THERMOPYLES

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Droits de l'homme

Fil des billets

jeudi 15 janvier 2015

Les {Charlie} sont-ils tous égaux ?

La douloureuse période que traverse la France, marquée par les attaques sauvages de Charlie Hebdo, de policiers, de clients juifs d’un supermarché casher et la riposte républicaine qu’ont constitué les nombreuses marches de solidarité, nous interrogent sur plusieurs points.

Sur la signification du rassemblement Charlie.

La première explication de ces innombrables regroupements est celle d’une volonté de combattre la peur : il y a une sorte d’affolement à considérer que ces choses puissent se produire chez nous, et que si elles se produisent à Paris et en banlieue, alors elles peuvent se produire partout en France, y compris dans le plus petit village.
Il y a ensuite une volonté de réaction, de se prouver que tous ensemble, réunis, nous pouvons rejeter ces agresseurs et qu’ils ne vaincront pas. Cette volonté de l’union, du « tous ensemble », de l’absence des divisions politiques (à l’exception du FN) a été traduite par un logo simple qui a fait florès mais qui, en lui-même ne véhicule strictement aucun message politique. D’où l’irruption de nombreuses autres variantes qui vont du « je suis flic », au « je suis juif », en passant par certaines affirmations bien plus complexes comme celle de l’illustration ci-après. L’unité n’est pourtant qu’un rêve et chacun sait bien qu’elle ne durera pas, ne serait-ce que parce que chacun lui fait déjà subir quotidiennement de multiples accrocs. Pourquoi cela devrait-il cesser après « Charlie » ?
L’exemple allemand des manifestants anti-islamistes démontre que l’on peut être « Charlie » et souhaiter le départ des musulmans, dans le même temps que d’autres sont « Charlie » et plaident une société multiculturelle. Il ne s’agit, ni pour les uns, ni pour les autres, d’une récupération ou d’une instrumentalisation. Il s’agit en fait de la démonstration du vide politique de ce slogan.

Je suis Charlie, mais aussi ...

Enfin, les médias comme les hommes politiques ont usé et abusé de ce moment de communion nationale pour en faire une vision universelle et l’imposer à la conscience de tous. Nous sommes en pleine démonstration d’un aspect de la « Société du spectacle » telle que l’a décortiquée Guy Debord.
Il est donc grand temps d’abandonner cette thématique et de passer à autre chose.

Rejeter les amalgames.

Le premier, le principal, le pire des amalgames est celui qui consiste à faire injonction aux musulmans de se désolidariser des terroristes. Sur le Net circule une double image représentant le Ku Klux Klan et les combattants de l’Etat Islamique. Sous le premier est posée la question de savoir si il a été considéré que ces gens représentaient la chrétienté et sous les seconds cette autre question : « Alors pourquoi ceux-ci doivent-ils représenter les musulmans ? ». Rien n’interdit de poser la même première question sous une photo d’Anders Breivik qui a assassiné soixante-dix-sept personnes près d’Oslo le 22 juillet 2011, en se réclamant de la culture occidentale et de ses racines chrétiennes. Y a-t-il des gens, des commentateurs, des hommes politiques qui ont demandé aux chrétiens de se désolidariser de ces actes odieux et de les condamner ? Non, parce que personne n’a imaginé que cet assassin pouvait les représenter.
Il doit en être strictement de même avec les musulmans, d’autant plus que de nombreux facteurs s’opposent à un tel amalgame. Tout d’abord, il n’y a pas UN islam, mais DES islams rapidement regroupés sous les appellations de chiites et de sunnites, chaque obédience disposant de ses nombreuses tendances. Ensuite, que veut bien signifier le mot « musulman » dans la bouche des Français, si ce n’est le quasi-synonyme de maghrébin et, peut-être, de noir africain ? Alors qu’il existe un islam de Turquie, un islam du Proche-Orient, un islam du Yémen et plusieurs islam(s) de Syrie, Iran ou Irak, un islam d’Asie, de l’Inde et de la Malaisie, est-ce à chacun d’entre eux que s’adresse l’injonction de désavouer le terrorisme ? Enfin, qui doit désavouer ? Chaque musulman ? Faut-il rappeler que l’islam est une religion qui n’a pas de clergé, donc pas de prêtres, pas d’évêques, pas de pape. Il n’y a pas de liens pyramidaux, nés de la désignation des uns par les autres. Chaque fidèle est en relation directe avec son Dieu et les imams ne sont que désignés par des autorités plus ou moins politiques ou autoproclamés.
On ne peut attendre des musulmans de France qu’une seule chose : qu’ils soient des citoyens français comme les autres et qu’ils se comportent en citoyens français comme les autres. Il est évident que les injonctions à caractère religieux ne sauraient les aider à se considérer comme des citoyens comme les autres. Il est évident, aussi, que si l'on désire qu'ils se comportent en tant que citoyens comme les autres, il faut aussi que nous les considérions comme tels.

