THERMOPYLES

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - "Le Monde"

Fil des billets

samedi 5 juillet 2014

Une jeunesse désenchantée ?

Il se nomme Emmanuel Schneider. Il est étudiant de l'Ecole Polytechnique. Il a entre 18 et 28 ans, ce sont là un peu les bornes de la Génération Y. Il a été choisi parmi plusieurs centaines d'étudiants qui avaient répondu à un appel lancé par le Cercle des Economistes: "Inventez 2020: la parole aux étudiants". Et il vient de publier un texte dans le cadre des Rencontres Economiques d'Aix en Provence, un manifeste en faveur d'une jeunesse désenchantée (Le Monde du 1er juillet 2014).

Le préambule est raide !
Les jeunes ont de plus en plus de difficultés à entrer sur le marché du travail et le concept de génération sacrifiée, une génération caractérisée par le chômage de masse et les emplois précaires, est devenu réalité. Même les jeunes diplômés sont "malheureux" parce qu'ils sont contraints d'accepter des emplois qui ne correspondent pas à leur niveau et parce qu'ils redoutent avant tout le déclassement.
"L'impression que la génération précédente, celle des baby-boomers, a assuré son bien-être aux dépens de la nôtre s'est installé"


Part de la génération Y dans la population-(C)Palmis

Emmanuel Schneider propose alors une liste d'actions à plus ou moins long terme, qui toutes ont pour objectif de réinsérer la jeunesse dans le tissu social et de susciter une société plus cohésive, ainsi qu'il le dit plusieurs fois.

Parmi ses préconisations:
- développer l'apprentissage, une nécessité qui sera d'ailleurs à l'ordre du jour de la Conférence Sociale de Lundi-Mercredi prochains, au moment où l'apprentissage s'effondre littéralement en France,
- créer une allocation de début de vie, un complément plutôt qu'un salaire, ce qui pourrait permettre la mise en place d'un SMIC jeune. L'auteur rappelle qu'à salaire égal, celui du SMIC, pourquoi un employeur embaucherait-il un jeune à former à la place d'un salarié déjà formé en recherche d'emploi.
- instituer un service public de l'emploi pour les nouveaux travailleurs,
- assurer la représentation des jeunes dans la sphère politique. Cela implique la fin du cumul des mandats et la création d'une variante de la parité hommes-femme au bénéfice d'un équilibre jeunes-moins jeunes. Emmanuel Schneider précise qu'au Parlement il y avait en 1981 UN élu de moins de 40 ans pour UN élu de plus de 60 ans. En 2007, ce rapport est devenu UN à NEUF !!
- engager une réflexion sur la pédagogie et développer une enseignement heureux et participatif.

Toutes ces propositions méritent une large réflexion si l'on veut "réintégrer la jeunesse dans les sphères économique et politique de notre société".
"Dans le cas contraire, la jeunesse risque de se retourner vers les faiseurs de rêves populistes. Cela sonnerait comme le glas de nos démocraties libérales et risquerait de nous replonger dans les heures les plus sombres de notre histoire."

vendredi 4 juillet 2014

Par où passe donc le progrès ?

Voici quelques jours, le 1er juillet exactement, "Le Monde" consacrait un éditorial économique et deux pages à une question d'importance. Malgré la primauté de l'électronique, des communications accélérées, de l'internet, des stockages massifs de données, de la dématérialisation de vos propres données, malgré tous ces éléments qui font la révolution numérique et que l'on se persuade faire partie d'une troisième révolution industrielle, eh bien non, nous sommes tous en pleine stagnation. Alors, est-ce la fin du progrès ? Pourquoi cette "mystérieuse panne de productivité" ?

