THERMOPYLES

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - écologie

Fil des billets

lundi 29 janvier 2018

Où va-t-on atterrir ?

La décision de mettre un terme au projet d'aéroport à Notre Dame des Landes a été accueillie par les français comme une bonne décision, et ceci pour quasiment trois sur quatre d'entre eux . Il est évident que cette décision a le grand mérite de solder une « affaire » s'éternisant depuis trop longtemps. Le risque d'un affrontement lourd et durable est ainsi écarté. Et Nicolas Hulot peut se maintenir à l'environnement, ce qui n'est pas un mince bénéfice pour le gouvernement.
L'approbation des français s'assimile bien davantage à un « ouf » de soulagement, empreint d'un peu de lâcheté, qu'à un réel assentiment politique. Ce dossier n'a que trop duré, tel est leitmotiv de tous. Et le report au printemps d'éventuelles opérations d'évacuation des lieux contribue à cette satisfaction générale.
Nous sommes cependant en droit de nous interroger sur l'aspect politique de cette décision, et de la considérer comme un échec de la démocratie. D'aucuns sont allés jusqu'à parler de déni de démocratie. Sans aller aussi loin, il est nécessaire de rappeler que ce dossier de l’aéroport de Notre Dame des Landes est vieux de plus de cinquante ans puisqu'il date de … 1967 ! La ZAD (Zone d'Aménagement Différé) est créée en 1974 et les choses s'endorment jusqu'en 2000. En 2009, puis en 2012, les opposants s'organisent et une opération d'expulsion des contestataires cristallise les mécontentements: les zadistes tiennent les lieux !

Sous une forme ou sous une autre, des dizaines et des dizaines de recours en justice sont rejetés par les tribunaux. En 2012, une Commission du Dialogue conclut à l'utilité du projet. En 2016, un référendum imaginé par François Hollande se traduit par plus de 55% d'avis favorables pour l'aéroport. Dans sa campagne électorale, Emmanuel Macron s'engage à réaliser ce projet. Rien n'y fait, l'occupation des lieux empêche toute évolution du dossier.

Les zadistes ont-ils gagné quelque chose pour autant ? Malgré leurs proclamations de victoire, rien n'est moins certain. Certes, l'aéroport ne se fera pas. Certes, les terres retourneront à leur usage agricole. Mais l'aéroport historique de Nantes sera agrandi, multipliant les nuisances au plus proche de la ville. Et la dénonciation idéologique des « projets inutiles », qui fait leur fond de commerce, s'éteint avec le renoncement à poursuivre ce dossier. Cela est tellement vrai que les revendications qui s'élèvent actuellement ne portent que sur la possibilité de certains à pouvoir rester sur place et poursuivre une expérience de retour à la terre.

L'expérience du Larzac est mise à contribution, alors qu'une différence manifeste existe avec la situation de Notre Dame des Landes. Au Larzac, au cours des années 1970-1980, ce sont plusieurs dizaines d'agriculteurs qui ont été menacés d'expulsion afin de permettre la création d'un espace d'entraînement de l'armée. Ces agriculteurs sont d'authentiques « anciens » du pays ainsi que des néo-ruraux qui, dans la suite de l'esprit de mai 68, se sont implantés et ont réhabilités des exploitations en ruines. Une réelle économie pastorale existe en 1970 sur le Larzac : élevage de brebis (plus de 100000 !), production de lait (pour le roquefort) et de fromages. Le ministère des Armées s'était lourdement trompé en déclarant ce pays quasiment vide ! 43 ans plus tard, en 2013, il y a 54 baux signés avec la Société Civile d'Exploitation des Terres du Larzac et plus d'une vingtaine d'exploitation ont leur siège social sur les terres du Larzac.

