THERMOPYLES

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Culture numérique

Fil des billets

lundi 4 juin 2018

Vrai et faux Klimt, vraie et fausse critique

Dans le cadre de sa chronique culturelle (Le Monde du 2 juin 2018), Michel Guerrin s’est livré à un réquisitoire en règle contre le spectacle numérisé consacré à Klimt par Culturespaces dans les nouveaux Ateliers des Lumières.
Insistant lourdement sur le caractère privé de l’initiative parisienne, l’auteur de la rubrique classe arbitrairement ceux qui fréquentent assidûment les musées parmi ceux qui trouvent nul ce spectacle.

Pour ceux qui ne seraient pas au fait de la chose, la Société Culturespaces présente une forme de diaporama géant constitué de plusieurs milliers d’images projetées par 140 vidéoprojecteurs, sur les murs ainsi qu’au sol. Certes, tous les tableaux de Klimt ne sont pas présentés in extenso, mais d’innombrables détails, des rapprochements, des oppositions d’images, de motifs, dans une succession d’extraits que vous pouvez voir en plusieurs endroits, sans que le déroulé y soit strictement identique. Le procédé s’appelle une exposition numérique immersive.

Et c’est cela que condamne Michel Guerrin: le fait que, dans le projet Klimt, le produit fini offert au spectateur ne soit pas quelques œuvres originales de l’artiste, mais le traitement informatique, numérique d’une grande partie de tout l’œuvre peint de celui-ci.
Autant, il serait acceptable que des sites internet constituent une encyclopédie de milliers de tableaux exposés de par le monde,
autant il serait acceptable que des scolaires, savamment guidés, puissent découvrir les grands peintres de nos musées nationaux au travers de sites éducatifs,
autant la conception numérique d’artistes qui jouent du pixel comme d’autres du pinceau pourrait prétendre à la reconnaissance de création,
mais là, non, c’en est trop !

Ce que voit le public, plongé dans le noir, pendant 40 minutes, ce sont des formes, des couleurs, des détails, mais quasiment jamais (dit-il !) le tableau dans sa singularité. Il n’y a pas de médiateur, pas de texte, pas de voix off.

Au cours de sa pérégrination de chroniqueur, l’auteur nous signale que ce programme est repris de l‘expérience des Carrières de Lumière, un site clos (et non à ciel ouvert, c’est une carrière souterraine !) où ont été projetés depuis 2012 Gauguin et Van Gogh, Monnet et Renoir, Klimt, Michel Ange et Léonard de Vinci, Chagall, Bosch et Brueghel, et Picasso cette année. Sous le nom de Cathédrale d’Images, et avec un autre exploitant, le même site existait depuis 1976, soit depuis plus de quarante ans ! Qu’il en a fallu du temps à notre chroniqueur pour découvrir les évolutions en matière de diffusion culturelle ! Sachez que Cathédrale d’Images a présenté Picasso en 2009 à 250000 visiteurs. Et que les Carrières de Lumière ont reçu 600000 visiteurs en 2017.

Mais l’essentiel du discours de Michel Guerrin vise, d’une part, à dénoncer la dématérialisation de l’œuvre et, d’autre part, à s’interroger sur la question de savoir si ces pratiques numériques vont entraîner davantage de visiteurs vers les musées, afin de découvrir l'original. Ce en quoi il ne croit pas, «au point de se demander si un peintre virtuel n’éloigne pas plus le spectateur du musée qu’il ne l’en rapproche».

Afin d’étayer sa thèse, l’auteur compare le prix d’entrée au spectacle des Ateliers de Lumière, au tarif d’entrée du Musée du Louvre (gratuit pour les moins de 25 ans). Est-ce là une remarque empreinte de sincérité, lorsque l’on sait que les œuvres majeures de Klimt se trouvent surtout à Vienne (Autriche), puis à Zurich (Suisse), Munich (Allemagne), Venise (Italie), New-York (USA), Ottawa (Canada) ou Prague (République Tchèque), ... à l’exception de «Rosiers sous les arbres», peint en 1905, qui se trouve au Musée d’Orsay ?

