Ce texte a été écrit le 9 mai 2017, soit quelques jours avant le second tour des Elections Présidentielles.
Incomplet, inachevé, il est toujours resté en attente.
Pour les quelques réflexions et points de repère qu'il contient, le voici soumis à la lecture et à l'analyse.




Pierre Mendès-France, PMF, Il est décédé le 18 octobre 1982, qui se souvient de lui ? Radical, il devient Président du Conseil le 18 juin 1954, quelques jours après Dien Bien Phu. Son cabinet est constitué de ministres et collaborateurs CNIP (Indépendants et Paysans), MRP, radicaux, gaullistes, avec le soutien (non décisif) du PCF.
Sitôt élu, en trente jours, il fait aboutir les négociations de paix en Indochine. En 1956, la Tunisie acquiert son indépendance. L’incertitude et l'hésitation seront plus fortes en ce qui concerne l'Algérie qu'il voit longtemps comme une "terre française", avant de réclamer des mesures susceptibles de retrouver la confiance des Algériens. L'Europe ne rencontre pas son enthousiasme, car il a peur d'une résurgence des exigences allemandes. En 1954, il soumet au Parlement (qui le rejette) le projet de Communauté Européenne de Défense (en 1957 (voici 60 ans), il désapprouvera le Traité de Rome).
Quittant le Gouvernement en 1955, chutant sur la question algérienne, il se rapprochera progressivement du socialisme, En 1959, auprès du PSA, en 1961 dans le PSU.
PMF a laissé une trace indélébile dans l'histoire du socialisme à la recherche de son renouveau en vue de son intégration dans le monde moderne. Il a été également un infatigable artisan du débat politique, y compris avec les forces, les courants, les hommes que l'on peut qualifier de progressistes même s'ils ne sont pas encartés "à gauche".
En 1967, PMF devient député de la circonscription de Grenoble. Nous avions juste 20 ans, nous l'y avions rencontré.

Michel Rocard. Il est décédé voici moins d'un an, mais cela suffit-il pour que les jeunes le connaissent mieux ? Il a été candidat à l'élection présidentielle de 1969, sous l'étiquette du PSU (voir ci-dessus), dont il avait participé à la création en 1960. Mais auparavant, en 1966, il avait participé aux Rencontres de Grenoble destinées à poser les jalons d'un socialisme adapté au moment (nous y étions). Michel Rocard, sous le pseudonyme de Georges Servet, y déclare à propos de l'économie: "Du point de vue de la rationalité des choix, de la production à l'échelon des entreprises et dans un état donné de la demande et de la concurrence, il est à peu près indifférent que l'entreprise soit publique ou privée dès lors que le pouvoir politique est en mesure d'assurer le respect des règles économiques tracées et de maîtriser le financement des investissements". Grenoble avait été choisie parce qu'Hubert Dubedout y développait une expérience de décentralisation et de démocratie urbaine (unions de quartier, débat sur l'eau, ...). Lors de ces rencontres, Hubert Dubedout déclare:"Il y a dans ces textes un grand vide en ce qui concerne la vie régionale, étant bien entendu que je ne me réfère pas à la parodie de vie régionale que nous connaissons actuellement. Vous faites l'étude des structures d'un Etat socialiste et vous risquez de tomber dans le piège de l'Etat centralisateur... "
En 1974, Michel Rocard propose au PSU de rejoindre le PS; Mis en minorité, il démissionne et rejoint le Parti Socialiste en 1974. Leader de la "seconde gauche", il sera en permanence en affrontement avec François Mitterand, dont il n'approuve pas les principes du "Programme commun", ni les nationalisations. Il considère que les socialistes ne sont que les héritiers d'un "mouvement centralisateur commencé avec Philippe Le Bel, et que ce mouvement doit s'arrêter !" (Philippe Le Bel, c'était en 1268-1314 !). Il s'oppose aux nationalisations, prône l'économie de marché, se réclame de la pensée de Pierre Mendès-France, veut une politique économique réaliste et une culture de gouvernement. Michel Rocard, c'est le RMI, la CSG, la paix en Nouvelle-Calédonie, cette phrase toujours tronquée: "La France ne peut accueillir toute la misère du monde, mais elle doit en prendre fidèlement sa part", un attachement inébranlable à l'Europe et, sans doute, l'introduction d'une touche non négligeable de libéralisme dans l'économie française.