Il n'y a rien de tel à Notre Dame des Landes ! Si l'on excepte les exploitants agricoles qui n'ont jamais cessé d'utiliser des terres dont ils ont été expropriés et qu'ils vont recouvrir, rares sont les « zadistes » présents sur le site a avoir développé une activité économique, aussi modeste soit-elle, on trouve deux, voire trois, boulangeries, quelques serres potagères, une salle de concert et une bibliothèque, deux structures liées à l'occupation des lieux .... La revendication de pouvoir rester sur place vise à permettre à certains de poursuivre leur rêve d'autarcie, de refus de la société, de décroissance et de rejet d'un fonctionnement démocratique. Ils ne disposent pas de baux, ne payent aucun loyer, ni aucun impôt, ne sont raccordés à aucun réseau d'eau, d'hygiène ...

180119-Boulangers à N D des Landes-(C)AFP-Loïc Venance

Autant ce choix de vie est peut-être respectable, autant il ne saurait servir de modèle à notre société. Dans leur grande majorité, les « zadistes » sont des jeunes exclus de la société, qui se sont exclus ou qui se sentent exclus de celle-ci. Il est important de comprendre pourquoi est ressenti si vivement cette exclusion qui n'est pas toujours économique, mais qui est parfois largement politique et idéologique, puisqu'il s'agit de l'un des concepts de base de l'écologie radicale. Vivre en autosuffisance est considéré comme une forme de résistance au gouvernement ou à tous les pouvoirs, en mettant en œuvre un fonctionnement collectif limité à de petits groupes, et en nommant ceci « démocratie » !

Dans « Le Monde » daté du 20 janvier est décrite la situation d'une famille de trois personnes, les parents et une petite fille, vivant dans un village de 1000 habitants. Ils vivent dans une yourte de 30 m², sans électricité, sans eau courante, avec 1400 € par mois, soit sous le seuil officiel de pauvreté. Insérés dans un groupe d'une cinquantaine d'alternatifs, ils font leur potager et vivent de peu. Ils estiment « vivre bien ». La vie communautaire leur permet d'accéder gratuitement aux ressources communes et d'autofabriquer l'alimentation, l'habitat, l'énergie. Leur modèle est celui d'une polyactivité vivrière (boulangers-paysans), avec vente du surplus. Ils ne sont donc pas totalement en dehors de la société marchande, mais ne participent que marginalement à l'économie.

Est-ce la société de décroissance que nous désirons ? Est-ce ainsi que les hommes doivent vivre ?
Est-ce une orientation que l'Etat peut (et doit) accepter, voire prendre en considération ?
Dans ce comportement de repli sur soi, de rejet de la société dite de consommation, il y a une radicalisation qui n'a rien de commun avec ce qui s'est passé voici cinquante ans sur le Larzac, ni rien de commun avec ce que vivent aujourd'hui les exploitants du Larzac.

Alors, que faire si l'on désire mettre un terme à ce genre de situations ou, à défaut, éviter qu'elles se reproduisent ?
- La première des urgences consiste à réviser les procédures qui accompagnent la mise en route de projets d'équipement et de développement des territoires. Notamment en favorisant le débat systématique, en déployant des process de publicité et de communication. Les décisions municipales, départementales, régionales, de l'Etat, ne sont pas suffisamment commentées et débattues.
Est-il normal que des projets s'étirent pendant cinquante ans, ou même quinze ou vingt ans. Le dossier d'un projet d'équipement devrait être limité dans le temps. Si rien n'est engagé au bout de x années, le dossier devrait être caduc et totalement reconsidéré. Cela permettrait de prendre en compte les évolutions technologiques, environnementales, démographiques, économiques, d'emploi, … Il ne s'agit pas d'engager un dossier par la mise en place de barrières de chantier ou la pose d'une première pierre. Non, il s'agit que la réalisation du projet soit fermement initiée.
- Est-il normal que les projets de fermes éoliennes ne se réalisent (quand ils se réalisent!) que plus de cinq ans après la dépose du dossier ? Est-il normal que les types d'éoliennes envisagés voici cinq ans doivent impérativement être mis en œuvre, alors que la technologie a fait pendant ces cinq années de considérables progrès en matière de rendement et de silence ?
- De la même manière, les recours devraient être contraints dans le temps et dans leur nombre. Sitôt la publication d'un projet, une période de recours devrait s'ouvrir, période limitée dans le temps. L'invitation faite à la justice de traiter les recours dans un délai raisonnable semble indispensable. Il n'est pas possible de considérer un dossier caduc après une latence de x années si, par ailleurs, les recours peuvent être déposés les uns après les autres, sans limite de délai : recours concernant l'eau, concernant l'halieutique, les tritons à pattes palmées, les petites fleurs, etc, etc … dans le seul but de retarder indéfiniment la réalisation du projet.

