THERMOPYLES

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Bamako

Fil des billets

samedi 30 mai 2015

Je suis triste (Lettre à J...)

Tu avais à peine plus de huit ans lorsque je t'ai connue. Petite fille joueuse, gaie, toujours à parler, nous avons passé un mois complet sans cesser de nous retrouver tous les jours. Mon travail, en fin d'après-midi, à peine fini, je passai chez toi, dans le concession où vivaient ta tante, tes oncles, tes cousins, ta grand-mère. Je voyais peu ta mère qui ne s'était guère attachée à toi.
Et nous partions à la découverte de ton quartier de la Commune V, des berges du marigot qui le traverse, des rares marchands de bière pour étancher ma soif, voire même d'un maquis, un dancing, qui la journée faisait bien sagement office de café où l'on pouvait se détendre.
Avec toi, j'apprenais le bambara, oh juste quelques mots que j'ai déjà oubliés mais qui sont restés notés dans un coin de mes papiers et de mon ordinateur.
Puis, ce fut la découverte, toujours avec toi, de Bamako elle-même; de longues marches à pied le long des rues en terre battue et des avenues, le "goudron". Quand nous étions fatigués, ou que le trajet était vraiment trop long, alors nous prenions le taxi collectif. Bien des passagers qui nous laissaient difficilement une petite place, se sont souvent interrogés sur ce couple inattendu, celui d'un blanc, un toubab de soixante ans et d'une fillette noire de huit ans. Ces longues promenades se terminaient parfois au café, devant un soda, parfois même au restaurant où j'ai eu l'occasion de t'inviter à manger.
Tu étais intarissable, tu parlais sans cesse, tu voulais tout savoir, tu voulais toujours en savoir davantage: mon mode de vie, celui des Français, qu'est-ce que l'Europe ? Quels sont les pays qui la composent ? Quel temps y fait-il ? Tout était prétexte à question ou à commentaire. Et ces commentaires témoignaient d'une immense curiosité, d'une grande volonté de découverte.
En échange, outre l'apprentissage limité de ton langage, je t'interrogeais sur les structures de ton quartier, la nature des habitations, les occupations des habitants, les commerces, le marché permanent que nous avons si souvent visité. Tu faisais déjà des projets d'avenir. Encore à l'école primaire, tu envisageais de poursuivre au lycée, puis de venir en France, tu parlais de devenir médecin. A huit ans ...
Comme je participais un peu au financement de ta scolarité, j’imaginais déjà me retrouver à soixante dix ans et davantage à te recevoir en France et, qui sait, t'apporter un peu d'aide soit pour les études, soit pour le logement.

Fin décembre, juste avant Noël, j'ai quitté le Mali, espérant bien un jour y revenir, ne serait-ce que pour quelques jours. cela ne s'est pas encore produit.
En te quittant, c'est fou le nombre de promesses que j'ai pu te faire, à commencer par celle de t'écrire, celle de rester ton "parrain", de t'apporter l'aide et l'appui dont tu pouvais avoir besoin dans tous les moments de ta vie, que ce soit pour l'école, pour les loisirs, tes relations, ta vie de tous les jours, tes projets. J'ai poursuivi longtemps le financement de ta scolarité, auquel j'ajoutais parfois un petit supplément, notamment à l'occasion de ton anniversaire. En échange de ces promesses, j'avais exprimé le souhait que tu correspondes avec moi de façon un peu régulière et que tu me fasses partager ton existence. Cela ne s'est guère produit. Combien de fois avons-nous eu l'occasion d'échanger par mail, texto ou par Skype ? très peu, et pour dire quoi ? Des banalités qui tournaient souvent autour de ta vie scolaire. Pour le reste, plus le temps passait et moins j'en savais à ton propos. Ah si, parfois tu savais bien me relancer afin que je t'aide à financer un vélo ou un ordinateur, ce que je n'ai jamais fait que de façon très partielle.
Mon seul et unique lien avec toi était et reste encore ta page Facebook. Je dois dire tes pages, parce que j'en connais au moins trois, mais il n'en est qu'une que tu utilises actuellement.

