THERMOPYLES

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Al Qaïda

Fil des billets

jeudi 22 mars 2012

La fin de Khadafi et la fin d'ATT

Ce n'est pas un titre de gloire, mais le 30 octobre 2011, ici-même, nous annoncions ce qui allait, ce qui devait se passer dans cette vaste zone qui va de la Libye au Mali. Et nous parlions de désastre. De plusieurs désastres, car les motivations de la guerre menée en Libye, et les conditions dans lesquelles elle s'est réalisée, ne pouvaient pas déboucher sur autre chose.

Mais auparavant, faisons commentaire d'une info dont Mediapart s'est fait le porteur et qui s'avère être un véritable "flop".
Le 12 mars, Mediapart publie un article selon lequel le financement de la campagne 2007 de Sarkozy aurait été financé, à hauteur de 50 millions d'euros, par Khadafi, son fils Saïf Al Islam, avec Brice Hortefeux pour intermédiaire. Ces informations, tapées en caractères sibyllins sur un vulgaire bout de papier, dateraient d'octobre 2005. Curieusement, aucun organe de presse ne développe cette information. Tous, en France, mais aussi en Belgique ou en Suisse, reprenne le contenu de l'article de Mediapart, mais quasi personne ne fait le moindre commentaire. A deux exceptions près. Celle du Réseau Voltaire, Thierry Meyssan, sur laquelle on ne s'étendra pas, sauf en ce qui concerne une bizarre accusation: si la campagne de Sarkozy a été financée par Khadafi, il en aurait été de même pour la campagne de .... Ségolène Royal. L'autre exception est celle de Marianne dont Philippe Bilger , dans son blog, souligne que bien des choses restent incompréhensibles alors qu'il laisse entendre qu'il doute de la sincérité de ce "mémo" présenté par Mediapart.

Coup de tonnerre, quatre jours plus tard, Mediapart déclare que Jean-Charles Brisard, son "indicateur", retirait tout ce qu'il avait pu dire au motif qu'il avait "été associé malgré lui à de soi-disant révélations". Et là, curieusement, personne ne cite ce démenti, strictement personne.
Pourtant, il est loisible de se poser un certain nombre de questions.

- Le 16 mars 2011, Saïf Al Islam, particulièrement remonté, accordait une interview à Euronews et déclarait que son père avait financé la campagne de Sarkozy. " Nous avons les preuves, tous les détails, les comptes bancaires, les documents et les opérations de transfert". Le 12 mars 2012, dans Mediapart, Jean-Charles Brisard déclare qu'il a un dossier, des notes, des documents de transfert. Curieux hommes que ces "mafiosi" qui gardent une trace réglementaire de tout ce qu'ils trafiquent !! Et pourquoi Khadafi n'a t-il jamais mis à exécution ses menaces de publication des fameux comptes bancaires ?

- Une autre question vise à comprendre pourquoi Sarkozy aurait décidé de trahir aussi brutalement son donateur. Dire que c'est pour effacer les preuves de ce financement relève du "cinéma".

- Nicolas Sarkozy avait-il vraiment besoin de 50 millions ? Alors qu'il semble, à ce que l'on raconte, que la famille Bettancourt était à même de lui en donner à guichet ouvert ?

- Et enfin, pourquoi ce prétendu bout de papier écrit en 2006 arriverait aujourd'hui, et seulement aujourd'hui, dans la rédaction de Mediapart ?

Le problème, c'est que l'Internet laisse derrière lui une longue traîne. Lorsque "Rue89" a déclaré que Camatte était un agent secret, à le suite probable d'une mauvaise interprétation d'un commentaire de fonctionnaire, cela n'a jamais été démenti et cela traîne encore dans de nombreux sites africains. Gageons qu'il en sera de même pour le financement de la campagne 2007 de Sarkozy ...

