A y bien regarder, il est peu de journées dans une vie qui comportent des évènements aussi symboliquement significatifs. Ce 12 octobre 2012 restera l'une de ces journées.

D'abord l'Europe avec la décision du Comité Nobel d'attribuer le Prix Nobel de la Paix à l'Union Européenne. Bien évidemment, ce n'est pas la situation actuelle de l'Europe qui est ainsi honorée. La crise financière est plus profonde que jamais, les peuples du sud en souffrent de façon dramatique, les peuples du nord se referment derrière leur égoïsme (n'ayons pas peur des mots), les grecs (certains !) accueillent Angela Merkel avec des drapeaux et des slogans nazis, les atteintes à la démocratie et à la libre expression des citoyens sont nombreuses (ce fut le cas en Hongrie et en Roumanie), la conviction européenne se délite de partout, les nationalismes, les régionalismes, les particularismes se multiplient d'ouest en est, ... Non, certainement, ce n'est pas cette Europe-là qui mérite un Prix Nobel.

Mais avant tout cela, l'Europe c'est aussi et surtout une magnifique idée qui brasse les cultures, qui permet non seulement à un anglais de rencontrer des italiens ou des grecs, mais aussi à des roumains de recevoir des français sans que se pose le moindre problème de papiers d'identité, de passages de frontières, de déclaration de biens ou de marchandises. Même si ce n'est pas le cas de tout les pays, "zone euro" oblige, il n'est pratiquement plus besoin de changer de devises, l'euro est reconnu et accepté partout.

L'Europe c'est également la source et le but d'un formidable brassage de jeunes: Comenius, Erasmus, Office Franco-Allemand pour la jeunesse, EACEA (Agence Européenne pour la Culture, l'Education et l'Audiovisuel), ... permettent au moins de 30 ans d'échanger, voyager, étudier presque là où bon leur semble.

Enfin, l'Europe, née sur les cendres et les décombres de la dernière guerre, est le meilleur outil de paix qui se puisse créer. Il suffit de reprendre un par un les conflits qui perdurent où qui se créent actuellement en Europe, d'imaginer que l’Europe n'existe pas ou plus, et chacun comprendra que cette structure de débat et de rencontre constitue le meilleur moyen de dégonfler les conflits à défaut de les désamorcer.

Ce Prix Nobel, que 27 enfants européens feraient bien d'aller chercher, à défaut des "Pères" fondateurs", doit être un encouragement à poursuivre la lutte pour plus d'Europe, pour une plus grande intégration, pour la naissance d'une démocratie européenne et la désignation de tous ses représentants par l'élection. Alors, quand Mélenchon et Le Pen s’élèvent, dans les mêmes termes, contre cette attribution dont ils affirment qu'en récompensant "la guerre économique et sociale tous azimuts entre les peuples, qui ne peut conduire qu'à la guerre tout court", le comité Nobel s'est "discrédité à jamais", ils ont grandement tort. Angela Merkel, également, a cru pouvoir affirmer que l'Euro était ainsi récompensé: il n'en est rien !

Seuls une idée, un rêve, un chantier, un futur ont été honorés. A nous d'en poursuivre la construction sans désemparer.


A plusieurs milliers de kilomètres, François Hollande a prononcé un discours médiatiquement annoncé depuis de longs jours et dont on a voulu nous faire croire que ce n'était pas le discours destiné à "effacer" celui de Sarkozy en 2007, mais l'affirmation de la volonté de mettre en place de toutes nouvelles relations avec l'Afrique. Qu'en est-il exactement ?