Est-ce la guerre ?

Le mot de guerre est désormais employé à toutes occasions. La guerre des civilisations est dans toutes les bouches et les concepts de Samuel Huntington rencontrent une audience nouvelle. Très certainement il y a guerre et très certainement des enjeux civilisationnels alimentent cette guerre. Mais il y a plusieurs guerres. Tout d’abord une guerre entre les deux principaux courants de l’islam dont nous parlions précédemment, chacun de ces courants étant soutenu et financé par son lot de pays musulmans. Ensuite, une guerre que l’un de ces courants tente de transposer en Occident afin de gagner la reconnaissance des peuples (et des fidèles) auprès de l’autre courant, soit par le moyen de l’admiration, soit par le moyen de la peur et du terrorisme. Sunnites contre chiites ! Djihadistes sunnites contre l’Occident !
Depuis les attentats du 11 septembre 2001, la seule, l’unique réponse que l’Occident a su apporter à cette (ces) guerre(s) a été … la guerre. La guerre en Afghanistan, la guerre en Irak, la guerre au Mali, demain la guerre en Libye, … Et pour quel résultat ? Un résultat nul ! Prenez l’exemple du Mali où les forces françaises sont engagées depuis 2012 et dont nous avons beaucoup parlé dans ce blog. Certes, les villages et contrées du Nord Mali ne sont plus soumis à la loi des salafistes, mais ceux-ci n’ont pas disparu. Ils se sont retirés dans le Nord Niger ou dans le sud de la Libye, où ils attendent des jours meilleurs en organisant des attentats et des affrontements ici où là. Des projets se dessinent pour intervenir militairement en Libye. Cela ne changera rien à la présence d’AQMI dans cette région, voire bientôt à l’arrivée de suppôts de l’EI. La guerre ajoutée à la guerre ne fait que poursuivre et étendre la guerre. En Afrique, au Proche-Orient, en Asie, l'adversaire se déplace sur un échiquier grand comme le monde et poursuit ses attaques avec toujours plus d'audace, toujours plus de violence. La guerre que nous conduisons contre lui n'est que le résultat de ses provocations : elle n'est que ce qu'il désire au plus fort.
Sans doute est-il temps de se poser la question suivante : « Alors, si la guerre ne résout rien, que faut-il faire ? » Est-il possible d’imaginer une réponse plus pacifique, centrée sur le développement économique et l'abandon de nos positions de leaders d'un monde dit « libre », d'un monde qu'ils honnissent ?

Des rassemblements en Occident

Des millions de personnes se sont mobilisées, en France et dans le monde essentiellement de culture occidentale, en Russie, au Canada, aux USA, en Australie, en Europe bien sûr. Plus d’une cinquantaine de chefs d’Etat ou de Gouvernement ont fait le déplacement à Paris, mais peu en fait de la part des pays musulmans et notamment des Etats africains (alors qu’ils étaient attendus nombreux !). La Société du Spectacle dont nous parlions en début de post a joué son rôle et tous les présidents qui sont plus ou moins redevables de leur poste à l’Occident en général, voire à Paris en particulier, ont jugé utile faire le voyage en France.
Singulièrement, cette idée de manifestation mondiale, énorme, retentissante, rassemblant des foules innombrables sur place à Lagos, n’est jamais venue à l’idée de personne lorsque Boko Aram, groupe sunnite pour la prédication et le djihad, a enlevé 237 jeunes filles à Chibok, au Nigéria, le 14 avril 2014 et les a transformées en esclaves.
La même idée de protestation ne se fait pas davantage entendre alors que le même Boko Aram massacre actuellement les villages du nord-est du Nigéria, faisant plusieurs centaines (milliers?) de morts.
Il n’y a pas eu davantage de réactions au niveau mondial lors du massacre au Pakistan de 132 écoliers par les Talibans du Pakistan (proches d’Al Qaida).
Lors de tous ces exemples, les grandes personnalités mondiales n’ont jamais envisagé de se déplacer et de se retrouver sur place afin de manifester leur opposition au terrorisme. Jamais personne n'a imaginé un slogan unificateur, digne de la Société du Spectacle. Les Nigérians qui ont réalisé quelques pancartes exigeant le retour de leurs filles, « Bring back our girls » n'ont pas beaucoup vu ce slogan dans nos rues, nos journaux et nos écrans. Les grands chefs d'Etat ont fait des mots, certes, exprimé qui son dégoût, qui son horreur ou sa volonté de voir les assassins châtiés. Mais d’actes concrets, point ! Seule leur importe la sécurité de l’Occident !