Cet imbroglio qui a présidé à la décision de faire la guerre en Libye et d'y supprimer Khadafi est donc à l'origine de plusieurs désastres.
Le premier désastre potentiel était celui d'un risque de transfert de conflit d'une terre à l'autre. C'est chose faîte puisque les touaregs du MNLA, lourdement armés, ont quitté la Libye et sont rentrés au Mali pour y réclamer l'indépendance de l'Azawad. Ils y mènent une guerre violente, dure, cruelle et rien ne les arrête. Les populations civiles fuient vers le Niger ou vers la Mauritanie (plusieurs centaines de milliers) et viennent gonfler d'autres populations déjà en situation de souffrance alimentaire.
Le second désastre potentiel était celui d'une partition de la Libye. C'est chose faîte, ou presque, puisque la Cyrénaïque réclame son autonomie, avant de réclamer son indépendance. Celui également d'une partition du Mali puisqu'au-delà de la revendication d'indépendance de l'Azawad (curieusement limité aux frontières officielles du Mali), un groupe salafiste revendique maintenant son autonomie et veut étendre la loi islamique à l'ensemble du Mali.
Ici, comme en Libye, le troisième désastre potentiel était bien de laisser le champ libre à tous les agitateurs religieux qui se multiplient au cœur de cette vaste zone quasi désertique: salafistes, AQMI, ... Là aussi, c'est chose faite.

Comme un désastre ne vient jamais seul, l'armée régulière malienne (une partie ?) vient de renverser ATT. Si elle a quelques griefs solides à exprimer au Président de la République du Mali, et notamment celui d'être abandonnée au fond du Nord, sans appui logistique (il a fallu qu'un hélicoptère de l'armée américaine largue des vivres !), et régulièrement massacrée par les combattants touaregs, cela ne l'autorisait en aucune sorte à prendre le pouvoir. D'autant plus, s'il s'agit de déclarer que l'on va organiser des élections, alors même que celles-ci devaient se tenir dans un mois !! Curieuse et inquiétante conception de la démocratie.


ATT (C)Reuters/Pool New

ATT est un démocrate. Dans le contexte africain, il dénote avec sa ferme volonté de ne pas faire de nouveau mandat, (il en a fait deux) et de céder la place. ATT a joué un rôle capital à l'égard de la part importante de ses compatriotes exilée en Europe, en France particulièrement: les Maliens de l'extérieur. Il s'est opposé à plusieurs reprises et avec fermeté à la signature d'accords de gestion concertée des flux migratoires avec la France, accords dont Besson, puis Hortefeux, s'étaient fait les champions. ATT s'est enfermé dans un refus de faire la guerre à AQMI dans le nord du pays, une guerre qu’il disait ne pas être la sienne, ni celle du Mali. C'est pour cela qu'il a été considéré comme le maillon faible de la lutte contre le terrorisme. Et quand les touaregs sont rentrés au pays pour affronter le pouvoir central, avec la complicité réelle ou tacite (malgré leurs dénégations) des islamistes, il n'a pas vu que la dimension du conflit et le rapport de forces n'étaient plus les mêmes. Le point de vue de Slate ici.

Ce désastre-là ne fait que commencer. Les populations du nord, comme du sud, n'ont pas fini d'en souffrir, les libertés de choix et de convictions d'en pâtir, et la région toute entière (Mali, Niger, Sénégal, Burkina) d’en être durablement déséquilibrée. -

dimanche 30 octobre 2011

Sauver Benghazi pour mieux punir Syrte ...,

défendre les populations civiles à Benghazi avec un mandat à peu près clair de l'ONU pour mieux violer ce mandat à Syrte et y faire la chasse à Khadafi, invoquer la démocratie et la responsabilité de l'Occident à Benghazi pour mieux s'en moquer et ne pas les respecter à Syrte dans le but de se venger de celui que l'on a appelé un tyran et qui venait camper (au sens propre) sous les fenêtres des chefs d'état occidentaux. Est-ce là le bilan de la campagne de Libye ?

Guerre en Libye (DR)

Et qu'avons-nous gagné ? Rien, si ce n'est probablement un désastre.

