THERMOPYLES

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Algérie

Fil des billets

lundi 14 janvier 2013

Guerre au Mali: premières dissonances

Troisième ? quatrième jour ?
Enfin, certaines critiques commencent à se faire jour. C'était à croire que tout le monde était anesthésié et n'avait pas d'autre mot à la bouche que "Bravo, il fallait le faire !"
L'Algérie, quand bien même elle a autorisé le survol de son territoire (pouvait-elle faire autrement ?), a précisé qu'elle avait soutenu le dialogue et qu'elle continuera à le faire. Mais en cas d'atteinte à son intégrité, elle réagira. En fait, considérant que cette intervention française se place en réponse à un appel malien, elle ne participera à quelque opération que si des éléments extérieurs pénètrent sur son territoire. On ne peut pas vraiment dire que ce soit un soutien ou un appui. De son coté, la presse algérienne est extrêmement critique et dénonce le choix de la France.
En France ? les seules informations dont on dispose sont millimétrées, les photos inexistantes. Ce soir La Croix, Le Nouvel Obs, Libé, Le Point, d'autres encore, reprennent le même communiqué de l'AFP: "La France, "en guerre contre le terrorisme",bombarde le Nord ...". Extraordinaire diversité d'opinions ...
Le pavé dans la mare le plus singulier ne nous vient pas de la gauche de la gauche (Nathalie Arthaud, par exemple, fidèle à elle-même), mais de la droite, de Dominique de Villepin qui déclare qu'au Mali, "aucune des conditions de la réussite n'est réunie" et que "seul un processus politique est capable d'amener la paix". Il est peut-être dommage que cette opinion vienne de lui, mais elle est toujours bonne à prendre !
C'est celle que nous défendons ici depuis plusieurs ..mois !

Dominique de Villepin-(C)SIPA

Hier, nous posions la question de savoir ce que Romano Prodi pensait de ces évènements, lui qui était encore jeudi à Bamako. Il est un autre homme, qui a pourtant fait beaucoup pour tenter de mettre en place un dialogue, même si ce n'était pas sans arrière-pensées, et dont personne ne parle. Il s'agit de Blaise Compaoré, Président du Burkina, qui vient de déclarer qu'il enverra un détachement au Mali. Que fait-il de tous ses efforts ? passent-ils pour pertes et profits ?

lundi 3 décembre 2012

Que peut apporter la France lors de sa visite en Algérie

Les 19 et 20 décembre prochain, François Hollande sera en visite officielle en Algérie. Il s'agit là d'une visite politique et d'une visite à hauts risques. Les attentes des Algériens sont nombreuses et ils ne se satisferont pas de la restitution prévue des Clefs d'Alger remises en 1830 par le dey Hussein lors de la capitulation de la ville. Alger attend de cette visite un effort quant à la "mémoire" et à la présentation des évènements de près d'un siècle et demi qui ont suivi cette colonisation.
Ils attendent également que la France prenne -enfin- une position courageuse en ce qui concerne l'avenir du Sahel et donc l'avenir de tous les pays limitrophes: Algérie bien entendu, mais aussi Maroc, Tunisie, Libye, Niger, Mali, Burkina Faso, Mauritanie.

Dans un précédent billet, nous estimions que les "lignes" bougeaient. Est-ce bien sûr ? Ou, au contraire, nous trouvons-nous face à un durcissement des positions ?
D'un coté, les opposants à une intervention militaire au Nord-Mali viennent de se trouver renforcés par une prise de position ferme de la Tunisie qui "soutient l'approche algérienne et rejette totalement l'option d'une intervention militaire". La Tunisie désire que soit "privilégié le règlement par la négociation des problèmes religieux, ethniques, sociaux et politiques entre le Nord et le Sud du Mali".

Sur l'autre bord, à Bamako, une coalition de partis et d'associations maliens refuse toute négociation au motif que les touaregs ne sont pas représentés par le MNLA et que, de toutes façons, "ils sont minoritaires au sein de la population du Nord". Un méthode pour rejeter toute tentative de dialogue qui pousse certains commentateurs à employer des expressions radicales visant à "solutionner la question touarègue". Voilà qui augure bien mal du climat d'un éventuel conflit militaire dans le Nord-Mali !