Klimt-Rosiers sous les Arbres-Musée d'Orsay

Faute de l’ «émotion diffuse et lente» qu’un tour du monde des tableaux de Klimt serait censé nous procurer, force est de se plaire à découvrir le monde de cet artiste avec les moyens modernes et renouvelés que nous procure l’informatique. Et tant pis pour le parisianisme attardé des critiques...

Klimt-La baiser-vu aux Ateliers

mercredi 9 janvier 2013

Réseaux sociaux

Depuis juin 2009, soit depuis 3 ans et demi, Vincenzo Cosenza, auteur du blog Vincos, publie tous les six mois la carte du monde de l'expansion des réseaux sociaux, plus exactement du réseau dominant dans chaque pays. Une publication chronologique de toutes les cartes s'avère passionnante.

En juin 2009, Facebook achève sa domination sur la quasi totalité de l'Europe occidentale. La Chine ne jure que par QQ. La Russie se consacre à V Kontakte. Le Brésil et l'Inde garde confiance en Orkut. Et les pays arabes comme la Libye, l'Arabie, le Yemen sacrifient à Maktoob. Quant à l'Afrique, ce n'est presque qu'un grand désert !

Carte mondiale Juin 2009 (DR)

Six mois plus tard, en décembre 2009, nouvelle carte. Sur 127 pays analysés, Facebook est en tête pour 100 d'entre eux, avec un total de 350 millions d'usagers enregistrés. V Kontakte et QQ préservent leurs territoires respectifs. Orkut perd l'Inde. Maktoob n'a plus d'audience préférentielle dans les pays arabes. Et l'Afrique n'est qu'un grand désert.

Carte mondiale décembre 2009 (DR)

En 2010, l'hégémonie de Facebook ne fait que se confirmer. 111 sur 131 pays examinés placent Facebook en tête, la Chine et l'ex-Union Soviétique conservent leurs réseaux. Le Brésil fait encore bande-à-part avec Orkut. L'Iran fait confiance à Cloob. Et en Europe, seules la Hongrie, la Pologne et la Hollande résistent. Quant à l'Afrique, notamment sub-saharienne et centrale ...

Carte mondiale juin 2010 (DR)

Fin 2010, nouvelle carte du monde. Facebook revendique 600 millions de membres. Il est en tête dans 115 pays sur 132 analysés. Suivent dans l'ordre ou dans le désordre Twitter et linkedIn. Il y a en fait peu de mouvements, si ce n'est que la Pologne et la Hongrie rejoignent le leader. En Afrique, il n'est pas utile d'en parler ...

Carte mondiale décembre 2010 (DR)

Juin 2011, Facebook a 700 millions d'inscrits et confirme sa suprématie, y compris sur des pays comme l'Iran ou la Syrie ... quand il n'est pas censuré ! Mixi, au Japon, Orkut au Brésil conservent leurs positions. QQ, devenu QZone, étend son influence sur la Corée du Sud, tandis que V Kontakte se fait contrer sévèrement par Odnoklassniki. Parmi les poursuivants, Twitter domine LinkedIn.

Carte mondiale juin 2011 (DR)

Encore six mois et nous voici en décembre 2011. Facebook compte 800 millions d'"Amis". Il a mis "à la raison" les Hollandais, les Brésiliens ... pour le Japon, on ne sait pas très bien en raison de la présence de nombreux réseaux: Mixi, mais également Gree, Mobage ... bref 127 pays sur 136 analysés accordent leur préférence à Facebook. De nouveaux pays africains sont analysés, mais il reste encore bien des "blancs".

Carte mondiale décembre 2011 (DR)

Juin 2012, il y a six mois, nouvelle carte. Voici trois ans, lors de la première analyse, les réseaux sociaux classés en tête étaient au nombre de 17, ils ne sont plus maintenant que 7. Et parmi eux, le Cloob, réseau d'Etat de l'Iran, Zing au Vietnam et Draugiem en Lettonie. C'est dire que la carte devient de plus en plus unicolore.