Un désastre en raison de la réaction (de la contre-révolution !!) islamiste. Comme il était prévisible, les révoltes arabes donnent tour à tour le pouvoir aux islamistes et c'est une vue de l'esprit que de croire qu'Ennahda, en Tunisie, sera respectueux de la démocratie, de la place de la femme, du droit de croire ou de ne pas croire. Des déclarations inquiétantes ont déjà été faites en ce sens, qui ont été démenties par les nouveaux hommes forts qui ont besoin de la "reconnaissance" occidentale.
En Libye, point n'est besoin de s'étendre: la "collaboration" entre les factions se fera sur le dos des droits élémentaires.
Quant à l'Egypte, tout s'y prépare pour que les Frères Musulmans et les salafistes se partagent le pouvoir.
Ce qui n'était pas une révolution cède la place à la réaction la plus classique. Il fallait s'y attendre et seuls les journalistes romantiques pouvaient se tromper et nous tromper en nous gavant d'images de madones au drapeau ou de lanceurs de grenade et en nous faisant vivre les évènements en "direct live". Pour mémoire, il en est ainsi de toutes les "révolutions": Mai 68 s'est achevé sur les Champs par une monstre manif de la droite te le retour de l'essence dans les pompes, Obama encensé par les chroniqueurs n'est plus désormais qu'un velléitaire, ... Les révoltes arabes suivent le même chemin parce que les forces de la jeunesse, celles qui ont su si bien utiliser les réseaux sociaux et internet, ne revendiquent pas tant un fonctionnement démocratique de la société, mais avant tout la LIBERTE, la liberté de travailler, de gagner sa vie, de discuter, de consommer, de se déplacer, de voyager.
Et parce que les forces de la contestation, quoique souvent riches culturellement, ne sont pas politisées. Les militants aguerris se trouvent dans des structures qui attendent cette alternative depuis des décennies et qui ont su réagir très rapidement: Ennahda ou les Frères Musulmans et la kyrielle d'institutions sociales et humanitaires qu'ils ont su mettre en place et animer. Quant aux intellectuels de gauche, aussi méritant soient-ils, ils n'ont bien souvent aucune structure, aucun parti historique, aucun syndicat derrière eux. Et ce ne sont pas eux qui peuvent promettre que demain, la télévision sera gratuite !

Un désastre à cause du "deux poids, deux mesures". Parce qu'il n'y a pas à se venger d'humiliations qu'aurait pu infliger le président Assad aux gouvernements occidentaux, aucune intervention n'est prévue pour mettre un terme au calvaire de son peuple. Certes Assad a sans doute raison: il sait depuis toujours que céder la place, c'est laisser entrer, ici aussi, l'islamisme politique. Alors, pour sauver ce qui peut encore l'être, tout comme ce qui aurait pu être imaginé en Libye, n'est-il pas possible d'exercer d'impitoyables pressions (refus de tous produits en provenance de Syrie, fermeture de tous les comptes, boycott de toutes les entreprises, exclusion de toutes les institutions internationales, ...?
Il restera dans l'esprit des peuples du Maghreb, du Moyen-Orient et d'Afrique la terrible explication de ce "deux poids, deux mesures": il s'agissait, en Libye, de faire main basse sur les richesses.

Un désastre à cause du transfert des risques de conflit. Les Touaregs que l'on a, bien imprudemment, traités de mercenaires alors qu'il ne s'agissait que de tribus fidèles à la tribu des Khadafi (et cette sorte de fidélité ne se rompt que par la mort) rentrent au pays les bras chargés d'armes. D'autres combattants, ceux d'AQMI, cherchent à occuper le Nord-Mali, le Nord-Niger, les franges de la Mauritanie pour y installer leur base africaine. Eux aussi ont les bras chargés d'armes de toutes sortes. Afin de déloger AQMI de leur territoire, les Touaregs ne leur déclarent ni plus ni moins que la guerre, ainsi qu'à l'armée malienne dont ils considèrent qu'elle a des "connivences" avec les terroristes. Et tout cela moins d'un an avant les élections présidentielles au Mali (avril-mai 2012), l'un des rares pays africains à être une démocratie quasi exemplaire ! Au-delà du Mali, ce sont le Niger, l'Algérie et la Mauritanie qui ne manqueront pas d'être concernés par ce nouveau conflit.