Entre les deux, l'Europe, dont la France, qui se "prépare" à une option militaire et qui ne tient la négociation que pour partie très négligeable. La position de François Hollande n'a guère évolué depuis octobre, alors même qu'il expliquait que l'intervention était inévitable et qu'il se faisait fort de convaincre l'Algérie de cette "évidence": "L'Algérie regarde avec méfiance une possible intervention ? A moi de rassurer l'Algérie".
Et puis l'ONU, dont le Secrétaire Général s'éloigne de plus en plus de l'approbation d'une opération armée, suivant en cela les recommandations de son envoyé spécial Romano Prodi. Ban Ki-Moon ne parle désormais que d'une "intervention nécessaire en dernier recours" et probablement pas avant septembre 2013, ce qui entraîne la fureur des ministres de la CEDEAO qui considèrent que cette attitude est "déphasée et en-deçà des attentes".

Ban Ki-Moon (C)DR
Plutôt que de se réfugier dans l'attentisme guerrier, la France ne pourrait-elle pas prendre l'initiative et favoriser le dialogue entre toutes les parties en prenant à son compte les recommandations tunisiennes ? Les problèmes religieux, ethniques, sociaux et politiques ont toujours été négligés dans cette partie du monde. Les accords, de paix souvent signés avec la médiation de l'Algérie, entre Sud et Nord-Mali, n'ont jamais été suivis de mise en application. Les entreprise françaises, Areva comme Total ou d'autres, ne sont pas réputées pour se comporter avec un esprit de coopération. Ne pourrions-nous mettre en avant un médiateur sachant parler de la coopération juste ? Il est des ministres qui savent parler aux entreprises en ce qui concerne l'emploi, ne peut-il se trouver un ministre qui sache demander aux entreprises opérant dans le Sahel d'employer des personnels issus de la population locale, de les former à des métiers qualifiés, de participer au développement local des pays d'action (routes, équipements sociaux et culturels, santé ...), d'associer les gouvernements locaux à la gestion des équipements et au partage équitable des revenus, ... ?
Le Nord-Mali est actuellement une "zone de non-droit" tout comme le sont (toutes proportions gardées) certaines de nos banlieues. Et comme dans nos banlieues ce n'est probablement l'intervention policière d'un coté, ou militaire de l'autre, qui apportera une solution durable et acceptable par tous. Considérer que les populations touarègues ne doivent que se taire parce qu'elles sont minoritaires relève d'une faute politique impardonnable et surtout lourde de dangers.

En fait, si la France doit apporter des clés dans ses bagages pour l'Algérie, ce sont avant tout les clés d'une solution politique des questions sahéliennes.

jeudi 22 novembre 2012

Françafrique, relations France-Algérie, Mali, un point de vue algérien

_

La Françafrique, cette association de malfaiteurs qui a paralysé l’Afrique

Ces jours-ci, il est de bon temps de parler d’un vent de renouveau dans les relations France-Afrique.

L’«honneur» des Africains est lavé, semblent dire à l’unisson certains milieux politiciens des deux côtés de la Méditerranée. Le nouveau président de la gauche française, François Hollande, est venu soigner les «bobos» que son prédécesseur de la droite française, Nicolas Sarkozy, a commis envers les «élites» africaines. Contrairement à Nicolas Sarkozy, qui avait dans la même ville, Dakar, commis l’impair en pensant avoir identifié le «drame de l’Afrique», en disant que «l’homme africain n’est pas assez rentré dans l’histoire», François Hollande préfère «encenser» le continent, «berceau de l’humanité», en valorisant ses atouts et en axant sur son avenir, sans s’attarder sur le lourd passé des relations franco-africaines dont il veut, apparemment, se distancer.
«Désormais, déclare-t-il dans son premier discours en terre d’Afrique, le temps de la Françafrique est révolu : il y a la France, il y a l’Afrique, il y a le partenariat entre la France et l’Afrique, avec des relations fondées sur le respect, la clarté et la solidarité.»(1) En fait, l’exposé est truffé de belles phrases, des promesses d’amitié, de sincérité, bref, un beau discours avec des énoncés tout à fait judicieux pour susciter l’adhésion des Africains en ces temps d’incertitude et de crise globalisée, dont ils sont encore une fois les otages. Mais pour beaucoup d’Africains, le seul fait nouveau dans ce discours, c’est son orateur, le président François Hollande, le nouveau visage des intérêts de la France en Afrique. Le reste n’est que rengaine. Les mémoires sont pleines des promesses et autres engagements des gouvernements successifs de la France, qu’on s’empresse d’enterrer sitôt éteints les projecteurs. Qui ne se pas souvient du fameux discours prononcé, à La Baule, le 20 juin 1990, par un autre président français, également de gauche, François Mitterrand.