Bring Back our Girls (AFP)

Et jamais personne, non plus, n'est allé exiger des musulmans massacrés qu'ils se désolidarisent des musulmans qui les attaquent !

samedi 21 juin 2014

La guerre des deux islams

Aussi paradoxal que cela paraisse, il a fallu attendre la brutale montée en puissance de l'EIIL et sa conquête de l'Irak pour que des journalistes se penchent un peu sur la division des pays islamiques et de leurs populations en deux courants de plus en plus opposés: les sunnites et les chiites. C'est ainsi que France 2 s'est illustré par une séquence assez claire dés les premières attaques de l'Etat Islamique en Irak et au Levant.
Pourtant, qu'on le veuille ou non, cette fracture idéologique est sous-jacente de tous les conflits dans les pays musulmans. On la retrouve en Egypte, en Tunisie, au Yémen, en Syrie, bien entendu en Irak et en Iran. Malheureusement, nombre de journalistes préfèrent parer les conflits d'oripeaux plus ou moins révolutionnaires, afin de mieux développer leurs propres théories.
Ce n'est pas le propos de ce blog que d'expliquer ces divisions, il existe un bouquin qui tente une explication rationnelle. Il s'agit de "L'Islam contre l'Islam: L'interminable guerre des sunnites et des chiites", écrit par Antoine SFEIR. Ce livre a été publié en janvier 2013 et réédité en septembre 2013, malheureusement sans mise à jour, ce qui, compte tenu de la vitesse des évènements, le rendait déjà un peu dépassé.
Notons bien que l'auteur parle de l'interminable guerre des sunnites et des chiites, et qu'il ne parle pas de la guerre des sunnites contre les chiites, ou de la guerre des chiites contre les sunnites.
Les commentaires visant à rendre responsable de la situation actuelle en Irak, son Premier Ministre chiite, Nouri al-Maliki, en raison de son attitude discriminatoire à l'égard des sunnites, sont totalement irréalistes. Nouri al-Maliki n'a fait que mettre en œuvre une action de guerre d'un islam contre l'autre islam ! Tout comme Bachar el Assad mène le même "combat" dans son pays. Nouri al-Maliki n'est pas un "Chef d'Etat", il n'est qu'un militant d'une cause guerrière.

Les chiites ne représentent qu'une infime minorité des musulmans: sur 1 milliard 200 millions de musulmans dans le monde, ils ne sont que 105 à 110 millions, moins de 10 %. De façon générale dans le monde, ils se sentent opprimés parce que depuis le 7° siècle (depuis les tous débuts de l'Islam !), ils se sentent considérés comme des "hérétiques" ou des "mécréants". Bien que globalement minoritaires, il est des zones du monde musulman dans lesquelles ils se retrouvent en majorité: c'est le cas de l'Iran où ils représentent 90% des musulmans, de Bahrein (70%), de l'Azerbaïdjan (75%), de l'Irak (60%), ...
Les chiites sont, à l'inverse, particulièrement minoritaires en Afghanistan (15%), en Turquie (25%), au Qatar (20%), au Koweït (25%), en Arabie Saoudite (15%), ... en Egypte où ils seraient de 800000 à 1 million, en Tunisie où ils sont ultra-minoritaires. Au travers de cet affrontement entre chiites et sunnites, nous retrouvons toujours la lutte d'influence entre l'Iran et l'Arabie Saoudite et/ou le Qatar, laquelle lutte d'influence explique beaucoup, beaucoup de choses.


Courants de l'Islam (C)Wikipédia

Le 19 juin, Dominique de Villepin a publié dans "Le Monde" un point de vue en droite ligne de son intervention du 14 février 2003 devant le Conseil de Sécurité de l'ONU au cours de laquelle il a exprimé l'opposition de la France à une action militaire en Irak.Il y estime que depuis 2001 le recours à la force invoqué et mis en œuvre par l'Occident n'a systématiquement abouti qu'à une série d'échecs.
Tout d'abord, échec de ce qui est appelé "guerre contre le terrorisme", celle-ci n'étant qu'un fantasme dangereux faisant le jeu des extrémistes.
Ensuite, échec de cet objectif irraisonné: apporter la démocratie avec les chars et les avions ! Non seulement, chaque intervention ne laisse la place qu'à un pouvoir aussi sectaire que le précédent, si ce n'est pas davantage, mais les belles ambitions humanitaires ou civilisationnelles s'y embourbent totalement.
Et enfin, échec de la construction d'un Etat-Nation au moyen de la force. Partout, on a vu s'ouvrir les vieilles divisions ethniques, culturelles, religieuses.