En septembre, tu es rentrée au lycée puisque tu avais quatorze ans.

En fait, je ne sais pas bien dans quoi tu es rentrée, mais ce que tu es devenue aujourd'hui me désole, me bouleverse et me fait peur.
En quelques mois, en quelques semaines, tu as rencontré un garçon (des garçons) que tu appelles ton (tes) ami(s). L'un d'entre eux est peut-être ton premier amoureux. Il est beau, mince, élancé, il porte une grosse montre au poignet, des lunettes de soleil bien sombres et des tee-shirts siglés. Je ne pense pas, je ne veux pas me mettre à ta place afin d'apprécier ses éventuelles qualités. Cependant, je crois qu'il exerce, lui et les autres, une désastreuse influence sur toi.

De catholique que tu étais, tu es devenue musulmane ! De minoritaire par l'engagement religieux de ta famille, tu t'es rapprochée de la majorité confessionnelle du Mali. Peut-être y a t-il dans cette rapide conversion une forme d'amalgame, d'intégration, à la culture dominante, une attitude bien fréquente chez les adolescents qui n'acceptent pas aisément les différences. Soyons très clair, cela n'est pas en soi un problème pour moi. Même si ce sont des causes dues à ton âge, ou des motifs sentimentaux, il n'y a rien d'anormal à changer de conviction. A la condition que ce changement se fasse au bénéfice d'une plus grande liberté de penser, d'une meilleure capacité à s'exprimer. A quatorze ans, il est possible de faire ces analyses et de s'engager sur une autre voie que celle que vous a tracé l'hérédité. Mais est-ce bien le cas ,

Ta page Facebook devient sinistre, je n'hésite pas à te le dire. Plutôt que d'utiliser l'anglais, ou le français, ou l'un des langages de ton pays, voici que tu écris des Salam aleikoum et autres phrases coraniques en arabe phonétique, phrases dont je suis bien convaincu que tu n'en comprends ni la structure, ni même la signification.

Là où tu affichais quelques photos de toi, décontractée, en pantalon, en tee-shirt, épaules nues, voilà maintenant que tu t'exposes voilée de la tête au pied, un peu comme une jeune mariée, ton seul visage restant découvert. Mains jointes, tu invoques Allah. Si je te dis qu'en te pliant à ces règles que tu ignorais il y a encore six mois, tu fais le sacrifice de ta curiosité, de ta volonté de savoir, de ton libre arbitre, me croiras-tu ?

Tu partages des liens avec des sites que je ne peux pas comprendre. L'un, en particulier, est animé par un jeune imam dont le discours ne peut pas être qualifié de traditionaliste, tant il est rétrograde. Il y est question de l'obligation qu'à la femme de se voiler et d'obéir à son mari. On y apprend que celui-ci peux frapper sa femme pour la punir (mais il ne peut pas la battre !), à la condition que la sanction ne laisse pas de traces !L'obsession à l'égard du comportement des femmes au travail, au foyer, dans la rue est permanente. Sais-tu seulement que l'Islam dont tu parles ainsi est celui-là même qui avait envahi le nord de ton pays et qui continue d'y faire des raids meurtriers ?

Université au Mali

Sincèrement, je ne crois pas que ces recommandations, ces consignes de comportement, soient porteuses d'un quelconque avenir pour toi.
Je ne crois pas davantage qu'elles soient porteuses d'avenir pour ton pays. Mais c'est là un autre problème.
Aujourd'hui, je suis triste de voir que la petite fille que j'aimais comme ma fille, en laquelle je croyais (je savais !) avoir discerné une intelligence particulière, est tombée sous la coupe d'une idéologie à la fois conservatrice et destructrice.
Aujourd'hui, je suis triste de découvrir que la jeune fille, la jeune femme que j'espérais voir grandir en indépendance et en fierté, prendre sa place auprès de ses sœurs et participer au développement de son pays ou lutter pour les droits des femmes, a renoncé à tout cela. Aujourd'hui, je suis triste .... parce que l'Islam que tu sembles avoir choisi n'est porteur que d'ignorance et de repli sur soi, alors que, crois-moi, il existe une autre version de l'Islam. Aujourd'hui, je suis triste ...