Son contenu a marqué les esprits par le vent de changements qu’il prônait, autant en termes de relations entre la France et l’Afrique, qu’en termes de liberté, de développement et d’ouverture démocratique. D’autant que le contexte politique international de l’époque s’y prêtait particulièrement, dans la foulée de l’effondrement de l’Union soviétique et la chute du Mur de Berlin. N’est-ce pas qu’il faut avoir la mémoire courte pour croire encore aux discours des présidents français sur l’Afrique ? Aucun d’eux n’a jamais mis en péril le système néocolonialiste mis en place par le général de Gaulle et son homme de main, Jacques Foccart, pour garder ses ex-colonies sous domination française.La machine monstrueuse qu’est la Françafrique est toujours active, même si les discours et les filières sont renouvelés à chaque changement de gouvernement français.
Alors, morte la Françafrique, comme le proclame le président Hollande ? Pas sûr. Chacun de ses prédécesseurs avait, dans des termes plus ou moins similaires, proclamé publiquement l’acte de décès de cette association de malfaiteurs, dont l’ampleur des crimes contre l’humanité occuperait la Cour pénale internationale pour des années, à tout le moins. Mais aucun des présidents, de droite comme de gauche, n’a vraiment dévié de la ligne tracée par Jacques Foccart, laquelle, comme chacun sait, ne fait aucune place aux droits des peuples des ex-colonies.

Gauche et droite nourries au sein de la Françafrique

Si les Africains ne s’attendaient pas à des gestes révolutionnaires de la droite française, supposément pas très regardante sur la question des droits de l’homme dans la conduite de ses affaires en Afrique, l’arrivée de la gauche au pouvoir, en 1981, avait suscité de grands espoirs. D’autant que François Mitterrand avait nommé au poste de ministre délégué à la «Coopération», Jean-Pierre Cot, un homme tout acquis au changement dans les relations France-Afrique, comme l’écrivait Christian Fauvet dans L’Express : «La tête pleine d’idées généreuses (…), il s’emploie à faire souffler le vent du changement. Après tout, il est là pour ça.
Dans son esprit, le changement consiste à abandonner la politique du secret, que symbolisait Foccart, (…) à promouvoir une autre politique du développement, fondée sur une certaine morale.»(2) Jean-Pierre Cot explique, pour sa part, au réalisateur du remarquable documentaire Françafrique,(3) Patrick Benquet, qu’«il représentait “l’image” à laquelle tenait le président Mitterrand, l’ouverture sur le tiers-monde, le discours généreux du développement, les Nations unies, les droits de l’homme…». Tout cela ne fut qu’une brève parenthèse. Les Africains découvrent rapidement que ce n’est qu’une image derrière laquelle le président Mitterrand est devenu lui-même la nouvelle matrice de la Françafrique et encaisse dans les pures traditions de celle-ci, les dividendes engendrés par le pillage, les détournements et autres crimes infligés aux peuples du continent.
Ils ne sont pas les seuls à être déçus par la gauche française. Le ministre de la Coopération l’est tout autant de voir son président reproduire dans les coulisses ce qu’il condamnait publiquement. Jean-Pierre Cot démissionne et devient ainsi une victime de l’argent sale qui alimente les caisses noires de l’Elysée et les comptes bancaires des dictateurs alliés. Sauté l’obstacle Jean-Pierre Cot, la Françafrique repart sous la houlette de François Mitterrand, qui, du même coup, enterre le discours d’ouverture de La Baule, qui faisait la part belle à la démocratie, au développement et aux droits de l’homme dans les ex- colonies. Pendant un court instant de l’histoire, les peuples africains s’étaient mis à rêver si fort qu’ils en oubliaient que l’orateur et son assistance, un parterre de dictateurs sanguinaires et corrompus, étaient les pourvoyeurs exclusifs de leurs souffrances. Mitterrand a tout bonnement enterré le projet de rupture avec la Françafrique et mis celle-ci au service de ses propres ambitions.