Ces trois échecs sont les fruits amers d'une idéologie douteuse; celle de l'interventionnisme occidental afin, dit-on, de rétablir l'ordre, protéger les faibles, apporter la démocratie, punir les terroristes, ... ce ne sont pas les justifications qui manquent ! Au final, rien de tout cela n'est réalisé. Et ce qui se passe aujourd'hui en Irak, qui s'est passé hier en Libye, se passera demain au Mali. Pourtant, l'obsession de l'engagement armé est si forte que ceux qui refusent d'intervenir en Syrie ou en Irak passent pour des lâches.

Dominique de Villepin conclut qu'il est temps de mettre fin à la "guerre contre le terrorisme", au bénéfice d'une action internationale de lutte contre le terrorisme qui soit judiciaire, économique, financière, technologique et qui s'appuie sur la garantie des frontières et le dépassement du clivage sunnites-chiites (ou chiites-sunnites !).

Cela ne demande que la détermination de quelques hommes et femmes de bonne volonté.

samedi 22 décembre 2012

Syrie, Egypte, Tunisie, Mali ... ou les méfaits de l'ethnocentrisme politique

Monsieur Sikorski est le chef de la diplomatie polonaise. Il vient de s'exprimer (Le Monde du 19/12/2012) au sujet du rôle de l'Union Européenne face à la crise syrienne. Et, en substance, il a dit que ce rôle avait des limites et que si la Fondation Européenne pour la Démocratie qu'il a aidé à créer, avait des millions à donner pour aider la société civile dans les pays arabes, ce devait être pour "soutenir ouvertement ceux qui sont proches des valeurs européennes, car nous voulons que nos voisins se rapprochent de nous".
Voilà un exemple parfait d'ethnocentrisme politique qui veut que le modèle occidental, européen en l’occurrence, soit la référence absolue de toute évolution et de tout progrès. Lévi-Strauss nous le dirait: il est difficile, voire impossible, de juger l'attitude ou le comportement de son voisin sans faire comparaison avec ce qui est sa propre culture. Mais dans le cas présent, il ne s'agit même plus de comparaison, mais de demande d'assimilation du modèle européen. Nous doutons fort que ce langage puisse être entendu, quelle que soit la tendance de l'interlocuteur arabe: islamiste, gauchiste ou libéral. Une telle attitude de la part d'un diplomate européen est donc totalement vide de sens ... et d'intérêt.

Ce diplomate n'est pourtant pas seul à resservir inlassablement le même discours. En Egypte (et nous en avons déjà parlé), l'envoyé spécial du Monde, "spécialiste du Proche-Orient", poursuit ses analyses personnalisées par un point de vue subjectif souvent insupportable. C'est ainsi qu'on le lit dans une "analyse" du vote des femmes au Caire contre la nouvelle constitution, vote d'"une partie des citadines éduquées" qui votent "non parce que les droits des femmes ne sont pas mentionnés en tant que tels dans la nouvelle constitution, non parce le droit à l'éducation des filles a été effacé, non parce que j'ai peur que l'article qui fait des femmes les 'garantes de la famille' serve à me mettre au chômage ou à m'obliger à travailler moins d'heures."
Aujourd'hui, nouvelle diatribe contre la constitution au motif qu'un copte militant des nouveaux droits civiques risquera une peine plus sévère si la nouvelle constitution est adoptée, puisqu'il est accusé d'insulte au prophète. Amalgame facile puisque sa première condamnation porte sur le "dénigrement des religions".

Alors, puisqu'il le faut, parlons de cette constitution. Non sans avoir souligné qu'en Egypte, comme en France, le texte d'une Constitution est toujours à relativiser quelque peu. Notre Constitution est-elle appliquée à la lettre ? Et parlons de ce que personne ne dit. Tous les commentateurs relèvent à l'envie les formulations ambiguës au sujet des "traditions égyptiennes" et en concluent que pourraient en faire partie l'excision et les mutilations génitales féminines ! Tous les commentateurs relèvent l'absence de droits spécifiques pour les femmes et en concluent que leur serait interdit le droit d'ester en justice.
Mais combien de commentateurs soulignent les avancées de ce texte ?
- la limitation de durée du mandat présidentiel,
- la création d'un régime semi-présidentiel. Si le président y reste fort, son pouvoir est rééquilibré par l'Assemblée du Peuple qui contrôle la nomination du gouvernement et peut le renverser. Le président ne peut dissoudre cette Assemblée du Peuple que par référendum.
- l'égalité des hommes et des femmes y a été supprimée au bénéfice d'un article stipulant que tous les égyptiens sont égaux,
- la liberté d'expression et de presse est garantie (art 45),
- la détention arbitraire est interdite (art 35),
- la torture et les traitements inhumains sont interdits (art 36),
- l'espionnage des communications privées est interdit (art 38),
- la liberté religieuse est garantie (art 43),

