"Les coptes décident une trêve". Tel est le titre d'Al-Ahram Hebdo que l'on pouvait lire fin mai. Nous ne savions pas les coptes en guerre au point de décider d'une trêve ! Il s’agissait en fait de la suspension jusqu'au 13 juin (qu'en est-il à ce jour ?) d'un sit-in organisé au Caire afin d'obtenir des engagements de la part du Gouvernement sur la réouverture des églises fermées, l'arrestation des provocateurs et incendiaires de l'église d'Imbaba, la promulgation d'une loi concernant la construction des lieux de culte et la promulgation d'une autre loi contre les discriminations envers les coptes. Bien des commentateurs ont voulu voir un signe de cohésion nationale dans le fait que la question copte n'a pas fait l'objet de tensions lors des évènements de la Place Tahrir et d'ailleurs.

Il n'en est probablement rien. Cette question, tout comme la question juive et les relations avec Israël, est restée une question non abordée, donc non réglée. Ce n'est pas un signe favorable. Tout comme en France le fait que la question de la guerre d'Algérie et de l'indépendance de ce pays ne soit jamais abordée, ne signifie aucunement qu'il n'y a aucun problème.
En Egypte, les élections législatives auront lieu en septembre. D'aucuns réclament déjà leur report au motif que les organisations porteuses du mouvement ne sont pas prêtes à affronter un tel scrutin qui verra la victoire probable des Frères Musulmans. Ils voudraient qu'auparavant soit décidé d'une nouvelle Constitution. Il y a fort à parier que cette situation débouche sur une impasse, car les formations jeunes, libérales ou plus ou moins révolutionnaires ne pourront acquérir l'expérience souhaitée qu'au travers d'affrontements, lesquels, malheureusement, sont grandement joués d'avance.
Les mêmes journalistes et commentateurs répètent à l'envie que les Frères Musulmans ne "veulent pas du pouvoir, qu'ils limiteront le nombre de leurs candidats aux Législatives, qu'il ne présenteront pas de candidat à la future Présidentielle" ... Qui peut croire cela ? A t-on déjà vu un groupe politique, quelle que soit sa nature, renoncer délibérément à son pouvoir ? Si les Frères Musulmans limitent volontairement leur représentation, il faut se demander en échange de quoi ils feraient cela. Quelle promesse ont-ils déjà obtenue ? Quels engagements leur ont déjà été donnés ?

La Tunisie, de son coté, suit le même itinéraire et l'on voit le parti islamique Ennahda prendre une importance au moins médiatique de plus en plus grande, profitant de l'émiettement des nouveaux parti politiques (près d'une centaine !). Des affrontements tribaux ont désormais lieu entre diverses couches de la population. La situation économique en est souvent la cause. Le pouvoir chassé est considéré comme menant une contre-révolution. Mais est-il vraiment besoin de cela ? Ou est-ce simplement l'effet des tendances naturelles de la société qui reprend le dessus, masquées qu'elles étaient par un pouvoir fort et centralisateur ?

Libye, Yémen, Syrie, partout ailleurs et même si cela reste incompris de l'occident, il s'agit avant tout de conflits entre tribus, entre communautés. En Libye, certains partisans de Kadhafi sont considérés comme des mercenaires: ils ne sont que les membres de tribus qui ont fait depuis toujours (ou presque) allégeance à la tribu détentrice du pouvoir. Ne pas comprendre ceci, c'est ne pas comprendre le conflit, lequel, comme il était prévu, s'éternise et s'enlise et ne s'achèvera qu'avec des négociations (et des soumissions !) qui auraient du le sanctionner depuis longtemps si l'orgueil occidental ne s'en était pas mêlé.

Alors, révolution ou révolte ?
Dans la mesure où le motif essentiel est celui de la revendication d'une autonomie économique (avoir un emploi, être libre de circuler, pouvoir consommer, ...) et que l'élimination des "despotes" est surtout l'élimination de ceux qui interdisent cette autonomie et qui, au contraire, se servent bien, on ne peut parler que de révolte.
Et des révoltes, il y en aura d'autres puisque les évènements, élections ou pas, ne traduiront pas, ou si peu, cette revendication. Dans le même temps, les nouvelles couches sociales feront leur apprentissage politique. La Turquie est citée, bien souvent, comme modèle d'une société musulmane moderne. A vrai dire, les pays arabes du Maghreb ou du Proche-Orient sont loin, très loin de ce modèle.
Il leur reste à apprendre ce qu'est une société mixte, dans laquelle la femme dispose des mêmes droits et devoirs que l'homme, à commencer par celui de circuler librement et de converser dans la rue ou ailleurs avec qui bon lui semble.
Il leur reste à apprendre ce qu'est une société laïque, dans laquelle le Coran, la Bible ou le Tanakh (Torah) ne sont que les livres saints de ceux qui veulent les reconnaître comme tels. Ils ne sont pas les fondements d'une société, d'une constitution, d'un pays ...
Enfin, il leur reste à apprendre (aux Turcs également !) ce qu'est une société de tolérance traversée par plusieurs ethnies, plusieurs tribus, plusieurs courants culturels, que l'origine en soit historique ou religieuse. Les intolérances entre tribus libyennes, tunisiennes, yéménites ..., les rivalités entre chiites et sunnites, les conflits avec les Kurdes ou les divisions de Chypre, tout cela devra être abordé et surmonté.

Mixité faculté d'Istanbul (c)JB

Ce n'est qu'à ce prix que la vraie révolution se fera.