A propos d'éventuelles négociations en Syrie. (publié le 31 octobre).

Négocier sans conditions préalables: les leçons du passé pour la Syrie.


Quand deux adversaires négocient sans conditions préalables, ce qu'ils font vraiment c’est la poursuite de la bataille. Les négociations impliquent une acceptation tacite d'un certain ensemble de bases, sans lesquelles le processus de négociation entier devient une apparence pour la prolongation de l'équilibre existant des forces et des réalités pratiques. En d'autres termes, la négociation sans conditions préalables fournit simplement une couverture pour continuer les mêmes vieilles actions. Il y a une tromperie fondamentale dans des négociations sans conditions préalables, qui se situe dans le fait qu'une victime perd son statut de victime d'un tyran illégitime, et devient une partie qui partage la légitimité à égalité avec les autres parties du conflit. Des négociations vraies ne peuvent être basées que sur des conditions préalables.

La leçon ci-dessus a été apprise en Palestine, mais d'autres feraient bien de l'étudier. Plus précisément, l'opposition syrienne ferait bien d'apprendre: ils sont constamment poussés à entamer des négociations sans aucune assurances, à l'exception de quelque sémantique élaborée sur «l'impossibilité et l'illégitimité» du maintien au pouvoir d’Assad. Du moment où l'opposition syrienne accepte de rencontrer les représentants d’ Assad, sans conditions préalables, la sémantique se désintégrera en autant de ballons à air chaud.

Une deuxième leçon est que les victimes sont poussées à négocier au moment où d'autres, qui avaient choisi de soutenir leur juste cause, veulent se débarrasser du fardeau. L'ancien champion d'une cause juste peut prétendre qu'il n'y a plus rien à faire, que les résultats sont désormais soumis à un processus de négociation. Personne n'a la moindre solidarité pour quelqu’un qui a été transformé de victime à partie prenante d’une négociation: si vous pouvez négocier, alors vous êtes tout seul! Négocier sans conditions préalables, quant à lui, signifie également que vous êtes soumis aux rapports existants des forces.

Ainsi, on peut dire que personne ne négocie vraiment sans conditions préalables et sans garanties. A défaut, les négociations peuvent seulement recouvrir les menus détails du processus, les mécanismes de sa mise en œuvre et le calendrier pour le faire.

C'est exact. Mais, les négociations ne peuvent pas s'engager tant que les parties en confrontation cherchent à améliorer leurs positions et à modifier l'équilibre des pouvoirs.
Il n'est pas interdit de commencer une négociation en réglant les "menus détails du processus, les mécanismes de sa mise en œuvre et le calendrier". Et s'il ne faut pas appeler cela des négociations, alors appelons-le des entretiens ou rencontres bi-latérales.
Mais au-delà de ces discussions techniques, il semble bien plus important de parvenir à un accord préalable sur un cessez-le-feu !



Pays arabes (C)U.N.

Et à propos de l'Egypte (publié le 3 novembre).

Le procès de Mohammed Morsi et la contre-révolution anti-démocratique.


Mohammed Morsi ne sera pas jugé pour ses erreurs: un président est responsable de ses erreurs dans les urnes, lesquelles existent pour servir à cette fin. Morsi sera jugé pour son refus de se soumettre après le coup d'Etat militaire et de quitter son poste.

La majorité des coupables qui sont derrière les crimes commis pendant la longue période de transition avant l’arrivée de Morsi, et pendant la courte période où il était au pouvoir, restent en place dans les services de sécurité, le ministère de l'Intérieur et l'armée. Certains d'entre eux vont maintenant jusqu’à se présenter comme des victimes.

Le nœud du problème auquel fait face l'Egypte n'est pas celui d'un coup d'Etat contre le régime de Morsi, qui n'a jamais été qu’un régime au sens académique du mot, et qui a duré seulement un an. Le principal problème auquel l'Égypte doit faire face aujourd'hui est celui d'une contre-révolution anti-démocratique dans son ensemble.