lundi 22 avril 2013

Mali: le Parlement français se livre à une formalité

En avez-vous entendu parler dans la presse ? Ou à la télévision ? Non, bien sur ! Et pourtant le Parlement français est saisi demain 22 avril 2013 pour débattre de la prolongation ou non de la présence française au Mali. Ce débat est rendu obligatoire par la Constitution (Art. 35) qui stipule que si une intervention peut être décidée par le Chef des Armées (le Président de la République), elle ne peut être poursuivie plus de quatre mois sans débat et autorisation parlementaires.
Faites un test : rechercher trace de l’annonce de ce débat sur Google, vous ne la trouverez pas. Il vous faudra atteindre un lien avec la presse malienne et notamment l'agence Maliweb pour avoir confirmation du fait.
Comme pour d'autres débats, il s'agit de faire vite, de ne pas s'attarder, bref de ne pas trop réfléchir et de profiter de l'inertie et de la douce soumission de la population française et de ses médias pour entériner une guerre et une occupation du pays malien. La Commission des Affaires Etrangères et de la Défense du Sénat s'est déjà prononcée en faveur de la prolongation de l'intervention, mardi 16, et le résultat du débat ne fait l'ombre d'un doute pour personne.

Dans tous nos précédents posts consacrés à l'intervention malienne ,nous avions souligné les risques inhérents à cette attitude guerrière et solitaire (solitaire parce que tous les moyens de négociation et de débat avaient été volontairement rejetés, aussi bien avec l'adversaire, qu'avec les pays de la région, qu'avec l'Europe).

Tout d’abord, le risque humain et sociétal, sanitaire et humanitaire. Ce sont des centaines de milliers de Maliens qui ont quitté leur pays pour échapper aux violences des islamistes et qui ne sont pas revenus depuis le début de l'intervention. Bien au contraire, les migrations se poursuivent pour la simple raison que la situation n'est en rien stabilisée et que les populations redoutent les nouvelles violences des militaires maliens, ou de nouveaux affrontements entre touaregs et africains noirs. En moins d'un an, de avril 2012 à février 2013, le nombre de réfugiés et déplacés maliens est passé de 268 000 à 457 000 (sources HCR), lesquels se répartissent en Mauritanie, au Niger et au Burkina Faso, ainsi que dans les autres régions du pays, Bamako principalement. Nul besoin de vous raconter ce que sont les camps de réfugiés, mais si vous en avez l'envie, allez faire un tour sur les pages du HCR.

HCR (C)

Les réfugiés, les déplacés, ce sont autant de familles qui ont tout abandonné, qui ont tout perdu et qui ne retrouveront jamais le peu qu'elles possédaient auparavant, mais qui leur permettait de vivre et de s'insérer dans la société. La destruction de ce tissu sociétal rend caduque et mensonger tout discours sur le développement futur de la région, un discours déjà bien difficile à croire pour lui-même.

Ensuite, le risque ethnique. Certains esprits forts affirment que ce n'est pas là l'une des dimensions du conflit qui agite la région depuis longtemps. Oh, que si ! Les troupes françaises ne sont pas encore parties parce que cet aspect de la question malienne n'est absolument pas solutionné à l'heure actuelle. Pour mémoire, aucun soldat malien n'opère à Kidal. Pourquoi ? Pour mémoire, seuls les tchadiens interviennent dans cette région et ils parlent de se retirer du Mali. Quant à la ville, sécurité et fonctionnement quotidiens y sont assurés par les touaregs du MNLA. Il y a de la scission dans l'air ! Une scission que jamais les Maliens ne sauraient accepter. Une scission lourde de dangers, très lourde.