On efface et on recommence

Plus de 15 ans plus tard, après d’autres guerres(4), d’autres massacres et d’autres coups d’Etat, qui ont confiné le continent dans la misère et la violence, le candidat président de la droite, Nicolas Sarkozy, se présente aux Africains avec le même projet de rupture avec la Françafrique. Il parle d’instaurer une : «relation transparente». «Il nous la faut, déclare-t-il, débarrassée des réseaux d’un autre temps, des émissaires officieux qui n’ont d’autre mandat que celui qu’ils s’inventent. Le fonctionnement normal des institutions politiques et diplomatiques doit prévaloir sur les circuits officieux qui ont fait tant de mal par le passé. Il faut définitivement tourner la page des complaisances, des secrets et des ambiguïtés».(5) Son secrétaire d’Etat chargé de la Coopération et de la Francophonie, Jean-Marie Bockel, va connaître le même sort que celui de Mitterrand, Jean-Pierre Cot.
Dans un discours fort critique des relations France-Afrique, il déclare devant la presse : «Je veux signer l’acte de décès de la Françafrique.(6) Je veux tourner la page de pratiques d’un autre temps, d’un mode de relations ambigu et complaisant, dont certains, ici comme là-bas, tirent avantage, au détriment de l’intérêt général et du développement.» Il n’en fallait pas plus pour réveiller les monstres de la Françafrique. Et au lieu de rupture, c’est plutôt le secrétaire d’Etat qui est démis de ses fonctions dans la «patrie» des droits de l’homme.
Cependant, contrairement à Jean-Pierre Cot qui a refusé de monnayer ses principes en déclinant l’offre de son gouvernement, cet ancien colonel accepta d’occuper le poste de ministre des Anciens combattants. 50 ans après les indépendances, la mort de la Françafrique devrait être une affaire exclusivement africaine. Tous ces épisodes de la Françafrique, qui renaît à chaque fois de ses cendres, prouvent aux Africains que la balle de leur émancipation est désormais dans leur camp. Il leur faudra regarder bien en face et surtout évaluer les incidences des instruments de leur dépendance vis-à-vis de l’ancienne puissance coloniale, la Françafrique, bien sûr, mais aussi la francophonie et la franc-maçonnerie,(7) qui sont autant de ghettos qui neutralisent le développement des ex-colonies.
Si la mondialisation n’est pas l’idéal pour l’humanité, il n’empêche qu’elle a permis l’ouverture du continent africain à d’autres possibilités de développement. Quand les Africains entendent les politiques et médias français s’indigner que la Chine fasse des affaires avec des régimes qui violent les droits humains, cela prête à sourire, tant le sarcasme est énorme. Il faut être bien arrogant et surtout méprisant pour reprocher aux Chinois, un crime qu’eux-mêmes commettent systématiquement et sans état d’âme depuis 50 ans sur le continent noir, au vu et au su de toute l’Europe, dont ils sont le fer de lance dans cette partie du monde. Tout comme les Britanniques et les Etats-Unis le sont dans d’autres endroits de la planète.
C’est parfait de vouloir tourner la page, mais alors, que la France cesse, séance tenante, son soutien aux dictateurs, qu’elle publie tous leurs biens et leurs avoirs(8) sur son territoire et qu’elle les restitue aux peuples pillés,(9) qu’elle libère les archives de ses ex-colonies, qu’elle mette fin aux accords militaires secrets et qu’elle procède au démantèlement de ses bases militaires. Peut-on y croire ? Après 50 ans de pratiques inégales et de mensonges, les préjugés instillés par les réseaux de la Françafrique finissent comme une seconde nature qu’on peine à éliminer. Et on aurait tendance à penser que rien de cela ne sera fait.
Force est de constater, encore une fois dans le cas du Mali, ce va-t-en guerre, dont la France use si facilement sur le continent et qui trahit la nature des relations néocolonialistes encore diffuses dans les esprits de l’Elysée. Ce ne sont sûrement pas les peuples du Congo, de la Côte d’Ivoire, du Rwanda, du Tchad et beaucoup d’autres, comme aujourd’hui, les Maliens, qui diraient merci à la France d’être intervenue militairement dans leur pays. Finalement, ce qui est présenté comme une rupture dans les relations avec l’Afrique peut se révéler n’être qu’une mutation et tous les atermoiements ne justifieraient ultimement qu’une chose : les intérêts économiques de l’Occident en Afrique, menacés par les économies émergentes, en particulier la Chine de plus en plus présente sur le continent. Et sûrement à moindre coût (humain et matériel) pour des Africains en quête de liberté, de dignité et de développement.

