THERMOPYLES

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 30 mai 2015

Je suis triste (Lettre à J...)

Tu avais à peine plus de huit ans lorsque je t'ai connue. Petite fille joueuse, gaie, toujours à parler, nous avons passé un mois complet sans cesser de nous retrouver tous les jours. Mon travail, en fin d'après-midi, à peine fini, je passai chez toi, dans le concession où vivaient ta tante, tes oncles, tes cousins, ta grand-mère. Je voyais peu ta mère qui ne s'était guère attachée à toi.
Et nous partions à la découverte de ton quartier de la Commune V, des berges du marigot qui le traverse, des rares marchands de bière pour étancher ma soif, voire même d'un maquis, un dancing, qui la journée faisait bien sagement office de café où l'on pouvait se détendre.
Avec toi, j'apprenais le bambara, oh juste quelques mots que j'ai déjà oubliés mais qui sont restés notés dans un coin de mes papiers et de mon ordinateur.
Puis, ce fut la découverte, toujours avec toi, de Bamako elle-même; de longues marches à pied le long des rues en terre battue et des avenues, le "goudron". Quand nous étions fatigués, ou que le trajet était vraiment trop long, alors nous prenions le taxi collectif. Bien des passagers qui nous laissaient difficilement une petite place, se sont souvent interrogés sur ce couple inattendu, celui d'un blanc, un toubab de soixante ans et d'une fillette noire de huit ans. Ces longues promenades se terminaient parfois au café, devant un soda, parfois même au restaurant où j'ai eu l'occasion de t'inviter à manger.
Tu étais intarissable, tu parlais sans cesse, tu voulais tout savoir, tu voulais toujours en savoir davantage: mon mode de vie, celui des Français, qu'est-ce que l'Europe ? Quels sont les pays qui la composent ? Quel temps y fait-il ? Tout était prétexte à question ou à commentaire. Et ces commentaires témoignaient d'une immense curiosité, d'une grande volonté de découverte.
En échange, outre l'apprentissage limité de ton langage, je t'interrogeais sur les structures de ton quartier, la nature des habitations, les occupations des habitants, les commerces, le marché permanent que nous avons si souvent visité. Tu faisais déjà des projets d'avenir. Encore à l'école primaire, tu envisageais de poursuivre au lycée, puis de venir en France, tu parlais de devenir médecin. A huit ans ...
Comme je participais un peu au financement de ta scolarité, j’imaginais déjà me retrouver à soixante dix ans et davantage à te recevoir en France et, qui sait, t'apporter un peu d'aide soit pour les études, soit pour le logement.

Fin décembre, juste avant Noël, j'ai quitté le Mali, espérant bien un jour y revenir, ne serait-ce que pour quelques jours. cela ne s'est pas encore produit.
En te quittant, c'est fou le nombre de promesses que j'ai pu te faire, à commencer par celle de t'écrire, celle de rester ton "parrain", de t'apporter l'aide et l'appui dont tu pouvais avoir besoin dans tous les moments de ta vie, que ce soit pour l'école, pour les loisirs, tes relations, ta vie de tous les jours, tes projets. J'ai poursuivi longtemps le financement de ta scolarité, auquel j'ajoutais parfois un petit supplément, notamment à l'occasion de ton anniversaire. En échange de ces promesses, j'avais exprimé le souhait que tu correspondes avec moi de façon un peu régulière et que tu me fasses partager ton existence. Cela ne s'est guère produit. Combien de fois avons-nous eu l'occasion d'échanger par mail, texto ou par Skype ? très peu, et pour dire quoi ? Des banalités qui tournaient souvent autour de ta vie scolaire. Pour le reste, plus le temps passait et moins j'en savais à ton propos. Ah si, parfois tu savais bien me relancer afin que je t'aide à financer un vélo ou un ordinateur, ce que je n'ai jamais fait que de façon très partielle.
Mon seul et unique lien avec toi était et reste encore ta page Facebook. Je dois dire tes pages, parce que j'en connais au moins trois, mais il n'en est qu'une que tu utilises actuellement.

En septembre, tu es rentrée au lycée puisque tu avais quatorze ans.

