrement, dans la foulée de l’effondrement de l’Union soviétique et la chute du Mur de Berlin. N’est-ce pas qu’il faut avoir la mémoire courte pour croire encore aux discours des présidents français sur l’Afrique ? Aucun d’eux n’a jamais mis en péril le système néocolonialiste mis en place par le général de Gaulle et son homme de main, Jacques Foccart, pour garder ses ex-colonies sous domination française.La machine monstrueuse qu’est la Françafrique est toujours active, même si les discours et les filières sont renouvelés à chaque changement de gouvernement français.
Alors, morte la Françafrique, comme le proclame le président Hollande ? Pas sûr. Chacun de ses prédécesseurs avait, dans des termes plus ou moins similaires, proclamé publiquement l’acte de décès de cette association de malfaiteurs, dont l’ampleur des crimes contre l’humanité occuperait la Cour pénale internationale pour des années, à tout le moins. Mais aucun des présidents, de droite comme de gauche, n’a vraiment dévié de la ligne tracée par Jacques Foccart, laquelle, comme chacun sait, ne fait aucune place aux droits des peuples des ex-colonies.

Gauche et droite nourries au sein de la Françafrique

Si les Africains ne s’attendaient pas à des gestes révolutionnaires de la droite française, supposément pas très regardante sur la question des droits de l’homme dans la conduite de ses affaires en Afrique, l’arrivée de la gauche au pouvoir, en 1981, avait suscité de grands espoirs. D’autant que François Mitterrand avait nommé au poste de ministre délégué à la «Coopération», Jean-Pierre Cot, un homme tout acquis au changement dans les relations France-Afrique, comme l’écrivait Christian Fauvet dans L’Express : «La tête pleine d’idées généreuses (…), il s’emploie à faire souffler le vent du changement. Après tout, il est là pour ça.
Dans son esprit, le changement consiste à abandonner la politique du secret, que symbolisait Foccart, (…) à promouvoir une autre politique du développement, fondée sur une certaine morale.»(2) Jean-Pierre Cot explique, pour sa part, au réalisateur du remarquable documentaire Françafrique,(3) Patrick Benquet, qu’«il représentait “l’image” à laquelle tenait le président Mitterrand, l’ouverture sur le tiers-monde, le discours généreux du développement, les Nations unies, les droits de l’homme…». Tout cela ne fut qu’une brève parenthèse. Les Africains découvrent rapidement que ce n’est qu’une image derrière laquelle le président Mitterrand est devenu lui-même la nouvelle matrice de la Françafrique et encaisse dans les pures traditions de celle-ci, les dividendes engendrés par le pillage, les détournements et autres crimes infligés aux peuples du continent.
Ils ne sont pas les seuls à être déçus par la gauche française. Le ministre de la Coopération l’est tout autant de voir son président reproduire dans les coulisses ce qu’il condamnait publiquement. Jean-Pierre Cot démissionne et devient ainsi une victime de l’argent sale qui alimente les caisses noires de l’Elysée et les comptes bancaires des dictateurs alliés. Sauté l’obstacle Jean-Pierre Cot, la Françafrique repart sous la houlette de François Mitterrand, qui, du même coup, enterre le discours d’ouverture de La Baule, qui faisait la part belle à la démocratie, au développement et aux droits de l’homme dans les ex- colonies. Pendant un court instant de l’histoire, les peuples africains s’étaient mis à rêver si fort qu’ils en oubliaient que l’orateur et son assistance, un parterre de dictateurs sanguinaires et corrompus, étaient les pourvoyeurs exclusifs de leurs souffrances. Mitterrand a tout bonnement enterré le projet de rupture avec la Françafrique et mis celle-ci au service de ses propres ambitions.

