THERMOPYLES

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Arabe

Fil des billets

dimanche 18 mars 2012

Le 8 mars, c'était la Journée des Femmes

L'intérêt que suscite cette journée auprès de l'auteur de ce blog est traditionnellement à peu près nul. Au contraire,la conviction est grande qu'il s'agit avant tout d'une vaste opération de bonne conscience et que les choses continuent le lendemain tout comme elles étaient la veille. Le lecteur fidèle de cette feuille consacrée aux solidarités le sait parfaitement: depuis qu'elle existe, nombreuses ont été les interventions "féministes", et tout dernièrement encore à propos de la place des femmes dans les pays arabes, du sort qui leur est trop souvent réservé, des violences qui leur sont faites ou des actes de rébellion qu'elles réalisent.

Fillette arabe (DR)

Le 8 mars, Le Monde et France Inter ont cependant publié un appel de huit femmes arabes, intitulé "Appel des femmes arabes pour la dignité et l'égalité". Les femmes concernées sont (pour que leurs noms ne soient pas oubliés) la Tunisienne Souhayr Belhassen, la Présidente de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme, Bochra Belhadj Hmida, tunisienne cofondatrice de l'association tunisienne des femmes démocrates, Shahinaz Abdel Salam, une blogueuse égyptienne, Nawal El Saadawi, Egyptiennne, médecin psychiatre et écrivaine, Tahani Rached, réalisatrice égyptienne, Samar Yazbek, romancière syrienne, Azza Kamel Maghur, Libyenne, avocate, membre du Conseil libyen des droits de l'homme et Wassyla Tamzali, féministe algérienne.

Cet appel est ouvert à toutes les signatures. Il a déjà été remis le 13 mars au Secrétaire Général de la Ligue des Etats Arabes. Il le sera le 25 mai prochain au Président du Conseil Européen. Bien entendu, il faut soutenir et signer (il est encore temps !) ce texte, que voici en français.

Nous, femmes arabes impliquées dans les luttes pour la démocratie, la dignité et l’égalité,
Nous, actrices au premier plan des changements exceptionnels que connaît le monde arabe,tenons à rappeler à l’opinion publique que les femmes sont en droit de bénéficier au même titre que les hommes du souffle de liberté et de dignité qui gagne cette région du monde.
Depuis toujours les femmes mènent des luttes pour obtenir des acquis, plus ou moins importants selon les pays. Mais ces acquis demeurent en deçà de leurs aspirations et font de leur statut un des plus reculés dans le monde.
Les violences demeurent répandues tant dans l’espace public que privé et très peu de mesures sont prises pour mettre fin à ce fléau.
Les codes de la famille ne sont dans la plupart des pays arabes que des textes instituant l’exclusion et la discrimination.
Les autres lois que sont le code de la nationalité, certains codes civils et les lois pénales ne font que renforcer ces discriminations. Ces lois violent les droits les plus élémentaires et les libertés fondamentales des femmes et des fillettes par l’usage de la polygamie, le mariage des mineures, les inégalités en matière de mariage, de divorce, de tutelle sur les enfants ou encore l’accès à la propriété et à l’héritage.
Certaines lois permettent même à la parentèle masculine de tuer des femmes et des filles avec le bénéfice de circonstances atténuantes dans le cadre des crimes d’honneur.
Si la majorité des pays arabes (à l’exception du Soudan, et de la Somalie) a ratifié avec plus ou moins d’empressement la Convention sur l’Elimination de toutes les Formes de Discrimination à l’Egard des Femmes (CEDAW), adoptée par l’ONU en 1979, ces ratifications sont restées sans impact réel sur le statut et la condition des femmes.
Aujourd’hui que le monde arabe est en phase de construction démocratique pour la consolidation de l’Etat de droit et des droits humains, nous considérons que si l’égalité ne peut se réaliser sans la démocratie, la pleine jouissance de cette démocratie ne peut se réaliser sans une égalité totale entre les hommes et les femmes.
C’est pourquoi nous appelons les Etats, les partis politiques et la société civile dans ces pays à tout faire pour que la dignité des femmes et leur égalité avec les hommes ne soient pas une fois de plus sacrifiées au nom de prétendues priorités.
Aucune démocratie en effet ne peut se construire au détriment de la moitié de la société. Ensemble nous avons fait notre présent, ensemble nous construirons un avenir meilleur.
Nous exigeons :
- la préservation des acquis, l’égalité totale et effective et l’inscription des droits des femmes dans les constitutions.
- les mesures législatives et administratives afin d’éradiquer les violences faites aux femmes.
- la ratification et le respect de la CEDAW sans réserve dans son esprit et dans toutes ses implications concrètes.
- l’adoption de lois qui protègent les femmes des inégalités sociales et économiques, des discriminations, en particulier familiale.
- les mesures d’action positive afin d’assurer l’accès des femmes aux postes de décision et à leur pleine participation à la vie politique et associative.
- la dénonciation des voix qui s’élèvent ici et là pour discriminer les femmes au nom d’une lecture rétrograde des préceptes religieux ainsi que celles qui voudraient leur interdire une participation pleine et entière à une vie digne et respectueuse des droits humains.


