THERMOPYLES

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Aliaa Magda Elmahdy

Fil des billets

samedi 28 janvier 2012

Réponse à la violence faite aux femmes

Il s'agit d'une photo publiée sur la page FaceBook de Kareem Amer. "Ne me dites pas comment m'habiller. Mais dites-leur de ne pas me violer". En guise de réponse à ça, et à ça.

Dites-leur de ne pas me violer-(DR)

Voilà une nouvelle et bonne petite contribution au débat sur la place de la femme dans la vie sociale et la vie civique de l'Egypte.

mardi 29 novembre 2011

L'Egypte, la femme ...

Ce sont deux évènements distincts, apparemment totalement antinomiques, et pourtant quelque chose de fondamental les relie l'un à l'autre.

Caroline Sinz, reporter à France 3, a été agressée et violée par un groupe de jeunes et d'hommes adultes alors qu'elle effectuait son travail de journaliste aux abords de la Place Tahrir. D'autres femmes journalistes ont déjà été agressées, sans doute parce qu'elles sont davantage exposées dans la rue. L'une d'entre elles, journaliste américano-égyptienne l'a été par la police elle-même. Quoi qu'en disent certains commentateurs, la police n'est pas en cause, ni directement, ni indirectement, dans le cas de Caroline Sinz. Malheureusement, et elle le dit elle-même, ce genre d'agressions relève d'une pratique courante en Egypte. Chaque évènement populaire, entraînant à la déambulation de foules importantes dans les rues, comme, par exemple, la fête de Sham el Nessim, donne lieu à de telles agressions. Nous avons pu voir sur la Corniche d'Alexandrie, des gamins à peine pubères agresser des jeunes filles en se précipitant à pleines mains sur leurs seins. Caroline Sinz le déclare elle-même: "il existe une énorme frustration chez les hommes égyptiens, et beaucoup d'autres femmes égyptiennes vivent la même chose que ce que j'ai vécu".

Aliaa Magda Elmahdy, blogueuse, s'est mise en ligne, nue. Le compteur de visites de son blog commence à ralentir et à perdre de son affolement, mais ce sont plus de 4,5 millions de visites qu'elle a reçues à ce jour. Plus de 5000 commentaires lui ont été adressés. Aliaa prend un risque énorme, voire mortel, en s'exposant ainsi. Les avis sont partagés sur le bien-fondé de sa démarche qu'elle illustre en une seule phrase: "Notre corps est à nous, personne ne peut s'en saisir arbitrairement, respectez ma liberté d'expression". Par son courage, elle témoigne ainsi du mépris et de la violence quotidienne qui sont faits aux femmes d'Egypte. Aliaa est l'amie de Kareem Amer, ce blogueur emprisonné pendant près de quatre ans entre 2007 et 2010, et dont nous avons parlé ici (voir ce tag). Dans son blog, il dénonçait les discriminations dont étaient victimes les femmes égyptiennes et les crimes qu'elles subissaient quotidiennement.

Hommage à Aliaa (C)Tony Marc

C'est ainsi que Caroline Sinz et Aliaa Magda Elmahdy ont quelque chose de fondamental qui les relie: la lutte pour leur dignité, la lutte pour le respect qui leur est dû.

Driss Ksikes est critique littéraire, dramaturge et rédacteur en chef de la revue marocaine "Tel quel". Dans Le Monde du 26/11/2011, il a écrit un billet intitulé: "Il faut que le "printemps arabe" retrouve d'urgence un second souffle". "... Il est donc clair que le renversement des autocraties politiques n'est pas une fin en soi et qu'il exige un second souffle, plus long, plus patient, capable de s'attaquer aux autocraties culturelles et religieuses. Celles-ci sont capables de se régénérer et surtout susceptibles de relégitimer autrement les autocraties politiques. Normal, elles en sont le foyer initial, si vivant depuis la mise à mort de la liberté d'interprétation des canons sacrés (al-ijtihad) dans le monde "arabo-islamique".

Bien avant le printemps égyptien, Kareem Amer s'attaquait déjà aux autocraties culturelles ... Aliaa, aujourd'hui, le suit.