Les choses ne sont certes pas blanches ou noires. Chaque citoyen doit pouvoir trouver son cadre de vie et son équilibre. Au-delà de la question de Notre Dame des Landes et des diverses ZAD que comprend notre pays, se pose une réelle question sociétale. Peux-t-on vivre durablement sur les marges de notre économie ? Peux-t-on vivre avec le RSA pour seul revenu assuré ? Au-delà de cette dernière question, c'est la théorie du revenu universel qui est interrogée.

jeudi 12 mars 2015

On a souvent besoin d'un fasciste sous la main

C'est un vocabulaire que l'on entend souvent ces derniers temps, à Sivens, à ND des Landes ou a Roybon. Les zadistes, occupants des lieux, attendent de pied ferme les "milices fascistes qui veulent les déloger !"
Pour exemple, voici le discours tenu par une militante anti-Center Parcs. "Les opposants les plus déterminés au Center Parcs, opposants d’ici ou d’ailleurs, n’accepteront pas éternellement ce djihadisme brun. Ils peuvent eux aussi s’organiser. Est-ce ce que veulent les apprentis sorciers qui ont dressé les habitants les uns contre les autres ? Des batailles rangées ?
Dans un petit livre « Matin Brun » - tiré à deux millions d’exemplaires ! - Frank Pavloff, qui vit actuellement en Isère, montre dans une fable, la montée du nazisme en Allemagne. Deux amis, nullement politisés, occupés de leur travail, de leur famille, heureux de se retrouver le soir autour d’une bière, discutent tranquillement. Ils ont accepté sans problèmes de se séparer de leur chien, puis de leur chat- à éliminer parce qu’ils ne sont pas bruns ! - D’acceptations en compromissions, ils se retrouvent dans un régime fasciste. Nous n’en sommes pas là. Mais quand une commune, et certains de ses habitants, s’autorisent à bloquer la circulation sans raison impérieuse et sans aucun contrôle, on a toutes les raisons de s’inquiéter."

Ce n'est pas là discours isolé, c'est même le discours officiel des écologistes et des zadistes (ces derniers étant des écologistes). Hervé Kempf, animateur du quotidien web "Reporterre", l'exprime très clairement dans un de ses derniers éditoriaux, celui du 7 mars, lendemain de l'expulsion des occupants de Sivens.
Sous un dessin de Red "On était Charlie", illustrant un "milicien" de la FDSEA, il est écrit que "le Gouvernement a déployé une tactique de répression propre aux régimes fascistes".
"La tactique de MM. Valls et Hollande est délibérée. Elle ouvre la porte à la répétition de ce type d’actes : des groupes sociaux savent maintenant que, pourvu qu’ils ciblent l’écologie et les jeunes alternatifs tout en glorifiant la police, ils ont le champ libre. Elle s’appuie sur les sentiments d’extrême-droite qui montent dans ce pays. Et suscitera en retour des réactions de même nature, impliquant une répression encore plus stricte."
"Je ne sais la qualifier autrement que de pré-fasciste : utilisant les méthodes mêmes du fascisme (des milices supplétives d’un Etat autoritaire) et stimulant la xénophobie et la haine des alternatives."
"Les choses sont claires : un projet coûteux, pourri de conflits d’intérêt, financé par le public pour des intérêts privés, détruisant l’environnement, c’est « le changement ». D’aucuns persistent encore à croire que le gouvernement de MM. Hollande et Valls est « de gauche ». Il ne l’est pas. C’est pire : il ouvre, à peine dissimulé, la voie au fascisme."