Il n'y aurait plus rien à inventer, disent certains. Et la révolution numérique, si elle va modifier profondément, très profondément, nos comportements, nos façons de produire et la structure de nos sociétés ne modifiera et ne modifie dès à présent, que très peu notre productivité qui stagne depuis six à huit ans,
Et "Le Monde" de dresser un inventaire des accroissements de productivité attendus cependant dans une large série de professions: la publicité qui se fera en temps réel auprès des consommateurs, la grande distribution dont les drive et les caisses en libre-service vont remplacer les hôtesses, la banque qui se fera de plus en plus en ligne, la santé dont le médecin sera remplacé par un monitoring à distance, les transports avec les voitures sans pilote, la sécurité qui remplacera ses agents par des robots, le BTP avec la même évolution vers la robotique, idem pour la pharmacie d'officine et/ou d'hôpital, la propreté par remplacement des ripeurs par des robots guidés via GPS, robots encore en agriculture .... Les professions intellectuelles ne seront guère épargnées telle la police, les avocats, les conseillers en tout genre dont le métier se verra pris en main par des logiciels puissant d'intelligence artificielle auxquels n’échapperont même pas les journalistes ...
On peut discuter de certaines affirmations: ainsi les camions collecteurs d'ordures ne pourront collecter vos bacs grâce au GPS et à la vidéo que si vos rues sont tracées au cordeau, donc dans des quartiers à construire. Quant au journalisme par algorithme, que l'on nous en préserve et que l'on accorde toujours une petite part à l'analyse et au commentaire humains.
Outre détruire des emplois, ce rapide tour d'horizon des gains de productivité "attendus" n'a vraiment rien de réjouissant. Et s'il y a gain de productivité, c'est uniquement pour les financiers qui contrôlent la grande distribution, la santé, les transports, la culture et même le journalisme. Quel gain de productivité y a t-il réellement si la démarche consiste uniquement à remplacer des emplois soit par des robots, soit par des algorithmes ? Que feront nous des emplois supprimés si la société doit rester la même ? Ce seront des chômeurs qu'il faudra indemniser plus ou moins longtemps. Plus ils seront nombreux, plus il faudra les indemniser longtemps afin d'éviter les violences sociales. Qu'est-ce que la "société" y aura gagné ? De quelle productivité accrue pourra-t-elle se vanter ?

Ce bilan ressemble fortement à ce pouvaient écrire les thuriféraires des première et seconde révolutions industrielles qui plaçaient tous leurs espoirs dans un renouveau complet des conditions de vie de l'humanité. Ils avaient, toutes proportions gardées, raison. Aujourd'hui, les journalistes et les analystes économiques ont tout faux.
Car enfin, si la première révolution industrielle, celle du charbon, celle de la vapeur, du chemin de fer et de l'imprimerie a apporté un énorme potentiel de progrès dans toute l'humanité, est-ce simplement dû à l'imprimerie ? Sont-ce les commentaires des gazettes et des journaux qui ont fait l'industrie ?
Si le seconde révolution industrielle, celle du pétrole, du moteur à explosion, de la généralisation de l’électricité et du tout-à-l'égout, ainsi que du téléphone, poursuit encore sa croissance sur des continents comme l'Afrique ou une partie de l'Asie, est-ce une conséquence de l'usage généralisé du téléphone ?
Alors, si la troisième révolution industrielle doit, un jour, supplanter la seconde et promettre des jours meilleurs à l'humanité, tant en productivité qu'en accroissement du bonheur, ce ne sera certainement pas grâce à la révolution numérique. Il manque à l'inventaire une donnée, un élément, une ressource: l'énergie.

Ce ne sont pas les lettres de cachet ou les ordres de mission qui ont ouvert les pistes des routes de la soie, du sel ou de l'encens, mais la marche ordonnée des caravanes et le vent dans les voiles des caravelles. Plus tard, ni l'imprimerie de masse, ni le téléphone, ni la radio, ni le cinéma, ni la télévision, ni l'affichage publicitaire n'ont influé sur le progrès global de nos sociétés. Il n'y a aucune raison pour que le "cloud" et les ordinateurs échappent à cette règle. Ce qui caractérise une révolution industrielle, c'est l'énergie qu'elle utilise majoritairement et non le moyen par lequel elle se raconte.
Après la marche et le vent, il a fallu attendre des siècles pour que la vapeur et le charbon ouvrent une ère nouvelle.
Puis ce fut le tour du pétrole.
Aujourd'hui, la troisième révolution industrielle attend son énergie: elle se nomme énergie renouvelable. Qu'elle soit solaire, qu'elle soit éolienne, qu'elle soit issue des houles et des marées ou de la transformation de la biomasse, c'est cette énergie-là qui fera la troisième révolution industrielle.

