Au classement mondial des pays selon leur PIB, le Mali intervient au 207° rang sur 227 pays cités, avec un revenu moyen par habitant de 1200 $ par an (estimation 2010).
Au classement mondial des pays selon la santé de leurs populations et les équipements de soins, le Mali se positionne au 163° rang sur 191 pays cités (OMS 2012).
Au classement mondial des pays selon leur Indice de Développement Humain, le Mali émarge à la 175° place sur 187 pays cités (IDH classement 2011).
Au classement mondial des pays selon la Perception de la corruption, le Mali se place au 116° rang sur 178 pays nommés, tout juste après le Sénégal récemment "honoré" (105°) et bien avant la Côte d'Ivoire (146°) (Transparency International 2010).
Il ne nous sera pas possible de vous donner le rang du Mali en ce qui concerne le taux d'alphabétisation des adultes ou l'Index de Performance Environnementale: le pays n’apparaît pas (ou plus) dans ces classements.

Il serait sans doute facile, et peut-être un peu faux et injuste, de n'incriminer que l'ancien colonisateur dans ce maigre bilan. Il n'empêche que plus de cinquante ans après l'émancipation du pays, après cinquante ans de Françafrique, le résultat est là: le Mali, même si on a pu, avec un peu d’exagération, le présenter comme un modèle de démocratie africaine, n'est qu'un pays pauvre, très pauvre.

C'est pourtant dans ce pays que François Hollande, à peine sèche l'encre de son "Discours de Dakar", se propose d'intervenir pour chasser les islamistes qui en occupent le Nord. Oh, pas directement, ni de façon trop visible (au moins dans un premier temps), mais en "soutien" d'une coalition d'armées africaines et, peut-être, algérienne. Est-ce là la première application des "nouvelles relations" que le Président français a défendues le 12 octobre ?
La vision de la France sur l'Afrique, singulièrement les anciennes Afriques Occidentale et Equatoriale (AEF et AOF), n'a pas changé. Il y a là un pré carré à défendre, des intérêts à protéger, des richesses à exploiter, un développement à mettre en place ... Hollande marche dans les pas de Sarkozy, qui marchait dans les pas de Chirac, qui marchait dans les pas de Mitterrand, qui marchait ...
Quant aux USA, soyons clairs, depuis 2009, ils ont choisi d'activer leur présence en Afrique Sub-saharienne (AFRICOM). La France et l'Europe, les Etats-Unis, ne vont pas au Mali pour y défendre un pays éclaté, ils y vont pour défendre des intérêts économiques et logistiques.

Comme dans le cas de la Libye, toutes ces forces nous tiennent le discours de la démocratie, de la lutte contre le terrorisme islamique ou de la reconstruction du Mali actuellement divisé en deux.
"Le Monde", ce soir, dans un éditorial d'une rare indigence, part de nouveau en guerre, avec la même précipitation, avec la même hâte que pour la Libye. Ses arguments sont simplistes: le Mali est la victime de l'islamo-gangstérisme: drogue, contrebande, proxénétisme et enlèvements au nom de l'islam ... Accessoirement, la guerre inévitable et souhaitée aura également pour but de rétablir l'intégrité territoriale du pays.
L'éditorial en question débute par une affirmation totalement mensongère: "Toute tentative de négociations a échoué avec ces groupes". Or, autant qu'on le sache, des discussions avaient encore lieu à Bamako voici 72 heures, en particulier avec Romano Prodi, l'envoyé spécial du Premier Secrétaire de l'ONU. Et la même ONU a donné un délai de 45 jours afin de laisser une chance à la négociation et de permettre aux états africains de formuler clairement les modalités de leur intervention. Mais non, "Le Monde" pousse à la roue de façon à ce que l'engagement ait lieu avant même que les réponses aux négociateurs aient eu le temps d'être formulées. Comme lors de l'action en Libye, "Le Monde" se comporte comme un va-t'en-guerre.

Il n'est pas question ici de minimiser les risques que comporte cette situation au Nord-Mali. Mais n'est-t-il pas curieux d'apprendre, le même jour, que "des centaines de djihadistes arriveraient par le Nord", une information inlassablement répétée dans tous les médias, histoire de créer un peu de panique et d'activer le mouvement, et que "les rebelles, inquiets d'un déploiement de forces imminent, déserteraient en masse" ? Manipulation de l'information, quand tu nous tiens ...

Depuis le coup d'état du 22 mars, depuis la "déclaration d'indépendance" du MNLA, depuis la neutralisation de celui-ci par des troupes islamistes ayant fait plus ou moins allégeance à Al Qaïda, le Nord Mali vit dans la peur et sous le joug d'une nouvelle "culture": fermeture des écoles au bénéfice des écoles coraniques, , interdiction du tabac, des loteries, des chants, des danses, des vêtements lumineux, ... femmes et enfants sont les victimes de ce système digne des talibans. A ceci, vient s'ajouter une "législation" intransigeante: lapidations, mutilations, ...
Pourtant, il y a des résistances. Des jeunes ont déjà eu l'audace de manifester contre cet ordre islamique. Des femmes disent vouloir porter les vêtements de leur libre choix, quitte à mourir mais à ne pas accepter la charia ....
Les touaregs du MNLA se déclarent disposer à renoncer à une revendication immédiate de l'indépendance, alors qu'ils n'ont jamais été écoutés par le pouvoir central de Bamako.

Ville de Gao-10 septembre 2012 (C)Reuters

Une négociation ne consiste pas à donner raison à l'inacceptable, elle consiste à faire savoir aux forces en présence que l'intervention sera inévitable si les positions restent inchangées. Elle consiste à soutenir les hésitants, à offrir des garanties à ceux qui se sépareraient des fanatiques, à promettre aux Touaregs, avec une garantie internationale, que le développement de leur "pays" sera enfin pris en compte, à exercer une présence physique importante, à susciter des divisions ... or en parlant de groupes mafieux, ou d'islamo-gangstérisme, on s'interdit toute négociation. Mais là est peut-être le but recherché.

Toujours est-il que "Le Monde" achève son éditorial par une sentence pleine d'un cynique mépris à l'égard des Maliens: "Restent les Maliens, divisés par de petites querelles intérieures. Le moins qu'ils puissent faire est de manifester leur unité".
Les Maliens ne sont pas divisés par "de petites querelles": les Maliens vivent la catastrophe d'un pays démantelé et non gouverné (ou si peu) et redoutent le drame d'un conflit qui ne solutionnera rien et créera de nouvelles tensions (et guerres) entre africains et touaregs, entre africains et arabes, entre "noirs" et "blancs" ....

Ce n'est qu'un point de vue, à lire, pour compléter ce post: celui d'un journaliste camerounais, opérant dans Slate Afrique, Théophile Kouamouo.



Ajout du 24 octobre 2012
Comme prévisible, le MLNA dément formellement l'arrivée massive de combattants djihadistes dans le Nord-Mali ! Comme en Tunisie, comme en Egypte, comme en Syrie, il faudra que la presse occidentale y regarde à deux fois avant de publier des informations en provenance des islamistes radicaux !!