En fait, je ne sais pas bien dans quoi tu es rentrée, mais ce que tu es devenue aujourd'hui me désole, me bouleverse et me fait peur.
En quelques mois, en quelques semaines, tu as rencontré un garçon (des garçons) que tu appelles ton (tes) ami(s). L'un d'entre eux est peut-être ton premier amoureux. Il est beau, mince, élancé, il porte une grosse montre au poignet, des lunettes de soleil bien sombres et des tee-shirts siglés. Je ne pense pas, je ne veux pas me mettre à ta place afin d'apprécier ses éventuelles qualités. Cependant, je crois qu'il exerce, lui et les autres, une désastreuse influence sur toi.

De catholique que tu étais, tu es devenue musulmane ! De minoritaire par l'engagement religieux de ta famille, tu t'es rapprochée de la majorité confessionnelle du Mali. Peut-être y a t-il dans cette rapide conversion une forme d'amalgame, d'intégration, à la culture dominante, une attitude bien fréquente chez les adolescents qui n'acceptent pas aisément les différences. Soyons très clair, cela n'est pas en soi un problème pour moi. Même si ce sont des causes dues à ton âge, ou des motifs sentimentaux, il n'y a rien d'anormal à changer de conviction. A la condition que ce changement se fasse au bénéfice d'une plus grande liberté de penser, d'une meilleure capacité à s'exprimer. A quatorze ans, il est possible de faire ces analyses et de s'engager sur une autre voie que celle que vous a tracé l'hérédité. Mais est-ce bien le cas ,

Ta page Facebook devient sinistre, je n'hésite pas à te le dire. Plutôt que d'utiliser l'anglais, ou le français, ou l'un des langages de ton pays, voici que tu écris des Salam aleikoum et autres phrases coraniques en arabe phonétique, phrases dont je suis bien convaincu que tu n'en comprends ni la structure, ni même la signification.

Là où tu affichais quelques photos de toi, décontractée, en pantalon, en tee-shirt, épaules nues, voilà maintenant que tu t'exposes voilée de la tête au pied, un peu comme une jeune mariée, ton seul visage restant découvert. Mains jointes, tu invoques Allah. Si je te dis qu'en te pliant à ces règles que tu ignorais il y a encore six mois, tu fais le sacrifice de ta curiosité, de ta volonté de savoir, de ton libre arbitre, me croiras-tu ?

Tu partages des liens avec des sites que je ne peux pas comprendre. L'un, en particulier, est animé par un jeune imam dont le discours ne peut pas être qualifié de traditionaliste, tant il est rétrograde. Il y est question de l'obligation qu'à la femme de se voiler et d'obéir à son mari. On y apprend que celui-ci peux frapper sa femme pour la punir (mais il ne peut pas la battre !), à la condition que la sanction ne laisse pas de traces !L'obsession à l'égard du comportement des femmes au travail, au foyer, dans la rue est permanente. Sais-tu seulement que l'Islam dont tu parles ainsi est celui-là même qui avait envahi le nord de ton pays et qui continue d'y faire des raids meurtriers ?

Université au Mali

Sincèrement, je ne crois pas que ces recommandations, ces consignes de comportement, soient porteuses d'un quelconque avenir pour toi.
Je ne crois pas davantage qu'elles soient porteuses d'avenir pour ton pays. Mais c'est là un autre problème.
Aujourd'hui, je suis triste de voir que la petite fille que j'aimais comme ma fille, en laquelle je croyais (je savais !) avoir discerné une intelligence particulière, est tombée sous la coupe d'une idéologie à la fois conservatrice et destructrice.
Aujourd'hui, je suis triste de découvrir que la jeune fille, la jeune femme que j'espérais voir grandir en indépendance et en fierté, prendre sa place auprès de ses sœurs et participer au développement de son pays ou lutter pour les droits des femmes, a renoncé à tout cela. Aujourd'hui, je suis triste .... parce que l'Islam que tu sembles avoir choisi n'est porteur que d'ignorance et de repli sur soi, alors que, crois-moi, il existe une autre version de l'Islam. Aujourd'hui, je suis triste ...

mardi 6 mai 2014

Journalistes de RFI

Ghislaine Dupont et claude Verlon, journalistes de RFI, ont été assassinés le 2 novembre dernier.
Oui, mais par qui ?
Dans les jours qui ont suivi cet assassinat, de nombreuses informations ont circulé quant à l'identité du ou des tueurs, lesquels devaient être "rapidement interpelés", nous disait-on. Une enquête préliminaire a été ouverte et ce n'est que le 11 avril 2014 que trois juges d'instruction ont été désignés pour enquêter sur cette affaire.