Si la troisième révolution industrielle attend son énergie renouvelable, la France attend encore davantage, elle qui a raccordé à son réseau électrique 172 MWc (mégawatts-crète) de capacité de production au premier trimestre 2014, en recul de 10 % par rapport au trimestre précédent et en retard très net par rapport aux prévisions pour l'année (800 MW). C'est peut-être de ce coté qu'il faut chercher le retard de la France en matière de productivité, et non du coté de ses Centres de données ...

Energies renouvelables en France (2010)-(C)Insa-Rennes
Energies renouvelables en Allemagne (2010)-(C)Insa-Rennes

Pour bien comprendre le rôle de l'énergie dans la survenue d'un bouleversement industriel, il n'est pas inutile de relire Jeremy Rifkin.

samedi 21 juin 2014

La guerre des deux islams

Aussi paradoxal que cela paraisse, il a fallu attendre la brutale montée en puissance de l'EIIL et sa conquête de l'Irak pour que des journalistes se penchent un peu sur la division des pays islamiques et de leurs populations en deux courants de plus en plus opposés: les sunnites et les chiites. C'est ainsi que France 2 s'est illustré par une séquence assez claire dés les premières attaques de l'Etat Islamique en Irak et au Levant.
Pourtant, qu'on le veuille ou non, cette fracture idéologique est sous-jacente de tous les conflits dans les pays musulmans. On la retrouve en Egypte, en Tunisie, au Yémen, en Syrie, bien entendu en Irak et en Iran. Malheureusement, nombre de journalistes préfèrent parer les conflits d'oripeaux plus ou moins révolutionnaires, afin de mieux développer leurs propres théories.
Ce n'est pas le propos de ce blog que d'expliquer ces divisions, il existe un bouquin qui tente une explication rationnelle. Il s'agit de "L'Islam contre l'Islam: L'interminable guerre des sunnites et des chiites", écrit par Antoine SFEIR. Ce livre a été publié en janvier 2013 et réédité en septembre 2013, malheureusement sans mise à jour, ce qui, compte tenu de la vitesse des évènements, le rendait déjà un peu dépassé.
Notons bien que l'auteur parle de l'interminable guerre des sunnites et des chiites, et qu'il ne parle pas de la guerre des sunnites contre les chiites, ou de la guerre des chiites contre les sunnites.
Les commentaires visant à rendre responsable de la situation actuelle en Irak, son Premier Ministre chiite, Nouri al-Maliki, en raison de son attitude discriminatoire à l'égard des sunnites, sont totalement irréalistes. Nouri al-Maliki n'a fait que mettre en œuvre une action de guerre d'un islam contre l'autre islam ! Tout comme Bachar el Assad mène le même "combat" dans son pays. Nouri al-Maliki n'est pas un "Chef d'Etat", il n'est qu'un militant d'une cause guerrière.

Les chiites ne représentent qu'une infime minorité des musulmans: sur 1 milliard 200 millions de musulmans dans le monde, ils ne sont que 105 à 110 millions, moins de 10 %. De façon générale dans le monde, ils se sentent opprimés parce que depuis le 7° siècle (depuis les tous débuts de l'Islam !), ils se sentent considérés comme des "hérétiques" ou des "mécréants". Bien que globalement minoritaires, il est des zones du monde musulman dans lesquelles ils se retrouvent en majorité: c'est le cas de l'Iran où ils représentent 90% des musulmans, de Bahrein (70%), de l'Azerbaïdjan (75%), de l'Irak (60%), ...
Les chiites sont, à l'inverse, particulièrement minoritaires en Afghanistan (15%), en Turquie (25%), au Qatar (20%), au Koweït (25%), en Arabie Saoudite (15%), ... en Egypte où ils seraient de 800000 à 1 million, en Tunisie où ils sont ultra-minoritaires. Au travers de cet affrontement entre chiites et sunnites, nous retrouvons toujours la lutte d'influence entre l'Iran et l'Arabie Saoudite et/ou le Qatar, laquelle lutte d'influence explique beaucoup, beaucoup de choses.