Jacques Delors. Né en 1925, il aura bientôt 92 ans. Voilà un homme politique, socialiste, qui n'a jamais voulu devenir (ou tenter de .. ) chef d'Etat en France, et ceci bien malgré les pressions qui ont pu s'exercer sur lui en diverses occasions. Député européen de 1979 à 1981, Ministre de l'Economie entre 1981 et 1984, sous François Mitterand, Président de la Commission Européenne de 1985 à 1995, Jacques Delors est d'abord un militant syndical, à la CFTC, un syndicat chrétien proche de la droite. Il va œuvrer à la déconfessionnalisation de ce syndicat et à son orientation vers des concepts plus socialistes. Cela donnera la CFDT qu'il rejoindra en 1964.
En 1974, il adhère au Parti Socialiste. Elu député européen, il démissionne en 1981 afin de rejoindre le poste de Ministre de l'Economie et des Finances, dans le premier gouvernement Pierre Mauroy, sous la présidence de François Mitterand. Sa politique se caractérise plutôt par sa rigueur !
Ce n'est qu'après avoir été désigné comme Président de la Commission Européenne qu'il évolue considérablement, fait tomber les barrières commerciales entre les pays européens, développe le grand marché européen, vante les bienfaits de l'intégration et ouvre la voie de la monnaie unique. En 2004, avec Michel Rocard, il propose la mise en place d'un Traité de l'Europe Sociale. Proposition qu'il relance inlassablement en 2012, 2014 et encore en février 2016: "Si l’élaboration des politiques européennes compromet la cohésion et sacrifie des normes sociales, le projet européen n’a aucune chance de recueillir le soutien des citoyens européens".

Edmond Maire. Syndicaliste né en 1931, il est, lui aussi, originaire de la CFTC. Il rejoint la CFDT en 1964, tout comme Jacques Delors. A l'origine d'un véritable aggiornamento du syndicalisme, il est largement suivi dans sa démarche par les Secrétaires Généraux qui l'ont suivi: Jean Kaspar, Nicole Notat, François Chérèque, Laurent Berger.


Ces hommes, ces femmes sont peu ou prou les parrains, les maîtres à penser d'Emmanuel Macron. Parce que tous ces hommes et femmes ont tenté durant toute leur activité politique ou syndicale de créer un rapprochement entre les démocrates classés traditionnellement à droite ou à gauche. Tous-toutes ont continument construit ce que l'on a appelé la nouvelle gauche, ou la seconde gauche. Une gauche construite en opposition avec le marxisme et ses collatéraux tel que le centralisme démocratique, et en recherche de dialogue et de débat, de pouvoir et de responsabilités, tels la cogestion (Lip), les sections syndicales d'entreprises, ...
Emmanuel Macron est un homme de gauche. Sa culture et ses fréquentations en témoignent. Au sens américain du terme, c'est un libéral de gauche, C'est à dire un homme convaincu de la primauté de l'individu dans le mouvement social et économique. Mais de gauche, car il prône l'intervention limitée de l'Etat chaque fois que cela sera jugé nécessaire et uniquement lorsque cela sera jugé nécessaire. Par rapport à la liste de ses "parrains" précités, il convient de ne pas y rajouter Jean Lecanuet, Alain Poher, Raymond Barre, Jean-Jacques Servan-Schreiber, ni même François Bayrou, qui tous sont des libéraux, certes, mais des libéraux de droite, dont les tendances sont généralement plus autoritaires. Au sujet de François Bayrou, les récentes polémiques au sujet des revendications de ce dernier en terme de sièges illustrent bien ce distinguo entre libéral de gauche et libéral de droite.
S'il faut un certificat de baptême, Michel Rocard s'est chargé de le lui décerner: "Il reste du côté du peuple, donc de la gauche. Assurer un bien meilleur niveau d'emploi, Macron ne pense qu'à ça. Réduire les inégalités, on peut encore faire avec lui. Reste le vrai signal de gauche qui consiste à donner à l'homme plus de temps libre pour la culture, les choses de l'esprit, le bénévolat associatif, etc. Le capitalisme doit ménager cet espace"

Notre sujet aujourd'hui est celui des bruits et des fureurs qui ont accompagné la marche victorieuse d'Emmanuel Macron. Qui aurait parié un Euro sur cet homme voici seulement trois ans ? Personne, absolument personne ! La création de son mouvement, la campagne gérée comme la conquête d'un nouveau "marché", la décentralisation extrême de la recherche des idées, .. personne n'a vu venir ceci. Alors que Ségolène Royal avait déjà mis à profit les groupes de militants afin de recueillir le demandes, les réclamations, les idées des citoyens, elle n'avait pas réussi à en faire un ensemble vivant. Alors, de gauche et de droite, tous les acteurs patentés de la vie politique, tous les commentateurs se sont répandus. Les plus modérés en mettant en exergue les structures des institutions de la V° République et le traditionnel second tour des élections présidentielles assez clivant pour renvoyer dos à dos la gauche et la droite.
Le match que tous nous proposaient était le match Hollande-Sarkozy et nous étions fermement invités à faire nos jeux et préparer nos paris ! Aucun d'entre eux n'avait prévu l'éviction de Sarkozy lors des primaires de la droite. Ni la dramatique dégringolade du candidat conservateur Fillon (27 novembre 2016) sorti vainqueur de cette compétition et rapidement rattrapé par des affaires et surtout des comportements hors de concordance avec les propos.
Du coté de la gauche, la situation n'était pas meilleure. Hollande, pressé de ne pas se représenter parce que rejeté par les Français, et parce que Valls souhaitait assurer la relève, ne participant pas à ces primaires, ce sont sept prétendants qui se proposent au vote de 1 600 000 électeurs (22 janvier). Et Manuel Valls ne parvient qu'à la seconde position. Il sera éliminé au second tour par Benoit Hamon (29 janvier). Un Benoit Hamon coincé entre l'héritage hollandais qu'il ne "doit" pas rejeter et sa propre critique de frondeur. Un Benoit Hamon, visionnaire ou non (?), qui préconise le revenu universel, largement incompris.