Nous avions longuement parlé de cet évènement dans les jours qui ont suivi, en faisant part d'hypothèses émises dans quelques salles de rédaction. Aujourd'hui, c'est un journaliste suisse, de la RTS, David Baché, qui déclare qu'il existe de nombreuses zones d'ombre dans cette affaire.
En attendant plus, s'il doit y avoir un jour plus d'informations, nous lui laissons la parole.


mardi 11 février 2014

Une guerre d'un an

Avec un peu de retard (mais il permet d'approfondir la réflexion), parlons du premier anniversaire de la guerre au Mali. En effet, le 11 janvier 2013, la France déclarait la guerre aux "terroristes" djihadistes implantés dans le nord du Mali.
Il est singulier de noter que peu d'organes de presse se sont livrés à une analyse détaillée de la situation à l'occasion de cet anniversaire. C'est peut-être parce qu'une autre intervention, en Centrafrique celle-ci, a pris la place dans les colonnes des journaux. Mais c'est peut-être aussi parce que fêter ou célébrer cet anniversaire aurait soulevé davantage de questions que cela n'en aurait solutionné.
Nous l'avons dit ici déjà; il n'y a pas eu de victoire au Nord-Mali. Tout au plus, les djihadistes ont été éparpillés aux alentours du territoire malien, mais ils sont toujours présents et toujours prompts à utiliser la moindre faiblesse. Les évènements de ces tous derniers jours qui ont vu la mort de deux dizaines de combattants d'Al Qaïda en sont la preuve.
Le propre d'un anniversaire, c'est cependant de susciter quelques réflexions qu'en l’occurrence il faut aller chercher !
Tout d'abord, voici une réflexion d'ordre militaire. Elle provient du blog "Défense" de Laurent Touchard, dans Jeune Afrique. Celui-ci se pose la question de savoir si l'armée française n'aurait pas piégé les djihadistes en janvier 2013 en les poussant vers Bamako. Rappelons-nous: le Ministre de la Défense, François Hollande, la presse derrière eux (d'une seule voix) a défendu le bien-fondé de l'intervention française en prétendant que Bamako était en danger. Bref rappel historique.
En octobre 2012, François Hollande affirme que la France n'interviendra pas: "Il n'y aura pas d'hommes au sol, pas de troupes françaises engagées". Le 21 décembre, il réaffirme: "le temps de l'intervention n'approche pas. S'il y a toujours une occupation du Nord-Mali, ce sont les Africains qui mèneront cette opération avec le gouvernement malien".
Pendant ce temps, les combattants d'Ansar Eddine se regroupent au vu et au su de tous les observateurs et amorcent leur descente vers le sud. Le piège est là. Ils font montre d'une attitude agressive et "provoquent" l'intervention à laquelle ils ne croyaient pas: celle des troupes françaises qui sont prêtes depuis bien longtemps !
Cette analyse est probablement exacte. Tout le reste n'est que mise en scène. Tout comme nous le disions moins d'une semaine avant le déclenchement des opérations, les combattants islamistes n'ont jamais été en mesure de s'approcher de Bamako situé à près de 700 km du lieu où l'armée les attendaient: Kona. Globalement, ils n'ont même pas occupé cette ville, se contentant de faire des ronds dans le désert avec leurs 4 X 4. Ils n'étaient pas 5000 comme la presse et la TV le répétaient à satiété, mais 1200. Et la France préparait son intervention depuis longtemps déjà !

