Question: Dans une manif, en France, si une fille se fait vigoureusement malmener, aurons-nous le lendemain une nouvelle manifestation pour protester contre le traitement qui lui est infligé au motif qu'elle est une femme ?

C'est ce qui vient de se passer en Egypte. Au cours d'une nouvelle (et quotidienne) manifestation demandant le départ de l'armée, une femme voilée a été violemment molestée. Sa tunique s'étant ouverte lors de sa chute au sol, on peut voir son soutien-gorge et son ventre. La vidéo permet de voir que les policiers qui la malmènent alternent les coups (de pied) et les tentatives infructueuses pour rabattre son vêtement et cacher ce qui ne peut être montré. Il n'est pas possible d'affirmer qu'il y a volonté délibérée de la dénuder, par contre il est certain que la violence exercée par la police n'est en rien atténuée par le fait que c'est une femme qui est à terre.

Femme passée à tabac en Egypte (C)Reuters

Il n'y a rien d’étonnant à cette attitude dont nous avons déjà parlé. La violence sexuelle (physique et morale) faite aux femmes est omniprésente dans la société égyptienne et il est une "évidence" que les forces de police et de l'armée pratiquent couramment cette violence sans qu'il soit besoin de la "codifier", ni d'y "inciter" les hommes.

Alors, manifester ? D'aucuns diront (et ils le disent déjà !) que cet évènement permettra à la contestation de rebondir, alors même que les manifestations à répétition s’essoufflent, tandis que les électeurs votent pour les Frères Musulmans et/ou les salafistes.

Soulignons cependant quelques contradictions d'importance. Peut-on manifester en déclarant que les femmes sont une "ligne rouge" (khat ahmar) et qu'elles ne peuvent être battues, ce qui est, à contrario, reconnaître que les hommes, eux, peuvent être battus ?!
Ou, en d'autres termes, peut-on exprimer des revendications sur le droit des femmes alors que les droits de l'homme ne sont pas respectés ?!
Voici 48 heures, la télé nous montrait le frère de la victime déclarant que celle-ci "avait honte" et vivait "cachée chez elle". Il faut toujours se méfier des frères et savoir que dans ces cas-là, ils expriment avant tout leurs sentiments (voire ressentiments) à eux. Quoi qu'il en soit, cet évènement nous ramène encore une fois aux révolutions fondamentales que devront bien affronter les démocrates arabes: la laïcité, c'est à dire la séparation du religieux et du civil, et, dans le cas présent, la place de la femme dans la société, égale de l'homme et non derrière une "ligne rouge" !

Le divorce entre les manifestants et les électeurs fait l'objet des analyses du journal Al Ahram. Celui-ci énonçait la semaine dernière que "les libéraux perdent beaucoup de temps à faire des manifestations plutôt que de se faire des réseaux. Renverser Moubarak ne garantit aucune légitimité électorale et ça n'a rien à voir avec gagner des élections". Cette semaine, le même magazine parle de l'échec des libéraux et de la victoire d'Al Nour, le parti des salafistes.