529 condamnations à mort d'un seul coup ! Tel est le verdict d'un tribunal de Moyenne Egypte (Minya) à l'encontre de supposés Frères Islamistes accusés du meurtre d'une personne lors des violents affrontements du mois d'août 2013 au Caire, affrontements entre la police et les Frères Musulmans qui s'étaient soldés par la mort de plusieurs centaines de manifestants (1400 !).
Le procès qui s'est tenu à Mynia s'est déroulé en ... 48 heures, sans que les accusés aient eu la moindre possibilité d'exprimer leur défense, leurs avocats s'étant vu interdire l'accès à la salle d'audience pour des raisons de sécurité.

Cette condamnation de masse est, avant tout, une sinistre décision de la part d'une justice délirante au service d'une contre-révolution conduite par l'armée et la maréchal Abdel Fattah al Sissi, futur président proclamé de l'Egypte.
Alors, bien sur, les commentateurs en limitent la portée en affirmant que les condamnés à mort ont la possibilité de faire appel et que, in fine, les décisions du tribunal doivent être validées par le mufti, représentant de l'islam auprès du gouvernement. Tout ceci n'est que paroles en l'air de la part de commentateurs qui se sont souvent satisfait de la mise à l'écart de Mohamed Mori, hésitant de longues semaines avant de reconnaître, les lèvres pincées, que l'éviction du Président élu était bel et bien un coup d'état militaire.

parents-et-amis-de-militants-pro-morsi-(C)AFP.jpg
Faire appel pour les condamnés, c'est avoir la certitude de passer plusieurs années dans les prisons égyptiennes, les plus "dangereuses" du monde, tant les pratiques de vexation, d'humiliation, de chantage, de torture y sont monnaie courante. Nombre de ces condamnés savent qu'ils mourront en prison sans qu'aucune condamnation formelle n'en soit à l'origine !
Par ailleurs, une grande partie de ces condamnés à mort l'a été par contumace, parce que les accusés sont en fuite. Ils ont sans doute le tort d'être convaincus du sort qui les attend. Pour eux, il n'est pas question de faire appel: il ne leur reste qu'une attitude à observer, celle de la clandestinité perpétuelle !

Comment un tribunal, comment un juge peuvent-ils prononcer de telles sanctions ? Il faut qu'ils aient l'appui inconditionnel des autorités et qu'ils se sentent bien forts pour le faire ! Que cette décision de tribunal soit, en fait, un "message politique" visant à réaffirmer que l’islamisme et les Frères Musulmans périront ensemble et totalement s'ils ne cessent pas de se manifester !, s'ils ne cessent pas d'exister tout simplement.
Ce soir ou demain, il est prévisible qu'une nouvelle "charrette" de condamnés à mort soit décidée par le même tribunal, puisque ce sont 1200 accusés qui doivent comparaître devant lui !

Avant de protester (ce qui est indispensable), rappelons-nous cependant que cette caricature de justice est l’œuvre de juges qui étaient en exercice lors du mandat présidentiel de Morsi. Et que celui-ci (Morsi) bataillait pour épurer la justice, comme il bataillait pour épurer la police, comme il bataillait pour épurer l'armée, comme il bataillait pour épurer les administrations, toutes institutions demeurées dans les mains des nostalgiques de Moubarak.
Rappelons-nous que le discours dominant, celui qui a prétendument été validé par plusieurs millions de pétitionnaires, celui qui a été défendu par une large partie des "révolutionnaires", était de dire que Morsi voulait faire main basse sur toutes les structures de l'Etat égyptien, en l'accusant de népotisme.

Que cela ait été son projet ou non, nous ne le saurons jamais puisqu'il n'a pas été mis en œuvre et qu'aucune expérience démocratique n'a été tentée avec ce Président islamiste.
Ce qui est certain, par contre, c'est qu'aujourd'hui l'Egypte plonge irrémédiablement dans la folie contre-révolutionnaire.