Nous n'allons pas nous éterniser sur cette analyse qui rejoint nos vieilles convictions. Il y a plus important.
Nous parlions ci-dessus d'Ansar Eddine qui s'est lancé dans une aventure guerrière après avoir rompu avec le MNLA. Pour bien comprendre ce qui reste aujourd'hui une énorme épine dans le pied du gouvernement malien (et de la France également mais qui n'en dit rien), il faut savoir que Kidal constitue une position très incertaine, dans laquelle les touaregs sont en position de force et où l'armée malienne ne peut quasiment pas intervenir. Les escarmouches y sont quotidiennes. L'intégration de Kidal dans l'unité du Mali devient de plus en plus une question primordiale pour nombre de politiciens et pour les maliens eux-mêmes. Le 17 janvier, à l'occasion de ce fameux anniversaire, Hama Ag Mahmoud, l'un des ténors du MNLA, mais également ancien ministre de la fonction publique sous la présidence de Moussa Traoré, a donné son point de vue sur l'intervention française dans Le Courrier du Sahara.
Dans cette interview, Hama Ag Mahmoud soutient que c'est la France qui a incité les touaregs du MNLA a occuper le Nord-Mali, et qui leur a promis l'indépendance de l'Azawad en échange de l'aide apportée pour faire s'évader tous les combattants touaregs qui étaient dans l'armée libyenne. Il soutient également qu'aucune solution militaire n'est à même de mettre fin au terrorisme. Seuls, le développement économique et l'autonomie politique de cette région pourraient y parvenir.

Kidal (DR)
Troisième volet de cette analyse du premier anniversaire. Aminata Traoré, dont nous avons souvent parlé ici, militante opposée à l'intervention française au Mali dès le premier jour, a publié début janvier (hasard ?) un livre d'entretiens avec Boubacar Boris Diop: "La gloire des imposteurs, lettres sur le Mali et l'Afrique". Inlassablement, Aminata Traoré y reprend son analyse anti-colonialiste et persiste dans son affirmation que la France n'est au Mali que pour prendre place dans la future conquête des richesses minières du pays (c'est également le point de vue dHama Ag Mahmoud qui y ajoute la richesse de l'eau) et affirme qu'il n'y a pas lieu de dire merci à la France qui ne conduit au Mali (et en Centrafrique) ni plus ni moins qu'une guerre coloniale.

Faisant un peu la synthèse de tout ces points de vue, le Nouvel Observateur a publié en janvier un article intitulé "Serval: une opération pas si réussie". Cet article s'achève par le terrible point de vue de l'ONG Survie "L'action de la France s'apparente à une mise sous tutelle du Mali, à l'opposé d'un processus de reconstruction institutionnelle dont aurait besoin le pays aujourd'hui". Lorsque l'on connait le dernier avatar des relations franco-maliennes, il y a tout lieu de penser que ce jugement est bien exact.
" La France agira selon ses besoins s’il s’agit officiellement de mieux échanger le renseignement. Cela n’ira pas jusqu’à informer au préalable les autorités maliennes des actions entreprises". C'est la France qui a fait cette déclaration à propos du projet imposé à IBK d'accord de défense entre les deux pays et dont la signature avait été fixée unilatéralement par la France au 20 janvier. Or, il se trouve que le 20 janvier correspond à la date anniversaire du départ de l'armée française en 1961, départ imposé par le Président Modibo Keita. 53 ans plus tard, l'humiliation a été ressenti: depuis cette date, il n'est plus à l'ordre du jour de parler d'accord de défense ! A propos, avez-vous entendu parler de ce projet devant le Parlement français ?

PS: Peux-t-on, naïvement, poser la question de savoir où en est l'enquête relative à l'assassinat des deux journalistes de RFI ?

mercredi 6 novembre 2013

Mauvais signal pour le Mali

Nul n'ignore, dans ce blog, notre position quant à la présence de la France au Mali.
Le 8 juin 2012, ici même, nous écrivions que "La France n'a rien à foutre militairement au Mali". Depuis cette date, tous les billets ont défendu cette thèse, la justifiant par de nombreux signes de délabrement de la vie sociale, humaine, économique, politique .. de cette région du monde. Si quelqu'un doit être au Mali, pour y défendre une certaine conception de la démocratie, ce ne peut être qu'une large et légitime coalition internationale, avec forte participation africaine (sud-saharienne, comme maghrébine et proche-orientale).

Le récent enlèvement de deux journalistes français, Ghislaine Dupont et Claude Verlon, rattachés à la rédaction de RFI, suivi de leur mort, est susceptible de changer radicalement les données de la confrontation qui a lieu actuellement au Nord-Mali.