Carte mondiale juin 2012 (DR)

Enfin, décembre 2012, qui voit Facebook dépasser le milliard de membres ! Et il n'y a que cinq réseaux à se placer en tête dans au moins un pays. Bien entendu, Facebook se taille la part du lion. En Russie, V Kontakte a supplanté Odnoklassniki. Quant à l'Afrique, nul n'en sait davantage ...

Carte mondiale décembre 2012 (DR)

Mais à quoi servent les réseaux sociaux ? Comment sont-ils utilisés ? Quelle est la part de la population qui les utilise ? Pour avoir quelques réponses, il faut se diriger vers Pew Research, un site américain.
En Grande-Bretagne, en Russie, aux USA, en République Tchèque et en Espagne, un habitant sur deux utilise les réseaux sociaux. La proportion est de 39 % en France, pays dans lequel 25% de la population n'accède pas à Internet, volontairement ou non. Pew Research a examiné 21 pays répartis de par le monde (bien entendu, aucun pays africain sub-saharien !). En Tunisie, 34% de la population utilise les réseaux sociaux. En Egypte, 30%.
Globalement, parmi les utilisateurs des 21 pays concernés par l'étude, 67% échangent à propos de musiques ou de films, 46% à propos des enjeux de leur communauté, 43% le sport, 34% la politique, et 14% la religion. (réponses multiples)
Dans un groupe constitué de la Jordanie, du Liban, de l'Egypte et de la Tunisie, il est frappant de constater que 60-68% des échanges sont voués à la politique (34% pour le total), 74-82% aux enjeux de la communauté (46% pour le total des 21 pays) et 62-63% pour la religion (14% pour le total) avec une remarquable exception, celle du Liban dont les échanges consacrés à la religion ne concernent que 8% du total !
Nul ne sera étonné d'apprendre qu'en fonction de l'âge, l'usage des réseaux sociaux est variable. De façon générale, les jeunes de 18-29 ans les utilise davantage que les adultes de 30-49 ans qui les utilise davantage que ceux de plus de 50 ans. Par contre, l'utilisation qui en est faite par les plus anciens se révèle parfois bien faible, voire marginale. Ainsi 8% seulement des Polonais de plus de 50 ans, 4% des Grecs, 4% des Libanais, 7% des Turcs ,des Tunisiens et des Mexicains, 8% des Chinois de plus de 50 ans utilisent les réseaux sociaux.

Dernière constatation d'importance; le niveau éducatif joue un rôle primordial dans l'usage qui est fait des réseaux sociaux. Dans 15 des 18 pays explorés, la différence de "fréquentation" des réseaux se traduit par un nombre à deux chiffres entre ceux qui ont un niveau universitaire et ceux qui ont moins d'éducation. Le record est battu par l'Egypte où 82% des diplômés de l'université utilisent les réseaux sociaux, alors que ceux qui ont moins d'éducation ne l'utilisent que dans une proportion de 18%.

Mise à jour du 12/01/2013

Pourquoi la zone africaine de la carte, notamment l'Afrique sahélienne et l'Afrique centrale, est-elle une zone vierge ? Interrogé par nous, Vincenzo Costenza a répondu que c'est parce qu'il n'y a pas de données disponibles pour ces pays. On peut penser que si c'est données n'existent pas, c'est parce que la part de la population qui utilise l'internet est encore trop faible, et que la part des utilisateurs d'internet qui se servent des réseaux sociaux est encore plus faible.
Cette constatation rejoint un vieux post de ce blog dans lequel nous soulignions la faiblesse des "câbles" permettant les transferts de communications. Les choses sont-elles vraiment différentes ?

jeudi 16 juin 2011

Gay girl ? de la boue !