Renvois : 1) Le discours de François Hollande, le Point.fr, 12 octobre 2012, http://www.lepoint.fr/monde/verbatim-le-discours-de-francois-hollande-a-dakar-12-10-2012-1516395_24.php
2) L’écart de Jean-Pierre Cot, Christian Fauvet, l’Express, 10 décembre 1982
3) Françafrique, Patrick Benquet, Infrarouge, France 2, 13 octobre 2010
4) Voir cette chronologie partielle sur le monde : http://www.lemonde.fr/web/module_chrono/ifr/0,11-0@2-3212,32-867026@51-1016961,0.html et aussi, http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article4418
5) Discours prononcé au Bénin le 19 mai 2006
6) Les vœux à la hussarde de Jean-Marie Bockel, Vincent Hugeux, L’Express, 15 janvier 2008
7) Franc-maçons : les maîtres de l’Afrique, Théophile Kouamoua, Jeune Afrique, 11 avril 2011
Voir aussi l’excellent documentaire «Françafrique» de Patrick Benquet cité plus haut,qui montre une scène surréaliste et surtout affligeante de ces maîtres de l’Afrique dans leur accoutrement de franc-maçon
8) Voir le site de l’ONG française Survie et l’important travail de son président, François-Xavier Verschave, une véritable bibliothèque sur les crimes de la Françafrique : www.survie.org
9) Les affaires des biens mal acquis, ONG Sherpa : http://www.asso-sherpa.org/nos-programmes/ffid/campagne-ra/bma
Voir aussi : http://www.transparence-france.org/e_upload/pdf/appel sections_africaines_de_ti_291009.pdf.

Zehira Houfani : écrivaine


Abdelaziz Bouteflika (C)Sipa
Ce texte a été publié le 17 novembre dans le journal quotidien algérien "El Watan". Polémique, mais pas agressif, cet article rejoint nos préoccupations sur plusieurs points, nous n'en retiendrons que deux.
Le premier concerne le peu de confiance accordé à la France, quelle qu'en soit la présidence, pour mettre un terme réel à la "françafrique". Nous en avons parlé ici en soulignant que si François Hollande avait tenu, à Dakar, un discours apaisé et apaisant, il n'avait nullement, sur le fond, changer la doctrine de la France.
Le second point sur lequel nous nous retrouvons avec la rédactrice de cet article est la conviction que la guerre n'est pas une solution en ce qui concerne l'éviction des troupes d'AQMI au Mali, qualifié ici de va-t-en guerre. On en a parlé ici.
Si l'on ajoute la question incontournable de l'histoire et de la mémoire, il est probable que la prochaine visite de François Hollande en Algérie, courant décembre, ne sera pas facile.

lundi 12 novembre 2012

Au Mali, chroniques d'une guerre annoncée

Les dirigeants africains de la CEDEAO se sont mis d'accord, hier 11 novembre, pour l'envoi d'une troupe de 3300 hommes dans le Nord-Mali, afin d'en chasser les islamistes radicaux qui y appliquent la charia et surtout y implantent les bases arrières d'un "biosystème" à leur façon: trafics, drogue, enlèvements ...
Il reste encore à obtenir le feu vert de l'ONU pour cette intervention qui ne pourrait guère avoir lieu avant plusieurs mois. De plus, la fenêtre de tir sera exceptionnellement courte puisque les fortes chaleurs rendront invivable aux combattants le désert.

Les dirigeants de la CEDEAO décident la guerre-(C)Pius Utomi Ekpei-AFP
Ceci dit, les objections à la réalisation de cette campagne militaire se font de plus en plus nombreuses.
Passons en revue les dernières déclarations et objections.
L'Algérie, tout d'abord, que d'aucuns avaient hâtivement placée dans le camp des "favorables" à la guerre vient d'exprimer toutes ses réserves. En compagnie du Burkina Faso, ce pays vient de réussir une scission du front islamiste en place au Nord-Mali: Ansar Eddine déclare officiellement refuser les actions terroristes. L'Algérie est particulièrement attachée à l'intégrité et l'inviolabilité de son territoire et elle craint qu'un conflit au Nord-Mali entraîne inévitablement des débordements sur ses frontières.
Le Burkina Faso, que l'on vient de citer, est présidé par Blaise Compaoré, un Président contesté et contestable, qui désire avant tout jouer un rôle politique éminent dans la région (et sauver sa place). Sa volonté de mettre des hommes à lui à la tête du "gouvernement" malien et sa conduite des négociations avec les rebelles du Nord-Mali sont des illustrations de cette volonté. Il n'en reste pas moins que le Burkina, par sa parole, est, de loin, favorable à une solution négociée au lieu d'un affrontement.
La Mauritanie s'avère violemment opposée à une intervention militaire. "Une guerre contre les islamistes armés qui occupent le nord du Mali serait dévastatrice pour les pays voisins qui seront alors victimes d'un volcan aux cendres incandescentes",voici ce qu'a déclaré le Président de l'Assemblée Nationale mauritanienne, Messaoud Ould Boulkheir. Pour la Mauritanie également, un conflit armé au Nord-Mali présente le risque important de débordements susceptibles de mettre en cause l'intégrité territoriale du pays et son régime démocratique. Le danger est bien réel de voir s'inviter quelques déséquilibres dans ce pays dont le Président Aziz est absent par suite de blessures infligées accidentellement par un soldat de son armée: l'opposition démocratique demande une transition vers au nouveau gouvernement et des forces, peut-être moins démocratiques, manifestent et jettent de l'huile sur le feu.