Ghislaine Dupont (RFI)

Claude Verlon (RFI)

De façon primaire cela démontre que nous n'avons pas gagné la guerre, malgré les déclarations plus ou moins fanfaronnes des membres de notre Gouvernement. Jusqu'à la semaine dernière, il était encore possible de croire que les "rebelles djihadistes" avaient été repoussés hors les murs du Mali et qu'on pouvait s'attendre à les retrouver au Niger, voire au Burkina Faso. Mais non, il n'en est rien. Ils sont là, dans les villes, à quelques centaines de mètres de troupes françaises, maliennes ou onusiennes.
Que s'est-il passé ?
Les faits ne sont pas connus avec certitude et ne le seront sans doute jamais. Et si une version officielle est répétée à l'envie dans tous les médias, elle n'en restera pas moins une version officielle sujette à toutes les contestations.
Déjà, les causes de la mort ont été variables: "égorgés", "criblés de balles", "deux balles pour l'un, trois balles pour l'autre". Si le sujet n'était pas si macabre, on se plairait à faire un peu d’exégèse sur ces différentes affirmations (toutes de notre ministre des Affaires Etrangères). Les premières visent à mettre en évidence la brutalité et l'inhumanité des adversaires kidnappeurs, la dernière a pour objet de démontrer leur froideur et leur cruauté en exécutant leurs otages.
Ont-ils réellement exécuté leurs otages ? Peu en parlent en France; il existe pourtant une version des faits qui met en cause l'armée française en la soupçonnant de précipitation et d'avoir tiré, à partir des hélicoptères lancés à la poursuite, sur les ravisseurs et leurs otages, les tuant tous, c'est à dire trois ravisseurs et les deux otages. Cette version est lisible sur El Watan, journal algérien.

Pour sa part, le Gouvernement français ne parle actuellement que des corps des deux journalistes retrouvés devant un véhicule intact (pas de traces de balles, donc pas de mitraillage par hélicoptère) et ...verrouillé. Combien précautionneux sont ces hommes du désert qui prennent le temps de verrouiller leur véhicule avant de s'enfuir: sans doute pensaient-ils revenir le chercher plus tard !

Cette théorie, car pour l'instant ce n'est qu'une théorie, est à rapprocher de l'issue tragique de la poursuite jusqu'à la frontière malienne des ravisseurs des deux jeunes enlevé au Niger et tués lors de la tentative d'intervention de l'armée française. Là aussi, au moins pour l'un des jeunes, il est possible qu'il ait été tué par des balles françaises.

Quel était l'intérêt des ravisseurs ?
Une première explication est évidente. C'est celle du "marché aux otages". La récente libération des otages d'AREVA, avec sa rançon de 20-25 millions d'euros, a fortement excité les convoitises. Selon cette hypothèse, il y a fort à penser que les journalistes ont été enlevés pour être remis à un groupe djihadiste candidat à une opération financière de même ordre. Dans ce cas, il est impensable que les otages soient sacrifiés ! Pensez-donc, 20 millions d'euros !! La thèse de la panne du véhicule (tout neuf) ne tient pas non plus. Les ravisseurs auraient assassiné leurs proies afin de s'enfuir à quatre dans un autre véhicule ? Impossible, la "valeur" même des otages les aurait obligés, dans ce cas, à abandonner le prétendu véhicule en panne (en le verrouillant bien !) et à s'entasser à six dans l'autre véhicule. Pourquoi l'armée française n'aurait-elle pas vu cet autre véhicule ?

Une seconde explication est plus pernicieuse. AQMI aurait effectivement décidé d'agir contre les intérêts français au Mali en dramatisant le conflit, en vengeant les victimes de la guerre du Nord-Mali, en prenant fait et cause pour les musulmans de l'Azawad. A court terme, AQMI aurait été amené à développer ce discours en qualifiant les français d'occupants et en appelant la population à les chasser. Depuis bien avant la déclaration de guerre, ce risque existe. Jusqu'à présent, il n'était que potentiel. Deux choses s'opposent à cette seconde théorie. Tout d'abord, même si AQMI n'a pas été chassé du Mali, il n'est pas actuellement au mieux de sa forme (matériels, logistique, troupes) et une "déclaration de guerre" implique de pouvoir accompagner les mots avec des actes. Ensuite, AQMI a pour habitude de scénariser ses actions: même si les otages journalistes étaient condamnés par les djihadistes, ceux-ci auraient pris la peine de mettre en scène cette exécution: délai, communiqué de presse, vidéo peut-être, ...