De façon parfois regrettable, le texte s'entoure de considérations susceptibles de limiter l'effet de ces réelles avancées. C'est ainsi qu'un art 44 interdit l'injure au prophète et un art 31 l'injure aux individus. Voilà bien des procès en perspective !
La liberté religieuse ne s’applique qu'à trois religions: celles du Livre, les autres sont oubliées.
Enfin, la charia y est déclarée "source principale de la législation" et non "source unique du droit". Cette formulation est en elle-même porteuse de modération et le fait d'avoir confié à l'université Al Azhar le soin de préciser ces principes de la législation est tout à la fois inquiétant parce qu'intervient une structure religieuse non élue, et positif en ce sens que l'université Al Azhar se caractérise souvent par des positions progressistes.

Et là est la vraie question à laquelle l'ethnocentrisme occidental n'aide pas à apporter une réponse. En Egypte, les "révolutionnaires" et les libéraux se plaisent à accuser Morsi de faire double jeu et de tenir double langage. Il ferait mine de développer des positions à minima réformistes et, par derrière, il laisserait agir les salafistes en vue de la création d'un état intégriste.
Cette analyse ne tient pas debout. Mohamed Morsi a besoin de développer son pays, sous peine d'être renversé par la colère du peuple qui a faim et qui veut du travail. Mohamed Morsi a besoin de l'appui occidental, de l'argent de la Banque Mondiale, de celui des USA. Mohamed Morsi a besoin de jouer un rôle actif dans toute la région proche-orientale, afin que son pays conserve, si possible, les positions et la stature acquises au cours des dernières décennies.
Au contraire d'un double jeu, on assiste à une lutte fratricide et implacable entre les fractions islamiques, la "plus ou moins progressiste" et la "radicale" ! Et l'Occident serait bien inspiré de le comprendre rapidement afin d'aider Morsi, ne serait-ce que temporairement et dans le respect des formes démocratiques, à neutraliser les plus radicaux afin que le pays se redresse.

Pro et anti-Morsi face à face-(C)Maya Alleruzzo-AP-SIPA
Un ethnocentrisme comparable préside aux jugements relatifs à l'évolution de la Tunisie où Ennahda est, de façon comparable, soupçonné de "double jeu".

Raisonnement déjà identique au Mali. La France vient d'obtenir une résolution auprès des Nations Unies, laquelle résolution autorise une éventuelle intervention militaire dans le Nord-Mali, limitée dans sa durée à un an, et n'ayant pas lieu avant septembre 2013. D'ici là, l'ONU renouvelle la nécessité de tout faire pour régler le problème par la négociation. Cette résolution a été obtenue de justesse, tant les USA sont réticents à l'égard de ce projet militariste. L'ambassadrice US à l'ONU a été jusqu'à qualifier le projet français de "merde".
Ansar Eddine et le MNLA viennent de renouveler leur engagement à cesser le combat et à négocier, voire à prendre en charge la question de l'AQMI.
Qui les écoute ?
Pas la France, pas l'Europe qui préfèrent s'engager dans la voie militaire et passer sous silence l'ardente "obligation de négocier".
Pas l'Afrique de la CEDEAO, pas le Mali où se préparent des milices qui veulent aller "chasser le touareg".
Et puis, avec qui peuvent-ils négocier ?
Il n'y a plus de pouvoir au Mali ! Et le capitaine Sanogo tire toujours les ficelles !

Il y a urgence à intervenir, non pour la guerre, mais pour la négociation, pour la reconnaissance du fait touareg, pour la recherche d'une entente sur un territoire immense, pour l'aide à un développement commun dans lequel pays et populations ne seront pas "oubliés".
Pour cela, sans doute faut-il que l'Europe et ses diplomates (dont la France) réfléchissent avec d'autres arguments que leur paresse ethnocentrique.

dimanche 18 mars 2012

Le 8 mars, c'était la Journée des Femmes

L'intérêt que suscite cette journée auprès de l'auteur de ce blog est traditionnellement à peu près nul. Au contraire,la conviction est grande qu'il s'agit avant tout d'une vaste opération de bonne conscience et que les choses continuent le lendemain tout comme elles étaient la veille. Le lecteur fidèle de cette feuille consacrée aux solidarités le sait parfaitement: depuis qu'elle existe, nombreuses ont été les interventions "féministes", et tout dernièrement encore à propos de la place des femmes dans les pays arabes, du sort qui leur est trop souvent réservé, des violences qui leur sont faites ou des actes de rébellion qu'elles réalisent.