Enfin, un risque politique. Nous ne parlons pas de chez nous, en France, pays où le débat tourne autour du mariage pour tous, ou du patrimoine des ministres, mais bien du Mali.
Le débat démocratique dans ce pays devient de plus en plus contrarié, les journalistes en savent quelque chose. Outre le cas de Boukary Daou, qui a été emprisonné par les Services de Renseignement maliens (délibéré le 23 avril), Reporters Sans Frontières a souligné que les cas de violences ou d'intimidations auprès des journalistes ont augmenté au point que le Mali est passé de la 25° place à la 99° dans son classement relatif à la Liberté de la presse.
Tout dernièrement , Malijet a annoncé que « Coulibaly et Fabius ont frôlé l'incident diplomatique », mais le lien a très rapidement été supprimé. Pour expliquer l'histoire, il semble que le Ministre des Affaires Etrangères (Coulibaly) n'ait pas du tout apprécié d'être exclu d'un tête à tête entre Fabius et Diaconda Traoré, le Président en intérim.
Autre exemple de la décomposition politique, un exemple qui nous ramène au conflit avec les touaregs du MNLA. Ceux-ci ont appuyé, selon leurs dires, la nomination d'un Gouverneur de la région de Kidal ; Mohamed Ali Ag Albassaty . Qui l'a désigné ? Nul ne le sait bien, puisque le Ministre de la Communication du Mali considère qu'il s'agit là d'un non-évènement puisque un gouverneur doit être désigné par le Conseil des Ministres, ce qui ne semble pas être le cas : " Kidal fait parti du Mali. Ceux qui se donnent le droit de nommer un gouverneur sont incompétents pour le faire " . Un autre fait ? Aminata Traoré, dont on a déjà beaucoup parlé ici, et Oumar Mariko, un militant anti-capitaliste d'ultra-gauche, se sont vus interdire de visa, par la France, pour venir en Europe, en particulier en Allemagne, afin de présenter leurs points de vue sur l'avenir du Mali dans le cadre d'un débat organisé par le journal Prokla et la Fondation Rosa Luxembourg.

Cette décomposition politique du Mali est donc alimentée depuis la France, une preuve en est le discours de François Hollande, le 28 mars , sur France2, lorsqu'il a sommé le Mali de mettre en place des élections présidentielles (à minima) avant juillet, déclarant qu'il serait « intraitable » sur la question. Avons-nous déjà entendu le Président français exprimer avec une telle véhémence son souci de voir l'Italie, par exemple, se sortir d'une situation politique ubuesque ? Non, il n'est pas admis de se comporter avec l'Italie, par exemple, comme l'on peut se comporter avec le Mali, pays que l'on vient de visiter de sud en nord. La France a un vital besoin d'élections afin de « légaliser » au plus vite sa position, et peu importe que le pays soit aussi divisé, voire davantage qu'avant l'intervention, peu importe si les populations sont déplacées en plus grand nombre qu'avant l'intervention, les arguments qui prévalaient en décembre 2012 pour ne pas faire d'élection n'ont plus cours en mai 2013.

Un dernier risque était celui des otages. La libération de la famille retenue au Nigéria ne saurait les faire oublier. Mais où sont-ils ?

Oui, le débat que les honorables parlementaires (députés et sénateurs) vont conduire ce 22 avril est bien loin de la réalité : « une simple formalité ».

