Lors du premier débat entre les candidats des primaires socialistes, Martine Aubry s'est livrée à une rapide citation des discours de Sarkozy afin d'illustrer la nature de sa politique. Elle a ainsi fait référence à deux discours qui n'ont strictement rien à voir l'un avec l'autre: le discours de Dakar et le discours de Grenoble. Le discours de Grenoble, un discours de stigmatisation, de ségrégation, d'exclusion, notamment à l'égard des Roms, n'est pas de notre propos, ici et aujourd'hui;

Par contre, le discours de Dakar mérite quelques commentaires et il y a longtemps que nous souhaitons le faire sur ce blog. En effet, ce discours est devenu un incontournable, une icône de la critique envers Sarkozy, un leit-motiv du TSS. Or, ce discours ne mérite paradoxalement, ni autant de mépris et d'insultes, mais ni éloges particuliers. Pour s'en rendre compte, encore faut-il le lire au préalable et faire un petit effort de compréhension et d'analyse. ce qui n'est assurément pas le cas, ni de Martine Aubry, ni de François Hollande qui, à La Rochelle, le rattachait à la francophonie, ni de Ségolène qui, à son propos, a demandé pardon (!), ni de ceux qui le référencient sous DailyMotion (ou autres serveurs de vidéos) comme "discours raciste" en en retenant qu'une infime portion ...

Prononcé le 26 juillet 2007 à l'Université de Dakar, ce texte a été écrit par Henri Guaino. S'il a suscité immédiatement des réactions contrastées et parfois très vives en Afrique, il a fallu attendre plusieurs mois (en fait octobre 2007) pour qu'en France il fasse l'objet d'un débat public. Car c'est BHL qui a qualifié son auteur de "raciste", en prenant bien soin de distinguer l'auteur (raciste) de l'orateur (pas raciste !). Il est des distinctions qui sont particulièrement subtiles, mais bien utiles pour l'avenir de celui qui rêve d'être Grand Vizir !

Alors le racisme ? Toute une première partie (28% du texte !) est consacrée à une dénonciation de la traite des noirs, de l'esclavage, puis du colonialisme. Jamais aucun Président, ni de Gaule, ni Mitterand, ni Pompidou, Giscard, Chirac, ni aucun ministre, fut-il Premier, n'a prononcé de pareilles phrases. Et même s'il s'y trouve un refus explicite de la repentance, nous ne sommes pas loin de la demande de pardon.

... le passé ne s'efface pas ..
il y a eu des fautes, il y a eu des crimes ...
il y a eu la traite, il y a eu l’esclavage ...
les européens sont venus en conquérants, ils ont pris la terre de vos ancêtres.
ils ont banni les dieux, les langues, les croyances, les coutumes ...
ils ont dit à vos pères ce qu'ils devaient penser, ce qu'ils devaient croire, ce qu'ils devaient faire ...
ils ont eu tort.
le colonisateur est venu, il a pris, il s'est servi, il a exploité, il a pillé des ressources, des richesses qui ne lui appartenaient pas.
il a dépouillé le colonisé de sa personnalité, de sa liberté, de sa terre, du fruit de son travail ...

Même les dix lignes qui suivent alors et qui se veulent inscrites dans la vision que le colonialisme n'a pas été que mauvais, même ces dix lignes sont reconnaissance de faute.

... il y avait parmi eux des hommes de bonne volonté, qui croyaient faire le bien ...
ils se trompaient ...
ils croyaient donner la liberté, ils créaient l'aliénation ...
ils croyaient briser les chaînes de l'obscurantisme, de la superstition, de la servitude. Ils forgeaient des chaînes bien plus lourdes, ils imposaient une servitude plus pesante ...
ils croyaient donner l'amour sans voir qu'ils semaient la révolte et la haine ...
la colonisation fut une grande faute.