Depuis 48 heures,la blogosphère s'agite autour de l'imposture de Tom MacMaster qui a créé le personnage de la jeune Amina Abdallah, jeune syrienne homosexuelle, engagée dans les luttes de son pays et ayant récemment été enlevée. Ce n'est pas Amina Abdallah:photo volée !
Quotidiens, magazines, agences de presse, radios et TV ont accordé du crédit à cette histoire et lui ont fait de la place dans leurs colonnes ou sur leurs ondes. (Faites une recherche Google sur "Amina Abdallah" et vous serez édifiés ! N'oubliez pas le requête "images"). Aujourd'hui qu'elle est démasquée comme manipulation, combien d'entre eux se sont excusés d'avoir transmis ou utilisé de fausses nouvelles ?
La communauté internet dans son ensemble est mise en cause par ce "faux" qui lui cause le plus grand tort. Les militants et résistants de Syrie, également, ont tout lieu d'être mécontents de cet usage inconsidéré de leur cause. Enfin, la communauté homosexuelle a été moquée et dangereusement exposée en servant d'appât pour le "roman" d'un imbécile.

Même si elle revêt, cette fois-ci, une importance exceptionnelle, cette affaire n'est pas la première. Elle n'est pas la dernière non plus. Et il est curieux que la presse (qui la condamne) ne s'interroge pas davantage quant à son comportement et son utilisation de l'internet et des réseaux sociaux. Les difficultés de diffusion de la presse écrite sont dues, pour une part, au développement de l'information instantanée. Pour contrer cette désaffection, la presse a, dans un premier temps, créé des doublures internet. Celle-ci n'ont rien changé aux difficultés. Désormais, la mode et la tendance sont à la fusion des rédactions (et des moyens) entre l'écrit et le web. Cela se traduit par:
- une soumission à l'urgence, dictée par l'évènement, au risque de l'erreur.
- une référence constante à ce qui se dit sur Facebook, Twetter et autres, au point de considérer que ces outils sont des "faciliteurs" de démocratie et que certains de leurs "leaders" sont les vrais initiateurs de mouvements de protestation. Hors du web, point d'info !
- un mélange des genres entre articles traitant d'un fait et blog dissertant sur les conséquences de ce fait, le tout signé d'un seul et même journaliste.
- la rédaction de papiers entièrement construits à partir d'informations glanées sur le net.
- l'absence quasi totale de recul et de réflexion par rapport aux évènements. Le summum en la matière étant atteint lors des opérations de "Direct Live" qui ressemblent à un gigantesque jeu vidéo en temps réel.
L'internet, les blogs, les réseaux sociaux ne sont que des moyens de communication. On y trouve le meilleur comme le pire, l'Université comme le Café du Commerce, des militants sincères comme des manipulateurs, des passionnés altruistes comme des allumés de l'apocalypse 2012 ...
L'anonymat et le déversement d'infos sans contrôle (y compris WikiLeaks !) ne sont aucunement des garanties de liberté et/ou de démocratie. Bien au contraire, ils sont les vecteurs de l'ignorance, de la manipulation et du totalitarisme. Et un "Internet fantôme" n'y changera rien. Nos journalistes et leurs organes de presse seraient bien inspirés de réfléchir un peu sur leurs relations avec l'internet. Cela semble plus urgent que de traquer et dénoncer les déviations sexuelles de nos élites ! En 1989, la manipulation de Timisoara (Roumanie) avait fait s'interroger la presse sur ses pratiques. Il n'est pas sur que cette sordide affaire de la Gay Girl en fasse autant en 2011 ..;
Sur un mode humoristique, mais non dénué de justesse et d'efficacité, voici un avis recueilli sur ..le web.

jeudi 17 février 2011

Démocratie et réseaux sociaux

“Accélérateur de citoyenneté”, c’est ainsi que sont qualifiés les réseaux sociaux d’Internet (Facebook, Twitter …) dans la dernière livraison de Télérama. D’autres journalistes ou commentateurs n’hésitent pas à les qualifier de moyens de la démocratie naissante dans les pays du Proche ou du Moyen-Orient. Or, rien n’est plus faux et dangereux que d’entretenir une pareille illusion.

Nous passerons, sans nous y arrêter outre mesure, sur le fait que les mêmes qui encensent aujourd’hui ces réseaux sociaux en les gratifiant de vertus qu’ils n’ont pas, sont ceux qui hier les dénonçaient comme des structures ultra-libérales, mondialisées et attentatoires aux libertés individuelles, voire incitatrices au suicide des adolescents.