mardi 5 février 2013

Mali, les fables et les chèvres

Et se poursuit la guerre au Mali … tandis que s'élaborent chaque jour de nouvelles fables.
Curieuse guerre que cette guerre où il n'y a pas de victimes (en tout cas, on ne nous les montre pas!), pas de prisonniers (ah si, un, hier soir!), pas d'images à l'exception des images officielles servies complaisamment par la presse et la TV. Qu'est-ce qu'on aura pu le voir, ce ravitaillement en vol des Rafales. Avec ça, si on n'arrive pas à le vendre …
Plus sérieusement, voici près d'un mois on nous parlait de 5 à 6000 combattants djihadistes, prêts à fondre sur Bamako. Aujourd'hui, le chiffre est ramené, de façon plus réaliste, à 800 ou 1000.
On nous parlait de centaines de djihadistes venus du Proche-Orient, d'Afrique Occidentale, voire pour certains d'Europe. Désormais, il n'en est rien, à quelques dizaines d'individus près.
On nous parlait de centaines de combattants occupant les villes et les villages, 400 rien qu'à Diabali. Où sont-ils ? On nous parlait de colonnes de pick-up, plusieurs centaines, transportant ces troupes. Où sont-ils ? Les photos "autorisées" nous montre toujours le même 4X4 cramé sous la savane, le même dépôt de bus incendié et vide, le même poste de police bombardé et vide. Diabali était vide de combattants, Gao était vide de combattants, Tombouctou était vide de combattants. Kidal était vide de combattants. Où sont-ils ? Réfugiés dans le Massif des Ifoghas ? Peut-être, mais sans doute pas des milliers, ni des centaines, et quand l'armée y arrivera ils n'y seront plus ! Passés en Libye, en Algérie, plus loin encore …
Ce qui prouve bien que ce n'est pas la guerre qu'il convient de conduire là-bas. 3000 hommes, 4000 hommes ne feront rien de mieux qu'une opération de police qui aurait pu être rondement menée avec l'appui de l'ONU.
François Hollande s'est rendu sur place au meilleur moment. Le staff des faucons du gouvernement fait bien les choses. Il a prononcé un discours dans lequel l'émotion a pris le dessus, donc un discours décousu et peu élaboré, avant tout destiné à lancer les phrases et les mots susceptibles de galvaniser les foules françaises comme africaines et de maintenir leur adhésion. Comme le « plus beau jour de ma vie politique », alors que nous, Français, croyions bêtement que ce jour était celui de son élection au poste de président. Ou comme la « guerre contre le terrorisme », figure de style généraliste épargnant toute réflexion, surtout quand 74% des Français considèrent les musulmans comme intolérants et 44% extrémistes. Ou encore comme le « juste rendu à l'Afrique de son aide lors des deux dernières guerres mondiales », un pensée un peu tardive et qui, de façon subliminale, voudrait faire passer la lutte contre le terrorisme à l'égal de la lutte contre le nazisme. Mais François Hollande s'est bien gardé d'aborder le fond des problèmes, la suite des événements, le rôle de la France, l'avenir du Mali.

Avant de parler de cet aspect, soulignons que les lignes évoluent quelque peu. Bien évidemment, les commentaires des lecteurs dans la presse et sur Internet restent majoritairement favorables à cette intervention, « parce qu'il fallait bien faire quelque chose contre ces terroristes qui violent les filles, coupent les pieds et les mains et détruisent le patrimoine historique et religieux ». Bien évidemment …
Citons Michel Onfray. Il reprend à son compte une analyse de Michel Collon, journaliste belge parfois contestable, mais en l’occurrence le jugement est lucide. Cacher les intérêts économiques derrière ce conflit, présenter l'intervention comme une réponse à un appel à l'aide, diaboliser l'adversaire, empêcher le débat ou ignorer les opinions contraires, voilà les caractères principaux d'une manipulation de l'information. Il est un fait que nul n'entend les opinions opposées à cette guerre. Par exemple, l'opinion d'Aminata Traoré, résolument contre l'intervention française et dont on a déjà parlé ici.

Aminata Traoré (DR)
Citons, dans Le Monde daté de ce jour, la libre opinion d'Olivier Roy, Directeur d'Etudes à l'EHESS, qui considère que la stratégie française est « vaine et absurde ».
A l'inverse, notre classe politique reste toujours aussi bornée et soumise. Sans doute les leaders de la droite et de la gauche « classique » attendent-ils que des événements moins fastes se produisent et leur permettent de libérer leur parole.
Mais enfin, quand on entend dire que la critique de l'intervention n'est pas à l'ordre du jour parce que nos forces armées sont engagées, c'est pousser un peu loin la soumission !
Nos forces armées sont engagées parce que le Chef des Armées l'a décidé. Sans débat démocratique. Les forces armées exécutent le travail qui leur est prescrit et elles doivent le faire de la meilleure façon, dans le respect des droits de l'homme et des lois de la guerre. Point.
Mais critiquer les choix politiques qui ont conduit à cet engagement, ce n'est pas critiquer les forces armées, c'est critiquer les hommes politiques qui nous conduisent. Le débat démocratique devrait avoir lieu. Si la durée de l'intervention armée excède quatre mois, soit après le 10 mai, le Parlement devra être saisi pour en autoriser la prolongation. Souhaitons qu'à l'occasion le jugement de notre classe politique soit plus varié, plus critique, plus constructif aussi.
A ce propos, il existe une pétition en ligne, généreuse pétition qui reçoit bien peu de signatures. Ses motivations sont un peu trop vagues puisque les auteurs se satisfont de ne réclamer que la paix, ce qui ne suffit pas. Cependant, une récente évolution dans les propos aborde le sujet de ce prochain débat parlementaire.