Fillette arabe (DR)

Le 8 mars, Le Monde et France Inter ont cependant publié un appel de huit femmes arabes, intitulé "Appel des femmes arabes pour la dignité et l'égalité". Les femmes concernées sont (pour que leurs noms ne soient pas oubliés) la Tunisienne Souhayr Belhassen, la Présidente de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme, Bochra Belhadj Hmida, tunisienne cofondatrice de l'association tunisienne des femmes démocrates, Shahinaz Abdel Salam, une blogueuse égyptienne, Nawal El Saadawi, Egyptiennne, médecin psychiatre et écrivaine, Tahani Rached, réalisatrice égyptienne, Samar Yazbek, romancière syrienne, Azza Kamel Maghur, Libyenne, avocate, membre du Conseil libyen des droits de l'homme et Wassyla Tamzali, féministe algérienne.

Cet appel est ouvert à toutes les signatures. Il a déjà été remis le 13 mars au Secrétaire Général de la Ligue des Etats Arabes. Il le sera le 25 mai prochain au Président du Conseil Européen. Bien entendu, il faut soutenir et signer (il est encore temps !) ce texte, que voici en français.

Nous, femmes arabes impliquées dans les luttes pour la démocratie, la dignité et l’égalité,
Nous, actrices au premier plan des changements exceptionnels que connaît le monde arabe,tenons à rappeler à l’opinion publique que les femmes sont en droit de bénéficier au même titre que les hommes du souffle de liberté et de dignité qui gagne cette région du monde.
Depuis toujours les femmes mènent des luttes pour obtenir des acquis, plus ou moins importants selon les pays. Mais ces acquis demeurent en deçà de leurs aspirations et font de leur statut un des plus reculés dans le monde.
Les violences demeurent répandues tant dans l’espace public que privé et très peu de mesures sont prises pour mettre fin à ce fléau.
Les codes de la famille ne sont dans la plupart des pays arabes que des textes instituant l’exclusion et la discrimination.
Les autres lois que sont le code de la nationalité, certains codes civils et les lois pénales ne font que renforcer ces discriminations. Ces lois violent les droits les plus élémentaires et les libertés fondamentales des femmes et des fillettes par l’usage de la polygamie, le mariage des mineures, les inégalités en matière de mariage, de divorce, de tutelle sur les enfants ou encore l’accès à la propriété et à l’héritage.
Certaines lois permettent même à la parentèle masculine de tuer des femmes et des filles avec le bénéfice de circonstances atténuantes dans le cadre des crimes d’honneur.
Si la majorité des pays arabes (à l’exception du Soudan, et de la Somalie) a ratifié avec plus ou moins d’empressement la Convention sur l’Elimination de toutes les Formes de Discrimination à l’Egard des Femmes (CEDAW), adoptée par l’ONU en 1979, ces ratifications sont restées sans impact réel sur le statut et la condition des femmes.
Aujourd’hui que le monde arabe est en phase de construction démocratique pour la consolidation de l’Etat de droit et des droits humains, nous considérons que si l’égalité ne peut se réaliser sans la démocratie, la pleine jouissance de cette démocratie ne peut se réaliser sans une égalité totale entre les hommes et les femmes.
C’est pourquoi nous appelons les Etats, les partis politiques et la société civile dans ces pays à tout faire pour que la dignité des femmes et leur égalité avec les hommes ne soient pas une fois de plus sacrifiées au nom de prétendues priorités.
Aucune démocratie en effet ne peut se construire au détriment de la moitié de la société. Ensemble nous avons fait notre présent, ensemble nous construirons un avenir meilleur.
Nous exigeons :
- la préservation des acquis, l’égalité totale et effective et l’inscription des droits des femmes dans les constitutions.
- les mesures législatives et administratives afin d’éradiquer les violences faites aux femmes.
- la ratification et le respect de la CEDAW sans réserve dans son esprit et dans toutes ses implications concrètes.
- l’adoption de lois qui protègent les femmes des inégalités sociales et économiques, des discriminations, en particulier familiale.
- les mesures d’action positive afin d’assurer l’accès des femmes aux postes de décision et à leur pleine participation à la vie politique et associative.
- la dénonciation des voix qui s’élèvent ici et là pour discriminer les femmes au nom d’une lecture rétrograde des préceptes religieux ainsi que celles qui voudraient leur interdire une participation pleine et entière à une vie digne et respectueuse des droits humains.