Un désastre à cause de la mort de nos relations avec l'Afrique. D'aucuns diront "Tant mieux, c'est la fin de la Françafrique". Mais le bilan est plus triste que cela parce que les relations entre notre pays et les pays africains vont bien au-delà de ces relations de pouvoirs et d'affaires.
Il y avait déjà les questions de l'émigration des Africains et de leur immigration rejetée chez nous. Il y a maintenant un sentiment de mépris de la part des occidentaux et d'humiliation pour les Africains, et ceci pour une raison essentielle. La Libye a été le théâtre d'une intervention militaire, et son chef d'état a été assassiné par des armées occidentales (ou sous couvert de celles-ci) sans l'accord du Continent africain. Le Continent africain a été bafoué, son avis n'a jamais été pris en considération, il n'a même jamais été sollicité. Certes, cet avis était peu audible, entaché qu'il était pas des "solidarités" acquises avec beaucoup d'argent, beaucoup de contrats. Il n'empêche, Khadafi a été l'un des rares à savoir parler de la Nation Africaine. Jacob Zuma, Président de l'Afrique du Sud, a tenté, à plusieurs reprises, d'ouvrir des pourparlers (et non des négociations !) entre les forces en présence. En avez-vous seulement entendu parler ? Il a dénoncé la primauté accordée à l'OTAN (et donc à Paris, Londres et Washington) sur l'ONU pour "gérer" l’affaire libyenne. En avez-vous eu connaissance ?
La guerre libyenne s'achève sur l'humiliation de toute l'Afrique, du Maghreb au Proche-Orient et à l'Afrique du Sud, en passant pas l'Afrique de l'Ouest. En date du 18 octobre dernier, l'intellectuel et historien Achille Mbembe affirmait dans "Le Monde" que "la France n'est plus notre soleil". Le conflit libyen et son traitement spécifiquement français, avec la complicité de quasi toutes les forces politiques, et notamment celles de gauche, n'ont fait qu'assombrir un peu plus notre "soleil".

Enfin, pour terminer, un probable désastre à cause d'une possible partition de la Libye. On ne le dira jamais assez, la Libye est un pays de tribus que Khadafi avait réussi à rassembler sur un objectif commun, au prix, c'est certain, de violences et de crimes impardonnables. Désormais, ceux de Benghazi s'opposent et s'opposeront à ceux de Tripoli ou de Syrte ou de Misrata et vice-versa. Les territoires, les richesses, le pétrole, tout fera l'objet de conflits et de partages violents et la Libye d'aujourd'hui risque la partition en deux, voire trois, entités non viables.

Oui, un désastre et aucun bénéfice, si ce n'est pour quelques pétroliers ...

PS: chroniqueuse au "Monde", Caroline Fourest a un vrai beau franc-parler et ses analyses sont d'une justesse et d'une précision dignes du scalpel. Il faut la lire sur son blog et sur le site de l'association-revue dont elle fait partie: ProChoix.

.

mardi 22 mars 2011

Malbrough s'en va-t-en guerre

Quel est le tableau quatre jours à peine après la mise en place de la coalition destinée à protéger les civils libyens ? Une coalition faite de bric et de broc, à laquelle les principaux pays européens, autres que la France et la Grande-Bretagne, participent en se pinçant le nez, l’Allemagne plus que réticente, l’Italie opposée à cette intervention. La Russie et la Chine, qui se sont abstenues au Conseil de Sécurité, ne cessent de répéter qu’il faut trouver une autre méthode. Les pays arabes ne se comptent même pas sur les doigts d’une seule main et il ne s’agit que de vassaux des USA qui sont là pour jouer les faire-valoir. Quand à l’Afrique, comme il en a été question ici , elle demande inlassablement des négociations.