Mais aujourd'hui, ces analyses n'ont plus lieu d'être.
Quelle que soient la cause et l'explication de la mort des deux journalistes, AQMI a récupéré la mise.
Et ce qu'il n'avait peut-être pas envisagé de faire, il vient d'être amené à le faire.
Parce que, pour une raison ou pour une autre, un enlèvement de deux otages s'est terminé par leur mort, AQMI a décidé de s'en emparer et de déclarer que "le meurtre des deux journalistes français constitue le minimum de la facture que Hollande et son peuple doivent payer en contrepartie de leur nouvelle croisade".

La guerre du Mali vient brutalement de changer totalement de dimension. Nous entrons dans un conflit comparable à celui de l'Afghanistan, un conflit dont la France ne sortira jamais par le haut.

vendredi 31 mai 2013

Après le Mali, la recolonisation programmée en Afrique

C'est une sorte de pavé dans la mare que viennent de publier Isabelle Lasserre et Thierry Oberlé, tous les deux journalistes au "Figaro". Leur ouvrage (au titre racoleur: qu'y a t-il de "secret" ?) s'intitule "Notre guerre secrète au Mali" et défend l'idée que l'intervention française dans ce pays était prévue depuis longtemps, depuis 2009 plus précisément. Elle est un héritage de l'ère Sarkozy qu'ont repris à leur compte Jean-Yves Le Drian, Jean-Marc Ayrault et François Hollande, à la fois pour des raisons stratégiques et pour des raisons militaires. Pour que cela soit bien clair, il s'agit de notre conviction bien avant le déclenchement de l'intervention elle-même: les déclarations auprès de l'ONU afin d'obtenir les résolutions adéquates, les engagements de Dakar du Président Hollande, annonçant qu'il n'y aurait jamais d'intervention au sol de la part de la France, et qu'il n'y aurait jamais d'initiative ou d'action individuelle n'étaient qu'un rideau de fumée, un brouillard épais diffusé essentiellement afin de permettre la montée organisationnelle de l'opération. Il est indéniable que tout cela a bien marché. En effet, la "qualité" de l'organisation, du déploiement et de l'action militaire suffisent à prouver que l'intervention était préparée et programmée depuis longtemps.

Notre guerre secrète au Mali (DR)


La question qui se pose désormais est celle de savoir si cette intervention a été un succès. Ici même, nous avons souvent et longuement analysé les risques que comportaient cette opération militaire.

Des risques humanitaires, disions-nous.
Personne n'en parle, ce sujet ne fait pas partie du "tableau" que la presse française se complait à développer quand elle aborde cette guerre. Or, les réfugiés sont plusieurs centaines de milliers dans les pays limitrophes. Or, la situation de ceux qui restent dans le Nord-Mali est de plus en plus précaire: il n'y a plus d'eau à Gao, le choléra reprend du service ...

Des risques ethniques, disions-nous ensuite.
Force est de constater que ceux-ci ne se sont pas produits à grande échelle, malgré quelques actes commis entre communautés noires, arabes et/ou touarègues. Sans doute, la présence ordonnée et disciplinée de l'armée française y est-elle pour beaucoup. cela ne garantit pas l'avenir pour autant. Un conflit localisé mais puissant germe progressivement à Kidal. Cette ville est "occupée" par les combattants du MNLA qui refusent 'accès aux troupes maliennes. Cette forme d'occupation se fait avec la complicité plus ou moins explicite de la France qui voit dans les Touaregs une force avec laquelle il serait utile de discuter. La quasi totalité des forces politiques du Mali, de Bamako plus exactement, ne veulent pas en entendre parler. Les négociations sont en cours,mais leur échec est susceptible de réveiller de vieux démons, surtout au moment ou la France commence son désengagement.