En embuscade, Jean-Luc Mélanchon. Qui commence à croire à sa bonne étoile.
Et, ni de droite, ni de gauche, plutôt "et de droite, et de gauche", Emmanuel Macron.
Et, Marine Le Pen qui, elle aussi, rêve de fracasser le plafond de verre que les français mettent systématiquement en place lors des élections nationales !

Alors, s'amplifient les cris et les fureurs ! Fin janvier, courant février, débute l'affaire Pénélope Fillon, soupçonnée d'emploi fictif, mais bien rémunérée. François Fillon refuse de se démettre, malgré les pressions de certains de ses amis, et parle de "coup d'Etat institutionnel porté contre lui par la gauche" !
Une caricature antisémite de Fillon, retirée sous les protestations, est publiée par les Républicains.
Rumeurs, faux sondages, accusations mensongères telle, par exemple, la rumeur sur l'inexactitude de la déclaration de patrimoine d'Emmanuel Macron. Et, bien entendu, l'inévitable raccourci à propos du "banquier", un raccourci dont Mélanchon use et abuse. D'ailleurs, les "Insoumis" sont, avec le Front National, les plus ardents pour pousser les haut-cris, voire lancer des insultes.
En ce qui concerne le Front National et Marine Le Pen, le sommet a été atteint lors du débat préliminaire au second tour. Sans doute parce qu'elle était convaincue d'avoir perdu la partie et donc de n'avoir plus rien à perdre, Marine Le Pen a choisi de jouer le populisme à outrance et ainsi, croit-elle, engranger des fidèles pour l'avenir. Lors de ce débat, elle s'est montrée haineuse, hallucinée, hystérique, ricanante et totalement à coté de son sujet, incapable d'expliquer à peu près clairement comment elle comptait faire coexister deux monnaies en France et comment elle pensait convaincre les 19 pays membres de la zone euro de renoncer à leur monnaie unique pour ré-instituer des monnaies nationales.
L'autre face de la violence verbale se retrouve chez les "Insoumis". Galvanisés par un chef médiatique et envoûtant, ils se voyaient déjà au second tour de l'élection, rêvant sans doute d'affronter Marine Le Pen au cours d'un combat de titans permettant de trancher vif entre deux populismes. Mélanchon, au soir du premier tour, était si convaincu de sa victoire qu'il a cru nécessaire de mettre en doute et de dénoncer les premières estimations: "les chiffres que l'on nous donne maintenant ne sont pas ceux que le Ministère donnera dans quelques heures" ! Le leader des "Insoumis" s'est alors scandaleusement comporté en refusant d'appeler à voter pour Emmanuel Macron, refusant par là-même de participer à un Front Républicain qui, en définitive, n'a pas vu le jour ! Ses militants ont ajouté à la confusion en scandant le mot d'ordre: "Ni Macron, ni Marine, on ne choisit pas entre la peste et le choléra". Il faut être bien peu regardant en matière d'analyse politique pour renvoyer ces deux candidats et les idées qu'ils représentent dans le même répertoire des maladies. Ou bien, être soit même victime de la maladie infantile du communisme: le gauchisme !
Tout n'était encore pas dit dans cette vindicte à l'égard d'Emmanuel Macron. François Ruffin a choisi de publier dès avant le second tour un violent réquisitoire populiste contre le futur Président "vous êtes haï, vous êtes haï, vous êtes haï...". La thématique basique étant celle de l'opposition des "gens" contre le pouvoir de ceux qui ont l'argent !
Dès après l'élection acquise, certains militants ont publié sur les réseaux sociaux des déclarations enflammées selon lesquelles ils "prenaient immédiatement le maquis" et "entraient en résistance". La lutte des classes fait un retour magistral, alors que le Parti Communiste lui-même semblait avoir abandonné ce concept au cours des années 1990-2000.
Le problème est que le même vocabulaire à propos des "gens" est utilisé par l'extrême-droite et que, bientôt, presque rien ne distinguera l'extrême-gauche de l'extrême-droite, à l'exception notable de l'internationalisme. Mais, est-ce là une thématique perçue comme de première importance ?

PMF à Vincent Auriol, président de la République, en mai 1953: "Je suis détesté de ceux que l’on appelle les "grands" hommes politiques de ce pays», mais «j’ai par contre de grands encouragements des jeunes et c’est ce qui compte».

Emmanuel Macron - Photo officielle