Etre constructif ? C'est mettre en place, au Mali, les conditions d'un vrai dialogue. Et ce ne sera pas facile. Le Président intérimaire du Mali refuse ce dialogue avec les Touaregs tout comme il refuse une éventuelle relève par des Casques Bleus. Mohamadou Issoufou, Président du Niger, prend déjà ses marques et refuse un dialogue avec le MNLA parce qu'il n'est « pas représentatif des Touaregs ». Peux-t-on choisir ses interlocuteurs lorsque l'on doit négocier ? Ou bien doit-on négocier avec tous ceux qui le veulent bien, qui le demandent ?
La question touarègue sera très rapidement au cœur de la question malienne, puisque les islamistes radicaux auront disparu dans les sables, ceci même si Bamako ne veut pas en entendre parler.
Il faudra bien l'aborder dans un sens démocratique et laïc. Il faudra bien dissiper toutes les illusions dangereuses de séparatisme et de tri ethnique. Il faudra bien réaliser que l'autodétermination des Touaregs n'a aucun sens dans une région où ils ne sont pas majoritaires. Il faudra bien qu'une police et une administration non corrompues se mettent en place. Il faudra bien que des représentants élus de toutes les communautés : Peuls, Songhaïs, Touaregs, Arabes .. apprennent à travailler ensemble et incitent les populations à vivre ensemble.

Voilà quel est l'enjeu et ce n'est pas la multitude militaire française et africaine qui fera cela.
Non, ce sont les Maliens seuls, tous les Maliens.

« Que les chèvres se battent entre elles dans l’enclos est préférable à l’intermédiation de l’hyène».

Proverbe bamanan.


Une bonne compréhension de nos positions implique la lecture de tous les posts consacrés au Mali depuis plus de six mois.

jeudi 24 janvier 2013

Guerre au Mali: la parole de ceux qui sont contre

Hier soir, 23 janvier, après moins de deux semaines de conflit, France 2 fait l'impasse totale sur la guerre au Mali. Il n'y a déjà plus rien à en dire.
Aux dires des sondagiers, ce sont 75% des Français qui approuvent l'intervention. Pour ce qui concerne le gouvernement et ses services de la défense, des affaires étrangères, du budget ou de la communication, c'est "pain béni" et "pourvu que ça dure". Pour ce qui concerne les médias, c'est exactement la même chose, l'audience et/ou le lectorat sont là, ce n'est pas le moment de les déranger. Donc suivisme et servilité ! C'est le cas de toute la presse, hebdomadaire ou quotidienne, du "Figaro" à "La Croix", en passant par "Le Monde" et "Libération", C’est le cas également de toutes les radios et télés.
L'opposition à ce conflit (celle de 25% de Français) est caricaturée et réduite à la prise de position du Front de Gauche et aux déclarations de Villepin ou de Giscard d'Estaing, cette dernière bien malvenue.
Par contre cette presse n'hésite pas à souligner l'opposition de Mohamed Morsi, Président égyptien, aux affrontements du Mali: il est tellement facile de faire d'une pierre deux coups, conforter le discours officiel et rejeter davantage encore Morsi parmi les islamistes !

