Le Caire, Egypte. Encore une fois des coptes meurent sous les coups et sous les balles de fanatiques et, cette fois-ci, de l'armée. Au départ, une nouvelle fois, une église incendiée, sans doute suspectée d'abriter une fictive femme musulmane convertie de force au christianisme. S'ensuivent l'absence de protection de cette partie de la population, ses protestations dans le vide, l'exaspération, et enfin la riposte des hommes les plus fanatisés.

Tunis. Encore une fois, une chaîne de télévision est attaquée et incendiée parce qu'elle a diffusé un film. Il s'agit cette fois de Persepolis (film de Marjane Satrapi, d'une très grande qualité) auquel il est reproché de présenter une image de Dieu (ou d'une représentation des pensées d'un enfant qui voit Dieu !), ce qui est considéré comme un blasphème par les islamistes radicaux. Mais quelques semaines auparavant, il s'agissait de s'opposer à un film traitant de la laïcité.

L'Image de Dieu dans le film Persépolis-Marjane Sarfati

Plus nous approcherons des élections, pour une assemblée constituante en Tunisie le 23 octobre, pour l'assemblée et le sénat en Egypte le 28 novembre, plus ce genre d'affrontements va se produire. Ce n'est pas une simple hypothèse; il s'agit d'une certitude. Parce que le "religieux" relève du blocage majeur de ces sociétés, celui sur lequel peuvent agir avec toutes les chances de réussite tous les manipulateurs et tous les provocateurs. Certes, il en est d'autres, comme la place des femmes ou la reconnaissance des différentes communautés, par exemple. Mais ce blocage-là permet de désigner sans coup férir les boucs émissaires de la société en crise: ceux qui ne croient pas comme il faut, ceux qui blasphèment, ...

Encore une fois, les analystes et commentateurs qui ont vu, dans les évènements de Tunis ou de la Place Tahrir, des signes encourageants d'évolution dans ce domaine se sont lourdement trompés. Ils ont vu l'aspiration du peuple à vivre en paix, comme tous les peuples veulent vivre en paix. Mais ils n'ont pas vu le début d'un renoncement à des positions intenables en démocratie. Et ils n'ont pas vu les seules forces organisées, celles des Frères Musulmans et/ou des salafistes, ou celles d'Ennahdha, se taire, garder le silence et se glisser dans tous les interstices de ces sociétés démantibulées. Une amie écrit ce soir: "O Dieu Tout-Puissant dans les Cieux, s'il Vous plait, protégez l'Egypte et son peuple, musulmans et chrétiens... Faites que les regrets ne prennent pas la place de la fierté que nous ressentions tous en janvier et février. Laissez votre Soleil briller sur l'Egypte la Bien-Gardée".

Oui, certes, sans doute faut-il prier le Dieu des musulmans et le Dieu des chrétiens (le même !), mais que faisons-nous des athées, des libre-penseurs, de tous ceux pour qui Dieu n'est pas une évidence ?

Dans son Rapport Stratégique Annuel, l'IISS (Institut International d'Etudes Stratégiques) estime que: "les transitions qui ont eu lieu jusqu'à présent restent à moitié achevées, et la promesse de résultats démocratiques reste liée aux risques que font peser les sectes, des institutions militaires ou d'autres groupes qui pourraient détourner le processus".

Aucune révolution ne se parachève du jour au lendemain. Il en est même qui sombrent totalement sous la contre-révolution. Mais dans le cas présent, il ne s'agira d'une démarche révolutionnaire qu'à partir du jour où le peuple aura décidé de lever définitivement ce blocage de la religion. Celle-ci n'est qu'affaire individuelle, elle n'est pas affaire d'état. Celle-ci relève d'une croyance personnelle et, aussi respectable soit-elle, elle ne peut légitimer ou servir de base à une action sociale, politique et collective.

Point de vue d'un laïc français ? NON, ce sont les bases de la Constitution turque !