Ce qui est intéressant dans la diatribe d'Hervé Kempf, c'est qu'elle est illustrée par une référence au mouvement "Je suis Charlie", sous la forme d'une inversion de cette déclaration de solidarité, laquelle se transforme en "On était Charlie". Cela démontre, s'il en était besoin, que le slogan de janvier 2015 n'a pas beaucoup de contenu et que chacun peut le tirer à soi et l'adapter à sa cause. En effet, il n'est pas évident que ce slogan ait été porteur, à un moment ou à un autre, d'un contenu soit écologique, soit en faveur d'une société gratuite et solidaire comme la revendiquent les zadistes.

Ce rapprochement a cependant un sens, que vient brillamment d'illustrer Patrick Pelloux, chroniqueur et administrateur de Charlie Hebdo.
Abd Al Malik, artiste, musicien, écrivain, cinéaste, a récemment distribué son premier film "Qu'Allah bénisse la France" (décembre 2014) et surtout un petit livre intitulé "Place de la République, pour une spiritualité laïque". Dans ce livre et dans les propos qu'il tient pour le présenter, Abd Al Malik aborde la question de "Charlie Hebdo". Tout en affirmant fortement le droit à la caricature qui est "un acte démocratique par excellence", un "éclatant symbole de la liberté d'expression", il reproche à l'hebdomadaire "d'avoir contribué à la progression de l'islamophobie, du racisme et de la défiance envers tous les musulmans". Il poursuit: "Pour moi, dans le contexte actuel de pression extrême sur les musulmans, dans ce climat de surenchère médiatique autour de l'islam, Charlie Hebdo a fait preuve d'irresponsabilité en multipliant ces caricatures. Même si le but était de montrer du doigt les intégristes, et même s'ils en avaient le droit au sens légal."

Abd Al Malik (DR)

Cela, Patrick Pelloux, non seulement ne l'accepte pas, déclare qu'il est "meurtri" par les propos de l'artiste qui sont qualifiés d'"odieux" , mais fait un rapprochement avec les terroristes qui "sont le nouveau nazisme et le nouveau fascisme". Toute critique de "Charlie Hebdo" serait-elle assimilée à une complaisance à l'égard de ce "nouveau fascisme" ?

La simplification sémantique de ces propos devient inquiétante. L'ultra-gauche perdrait-elle la raison ?

mardi 2 avril 2013

Plus on est riche, plus on est heureux

Tel est, du moins pour deux chercheurs de l'Université de Rotterdam, la conclusion d'une vaste enquête internationale (67 pays) conduite à partir des données d'une "banque du bonheur".
L'Institut IZA (Allemagne) parvient à la même conclusion à l'issue des travaux de chercheurs américains. Plus le revenu par tête est élevé, plus le niveau de satisfaction individuelle est élevé. Il augment proportionnellement à l'élévation du PIB.
Ces informations exceptionnelles ne datent pas d'aujourd'hui, mais du 26 février 2013 (c'est loin tout ça !) et elles ont été recueillies dans un billet de Marie de Vergès, dans Le Monde. Celle-ci conclut son article en affirmant qu’avant de parler bonheur, le devoir des gouvernements est donc de parler de croissance. Et, mieux encore, de la favoriser ..., la croissance !
Faire un si long détour par des enquêtes sans grand intérêt, pour se contenter d'affirmer que la croissance est indispensable au bonheur des humains, est un bien curieux raisonnement, c'est un peu enfoncer des portes ouvertes.
En effet, les tenants de la croissance à tout prix le savent parfaitement; toute notre société est basée sur ce réflexe d'insatisfaction générale qui n'est comblé que par l'acquisition de nouveaux biens, donc l'augmentation des revenus. Et les partisans de la décroissance le savent tout aussi bien puisque c'est la société qu'il dénoncent afin de la remplacer par une société plus frugale et plus partageuse.

Les premiers ne changent rien, ou pas grand-chose, au système de croissance-consommation qui prévaut actuellement. Ils ferment les yeux sur la diminution des ressources naturelles, sur les difficultés écologiques de notre planète, sur le réchauffement de celle-ci ... Il faut croître ? Eh bien, croissons !
Les seconds prônent un ralentissement de l'activité économique, une relocalisation des productions de tous ordres, une éco-conception des produits, mais sont bien incapables d'expliquer comment appliquer ces belles résolutions dans des pays ou continents qui n'ont pas encore (et de loin ...) adopté le style de vie occidental et qui en ont faim.