On efface et on recommence

Plus de 15 ans plus tard, après d’autres guerres(4), d’autres massacres et d’autres coups d’Etat, qui ont confiné le continent dans la misère et la violence, le candidat président de la droite, Nicolas Sarkozy, se présente aux Africains avec le même projet de rupture avec la Françafrique. Il parle d’instaurer une : «relation transparente». «Il nous la faut, déclare-t-il, débarrassée des réseaux d’un autre temps, des émissaires officieux qui n’ont d’autre mandat que celui qu’ils s’inventent. Le fonctionnement normal des institutions politiques et diplomatiques doit prévaloir sur les circuits officieux qui ont fait tant de mal par le passé. Il faut définitivement tourner la page des complaisances, des secrets et des ambiguïtés».(5) Son secrétaire d’Etat chargé de la Coopération et de la Francophonie, Jean-Marie Bockel, va connaître le même sort que celui de Mitterrand, Jean-Pierre Cot.
Dans un discours fort critique des relations France-Afrique, il déclare devant la presse : «Je veux signer l’acte de décès de la Françafrique.(6) Je veux tourner la page de pratiques d’un autre temps, d’un mode de relations ambigu et complaisant, dont certains, ici comme là-bas, tirent avantage, au détriment de l’intérêt général et du développement.» Il n’en fallait pas plus pour réveiller les monstres de la Françafrique. Et au lieu de rupture, c’est plutôt le secrétaire d’Etat qui est démis de ses fonctions dans la «patrie» des droits de l’homme.
Cependant, contrairement à Jean-Pierre Cot qui a refusé de monnayer ses principes en déclinant l’offre de son gouvernement, cet ancien colonel accepta d’occuper le poste de ministre des Anciens combattants. 50 ans après les indépendances, la mort de la Françafrique devrait être une affaire exclusivement africaine. Tous ces épisodes de la Françafrique, qui renaît à chaque fois de ses cendres, prouvent aux Africains que la balle de leur émancipation est désormais dans leur camp. Il leur faudra regarder bien en face et surtout évaluer les incidences des instruments de leur dépendance vis-à-vis de l’ancienne puissance coloniale, la Françafrique, bien sûr, mais aussi la francophonie et la franc-maçonnerie,(7) qui sont autant de ghettos qui neutralisent le développement des ex-colonies.
Si la mondialisation n’est pas l’idéal pour l’humanité, il n’empêche qu’elle a permis l’ouverture du continent africain à d’autres possibilités de développement. Quand les Africains entendent les politiques et médias français s’indigner que la Chine fasse des affaires avec des régimes qui violent les droits humains, cela prête à sourire, tant le sarcasme est énorme. Il faut être bien arrogant et surtout méprisant pour reprocher aux Chinois, un crime qu’eux-mêmes commettent systématiquement et sans état d’âme depuis 50 ans sur le continent noir, au vu et au su de toute l’Europe, dont ils sont le fer de lance dans cette partie du monde. Tout comme les Britanniques et les Etats-Unis le sont dans d’autres endroits de la planète.
C’est parfait de vouloir tourner la page, mais alors, que la France cesse, séance tenante, son soutien aux dictateurs, qu’elle publie tous leurs biens et leurs avoirs(8) sur son territoire et qu’elle les restitue aux peuples pillés,(9) qu’elle libère les archives de ses ex-colonies, qu’elle mette fin aux accords militaires secrets et qu’elle procède au démantèlement de ses bases militaires. Peut-on y croire ? Après 50 ans de pratiques inégales et de mensonges, les préjugés instillés par les réseaux de la Françafrique finissent comme une seconde nature qu’on peine à éliminer. Et on aurait tendance à penser que rien de cela ne sera fait.
Force est de constater, encore une fois dans le cas du Mali, ce va-t-en guerre, dont la France use si facilement sur le continent et qui trahit la nature des relations néocolonialistes encore diffuses dans les esprits de l’Elysée. Ce ne sont sûrement pas les peuples du Congo, de la Côte d’Ivoire, du Rwanda, du Tchad et beaucoup d’autres, comme aujourd’hui, les Maliens, qui diraient merci à la France d’être intervenue militairement dans leur pays. Finalement, ce qui est présenté comme une rupture dans les relations avec l’Afrique peut se révéler n’être qu’une mutation et tous les atermoiements ne justifieraient ultimement qu’une chose : les intérêts économiques de l’Occident en Afrique, menacés par les économies émergentes, en particulier la Chine de plus en plus présente sur le continent. Et sûrement à moindre coût (humain et matériel) pour des Africains en quête de liberté, de dignité et de développement.

Renvois : 1) Le discours de François Hollande, le Point.fr, 12 octobre 2012, http://www.lepoint.fr/monde/verbatim-le-discours-de-francois-hollande-a-dakar-12-10-2012-1516395_24.php
2) L’écart de Jean-Pierre Cot, Christian Fauvet, l’Express, 10 décembre 1982
3) Françafrique, Patrick Benquet, Infrarouge, France 2, 13 octobre 2010
4) Voir cette chronologie partielle sur le monde : http://www.lemonde.fr/web/module_chrono/ifr/0,11-0@2-3212,32-867026@51-1016961,0.html et aussi, http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article4418
5) Discours prononcé au Bénin le 19 mai 2006
6) Les vœux à la hussarde de Jean-Marie Bockel, Vincent Hugeux, L’Express, 15 janvier 2008
7) Franc-maçons : les maîtres de l’Afrique, Théophile Kouamoua, Jeune Afrique, 11 avril 2011
Voir aussi l’excellent documentaire «Françafrique» de Patrick Benquet cité plus haut,qui montre une scène surréaliste et surtout affligeante de ces maîtres de l’Afrique dans leur accoutrement de franc-maçon
8) Voir le site de l’ONG française Survie et l’important travail de son président, François-Xavier Verschave, une véritable bibliothèque sur les crimes de la Françafrique : www.survie.org
9) Les affaires des biens mal acquis, ONG Sherpa : http://www.asso-sherpa.org/nos-programmes/ffid/campagne-ra/bma
Voir aussi : http://www.transparence-france.org/e_upload/pdf/appel sections_africaines_de_ti_291009.pdf.

Zehira Houfani : écrivaine


Abdelaziz Bouteflika (C)Sipa
Ce texte a été publié le 17 novembre dans le journal quotidien algérien "El Watan". Polémique, mais pas agressif, cet article rejoint nos préoccupations sur plusieurs points, nous n'en retiendrons que deux.
Le premier concerne le peu de confiance accordé à la France, quelle qu'en soit la présidence, pour mettre un terme réel à la "françafrique". Nous en avons parlé ici en soulignant que si François Hollande avait tenu, à Dakar, un discours apaisé et apaisant, il n'avait nullement, sur le fond, changer la doctrine de la France.
Le second point sur lequel nous nous retrouvons avec la rédactrice de cet article est la conviction que la guerre n'est pas une solution en ce qui concerne l'éviction des troupes d'AQMI au Mali, qualifié ici de va-t-en guerre. On en a parlé ici.
Si l'on ajoute la question incontournable de l'histoire et de la mémoire, il est probable que la prochaine visite de François Hollande en Algérie, courant décembre, ne sera pas facile.