Au motif d'expliquer un peu ce qui se passe, tous nous refilent des petites accommodations avec la vérité et de grands mensonges.
Les petites accommodations vont se nicher dans les cartes géopolitiques qui, insidieusement, vous placent Diabali bien plus proche de Ségou qu'il n'est réellement (il faut faire croire que le danger était réel), dans les chronologies qui vous annoncent que Mopti a été conquise par les islamistes avant l'intervention française (même raison), dans les reportages qui précisent que les adversaires étaient au nombre de 400 dans Diabali, alors qu'ils n'étaient que quelques dizaines (il faut donner du corps aux combats) ou encore dans les débats qui sont à sens unique, seuls les partisans de la guerre ayant la possibilité de s'exprimer au travers de quelques nuances.
Quant aux grands mensonges, ce sont les mêmes dans la bouche des officiels, dans celle des journalistes ou dans celle des commentateurs. Ils sont au nombre de quatre, ces grands mensonges. Un récent "point de vue" de Jean-François Bayart (Directeur de Recherche au CNRS) dans "Le Monde" du 23 janvier les résume très bien.

Le premier mensonge fait référence aux négociations prévues par la résolution 2071 de l'ONU, laquelle exhortait les autorités du Mali, les rebelles, les pays voisins et les partenaires bilatéraux à se retrouver pour engager un processus politique viable. On nous dit que ces négociations ont échoué. C'est faux, elles ont été sabotées par les "autorités maliennes" qui ne voulaient pas en entendre parler, par l'Europe et la France qui se sont abstenues d'y prendre part alors qu'elles y étaient invitées au travers des "partenaires bilatéraux".
Le second mensonge porte sur l'appel à l'aide du Mali, dont Monsieur Bayart nous dit qu'il s'agit de l'appel à l'aide "explicite de son homologue malien". Or, cet "homologue" n'est investi d'aucune représentativité, ni d'aucune légitimité. Il n'est que le jouet d'un capitaine putschiste qui peut le remplacer demain matin s'il le veut. Convaincu de ne pouvoir obtenir aucune légitimité, ils ont tout fait (le capitaine et le président) pour éloigner l'idée d'un nouveau scrutin présidentiel au motif que Nord et Sud n'étaient pas réunis. C'est faire vraiment peu d'honneur à notre Président Hollande que de classer la marionnette malienne au rang de ses "homologues".
Le troisième mensonge concerne la résolution 2085 dont on a déjà parlé et qui n'autorise le déploiement d'une force que sous conduite africaine.
Le quatrième mensonge ressemble beaucoup à la fable des "Armes de dissuasion massive". Dans le cas présent, il s'agit du danger immédiat couru par la capitale Bamako et les milliers d'expatriés français devant l'avancée inexorable des islamistes. De ce quatrième mensonge, on a également déjà parlé.

Donc, tout le monde ou presque est pour la guerre !
Et les commentateurs de se répandre sur l'après-conflit en nous affirmant que tout restera à faire, que la guerre ne solutionnera pas grand-chose et qu'une nouvelle politique d'aide au développement sera nécessaire. Nous reprenons là les termes exacts de Jean-François Bayart. Et nous disons que c'est vraiment se foutre de la gueule du monde, parce que c'est exactement ce qu'il aurait fallu faire AVANT, afin d'empêcher les djihadistes de prendre racine et de se développer.
Au passage, son article nous refile des tableaux pour lesquels personne ne prend la peine de convertir des dollars et des francs CFA en une même monnaie, l'euro par exemple, pour que le lecteur comprenne.
Le tableau représentant l'Aide Publique au Développement en faveur du Mali couvre la totalité de l'Aide française, européenne, US et s'élève à 815, 4 millions d'euros en 2010. Quant au tableau représentant les transferts de fonds des travailleurs maliens en France, il indique un montant de 288,1 millions d'euros en 2010 (soit 4% du PIB), à comparer aux 96 millions d'euros de l'Aide Française au Développement. Au passage, rappelons à l'auteur de cette tribune que Nicolas Sarkozy n'a jamais contribué à l'affaiblissement de l'autorité du Président ATT en exigeant de lui la signature d'un accord de réadmission des migrants clandestins. Amadou Toumani Touré a toujours, avec fermeté, refusé de signer cet accord et la majorité de son peuple lui en a été reconnaissante.