Aujourd’hui, les Américains sont de plus en plus pressentis pour prendre la tête de la manœuvre au travers d’une participation de l’OTAN. Les résidences de Khadafi sont bombardées et l’on ne voit pas bien en quoi elles représentent une menace pour les populations civiles.Ce qui est cependant le plus étonnant, c’est cette sorte de consensus mou national, autour duquel on retrouve toute la gauche traditionnelle qui se félicite d’aller frapper Khadafi, un peu comme si elle s’empressait de brûler ce qu’elle adorait hier. Ce qui est le plus désolant, c’est de voir la presse, “Le Monde” en tête, écrire des éditoriaux pour appeler à l’intervention, puis pour approuver celle-ci.

Il a suffit d’un chef de guerre, qui cherche à faire oublier ses solidarités passées et qui veut se refaire une santé politique, pour que tout le monde ou presque lui emboîte le pas et parte en guerre, mironton, mironton, mirontaine, …

Et “ne sait quand reviendra” … Telle qu’elle est construite actuellement et telle qu’elle va probablement évoluer dans les jours à venir, la coalition va ressembler de plus en plus à une armée d’intervention destinée non pas à défendre la démocratie, mais bien davantage à défendre les intérêts de l’Occident, une “croisade” comme le redoute la Russie et l’Allemagne, une “croisade” comme vient de le déclarer Claude Guéant.

Pourquoi ne pas intervenir en Côte d’Ivoire ? Alors que la démocratie, là aussi, semble bafouée ? Et demain, interviendrons-nous également au Yémen ou à Bahrein ?

Ce qui s’est construit sur des bases floues et équivoques ne peut pas continuer ainsi, sous peine de donner du crédit à l’immuable reproche d’intervention des occidentaux dans les affaires des pays arabes. Encore quelques jours et cela sera un affrontement dans le plus pur style du “clash des civilisations” ! Complété par une généreuse distribution d’arguments pour Al Qaïda !

Rebelles libyens (c)DR publiée sur Meanews

Alors, qu’aurait-il fallu faire ? Tout d’abord, bloquer la totalité des avoirs de Khadafi en Europe et dans le monde, mettre fin à tout commerce, à tout contrat actuel et futur, placer la Libye sous embargo général aussi bien économique que diplomatique, brouiller ses ondes radios et TV y compris ses canaux militaires, …. Ensuite, aider les forces démocratiques en leur fournissant des armes, des vivres, des soutiens. Il se trouve que les deux frontières avec la Tunisie et l’Egypte sont situées dans des zones plus ou moins contrôlées par les rebelles. Un dialogue avec ces deux pays nouvellement ouverts au dialogue démocratique aurait peut-être été plus fructueux qu’un appel à participer à une coalition. Enfin, si tout cela s’avérait insuffisant, une intervention de la seule force authentiquement représentative de la volonté des Etats: la Force des Nations-Unies, les Casques Bleus. Mais oui, cela est plus long, cela demande davantage de débats, mais cela évite aux chefs de guerre de se mettre en avant avec la complicité de la gauche.

Les chose peuvent-elles encore être changées ?

mardi 15 mars 2011

Intervenir en Libye ?

Ainsi donc, l’Union Européenne et ses ministres-diplomates ne sont pas parvenus à une position commune à l’égard de la Libye. Il n’y aura pas d’intervention militaire avec pour but de créer une zone d’exclusion aérienne et de la maintenir active. Nombreux sont ceux qui parlent déjà de renoncement, d’abandon des populations libyennes, de renoncement face à un dictateur, accommodement avec des contrats de fourniture en pétrole ou de livraison de matériels ou technologies, … mais est-ce si certain ?…