Romano Prodi, dont nous avions souligné le rôle que lui a confié l'ONU, et dont certains dirigeants européens font très peu cas, s'est prononcé (notamment à Alger !) en faveur de la recherche de la paix par le dialogue. "Je suis venu chercher la paix et nous devons travailler ensemble et avec une bonne volonté pour instaurer la paix dans cette région. Nous avons encore la possibilité de travailler pour la paix et profiter des cadres internationaux et des engagements de l'ONU dans le cadre de la lutte contre le terrorisme pour préserver l'unité nationale du Mali. Toutes les guerres qui ont été menées de par le monde ont causé de grandes tragédies pour l'humanité. La guerre en dernier ressort, car nous avons encore la possibilité de travailler pour la paix".
Il est clair que l'ONU n'adopte pas une position de jusqu'au-boutiste et que les attitudes respectives de la France et de l'Union Européenne sont de plus en plus isolées.
Pour terminer (pour l'instant), ce tour d'horizon international, citons la Chine, elle-aussi opposée à une intervention armée au Nord-Mali.

Alors, en France ?
Les oppositions à ce conflit sont actuellement extrêmement minoritaires. La droite et la gauche parlementaires adoptent exactement la même attitude, celle de l'approbation face à un risque constitué par le terrorisme et l'islamisme. Seule l'extrême-gauche, Mélanchon, Médiapart ...dénoncent la préparation de ce conflit au motif qu'il s'agit avant tout d'une intervention franco-américaine de caractère néo-colonialiste et impérialiste. Le site Atlantico ("considéré" de droite) publie aujourd'hui un article signé de Jean-Bernard Pinatel, général 2° section, intitulé "La conquête du Nord-Mali, un échec prévisible". Et c'est tout pour aujourd'hui: le reste de la presse n'est constitué que de va-t-en-guerre, à commencer par "Le Monde" !

Est-ce donc une erreur que de persister à croire que la guerre au Nord-Mali sera une catastrophe ? Une catastrophe parce qu'elle entraînera encore plus de misères qu'il n'y en a actuellement dans cette sous-région du Sahel. Une catastrophe parce que les réfugiés (au Niger, au Tchad, en Mauritanie) ne seront plus 300 à 400000, mais le double, si ce n'est davantage. Une catastrophe, parce que les relations déjà difficiles entre africains et arabes, entre africains et touaregs, seront détruites pour de longues générations. Une catastrophe parce que le fait militaire ne viendra jamais à bout de la volonté de quelques illuminés fanatiques, il n'est qu'à voir en Afghanistan, et nous n'avons pas encore vu le pays après le départ des troupes occidentales ! Alors, remplacer l'Afghanistan par le Mali ? Sous le prétexte qu'il y a du pétrole, de l'or, peut-être du gaz ? Une catastrophe, parce que vont se superposer, se percuter deux antagonismes: les africains contre les djihadistes et les africains contre les touaregs !

