Il se nomme Emmanuel Schneider. Il est étudiant de l'Ecole Polytechnique. Il a entre 18 et 28 ans, ce sont là un peu les bornes de la Génération Y. Il a été choisi parmi plusieurs centaines d'étudiants qui avaient répondu à un appel lancé par le Cercle des Economistes: "Inventez 2020: la parole aux étudiants". Et il vient de publier un texte dans le cadre des Rencontres Economiques d'Aix en Provence, un manifeste en faveur d'une jeunesse désenchantée (Le Monde du 1er juillet 2014).

Le préambule est raide !
Les jeunes ont de plus en plus de difficultés à entrer sur le marché du travail et le concept de génération sacrifiée, une génération caractérisée par le chômage de masse et les emplois précaires, est devenu réalité. Même les jeunes diplômés sont "malheureux" parce qu'ils sont contraints d'accepter des emplois qui ne correspondent pas à leur niveau et parce qu'ils redoutent avant tout le déclassement.
"L'impression que la génération précédente, celle des baby-boomers, a assuré son bien-être aux dépens de la nôtre s'est installé"


Part de la génération Y dans la population-(C)Palmis

Emmanuel Schneider propose alors une liste d'actions à plus ou moins long terme, qui toutes ont pour objectif de réinsérer la jeunesse dans le tissu social et de susciter une société plus cohésive, ainsi qu'il le dit plusieurs fois.

Parmi ses préconisations:
- développer l'apprentissage, une nécessité qui sera d'ailleurs à l'ordre du jour de la Conférence Sociale de Lundi-Mercredi prochains, au moment où l'apprentissage s'effondre littéralement en France,
- créer une allocation de début de vie, un complément plutôt qu'un salaire, ce qui pourrait permettre la mise en place d'un SMIC jeune. L'auteur rappelle qu'à salaire égal, celui du SMIC, pourquoi un employeur embaucherait-il un jeune à former à la place d'un salarié déjà formé en recherche d'emploi.
- instituer un service public de l'emploi pour les nouveaux travailleurs,
- assurer la représentation des jeunes dans la sphère politique. Cela implique la fin du cumul des mandats et la création d'une variante de la parité hommes-femme au bénéfice d'un équilibre jeunes-moins jeunes. Emmanuel Schneider précise qu'au Parlement il y avait en 1981 UN élu de moins de 40 ans pour UN élu de plus de 60 ans. En 2007, ce rapport est devenu UN à NEUF !!
- engager une réflexion sur la pédagogie et développer une enseignement heureux et participatif.

Toutes ces propositions méritent une large réflexion si l'on veut "réintégrer la jeunesse dans les sphères économique et politique de notre société".
"Dans le cas contraire, la jeunesse risque de se retourner vers les faiseurs de rêves populistes. Cela sonnerait comme le glas de nos démocraties libérales et risquerait de nous replonger dans les heures les plus sombres de notre histoire."