Le 2 janvier de cette année, nous faisions quelques commentaires à propos de l'année qui s'ouvrait: "une année pas triste, mais peut-être un peu douloureuse". Difficile aujourd'hui de revenir sur les mêmes mots et les mêmes constatations.
Le Gouvernement de notre pays n'est plus le même, mais nous savons bien qu'il ne fera pas de miracles et que les mots électoraux sont déjà remisés au placard des promesses en l'air, celles qui n'engagent que ceux qui y croient. Seule différence, le dialogue devrait être plus sain, les choix et orientations mieux expliqués. Il n'en demeure pas moins que la croissance reste imperturbablement une constante de tous les discours, que les choix alternatifs en matière de développement ne sont probablement pas pour demain, que la notion d'Etat, de patrie, de pays, de nationalisme, voire de protectionnisme, a encore de beaux jours devant elle, que la Françafrique se poursuit sous des verbes différents (au point de préparer la guerre ..), que les étrangers migrants sont à peine mieux acceptés, que la peur (de l'islam, des Chinois, de la chute de l'euro, du réchauffement, ...) fleurit partout, y compris dans les couloirs de nos ministères ou/et de nos rédactions de référence et que la pauvreté continue de vider les caddies que les "Restos du Cœur" remplissent à grand-peine.
En mieux ou en pire, 2013 ressemblera comme un frère à 2012. Est-ce une raison pour ne rien faire ? Non.
Un seul souhait: que vous ayez la force de faire de 2013 une année plus belle et plus fraternelle.

Voeux 2013-Photo et Composition (C)JB

(En suivant le tag "vœux", vous devriez retrouver toutes les cartes de vœux depuis 2004.)