Facebook et consorts ne sont ni l’un, ni l’autre. Ils sont des médias au même titre qu’en leur temps la presse et ses dazibaos, les tracts, les tagages de slogans de mai 1968 … Ils sont des outils de diffusion de masse des analyses, des informations, des mots d’ordre et des consignes. La seule différence (et elle est de taille) se trouve dans la vitesse de contact entre tous les destinataires, aussi bien à l’émission de la consigne qu’au retour de celle-ci par l’expression de ses conséquences et de ses résultats. Elle est également dans le nombre potentiellement illimité des contacts.

Coupure de l'internet-Egypte-27/01/2011

Mais tout ceci n’en fait pas un outil démocratique ou un “accélérateur de citoyenneté”. Le ‘Tea Party” aux USA, ou les “apéros-saucisson” en France prouvent, s’il en est besoin, que l’outil peut être utilisé pour les mots d’ordre et les actions les plus réactionnaires.

Dans le Maghreb, au Proche-Orient, au Moyen-Orient, les utilisateurs d’Internet et donc des réseaux sociaux se recrutent en priorité parmi les jeunes, et avant tout parmi les jeunes qui ont fait des études et qui ont un peu de revenus par l’emploi ou leur appartenance à une classe moyenne. Ce sont eux qui ont initié en Tunisie et en Egypte les révoltes que nous venons de vivre. La motivation profonde de leur mouvement est à rechercher dans une volonté d’accéder à la liberté de se déplacer et de voyager, la liberté d’entreprendre, la liberté de penser, la liberté de lire et de s’exprimer, la liberté de réussir, toutes libertés que l’Occident étale jour et nuit sur … l’Internet. Ce sont eux, d’ailleurs, qui, sans attendre des jours meilleurs, profitent d’une certaine désorganisation pour venir en Europe chercher ces libertés. Ces révoltes sont le fruit de la mondialisation des idées, du commerce, de la circulation des hommes et des biens.

Dans ce contexte, il est explicable que l’Internet joue un rôle d’intermédiaire médiatique primordial. Mais prenons garde cependant que les forces conservatrices ne sachent pas un jour s’en servir pour diffuser leurs messages. Si elles ne le font pas actuellement, c’est uniquement parce qu’elles recrutent leur clientèle dans des couches populaires, peu éduquées (souvent analphabètes) de la population. Dans les pays arabes et/ou musulmans, mais aussi en Europe où l’Internet devient très largement répandu, il n’est aucune raison de penser que les xénophobes de tout poil, les droites conservatrices opposées à l’immigration et à l’islamisation de notre société, ne soient pas capables d’utiliser l’outil. Il ne suffit que de trouver le ou les tribuns capables de théoriser un mouvement bien organisé et de le mettre en musique … de le mettre en ligne. Les signes de fragilité en ce sens ne manquent pas:

- Le Monde vient récemment de mettre en évidence la prégnance du mot “juif” dans les requêtes Google émises en France.

- Les théories du complot sont légion sur l’internet et nombreux sont les “groupes” qui les reprennent et les diffusent.

- Et même les lecteurs-abonnés du Monde.fr donnent parfois une image qui fait honte d’appartenir à cette communauté. Ainsi quand ceux-ci considèrent majoritairement (dans leurs commentaires) que les Tunisiens qui arrivent en Italie sont des nervis de Ben Ali qui fuient leur pays. Ou lorsqu’ils pensent que la journaliste américaine agressée (coupable faiblesse des mâles égyptiens) dans une manifestation égyptienne (manifestation d’exubérance après le départ de Moubarak) l’a bien cherché à cause de sa tenue !

mardi 7 décembre 2010

Les mémos de WikiLeaks

Le monde (pas que le quotidien !) bruit de mille commentaires à propos des mémos diplomatiques US obtenus par WikiLeaks et publiés/commentés par quelques grands quotidiens.