Deux hommes, en qui l'on croyait pouvoir accorder un peu de confiance, viennent de s'exprimer de la pire façon.
Tout d’abord, Mohamadou Issoufou, Président de la République du Niger depuis 18 mois. Alors que les discussions des derniers temps le laissaient apparaître comme réticent à une intervention armée, le voici qui intervient publiquement (Le Monde.fr du 12 novembre) pour donner corps aux pires fantasmes de notre classe politique. "Si on les laisse faire, les djihadistes ne s'arrêteront pas en Afrique de l'Ouest. Leur objectif, c'est l'Europe. Qui tient l'Afrique tient l'Europe. La non-intervention serait bien pire qu'une intervention. Maintenant, nous n'avons plus le choix, Il faut que l'opinion française comprenne que l'intervention au Mali est nécessaire pour protéger l'Europe et pour éviter que les troubles qui ont gagné le monde arabe ne se propagent en Afrique".
Autre voyageur de commerce au service de l'Occident, Abdou Diouf, Secrétaire Général de la Francophonie. "La France, avec d'autres, et notamment les Nations Unies et l'Union européenne, a le devoir d'intervenir dans cette affaire pour aider le Mali et les pays de la sous-région tant la menace est sévère". A la question de savoir si la France ne se trouvait pas désormais face à des concurrents mieux placés pour satisfaire leurs appétits en Afrique, la réponse est la suivante: "Franchement, je ne pense pas. Il est cependant vrai que, depuis plusieurs dizaines d'années, l'Afrique a multiplié les partenariats économiques avec des pays comme la Chine, l'Inde, le Brésil ou la Turquie. La France doit donc rivaliser avec sans doute plus de concurrents qu'auparavant. Mais c'est une bonne chose ! Aujourd'hui, l'Afrique est en position de négocier à son avantage, de demander le respect de ses valeurs - et de celles qu'elle défend au sein de la Francophonie".
On ne saurait mieux dire que la présence de la France dans ce conflit est un gage pour garder sa place en Afrique !

Alors, que faire ?

Cesser le tam-tam militariste ! Parler de négociations ! Avec Ansar Eddine et avec le MNLA ! Davantage que les djihadistes venus souvent d'Algérie et/ou de Lybie, ce sont eux les gens du Nord-Mali ! Il n'est point de ralliement en masse de combattants venus de tout le continent, voire même d'Europe ou de France, à l'exception de deux fanatiques (il ne s'agit que d'intoxication médiatique !). Aider la population (communication) à résister, car elle en a envie et besoin ! Monter des opérations de police ! Créer les conditions d'un vrai développement économique, social et culturel de cette région, ce que le Sud-Mali n'a jamais fait malgré les promesses et les accords successifs ! Donner de l'audience politique aux habitants du pays ! Patrouiller sur toutes les frontières pour contrecarrer la libre circulation des terroristes et des trafiquants ! Aider le Mali à réintégrer des processus démocratiques, et le plus vite sera le mieux, car les hommes qui prendront la parole le feront au nom du peuple, ce qui n'est pas le cas actuellement !
Cela, la France et l'Europe peuvent aider à le faire !
Tieman Coulibaly, Ministre des Affaires Etrangères du Mali, partisan de la guerre, refuse l'organisation d'élections en son pays, au motif que l'intégrité de celui-ci n'est plus une réalité. Il a de belles phrases:
"Organiser des élections sans les territoires occupés, ce serait ajouter la honte à la honte". C'est possible, et il ne lui est pas interdit de le penser, mais ne croît-il pas que déclarer la guerre alors que l'on n'est que membre d'un gouvernement largement auto-désigné ne lui donne que peu d'autorité morale ?


A lire, un bilan des forces djihadistes, réalisé par "Jeune Afrique".

dimanche 18 mars 2012

Le 8 mars, c'était la Journée des Femmes

L'intérêt que suscite cette journée auprès de l'auteur de ce blog est traditionnellement à peu près nul. Au contraire,la conviction est grande qu'il s'agit avant tout d'une vaste opération de bonne conscience et que les choses continuent le lendemain tout comme elles étaient la veille. Le lecteur fidèle de cette feuille consacrée aux solidarités le sait parfaitement: depuis qu'elle existe, nombreuses ont été les interventions "féministes", et tout dernièrement encore à propos de la place des femmes dans les pays arabes, du sort qui leur est trop souvent réservé, des violences qui leur sont faites ou des actes de rébellion qu'elles réalisent.

Fillette arabe (DR)

Le 8 mars, Le Monde et France Inter ont cependant publié un appel de huit femmes arabes, intitulé "Appel des femmes arabes pour la dignité et l'égalité". Les femmes concernées sont (pour que leurs noms ne soient pas oubliés) la Tunisienne Souhayr Belhassen, la Présidente de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme, Bochra Belhadj Hmida, tunisienne cofondatrice de l'association tunisienne des femmes démocrates, Shahinaz Abdel Salam, une blogueuse égyptienne, Nawal El Saadawi, Egyptiennne, médecin psychiatre et écrivaine, Tahani Rached, réalisatrice égyptienne, Samar Yazbek, romancière syrienne, Azza Kamel Maghur, Libyenne, avocate, membre du Conseil libyen des droits de l'homme et Wassyla Tamzali, féministe algérienne.