Un homme a réalisé une vaste synthèse de cette question "croissance-décroissance" en 2011 (2012 pour la traduction française). Il s'agit de Jeremy Rifkin et de "La troisième révolution industrielle". L'homme n'est pas un inconnu et il parcourt la planète pour propager ses idées, avec, parfois, il est vrai, un certain succès.

La Troisième Révolution Industrielle
Rappelons tout d'abord ce que sont les trois révolutions industrielles.
La première révolution industrielle est celle de la vapeur, du charbon, du chemin de fer, de l'imprimerie, plus exactement de l'information imprimée sur les journaux et gazettes. En effet, Jeremy Rifkin, et c'est nouveau, s'attache à définir un lien organique entre une technologie de communication et une source d'énergie. Cette première révolution industrielle a pris naissance au Royaume-Uni et s'est développée entre 1750 et 1850.
La seconde révolution industrielle est, pour Jeremy Rifkin, celle du pétrole et du téléphone. C'est également celle du tout-à-l'égout, de l'eau potable et de l'électricité à domicile, du moteur à explosion, des produits chimiques, de la naissance des loisirs. La croissance de la productivité pendant cette seconde révolution a été phénoménale.
Tous les économistes (ou presque) s'accordent à reconnaître que nous sommes entrés ou que nous entrons dans la troisième révolution industrielle. Le moteur de celle-ci serait, et ceci est globalement acquis, le développement de la société de communication, la multiplication des centres de stockage de données, la dématérialisation de celles-ci (le cloud), la vitesse de circulation de l'information d'un point à l'autre et en tous points de la planète. Mais il manque une caractéristique à cette définition de la troisième révolution, une caractéristique qui en fasse le vecteur d'un nouvel accroissement de productivité, une caractéristique qui aurait un lien organique avec le caractère informatique de la société. Cette caractéristique, ce sont les énergies renouvelables !

Jeremy Rifkin entreprend alors la description de la société de la troisième révolution industrielle, une société extrêmement décentralisée où chacun serait, à la fois, consommateur et producteur d'énergie.
Cette société repose sur cinq piliers.

  • 1°) Le passage aux énergies renouvelables; solaire, éolienne, géothermique, marémotrice, hydraulique, biomasse ... sans que soient privilégiées les installations puissantes et hyper-concentrées. Au contraire, une multiplication de millions de centres de production d'énergie, ce qui nous amène au second pilier.
  • 2°) La transformation du parc immobilier de tous les continents en micro-centrales énergétiques (éolien, solaire, ...). Rien que pour l'Europe des 27, Jeremy Rifkin estime qu'il y a ... ... 190 millions d'immeubles, bâtiments administratifs, industriels ou commerciaux, résidences ou zones pavillonnaires qui peuvent devenir des mini-centrales électriques: le soleil sur le toit, le vent sur les murs, les ordures qui sortent de la maison, la chaleur du sous-sol sous les fondations ... tout est prétexte à production d'énergie.
  • 3°) Le déploiement de la technologie de l'hydrogène et d'autres techniques de stockage sur l'ensemble de l'infrastructure, afin de stocker les énergies intermittentes. Car, en effet, le soleil ne brille pas tout le temps, le vent ne souffle pas tous les jours, et pendant ces journées de disette nous avons autant besoin d'énergie. Il faut donc avoir de l’énergie en réserve. Malheureusement, l'énergie électrique se stocke très mal (batteries). Le choix de l'hydrogène comme vecteur de stockage n'est pas vraiment nouveau. Romano Prodi, dans une conférence prononcée le 16juin 2003, disait "Nous affirmons clairement ce qui rend le programme européen sur l'hydrogène réellement visionnaire. Notre objectif est de passer graduellement à une économie de l'hydrogène totalement intégrée et fondée sur les sources d'énergies renouvelables d'ici le milieu du siècle". Si l'on ne prend que le cas de l'Europe, comment distribuer dans tout le continent l'énergie produite par des millions de bâtiments ? Le quatrième pilier y répond.
  • 4°) L'utilisation de la technologie de l'Internet pour transformer les réseaux électriques de tous les continents en inter-réseaux, comme en un vaste réseau multi-nodal mondial. La technologie informatique et les compteurs intelligents sont parfaitement capables de gérer ce réseau. Vous avez des besoins en raison du froid, d'un surcroît d'activité ? Tel un Internet électrique, le réseau transporte l'énergie depuis les zones qui sont en stockage excédentaire parce qu'il fait nuit et que le temps est clément. A l'inverse, votre électricité excédentaire parce qu'il fait grand vent est revendue au réseau et va servir une région de calme plat et de brumes froides. Mais la production électrique ne s'arrête pas là, voyez le cinquième pilier.
  • 5°) Le changement de moyens de transport, en choisissant des véhicules électriques branchables ou à pile à combustible, capables d'acheter et de ... vendre de l’électricité sur le réseau mondial. Il s'agit de véhicules à énergie électrique et munis d'une pile à hydrogène. Sans énergie, ils se rechargent sur des bornes qui équiperont routes, autoroutes, collectivités et particuliers. En roulant, ils produisent de l'électricité qui est stockée sous forme d'hydrogène. Et, à l'arrêt, ce qui représente la majorité du temps, ils sont branchés sur le réseau pour distribuer leur électricité excédentaire et ne conserver que le strict nécessaire pour repartir.