Cette déclaration est alors suivie d'un appel à la jeunesse à qui il est dit que c'est en puisant dans les valeurs de la civilisation africaine que vous serez tirés vers le haut, car ces valeurs sont un antidote au matérialisme et à l'individualisme. Ce passage revêt une grande importance: il se situe juste avant le "virage" du discours, cette fameuse phrase tellement souvent sortie de son contexte, voire interprétée totalement à contresens: le drame de l'Afrique, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'histoire. Les mots qui précédaient montrent bien qu'il ne s'agit pas de dire que l'homme africain ne serait pas entré dans l'histoire, ou que l'homme africain n'aurait pas d'histoire. Non, le texte dit que jamais l'homme ne s'élance vers son avenir.

Et se développe alors une consternante seconde partie, aussi longue que la dénonciation des méfaits de l'homme blanc. Une seconde partie dans laquelle est décrite sur un ton paternaliste, condescendant et docte une culture noire faite d'une croyance en un éternel recommencement, où il n'y a pas d'idée de progrès et dans laquelle la nature commande tout. L'homme y est immobile au milieu d'un ordre immuable, il ressasse et répète ses regrets d'un âge d'or qui n'a jamais existé et il n'arrive pas à se libérer de ses mythes.

Après une référence à Léopold Senghor, qui adressait des poèmes en français à toute l'Afrique, le discours lance un appel à une Renaissance africaine qui débarrassera l'Afrique des mythes qui voilent sa face.

Et cette Renaissance, je vous la propose. Tel est le thème de la dernière partie de ce discours (là-aussi, une petite trentaine de %). Ce que veut l'Afrique est ce que veut la France; la coopération, l'association, le partenariat, l'immigration négociée, l'unité africaine, l'Eurafrique ...

A ce niveau du discours, y a t-il sincèrement quelque chose de nouveau ? Probablement pas. Il s'agit toujours de cette volonté française de garder coûte que coûte le pré-carré africain, en s'assurant d'obtenir une part conséquente des matières premières, une part conséquente des marchés de développement de ce continent, une part conséquente de soumission ou de vassalité politique à l'égard de la vieille métropole, dans toutes les cours et les tribunes internationales où cela est utile.

Alors raciste ? Non. Mais néo-colonialiste, oui. Et ne mélangeons pas colonialisme et racisme, car même si le second a souvent accompagné le premier, il n'en est pas l'essence.

Considérer ce discours comme "le discours raciste de Sarkozy", c'est faire une grossière erreur, une faute. C'est se priver de toute possibilité de critique élaborée, car quand on a dit raciste on a tout dit. Et dans le cas présent on n'a rien dit des relations entre la France et l'Afrique.

Discours de Benghazi (DR)

Un autre exemple ? La récente "libération" de la Libye a donné lieu à un vibrant discours de Sarkozy auprès des habitants de Benghazi. Très paradoxalement, les commentateurs et analystes français, les ténors politiques et en particulier ceux du PS, ont salué ce discours tout comme ils avaient tous globalement salué l'action guerrière de la France dans ce pays. Le voici: « Jeunes de Benghazi, jeunes de Libye, jeunes Arabes, la France veut vous dire son amitié et son soutien. Vous avez voulu, vous avez voulu la paix, vous avez voulu la liberté, vous voulez le progrès économique. La France, la Grande-Bretagne, l’Europe seront toujours aux côtés du peuple libyen. Mais, amis de Benghazi, nous vous demandons une chose, nous croyons dans la Libye unie, pas dans la Libye divisée. Peuple de Libye, vous avez démontré votre courage. Aujourd’hui, vous devez démontrer un nouveau courage, celui du pardon et celui de la réconciliation. Vive Benghazi, vive la Libye, vive l’amitié entre la France et la Libye »

Bien qu'il ne comporte que quelques lignes, n'y retrouve t-on pas la même construction ? L'appel aux jeunes, la leçon toute de paternalisme et de condescendance, et l'appel subliminal à la coopération économique ?