Après une courte introduction faisant référence à une histoire douloureuse, citant en quelques lignes l'esclavage qu'il lie à la lutte actuelle contre ceux qui exploitent les misères des jeunes, des réfugiés, des migrants, François Hollande précise que la vraie raison de sa présence au Sénégal est la démocratie dont le pays qui le reçoit est un exemple, preuve en est donnée par l'importante présence des femmes dans l'Assemblée.
Cette démocratie implique que "nous devons tout nous dire, sans ingérence, mais avec exigence".
"L'Afrique est portée par une dynamique démographique sans précédent". Il y aura près de 2 milliards d'hommes qui vivront au sud du Sahara en 2050. "L'Afrique est la jeunesse du monde" et une terre d'avenir pour l'économie mondiale. "Votre défi, c'est de renforcer la place de votre continent dans la mondialisation, de lui donner une finalité plus humaine". Dans cet avenir, nous sommes votre premier allié. Et notre devoir est de vous accompagner dans des secteurs comme l'agroalimentaire, les télécoms, les services financiers.
Suivent alors quelques principes d'application de cet accompagnement: la transparence, la bonne gouvernance, l'égalité.
Nous sommes à mi-discours.

12/12/2012-François Hollande et Macky Sall à Dakar (C)AFP/Seyllou
François Hollande aborde alors la question du combat identique auquel France et Afrique sont confrontées, "celui de la dérive identitaire, celui du terrorisme". Et de citer le cas du Mali, où "c'est votre sécurité qui est en jeu, c'est aussi la notre et celle de l'Europe", avant de se livrer à une analyse critique des causes de la crise malienne:
- pratiques mafieuses des groupes terroristes,
- erreurs lors de la fin d'intervention en Libye, notamment le manque de contrôle des armes,
- trafic de drogue ayant corrompu l'économie malienne,
- insuffisance du développement économique et social du Sahel,
- absence de mise en œuvre des accords passés.
François Hollande termine cet aspect de son discours par un rappel des modalités de soutien de la France dans le cadre d'une intervention conduite par les Africains.
La conclusion est une affirmation que "le temps de la Françafrique est révolu", il y a désormais un partenariat basé sur la clarté, le respect et la franchise, la solidarité par le développement, les financements innovants, la consolidation de la zone franc et des relations commerciales plus équitables.

Ceux qui auraient rêvé d'un discours reflétant une position plus novatrice, plus courageuse, plus révolutionnaire, en seront pour leurs frais: c'est exactement la même idéologie qu'il y a cinq ans qui soutient ce discours. Certes, le ton "donneur de leçons" de Sarkozy n'y est pas. Certes, le mépris et l'attitude hautaine et néo-colonialiste n'y sont pas. Mais quelle différence fondamentale (en insistant bien sur le mot fondamentale) voyez-vous entre ces deux phrases ?
- "le drame de l'Afrique, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'histoire" (Sarkozy).
- "votre défi, c'est de renforcer la place de l'Afrique dans la mondialisation, de lui donner une finalité plus humaine" (Hollande)

Hollande renouvelle les mêmes souhaits (exigences) quant à la collaboration de la France et de ses entreprise au développement africain. Hollande réaffirme les liens indispensables entre l'Afrique et l'Europe, elle aussi menacée par les dérives terroristes du continent noir. Toute la différence réside dans le ton du discours, plus humain, plus généreux.

Alors, il n'est pas étonnant que la fin soit une approbation des préparatifs de guerre au Nord-Mali, en justifiant ceux-ci (les préparatifs) par les fautes commises par ATT (insuffisance de développement et absence de mise en œuvre des accords). Seule certitude: la fin du conflit sera mieux gérée et les armes n'iront pas tomber dans des mains sales !

Pour notre part, nous croyons toujours que la négociation, les pourparlers, les "palabres" valent mieux que la guerre qui laissera un cortège de désolations, de misères ... Le récent retournement de position des Touaregs, né de la négociation, vient à point prouver qu'il n'est pas trop tard. Désormais, ils ne parlent plus d'indépendance arrachée, mais d'autodétermination.
Des centaines de jeunes maliens se pressent aux "frontières" de la zone occupée par les islamistes, pour y constituer des milices afin d'intervenir aux cotés de l'armée. Bien encadrés et protégés, ne pourraient-ils pas former une "armée" d'intervention pacifique, un peu comme des "casques bleus" du Sahel ? Car enfin, combien sont-ils ces djihadistes fanatiques ? Quelques milliers ! Et c'est pour ces 2 ou 3000 fous que l'on va faire la guerre ? Et que la France va soutenir cette guerre ? Ou bien, est-ce pour autre chose ?