Depuis le début de la crise , puis de la quasi guerre civile que se livrent les libyens entre eux, force est de constater qu’un continent entier se tait ou prend position avec les plus grandes circonspections: il s’agit du continent africain, celui qui devrait être concerné au premier chef puisque Khadafi, “roi des rois d’Afrique”, élu président de l’Union Africaine il y a tout juste deux ans, se voulait le héraut de la nouvelle Afrique. Il faut dire que Khadafi a généreusement aidé les chefs d’état africains et tout singulièrement ceux des états sud-sahéliens, Mali en particulier. Les investissements libyens sont extrêmement importants:hôtels, administrations,achats de terres auprès de la Compagnie du Niger, aide militaire, construction de mosquées, … la liste est très longue. Ces chefs d’état sont probablement mal à l’aise pour sanctionner leur ancien (et futur ?) bienfaiteur.

khadafi.1300222486.jpg

Voici quelques jours déjà, l’accusation faite aux combattants touaregs, qui participent aux combats contre les révoltés de Lybie, d’être des mercenaires avait soulevé leur indignation. Certains de leurs responsables ont fait savoir qu’ils ne s’agissait pas de mercenaires, mais de soldats appartenant à des tribus qui avaient depuis longtemps déjà déclaré allégeance à Khadafi.

Il y a quatre jours, c’est un ancien ministre du plan de Modibo Keita, Seydou Badian Kouyaté, qui appelait à une mobilisation des esprits en faveur de Khadafi, considéré par lui comme un grand Africain, au même titre que Modibo Keita bien sur, mais aussi N’Krumah ou Sekou Touré. Pour étoffer ses dires, il s’appuyait sur des requêtes formulées par des étudiants ou des groupes de femmes.

Et voici maintenant qu’un parti, le SADI, Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance, se mobilise et convoque meetings et marches de protestation. C’est encore un petit parti, mais qui monte régulièrement dans les opinions des citoyens maliens et qui a fait figure honorable aux élections municipales de 2009. Par ailleurs, il est un soutien ferme des expulsés, ceux des maliens qui sont venus en France de façon plus ou moins officielle et qui en sont expulsés. A ce titre, il a joué un rôle actif dans le refus de signer les accords sur l’immigration proposés par la France (Brice Hortefeux-Eric Besson).

Donc ce parti se pose en défenseur de Khadafi et argumente ainsi sa position. Khadafi “fait face à une violente campagne d’intoxication dont le but est de convaincre l’opinion mondiale de légitimer une guerre de conquête coloniale des Etats-Unis et de l’Europe pour faire main-basse sur les richesses pétrolières“. Ajoutant qu’”une agression contre le peuple libyen menace la paix dans les pays sahariens et affaiblit leur capacité à faire face à la menace terroriste“.

Malheureusement, la simplification et la pauvreté du débat au sujet de la situation libyenne (comme de la Tunisie ou de l’Egypte: on nous raconte la guerre ou les manifs, mais pas les positions idéologiques des uns et des autres) occultent complètement cet aspect des choses. Sans doute faut-il quand même tenir compte de ces informations qui prouvent, s’il en est besoin, que l’Occident ne sera jamais le bienvenu dans un conflit au Maghreb ou au Proche-Orient. A ce titre les appels à l’aide des révoltés doivent avoir une autre réponse que celle de la guerre.

samedi 5 février 2011

La voix touarègue

En complément du post publié le 12 janvier dernier, voici l’une des contributions au blog “La voix touareg”. Elle est signée par Rhissa Rhossey , touareg, infirmier et poète.

Rhissa Rhossey (c)Hubert le Maréchal

Dans son point de vue, Rhissa Rhossey souligne l’impérieuse nécessité à aider le Niger, en particulier pour que ses jeunes aient une occupation et ne soient pas embrigadés par d’autres.

Rhissa Rhossey sera en France à partir du 18 mars prochain, dans le cadre du Programme “Afrique-Isère : une saison pour l’Afrique” mis en œuvre par le Conseil Général de l’Isère.

- page 2 de 4 -