Un rêve, une fiction, une utopie, une folie ?
Nul ne saurait le dire avec certitude. Ce qui est vrai, c'est que ce schéma est techniquement réaliste et réalisable. Ce qui est vrai, c’est que les chercheurs et les premières entreprises pilotes travaillent en ce sens. Ce qui est vrai, c'est que les cinq piliers de cette nouvelle révolution industrielle sont adoptables par tous les continents, tous les pays, y compris les plus pauvres et les plus déshérités de notre planète. Ce qui est vrai, c'est que ce développement industriel sera créateur de centaines de milliers d'emplois. L’auteur donne des chiffres, mais gardons-nous de les prendre pour vérité absolue. Ce qui est vrai, enfin, c'est que cette perspective de troisième révolution industrielle met à mal toutes les théories de décroissance volontaire ou subie. De plus, en respectant les objectifs d'une société décarbonée.

La suite du livre est beaucoup moins plaisante. Jeremy Rifkin développe ses idées sur ce que pourrait être la civilisation de la troisième révolution industrielle. Le fait que la production d'énergie soit extrêmement décentralisée suscitera la naissance d'une société dans laquelle les états se regrouperont par intérêts continentaux, où les relations hiérarchiques se feront latéralement et non plus verticalement, où la propriété s'effacera au bénéfice des services collectifs, où l'enseignement sera "latéral"et partage d'expériences, où l'homme retrouvera ses liens originels avec les animaux et la nature, où le travail lui-même disparaîtra pour que ne subsiste que le travail social et gratuit ... bref, "c'est seulement quand nous commencerons à penser en famille étendue mondiale - famille qui ne comprend pas seulement notre propre espèce, mais aussi tous nos compagnons de voyage dans cet habitat évolutionniste qu'est la Terre - que nous serons capables de sauver notre communauté biosphérique et de régénérer la planète pour nos descendants".
Rien n'oblige à souscrire à cette profession de foi au sens littéral du terme. Commençons déjà par mettre en place les cinq piliers de l'autonomie énergétique et nous verrons bien comment évolue notre monde.

Dans notre région, en Rhône-Alpes, près de Grenoble et son pôle scientifique, il existe des entreprises dont l’activité s'inscrit résolument dans ce schéma. Citons McPhy Energy, dont l'objet est entièrement orienté vers le stockage de l'hydrogène solide (hydrures métalliques), citons SymbioFCell, qui s'est donné pour objectif d'équiper les véhicules de piles à combustibles de façon à accroître leur autonomie électrique. L'un d'entre eux, la Green GT H2, participera aux prochaines 24 Heures du Mans.

Green GT H2 (C)