Courants de l'Islam (C)Wikipédia

Le 19 juin, Dominique de Villepin a publié dans "Le Monde" un point de vue en droite ligne de son intervention du 14 février 2003 devant le Conseil de Sécurité de l'ONU au cours de laquelle il a exprimé l'opposition de la France à une action militaire en Irak.Il y estime que depuis 2001 le recours à la force invoqué et mis en œuvre par l'Occident n'a systématiquement abouti qu'à une série d'échecs.
Tout d'abord, échec de ce qui est appelé "guerre contre le terrorisme", celle-ci n'étant qu'un fantasme dangereux faisant le jeu des extrémistes.
Ensuite, échec de cet objectif irraisonné: apporter la démocratie avec les chars et les avions ! Non seulement, chaque intervention ne laisse la place qu'à un pouvoir aussi sectaire que le précédent, si ce n'est pas davantage, mais les belles ambitions humanitaires ou civilisationnelles s'y embourbent totalement.
Et enfin, échec de la construction d'un Etat-Nation au moyen de la force. Partout, on a vu s'ouvrir les vieilles divisions ethniques, culturelles, religieuses.

Ces trois échecs sont les fruits amers d'une idéologie douteuse; celle de l'interventionnisme occidental afin, dit-on, de rétablir l'ordre, protéger les faibles, apporter la démocratie, punir les terroristes, ... ce ne sont pas les justifications qui manquent ! Au final, rien de tout cela n'est réalisé. Et ce qui se passe aujourd'hui en Irak, qui s'est passé hier en Libye, se passera demain au Mali. Pourtant, l'obsession de l'engagement armé est si forte que ceux qui refusent d'intervenir en Syrie ou en Irak passent pour des lâches.

Dominique de Villepin conclut qu'il est temps de mettre fin à la "guerre contre le terrorisme", au bénéfice d'une action internationale de lutte contre le terrorisme qui soit judiciaire, économique, financière, technologique et qui s'appuie sur la garantie des frontières et le dépassement du clivage sunnites-chiites (ou chiites-sunnites !).

Cela ne demande que la détermination de quelques hommes et femmes de bonne volonté.

mardi 11 mars 2014

Génération Y, génération quoi?, génération sacrifiée, ...

Ce n'est pas France 2, mais France Télévision qui a initié cette formidable enquête concernant les jeunes de 18 à 34 ans. 210000 participants ! On est loin, très loin, des sondages représentatifs réalisés avec un panel de 990 personnes !

Il est bien difficile d'en rendre compte en quelques lignes tant les résultats en sont riches et abordent toutes les facettes de la vie quotidienne des participants.
"Le Monde" (associé à l'enquête) a récemment publié une synthèse de quelques données, sous le titre "Frustrée, la jeunesse française rêve d'en découdre".

Dans la continuité de notre dernier post, consacré aux yuppies malheureux de la génération Y, nous avons retenu ce soir quelques chiffres de ce sondage quasi grandeur nature.

"On nous dit d'être autonome et responsable. Mais on ne peut pas prendre en main son destin à cause des contraintes sociales."

Pour 85% des jeunes, il y a de plus en plus d'inégalités en France.
Ils ne croient plus au progrès.
Pour 75% d'entre eux, le multiculturalisme ne leur pose aucun problème.
"On joue le jeu de la compétition éducative mais on n'y croit plus parce que la méritocratie est morte".
A 51%, ils affirment que ce sont les générations précédentes qui sont responsables de la situation dans laquelle ils vivent.
86% d'entre eux n'ont pas confiance dans la politique, et 90% pensent que c'est la finance qui dirige le monde.
71% affirment que la société française ne leur donne pas les moyens de montrer ce dont ils sont capables.

64% pensent que l'enseignement fonctionne mal aujourd'hui.

Génération Quoi ? (DR)

25% des élèves entrés en 6° en 1995 ont décroché de l'enseignement secondaire (INSEE), dont plus de la moitié n'ont strictement aucun diplôme.
71% des jeunes pensent que l'immigration est une source d'enrichissement culturel.
27% des jeunes diplômés envisagent de chercher un emploi à l'étranger.
Si on leur demande de citer les trois préoccupations majeures qui les concernent, on obtient les 3E: l'Emploi pour 59%, l'Environnement pour 32% et le système Educatif pour 29%.