Cet appel est ouvert à toutes les signatures. Il a déjà été remis le 13 mars au Secrétaire Général de la Ligue des Etats Arabes. Il le sera le 25 mai prochain au Président du Conseil Européen. Bien entendu, il faut soutenir et signer (il est encore temps !) ce texte, que voici en français.

Nous, femmes arabes impliquées dans les luttes pour la démocratie, la dignité et l’égalité,
Nous, actrices au premier plan des changements exceptionnels que connaît le monde arabe,tenons à rappeler à l’opinion publique que les femmes sont en droit de bénéficier au même titre que les hommes du souffle de liberté et de dignité qui gagne cette région du monde.
Depuis toujours les femmes mènent des luttes pour obtenir des acquis, plus ou moins importants selon les pays. Mais ces acquis demeurent en deçà de leurs aspirations et font de leur statut un des plus reculés dans le monde.
Les violences demeurent répandues tant dans l’espace public que privé et très peu de mesures sont prises pour mettre fin à ce fléau.
Les codes de la famille ne sont dans la plupart des pays arabes que des textes instituant l’exclusion et la discrimination.
Les autres lois que sont le code de la nationalité, certains codes civils et les lois pénales ne font que renforcer ces discriminations. Ces lois violent les droits les plus élémentaires et les libertés fondamentales des femmes et des fillettes par l’usage de la polygamie, le mariage des mineures, les inégalités en matière de mariage, de divorce, de tutelle sur les enfants ou encore l’accès à la propriété et à l’héritage.
Certaines lois permettent même à la parentèle masculine de tuer des femmes et des filles avec le bénéfice de circonstances atténuantes dans le cadre des crimes d’honneur.
Si la majorité des pays arabes (à l’exception du Soudan, et de la Somalie) a ratifié avec plus ou moins d’empressement la Convention sur l’Elimination de toutes les Formes de Discrimination à l’Egard des Femmes (CEDAW), adoptée par l’ONU en 1979, ces ratifications sont restées sans impact réel sur le statut et la condition des femmes.
Aujourd’hui que le monde arabe est en phase de construction démocratique pour la consolidation de l’Etat de droit et des droits humains, nous considérons que si l’égalité ne peut se réaliser sans la démocratie, la pleine jouissance de cette démocratie ne peut se réaliser sans une égalité totale entre les hommes et les femmes.
C’est pourquoi nous appelons les Etats, les partis politiques et la société civile dans ces pays à tout faire pour que la dignité des femmes et leur égalité avec les hommes ne soient pas une fois de plus sacrifiées au nom de prétendues priorités.
Aucune démocratie en effet ne peut se construire au détriment de la moitié de la société. Ensemble nous avons fait notre présent, ensemble nous construirons un avenir meilleur.
Nous exigeons :
- la préservation des acquis, l’égalité totale et effective et l’inscription des droits des femmes dans les constitutions.
- les mesures législatives et administratives afin d’éradiquer les violences faites aux femmes.
- la ratification et le respect de la CEDAW sans réserve dans son esprit et dans toutes ses implications concrètes.
- l’adoption de lois qui protègent les femmes des inégalités sociales et économiques, des discriminations, en particulier familiale.
- les mesures d’action positive afin d’assurer l’accès des femmes aux postes de décision et à leur pleine participation à la vie politique et associative.
- la dénonciation des voix qui s’élèvent ici et là pour discriminer les femmes au nom d’une lecture rétrograde des préceptes religieux ainsi que celles qui voudraient leur interdire une participation pleine et entière à une vie digne et respectueuse des droits humains.


Du courage, il en faut pour écrire cela. Du courage, il en faudra à chacune d'entre elles pour défendre, dans son pays, ce qu'elle a signé ici. Entre autres pour Azza Kamel Maghur, membre du Conseil Libyen des droits de l'homme, qui revendique ici l'égalité totale et effective avec les hommes et qui devra se contenter de la présence de 10 % de femmes dans la prochaine Assemblée de son pays (d'ailleurs, si Assemblée il y a ...).
En fait la phrase la plus courageuse et la plus porteuse d'espoir et d'avenir est celle-ci: "la dénonciation des voix qui s'élèvent ici et là pour discriminer les femmes au nom d'une lecture rétrograde des préceptes religieux". Bravo et merci mesdames.
La présentation de l'Appel, c'est ici. Le texte de l'appel en français et en anglais, c'est ici. Le texte de l'appel en arabe, c'est ici.
42106 signataires à ce jour.

- page 1 de 2