Du courage, il en faut pour écrire cela. Du courage, il en faudra à chacune d'entre elles pour défendre, dans son pays, ce qu'elle a signé ici. Entre autres pour Azza Kamel Maghur, membre du Conseil Libyen des droits de l'homme, qui revendique ici l'égalité totale et effective avec les hommes et qui devra se contenter de la présence de 10 % de femmes dans la prochaine Assemblée de son pays (d'ailleurs, si Assemblée il y a ...).
En fait la phrase la plus courageuse et la plus porteuse d'espoir et d'avenir est celle-ci: "la dénonciation des voix qui s'élèvent ici et là pour discriminer les femmes au nom d'une lecture rétrograde des préceptes religieux". Bravo et merci mesdames.
La présentation de l'Appel, c'est ici. Le texte de l'appel en français et en anglais, c'est ici. Le texte de l'appel en arabe, c'est ici.
42106 signataires à ce jour.

mardi 21 juin 2011

Révolution arabe ou révolte arabe ?

"Les coptes décident une trêve". Tel est le titre d'Al-Ahram Hebdo que l'on pouvait lire fin mai. Nous ne savions pas les coptes en guerre au point de décider d'une trêve ! Il s’agissait en fait de la suspension jusqu'au 13 juin (qu'en est-il à ce jour ?) d'un sit-in organisé au Caire afin d'obtenir des engagements de la part du Gouvernement sur la réouverture des églises fermées, l'arrestation des provocateurs et incendiaires de l'église d'Imbaba, la promulgation d'une loi concernant la construction des lieux de culte et la promulgation d'une autre loi contre les discriminations envers les coptes. Bien des commentateurs ont voulu voir un signe de cohésion nationale dans le fait que la question copte n'a pas fait l'objet de tensions lors des évènements de la Place Tahrir et d'ailleurs.

Il n'en est probablement rien. Cette question, tout comme la question juive et les relations avec Israël, est restée une question non abordée, donc non réglée. Ce n'est pas un signe favorable. Tout comme en France le fait que la question de la guerre d'Algérie et de l'indépendance de ce pays ne soit jamais abordée, ne signifie aucunement qu'il n'y a aucun problème.
En Egypte, les élections législatives auront lieu en septembre. D'aucuns réclament déjà leur report au motif que les organisations porteuses du mouvement ne sont pas prêtes à affronter un tel scrutin qui verra la victoire probable des Frères Musulmans. Ils voudraient qu'auparavant soit décidé d'une nouvelle Constitution. Il y a fort à parier que cette situation débouche sur une impasse, car les formations jeunes, libérales ou plus ou moins révolutionnaires ne pourront acquérir l'expérience souhaitée qu'au travers d'affrontements, lesquels, malheureusement, sont grandement joués d'avance.
Les mêmes journalistes et commentateurs répètent à l'envie que les Frères Musulmans ne "veulent pas du pouvoir, qu'ils limiteront le nombre de leurs candidats aux Législatives, qu'il ne présenteront pas de candidat à la future Présidentielle" ... Qui peut croire cela ? A t-on déjà vu un groupe politique, quelle que soit sa nature, renoncer délibérément à son pouvoir ? Si les Frères Musulmans limitent volontairement leur représentation, il faut se demander en échange de quoi ils feraient cela. Quelle promesse ont-ils déjà obtenue ? Quels engagements leur ont déjà été donnés ?