Même s'ils se méfient des "politiques", ils sont très politiques et l'abstention électorale doit se lire comme une attitude politique.
Et si "Le Monde" a pu dire que cette jeunesse rêve d'en découdre, c'est parce qu'à 61% ils sont prêts à participer demain à un mouvement de type Mai 68. Et ceci toutes formations confondues puisque cette position est affirmée par 66% des intérimaires, 63% des chômeurs, 60% des étudiants et encore 54% des CDI.

lundi 6 janvier 2014

Enjeu mondial en Afrique

Dans son édition du 4 janvier, "le Monde" publie un éditorial qui revient sur la position de la France en Afrique.
Cet éditorial prétend illustrer une nouvelle attitude de la France sur ce continent et, par voie de conséquence, revendique une meilleure compréhension de cette attitude de la part de l'Europe, des Etats-Unis et de l'ONU: « l'action de la France en Afrique devient un enjeu mondial » est-il affirmé sans hésitation.

Effectivement, François Hollande a, avant même son accession au pouvoir et depuis celle-ci, tenu un discours d'une tonalité différente que celle que tous ses prédécesseurs, de droite comme de gauche, François Mitterrand inclus, ont tenu. « La Françafrique, c'est à dire le contrôle post-colonial des intérêts français sur ce continent, c'est fini ». Mais au-delà des mots, qu'en est-il exactement ?
Rappelons tout de même que l'intervention au Mali, longuement préparée à l’avance, s'est déroulée dans l'irrespect des résolutions de l'ONU, sur appel d'un gouvernement provisoire issu d'un coup d'Etat. Les choses ont certes changé d'aspect depuis, mais seulement d'aspect. Il n'est guère possible de parler de victoire: la preuve en est que tout retrait des forces françaises se traduira immédiatement par une résurgence des activistes djihadistes, lesquels sont cachés à peu de distance et susceptibles de déséquilibrer d'autres pays (Niger, Burkina, ..).
Par ailleurs, la situation géo-politique n'est pas réglée, loin s'en faut. Kidal reste une épine dans le pied et de la France et du pouvoir malien d'IBK. Les Touaregs n'ont pas renoncé à leurs revendications d'une certaine autonomie.
En République Centrafricaine, il est certainement trop tôt pour prédire ce que peut être l'évolution de la situation. Tout au plus peut-on constater que la France est intervenue toute seule et qu'aujourd'hui elle est mise en cause, que son impartialité est contestée et que les forces locales qui s'opposent (et se déguisent derrière des considérations religieuses) ne sont pas enclines à laisser agir un quelconque intermédiaire.

Centrafrique (DR)

François Hollande, Laurent Fabius, Jean-Yves Le Drian (Jean-yves Le Drian surtout !) répètent à l'envie que la France joue son rôle en étant présente en Afrique, que sa place y est légitime en raison de son histoire et des liens étroits qui ont été tissés entre le continent noir et la France.
La gauche ne peut-elle pas se poser la question de savoir en quoi l'histoire passée et coloniale de la France en Afrique pourrait apporter une forme de légitimité à ses interventions actuelles ?
Jean-Yves Le Drian ne cesse d'aller en répétant que l'action de la France en Afrique est justifiée par la défense de sa sécurité mise en cause par le terrorisme international issu du djihadisme. Combattre le terrorisme en Afrique serait combattre le terrorisme en France et assurer la protection du pays, telle est la rhétorique habituelle.
La gauche ne peut-elle pas comprendre que ce n'est pas la France que semble viser l'islamisme radical, mais bien l'occident, les « blancs » ? Le dernier otage libéré, le père Georges Vandenbeusch , de façon très naïve, a exprimé ceci en disant « ce n'est pas un prêtre qu'ils voulaient enlever, ils ne savaient même pas ce que c'est, mais ils voulaient enlever un blanc, un occidental ». Alors, si l'islamisme vise l'Occident et non la France, en quoi la position interventionniste de la France est-elle justifiée ?