Du courage, il en faut pour écrire cela. Du courage, il en faudra à chacune d'entre elles pour défendre, dans son pays, ce qu'elle a signé ici. Entre autres pour Azza Kamel Maghur, membre du Conseil Libyen des droits de l'homme, qui revendique ici l'égalité totale et effective avec les hommes et qui devra se contenter de la présence de 10 % de femmes dans la prochaine Assemblée de son pays (d'ailleurs, si Assemblée il y a ...).
En fait la phrase la plus courageuse et la plus porteuse d'espoir et d'avenir est celle-ci: "la dénonciation des voix qui s'élèvent ici et là pour discriminer les femmes au nom d'une lecture rétrograde des préceptes religieux". Bravo et merci mesdames.
La présentation de l'Appel, c'est ici. Le texte de l'appel en français et en anglais, c'est ici. Le texte de l'appel en arabe, c'est ici.
42106 signataires à ce jour.

vendredi 16 septembre 2011

Le discours de Dakar, le discours de Benghazi

Lors du premier débat entre les candidats des primaires socialistes, Martine Aubry s'est livrée à une rapide citation des discours de Sarkozy afin d'illustrer la nature de sa politique. Elle a ainsi fait référence à deux discours qui n'ont strictement rien à voir l'un avec l'autre: le discours de Dakar et le discours de Grenoble. Le discours de Grenoble, un discours de stigmatisation, de ségrégation, d'exclusion, notamment à l'égard des Roms, n'est pas de notre propos, ici et aujourd'hui;

Par contre, le discours de Dakar mérite quelques commentaires et il y a longtemps que nous souhaitons le faire sur ce blog. En effet, ce discours est devenu un incontournable, une icône de la critique envers Sarkozy, un leit-motiv du TSS. Or, ce discours ne mérite paradoxalement, ni autant de mépris et d'insultes, mais ni éloges particuliers. Pour s'en rendre compte, encore faut-il le lire au préalable et faire un petit effort de compréhension et d'analyse. ce qui n'est assurément pas le cas, ni de Martine Aubry, ni de François Hollande qui, à La Rochelle, le rattachait à la francophonie, ni de Ségolène qui, à son propos, a demandé pardon (!), ni de ceux qui le référencient sous DailyMotion (ou autres serveurs de vidéos) comme "discours raciste" en en retenant qu'une infime portion ...

Prononcé le 26 juillet 2007 à l'Université de Dakar, ce texte a été écrit par Henri Guaino. S'il a suscité immédiatement des réactions contrastées et parfois très vives en Afrique, il a fallu attendre plusieurs mois (en fait octobre 2007) pour qu'en France il fasse l'objet d'un débat public. Car c'est BHL qui a qualifié son auteur de "raciste", en prenant bien soin de distinguer l'auteur (raciste) de l'orateur (pas raciste !). Il est des distinctions qui sont particulièrement subtiles, mais bien utiles pour l'avenir de celui qui rêve d'être Grand Vizir !

Alors le racisme ? Toute une première partie (28% du texte !) est consacrée à une dénonciation de la traite des noirs, de l'esclavage, puis du colonialisme. Jamais aucun Président, ni de Gaule, ni Mitterand, ni Pompidou, Giscard, Chirac, ni aucun ministre, fut-il Premier, n'a prononcé de pareilles phrases. Et même s'il s'y trouve un refus explicite de la repentance, nous ne sommes pas loin de la demande de pardon.

... le passé ne s'efface pas ..
il y a eu des fautes, il y a eu des crimes ...
il y a eu la traite, il y a eu l’esclavage ...
les européens sont venus en conquérants, ils ont pris la terre de vos ancêtres.
ils ont banni les dieux, les langues, les croyances, les coutumes ...
ils ont dit à vos pères ce qu'ils devaient penser, ce qu'ils devaient croire, ce qu'ils devaient faire ...
ils ont eu tort.
le colonisateur est venu, il a pris, il s'est servi, il a exploité, il a pillé des ressources, des richesses qui ne lui appartenaient pas.
il a dépouillé le colonisé de sa personnalité, de sa liberté, de sa terre, du fruit de son travail ...

Même les dix lignes qui suivent alors et qui se veulent inscrites dans la vision que le colonialisme n'a pas été que mauvais, même ces dix lignes sont reconnaissance de faute.