La Tunisie, de son coté, suit le même itinéraire et l'on voit le parti islamique Ennahda prendre une importance au moins médiatique de plus en plus grande, profitant de l'émiettement des nouveaux parti politiques (près d'une centaine !). Des affrontements tribaux ont désormais lieu entre diverses couches de la population. La situation économique en est souvent la cause. Le pouvoir chassé est considéré comme menant une contre-révolution. Mais est-il vraiment besoin de cela ? Ou est-ce simplement l'effet des tendances naturelles de la société qui reprend le dessus, masquées qu'elles étaient par un pouvoir fort et centralisateur ?

Libye, Yémen, Syrie, partout ailleurs et même si cela reste incompris de l'occident, il s'agit avant tout de conflits entre tribus, entre communautés. En Libye, certains partisans de Kadhafi sont considérés comme des mercenaires: ils ne sont que les membres de tribus qui ont fait depuis toujours (ou presque) allégeance à la tribu détentrice du pouvoir. Ne pas comprendre ceci, c'est ne pas comprendre le conflit, lequel, comme il était prévu, s'éternise et s'enlise et ne s'achèvera qu'avec des négociations (et des soumissions !) qui auraient du le sanctionner depuis longtemps si l'orgueil occidental ne s'en était pas mêlé.

Alors, révolution ou révolte ?
Dans la mesure où le motif essentiel est celui de la revendication d'une autonomie économique (avoir un emploi, être libre de circuler, pouvoir consommer, ...) et que l'élimination des "despotes" est surtout l'élimination de ceux qui interdisent cette autonomie et qui, au contraire, se servent bien, on ne peut parler que de révolte.
Et des révoltes, il y en aura d'autres puisque les évènements, élections ou pas, ne traduiront pas, ou si peu, cette revendication. Dans le même temps, les nouvelles couches sociales feront leur apprentissage politique. La Turquie est citée, bien souvent, comme modèle d'une société musulmane moderne. A vrai dire, les pays arabes du Maghreb ou du Proche-Orient sont loin, très loin de ce modèle.
Il leur reste à apprendre ce qu'est une société mixte, dans laquelle la femme dispose des mêmes droits et devoirs que l'homme, à commencer par celui de circuler librement et de converser dans la rue ou ailleurs avec qui bon lui semble.
Il leur reste à apprendre ce qu'est une société laïque, dans laquelle le Coran, la Bible ou le Tanakh (Torah) ne sont que les livres saints de ceux qui veulent les reconnaître comme tels. Ils ne sont pas les fondements d'une société, d'une constitution, d'un pays ...
Enfin, il leur reste à apprendre (aux Turcs également !) ce qu'est une société de tolérance traversée par plusieurs ethnies, plusieurs tribus, plusieurs courants culturels, que l'origine en soit historique ou religieuse. Les intolérances entre tribus libyennes, tunisiennes, yéménites ..., les rivalités entre chiites et sunnites, les conflits avec les Kurdes ou les divisions de Chypre, tout cela devra être abordé et surmonté.

Mixité faculté d'Istanbul (c)JB

Ce n'est qu'à ce prix que la vraie révolution se fera.