C'est difficile et c'est triste à dire, mais il existe des intellectuels africains prompts à retourner leurs sentiments. Il n'y a pas un mois que le nouveau président français est élu et qu'il a pris ses fonctions que déjà certains lui lancent des appels à aider le Mali.
Afin de justifier un aussi rapide revirement, ils précisent que la France de Sarkozy ne leur a jamais rien donné et qu'au contraire elle leur a pris et les a maltraités. Comme de bien entendu, ressort comme un tarte à la crème le discours de Dakar, mal lu et mal cité, ou bien les accords d'immigration rejetés par ATT. Ces intellectuels se sont-ils mobilisés pour défendre le bilan d'ATT lorsque celui-ci a été chassé du pouvoir ?

Le Mali vit une situation catastrophique: situation de guerre au nord, situation humanitaire des réfugiés qui quittent le pays pour la Mauritanie ou le Niger, situation idéologique insupportable avec la proclamation d'un Etat islamique de l'Azawad et surtout les exactions quotidiennes de "combattants" livrés à eux-mêmes, situation politique incontrôlable à Bamako.

Un membre d'Ansar Dine (C) Romaric Ollo Hien -AFP

La France tient-elle actuellement un nouveau langage à l'égard de l'Afrique ? Probablement pas.
Laurent Fabius n'a pas autre chose à dire que "nous tiendrons un autre discours que celui de Dakar". Est-ce bien vrai ? Un fois enlevé (avec justesse) le volet colonialiste et daté du discours de Dakar, le fond reste le même !

Jean-Yves Le Drian, ministre de la défense, vient de la dire tout clairement.
"Le dispositif français en Afrique fera l'objet d'un nouveau Livre blanc évaluant les menaces et le rôle que la France doit jouer. Nous sommes très préoccupés par la situation au Sahel. Il y a des risques majeurs qu'il devienne un nouveau sanctuaire du terrorisme, avec, en plus, la dislocation du Mali. Il faut retrouver les principes de l'intangibilité des frontières, de l'intégrité du pays. Mais nous n'avons pas l'intention de revenir aux traditions d'ingérence. Il est indispensable que les organisations africaines agissent. C'est une fois qu'un mandat des Nations Unies, sollicité par les organisations africaines, sera décidé, que nous apprécierons la manière dont la France, qui ne doit pas fuir ses responsabilités, s'associera militairement. Il est souhaitable que des initiatives soient prises rapidement. L'idéal serait que l'ensemble soit accompagné par l'Europe, ce serait une forme de responsabilisation vis-à-vis de l'Afrique. C'est à partir du moment où il y aura un mandat que nous pourrons agir et activer nos éléments de soutien sur place."

Mais de quelle responsabilité française parle t-on ? Et de quelle responsabilisation européenne ? Celle qui est née du colonialisme ? Et jamais nous ne nous posons la question de savoir si les peuples africains (et non quelques intellectuels ludions) ont envie et ont besoin de cette "responsabilité". Relisez donc ce fameux discours (ou lisez-le une bonne fois pour toutes): vous y trouverez les mêmes références à des liens historiques, des liens de solidarité avec l'Europe.

La France n'avait rien à faire en Libye, elle n'y a pas respecté le mandat qui lui avait été confié, elle a fait d'énormes dégâts que payent au comptant le Mali, la Mauritanie, le Niger ...
La France n'a rien à faire en Syrie et la première raison en est justement le non-respect du mandat précédent en Libye.
La France n'a rien à faire militairement au Mali. Cela ne fera qu'ajouter des désastres aux désastres ...

Davantage qu'intervenir militairement, l'Europe doit faire connaître ses choix à haute et intelligible voix auprès des organisations africaines.
L'Europe doit aider l'Afrique à se définir un modèle de développement, et à le mettre en œuvre. La solution malienne se trouve dans la prise en charge de l'ensemble de l'avenir du pays par les maliens eux-mêmes, toutes populations et religions confondues.
Là est le rôle de la France et de l'Europe: pas dans les armes ...