La réponse à ces deux questions fondamentales que ne se pose pas la gauche française, (que ne se pose pas, non plus, "Le Monde" !) est tellement négative que toutes les interventions françaises débouchent sur un incompris, un inachevé, quand ce n'est pas un gâchis.
L'ONU est plus que réticente à intervenir dans des pays que la France considère comme son territoire préservé, son glacis. Alors, dans le meilleur des cas, elle vote une résolution à peu près favorable, comme en République Centrafricaine, satisfaisant en cela l'esprit de la demande française d’intervention et elle laisse faire.
Quand à l'Europe, comme nous l'avions déjà constaté lors de l'intervention malienne, il lui est insupportable de se voir demander de l'aide, des armes, des soldats, des fonds (une « caisse de guerre »), alors même que la France ne l'a jamais associée à la préparation de ses interventions, voire même qu'elle lui a menti, dans le cas du Mali, en soutenant que « jamais la France n'interviendrait seule ».

Contrairement à ce qu’affirme l'éditorial du "Monde", la France n'était pas la mieux placée pour intervenir en Centrafrique (où est la légitimité de cette intervention?) et elle pouvait ne pas le faire. Elle pouvait, par une intense action diplomatique, au sujet du Mali comme pour le Centrafrique, mobiliser l'Europe, mobiliser les Nations Unies et mettre sur pied une véritable force d'intervention à la fois européenne, internationale et africaine. Elle pouvait tenter de le faire, elle ne l'a pas fait, elle s'est refusée à le faire.
Non seulement, la France ne peut pas rester seule, mais elle ne devait pas partir seule !
Et si elle est partie seule, sachons le bien, ce n'est pas en raison d'histoire à la "Bisounours" selon lesquelles la situation était urgente et qu'il fallait agir vite (« Je n'ai pas eu le temps de vous en parler » a, en substance, dit François Hollande à Angela Merkel qui lui reprochait d'être intervenu seul en Centrafrique !!). Non, l'explication est à rechercher dans cette volonté française de ne pas renoncer aux liens particuliers noués entre la France et l'Afrique, de ne pas renoncer à son potentiel économique qui est si important (dixit "Le Monde"). Ce n'est plus la Françafrique, mais Dieu que ça lui ressemble !

Alors allons encore plus loin dans notre choix d'une force internationale, européenne et africaine pour ramener l'ordre en Afrique. Après l'ordre ; le développement ! Et pas le développement dont rêvent nos stratèges français, celui qui consiste pour nos entreprises à rapatrier largement leurs bénéfices. Les entreprise françaises qui œuvrent réellement pour le développement du continent, qui embauchent du personnel africain, qui réinvestissent leurs profits sur place, se comptent à peine sur les doigts des deux mains.
Le cas du Niger et d'AREVA est exemplaire de cette situation. La lutte de « bras de force «  qui est engagée et dont l'issue reste incertaine est une illustration de ce que devrait pouvoir défendre un pouvoir de gauche: une meilleure répartition des ressources nées de l'exploitation du sous-sol ou du sol d'un pays, et, dans tous les cas, une répartition qui favorise le pays « producteur ». (cf Libé).

Alors oui, une force d'intervention, mais selon un tout nouveau schéma et pour un tout nouvel objectif, tant il est certain que les interventions militaires occidentales en Afrique, comme au Proche-Orient, comme en Afghanistan, n'ont jamais rien produit de positif. Mais pour cela, encore faut-il changer de discours et ne pas se contenter de rhabiller l’ancien discours avec des habits neufs, n'est-ce pas "Le Monde" !



Comment faut-il interpréter ces infos ?
L'Aide Française au Développement est recentrée afin que 85% de celle-ci soient orientés vers les pays africains que sont le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, Djibouti, les Comores, le Ghana, la Guinée, Madagascar, le Mali, la Mauritanie, le Niger, la République centrafricaine, la république démocratique du Congo, le Tchad, le Togo et le Sénégal.

La France redéploie son dispositif militaire au Sahel et fait de Faya-Largeau, au Tchad, le centre de ce dispositif.

- page 1 de 8