Enfin des risques politiques, et ils sont nombreux !
Les récents attentats d'Arlit (auprès d'AREVA) et d'Agadez mettent en évidence une situation prévisible et redoutée. L'intervention de l'armée française, si elle a "détruit" quelques centaines de combattants, a surtout eu l'effet d'un coup de pied dans la fourmilière. Ceux que l'on nomme, à tour de rôle, des terroristes ou des djihadistes ont pris la piste et quitté le théâtre des opérations. Seuls, restent quelques kamikazes dont la fonction première et d'attester de la détermination des combattants et de fixer les armées d'intervention. Les autres, tous les autres, ont quitté le Mali, en fuite devant les troupes françaises, et se trouvent actuellement dans le sud de la Libye, un pays dont la décomposition est telle qu'il lui est impossible, même s'il le voulait, d'intervenir. Ces combattants sont des Maliens, des Soudanais, des Nigériens et des Sahraouis. Les attentats du Niger sont leur œuvre. La volonté est parfaitement claire de généraliser le combat djihadiste à l'ensemble de la zone sahélienne. Et non seulement généraliser le combat, mais y entraîner la France.
Laurent Fabius est déjà tombé dans ce panneau, en déclarant auprès du Président du Niger qu'il est du devoir des Etats voisins (Algérie, Tunisie, Maroc, Egypte, Niger, ...de se coordonner et de conduire une action contre les terroristes. "La France est et sera à vos cotés".
Pourquoi ? Parce que l'intérêt de la France est de contrôler efficacement cette zone. Ce n'est pas sans arrière-pensée que la France a obtenu la présence constante d'un millier de soldats français au Mali. Mais l'armée française a d'autres besoins: l'uranium d'Arlit, au Niger, l'uranium à venir dans les prochaines exploitations minières, n'a pas pour seule finalité la filière nucléaire civile. L'armée, (l'Armée), a besoin d'uranium et elle fera tout pour maintenir sa présence et rester en Afrique .... comme cela a toujours été fait ! Et avec le soutien , l'aide et l'appui stratégique des USA, dont nous ne sommes pas autonomes.
Voici quelques jours, France24 a organisé un passionnant débat (ici) et (ici) à propos de cette évolution. Il faut l'écouter.

AREVA à Arlit (DR)

Un autre risque politique est celui de la destruction des petits restes de démocratie qui existent encore au Mali. Des élections présidentielles (à minima) destinées à désigner un pouvoir politique légitime, en lieu et place d'un président issu d'un putsch, doivent avoir lieu le 28 juillet prochain. L'impréparation à ce sujet est totale: listes électorales, matériel, organisation matérielle et administrative ...les populations du Nord, dont on a vu dans quelles conditions elles vivaient, sont incapables de participer à cette élection. Les réfugiés hors du Mali ne sont même pas pris en considération.
Face à cela, la France, par la voix de François Hollande et celle de Laurent Fabius, exige que cette élection ait lieu et que les délais en soient respectés. Or, la même exigence était impossible à satisfaire en janvier dernier parce que le Nord du pays était occupé.
François Hollande est allé jusqu'à "humilier" certaines personnalités politiques (de celles dont on ne parle jamais en France) en déclarant qu'il serait "intraitable" sur la tenue de ces élections à la date prescrite, le même François Hollande qui hausse le ton et se drape dans sa dignité vexée lorsque l'Europe lui demande de faire des efforts en matière d'économie !

Aujourd'hui, nous ne sommes plus face à un "risque", mais bien en présence d'une "recolonisation programmée" de l'Afrique sub-saharienne. Le comble, c'est que ce soit un gouvernement de gauche, déjà bien décontracté avec l'idée de guerre, qui se charge de cette question !
Aminata Traoré, dont on a souvent parlé ici, ne décolère pas. On en a souvent parlé, tout en étant bien seul, car à part l'Huma, Rue89 et Médiapart, il n'y a pas eu beaucoup d'autres organes de presse qui se soient fait l'écho de ses propos.
Bien sur, elle gêne encore avec son approbation à peine déguisée du putsch militaire qui a renversé ATT. Elle nous gêne également et nous ne saurions accepter que la force militaire soit une méthode pour faire avancer les solutions politiques. D'autant qu'en l’occurrence, la méthode s'est révélée désastreuse ! Par contre, nous ne pouvons que la suivre quand elle affirme, haut et fort, que la solution à cette crise ne peut être trouvée que par les Africains, ne peut être mise en œuvre que par les Africains. Le scrutin programmée en juillet ne relève que d'une "démocratie de façade", bien utile à la France pour camoufler ses intentions.

Ces deux évolutions politiques seront probablement au cœur du débat africain dans les mois à venir et il est fort probable que le reproche d'"ingérence" devienne de plus en plus fréquent à l'égard de la France.
Il sera alors bien difficile de parler de succès pour l'opération Serval.

Nous n'avons pas parlé des otages ... mais la question reste sans réponse: où sont-ils ?

- page 1 de 9