La reprise économique devait bien finir par arriver et, avec elle, la remontée des perturbations de l'environnement. L'AIE a publié le 30 mai un document soulignant que les émissions de CO2 induites par les consommations d'énergies fossiles ont atteint en 2010 le niveau record de 30,6 gigatonnes, soit 5% de plus qu'en 2008. Bien entendu, aussitôt, les experts et les diplomates s'affrontent pour évaluer les conséquences de ce "record". Les premiers considèrent que la limitation de la hausse des températures moyennes dans le monde à 2°C est une cause de plus en plus difficile à défendre. En effet, il faudrait d'ores et déjà que la production de CO2 diminue, au lieu d'augmenter, ou, à tout le moins, qu'elle n'augmente que d'une infime proportion (0,3-0,5%) chaque année et pendant plusieurs décennies.

Quant aux diplomates, chargés de défendre les intérêts de leurs pays respectifs, les voilà s'affrontant sur la responsabilité et les devoirs des uns et des autres. Les "uns" étant les pays développés qui sont sommés de faire des efforts et de montrer la voie, au motif de leur "responsabilité historique". Ils ont été, en effet, les premiers et sont toujours de grands consommateurs d'énergies fossiles afin d'assurer leur expansion économique ou simplement garantir le niveau acquis de celle-ci. En face d'eux, les "autres" sont les pays en développement, et notamment la Chine et l'Inde qui sont à l'origine de 75% de l'augmentation des émissions, selon l'AIE. Ces pays sont donc fermement invités à faire, eux aussi, des efforts en vue de la réduction de leurs émissions. Ils ont cependant tendance à se défausser quelque peu de cette responsabilité en arguant de l'immobilité des pays développés.

Ils sont également soutenus dans cette attitude par quelques groupements écologiques (RAC: Réseau Action Climat) qui défendent l'idée que "les pays riches délocalisent leurs productions vers les pays du sud, et donc délocalisent leurs émissions". Cela n'est pas totalement faux. Cependant, cette position risque d'entraîner une grave erreur d'analyse sur le court terme. Les pays en développement ne sont plus, et la Chine en particulier, l'"atelier du monde". Ces pays se développent désormais pour eux-mêmes: fer, acier, ciment, pâte à papier, engrais, automobiles, logements, trains, ... font partie des plans de croissance. L'urbanisation avance à pas forcés.

Prenons l'exemple d'un pays dont on parle peu sous l'angle économique (mais davantage à propos de son éventuelle adhésion à l'Europe): la Turquie. Est-ce un pays développé ? Pas encore ! Est-ce un pays émergent ? Déjà plus ! Le 12 juin prochain auront lieu les élections législatives et le pays est traversé de caravanes sonores et animé de meetings colorés. Le parti AKP du premier ministre Recep Tayyip Erdogan est bien parti pour remporter ces élections ... et les suivantes ! Il y croit puisqu'il articule sa campagne autour de l'année ... 2023, l'année du 100° anniversaire de la proclamation de la République. Les slogans dressent un bilan des années 2002 à 2010. Ce bilan est un édifiant témoignage du développement exponentiel du pays. La production de CO2 n'est pas mesurée ! Mais la Turquie pouvait-elle, avait-elle le droit de faire autrement ?

- Le budget de la santé est passé de 3,91 milliards de lires turques en 2002 à 13,4 milliards en 2010 (+242% !)

- Le budget de l'éducation est passé de 7,5 milliards à 28,5 milliards (+280% !)

- Le budget de l'enseignement professionnel de 2 millions de lires turques à 270 millions.

- Les salles de classe sont passées de 100 élèves à 20 élèves.

- Les unités de soins intensifs de 869 à 8100.

- Les constructions de logements de 43145 entre 1983 et 2002 à 458758 entre 2003 et 2010.

Au-delà d'un bilan et de slogans électoraux, le fait est là, la Turquie est entrée dans le concert des pays développés et des pays émetteurs de CO2 ! Le quotidien "La Croix" de ce jour parle assez bien des "tigres anatoliens" qui portent cette expansion.

Turquie-Elections 12 juin-Centres de soins (c)JB

Turquie-Elections 12 juin-Ecoliers par classe (c)JB
Ce développement sera celui que prendront tous les pays émergents, aujourd'hui en Asie et en Amérique Latine, demain en Afrique. Il devient donc urgent de trouver une autre forme de développement et de cesser d'invoquer une impossible, une impensable décroissance. Les pays neufs n'ont aucun désir de décroître, ils ont l'ambition d'apporter à leurs peuples les "bienfaits" que nous avons connus depuis près d'un siècle, à défaut de quoi ces peuples émigreront ailleurs.

Il devient donc urgent de proposer des alternatives énergétiques plus conséquentes que les éoliennes ou les panneaux photovoltaïques, surtout si ceux-ci doivent être accompagnés de multiples bassins de stockage à plusieurs niveaux pour transformer une énergie volatile en énergie disponible.

Utopie ? que la mise en réseau mondial de la production, de la distribution et de la consommation d'énergie propre ? Car il existe toujours un lieu pour produire l'énergie capable d'alimenter le lieu qui en a besoin. L'information, le trafic aérien, la marché sont bien construits en réseaux mondiaux: pourquoi pas l'énergie propre ?