... il y avait parmi eux des hommes de bonne volonté, qui croyaient faire le bien ...
ils se trompaient ...
ils croyaient donner la liberté, ils créaient l'aliénation ...
ils croyaient briser les chaînes de l'obscurantisme, de la superstition, de la servitude. Ils forgeaient des chaînes bien plus lourdes, ils imposaient une servitude plus pesante ...
ils croyaient donner l'amour sans voir qu'ils semaient la révolte et la haine ...
la colonisation fut une grande faute.

Cette déclaration est alors suivie d'un appel à la jeunesse à qui il est dit que c'est en puisant dans les valeurs de la civilisation africaine que vous serez tirés vers le haut, car ces valeurs sont un antidote au matérialisme et à l'individualisme. Ce passage revêt une grande importance: il se situe juste avant le "virage" du discours, cette fameuse phrase tellement souvent sortie de son contexte, voire interprétée totalement à contresens: le drame de l'Afrique, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'histoire. Les mots qui précédaient montrent bien qu'il ne s'agit pas de dire que l'homme africain ne serait pas entré dans l'histoire, ou que l'homme africain n'aurait pas d'histoire. Non, le texte dit que jamais l'homme ne s'élance vers son avenir.

Et se développe alors une consternante seconde partie, aussi longue que la dénonciation des méfaits de l'homme blanc. Une seconde partie dans laquelle est décrite sur un ton paternaliste, condescendant et docte une culture noire faite d'une croyance en un éternel recommencement, où il n'y a pas d'idée de progrès et dans laquelle la nature commande tout. L'homme y est immobile au milieu d'un ordre immuable, il ressasse et répète ses regrets d'un âge d'or qui n'a jamais existé et il n'arrive pas à se libérer de ses mythes.

Après une référence à Léopold Senghor, qui adressait des poèmes en français à toute l'Afrique, le discours lance un appel à une Renaissance africaine qui débarrassera l'Afrique des mythes qui voilent sa face.

Et cette Renaissance, je vous la propose. Tel est le thème de la dernière partie de ce discours (là-aussi, une petite trentaine de %). Ce que veut l'Afrique est ce que veut la France; la coopération, l'association, le partenariat, l'immigration négociée, l'unité africaine, l'Eurafrique ...

A ce niveau du discours, y a t-il sincèrement quelque chose de nouveau ? Probablement pas. Il s'agit toujours de cette volonté française de garder coûte que coûte le pré-carré africain, en s'assurant d'obtenir une part conséquente des matières premières, une part conséquente des marchés de développement de ce continent, une part conséquente de soumission ou de vassalité politique à l'égard de la vieille métropole, dans toutes les cours et les tribunes internationales où cela est utile.

Alors raciste ? Non. Mais néo-colonialiste, oui. Et ne mélangeons pas colonialisme et racisme, car même si le second a souvent accompagné le premier, il n'en est pas l'essence.

Considérer ce discours comme "le discours raciste de Sarkozy", c'est faire une grossière erreur, une faute. C'est se priver de toute possibilité de critique élaborée, car quand on a dit raciste on a tout dit. Et dans le cas présent on n'a rien dit des relations entre la France et l'Afrique.

Discours de Benghazi (DR)

Un autre exemple ? La récente "libération" de la Libye a donné lieu à un vibrant discours de Sarkozy auprès des habitants de Benghazi. Très paradoxalement, les commentateurs et analystes français, les ténors politiques et en particulier ceux du PS, ont salué ce discours tout comme ils avaient tous globalement salué l'action guerrière de la France dans ce pays. Le voici: « Jeunes de Benghazi, jeunes de Libye, jeunes Arabes, la France veut vous dire son amitié et son soutien. Vous avez voulu, vous avez voulu la paix, vous avez voulu la liberté, vous voulez le progrès économique. La France, la Grande-Bretagne, l’Europe seront toujours aux côtés du peuple libyen. Mais, amis de Benghazi, nous vous demandons une chose, nous croyons dans la Libye unie, pas dans la Libye divisée. Peuple de Libye, vous avez démontré votre courage. Aujourd’hui, vous devez démontrer un nouveau courage, celui du pardon et celui de la réconciliation. Vive Benghazi, vive la Libye, vive l’amitié entre la France et la Libye »

Bien qu'il ne comporte que quelques lignes, n'y retrouve t-on pas la même construction ? L'appel aux jeunes, la leçon toute de paternalisme et de condescendance, et l'appel subliminal à la coopération économique ?

- page 2 de 5 -