WikiLeaks

Sur la forme, on pourra dire que le secret des messages est inhérent à la diplomatie elle-même et que celle-ci est aussi vieille que le pouvoir. Gengis Khan, Alexandre, César, Charlemagne, Louis XIV, Napoléon, Roosevelt, Khrouchtchev, Staline, De Gaulle, Mitterrand ou Obama, tous, tous et en tous temps ont eu des diplomates ou envoyés spéciaux chargés de faire connaître les points de vue ou les oukases de leur mandant et de recueillir toutes les informations utiles aussi bien sur les adversaires que les partenaires ou vassaux. Par nature même, les messages rédigés en ces occasions sont secrets et, en général, appelés à le rester assez longtemps.

En elle-même, cette pratique de la diplomatie n’a aucunement nui au développement de la démocratie.

Inversement, la démocratie s’est accommodée et s’accommode très bien de cette part de secret dans les relations entre pays et dirigeants.

La publication brutale de plusieurs centaines de câbles, et à l’avenir de plusieurs dizaines de milliers sur le site de WikiLeaks, n’est pas, à priori, d’après ce que l’on a pu en lire jusqu’à ce jour, sujette à révélations spectaculaires susceptibles de bousculer l’ordre du monde. Tout au plus, certains grands de ce monde s’y trouveront égratignés ou vexés de voir leurs stratégies à faces multiples mises à nue ou leur personnalité décrite avec peu de sympathie.

La publication des mémos n’est absolument pas de nature à bouleverser la démocratie. Il ne s’agit pas non plus d’un acte fondateur d’on ne sait quelle nouvelle dimension de la démocratie.

Inversement, les tentatives d’interdiction de publication de ces mémos ne sont que des imbécillités conduites par des gens avant tout soucieux de conformité à l’ordre établi et de propreté devant leur porte. Mais si ces tentatives ne sont pas des atteintes à la démocratie, elles le sont sans doute à la liberté d’informer mais il est probablement trop tard.

Dans quelques semaines, dans quelques mois, tout sera oublié. Les historiens et les analystes politiques y auront gagné quelques infos et quelques arguments avec un peu d’avance, mais guère de scoops. Quant à la famille diplomatique, gageons qu’elle aura trouvé, avec l’aide des informaticiens, des parades efficaces pour que cela ne se reproduise plus … jusqu’à la prochaine fois !

Ceux qui s’exclament le plus à propos de la publication de ces mémos et de certaines tentatives d’étouffement sont ceux pour qui la marche du monde est le fruit d’un complot permanent (ou de plusieurs complots). Ils veulent lire dans ces mémos les preuves de leurs assertions.

Sur le fond, ce que l’on a pu en lire jusqu’à ce jour laisse une impression assez curieuse. Pas de révélations majeures, on l’a dit, mais des discours parfois très humains, voire humanistes, à propos d’un monde certes d’aujourd’hui, mais qui a l’air de tourner à partir d’analyses datées. Un monde d’après la chute du mur de Berlin, de la fin de la bi-polarité, de la montée en puissance de la Méditerranée et des Pays Arabes, des éternels conflits israélo-palestinien et Iran-Irak, de la garantie pour les USA d’accéder aux ressources, … La lecture des mémos donne un sentiment de décalage par rapport au monde que nous vivons actuellement, celui de la crise environnementale, de la crie énergétique, de la crise financière, de la nouvelle répartition du pouvoir, …

Il n’est pas (ou presque pas) question dans ces mémos de Pays en Développement, d’Amérique Latine ou d’Afrique si ce n’est sous l’angle du terrorisme, d’Environnement, de Développement Solidaire, des grandes instances internationales (ONU, FMI, Banque Mondiale, Unesco, Unicef, …), d’Ecologie, de Réchauffement Climatique, de Copenhague (rien sur Climate, rien sur IPCC (GIEC en français)) ou des autres forums internationaux, de peak oil et d’épuisement des ressources, … mais un document intéressant , regard sur les 30 prochaines années des relations entre la Chine et les USA.

Bref, les diplomates américains traitent d’un monde fermé, d’un monde qui meurt, et c’est bien cela qui rend ces mémos finalement assez inoffensifs politiquement, mais cruellement significatifs d’un décalage politique total entre l’administration américaine et les ambitions de l’humanité.

- page 1 de 3