Faut-il redire encore ce que l'on aurait pu faire AVANT ?
Prendre en considération les populations multiples de cette région du Nord-Mali, arabes comme touarègues ou noires africaines, leur proposer des axes de développement, les associer à la gestion politique de la zone, y développer une démocratie de dialogue, leur parler des futures ressources en pétrole, voire en uranium comme un peu les leurs, ...
Qui pouvait le faire mieux que la France, avec l'Europe ?

Cela n'a pas été fait. Nul doute qu'on le fera APRES ....


Nous avons ici beaucoup parlé des risques que comporte cette aventure militaire. Après les revanches et exécutions sommaires, voici venir le temps des camps de réfugiés: le nord du Burkina Faso est déjà bien déséquilibré par les milliers de réfugiés qui fuient les zones de combat ou de futur combat.
A lire un très intéressant reportage de Sophie Arutunian et Cécile Bourgneuf sur un camp du Burkina, publié sur Médiapart. Merci pour l'emprunt de la photo la plus "neutre". Allez voir les autres !

Réfugiés maliens au camp de Mentao-Burkina (C)Croix-Rouge de Monaco
D'autres questions se posent et mériteront quelques explications un jour ou l'autre.
- Quelle est la situation réelle des otages français ? Comment peut-on affirmer qu'ils sont vivants ? Où sont-ils détenus ? Pourquoi leurs ravisseurs n'en parlent-ils plus, alors qu'ils devaient servir de monnaie d'échange ou de chantage ?
- Au sujet du "discours" de l'adversaire, comment se fait-il que les médias le considèrent comme inexistant ? Les djihadistes sont-ils muets ? Où et comment s'expriment leurs meneurs ? Que disent-ils ?


Une compréhension globale de notre point de vue exige la lecture de l'ensemble des posts publiés avec le tag "Mali".

jeudi 17 janvier 2013

Mali, après une semaine de guerre

"J'ai pensé à la cité et je me suis dit que nous pourrions la changer. C'est facile, il suffit de rien, nous n'avons besoin que de nous parler et de tout dire aux enfants. Le reste viendra de lui-même, et la misère s'en ira à toutes pattes, n'ayant pas où s'accrocher. L'administration sera obligée de nous écouter, elle verra dans notre regard combien nous savons ce que nous voulons, la vérité et le respect. Les islamistes n'oseront plus nous approcher, ils déguerpiront d'eux-mêmes, la tête basse, la queue entre les pattes, la barbe en berne. Le diable les remportera chez lui, il les dévorera et tout sera dit. On tournera la page et on fera une fête du tonnerre de Dieu."

Et puis un peu plus loin dans le texte.

"Tout ce que nous nous interdisons en tant qu'hommes et citoyens français, les islamistes se le permettent et nous refusent le droit de nous plaindre car, disent-ils, c'est Allah qui l'exige et Allah est au-dessus de tout. A ce train, et parce que nos parents sont trop pieux pour ouvrir les yeux et nos gamins trop naïfs pour voir plus loin que le bout de leur nez, la cité sera bientôt une république islamiste parfaitement constituée. Vous devrez alors lui faire la guerre si vous voulez seulement la contenir dans ses frontières actuelles. Sachez que nous ne vous suivrons pas dans cette guerre, nous émigrerons en masse ou nous nous battrons pour notre propre indépendance".

Ces deux textes sont extraits d'un roman de Boualem Sansal, publié en 2008 (!) et intitulé "Le village de l'Allemand ou le journal des frères Schiller". Il s'agit d'un texte d'une puissance parfois insoutenable, mais d'une écriture limpide, qui rapproche trois "évènements" de nos 70 dernières années: la Shoah, les affrontements en Algérie au cours des années 90 et la vie quotidienne des "immigrés" de seconde, troisième génération dans les banlieues françaises.

Remplacez donc le mot "cité" par le mot "Mali" et vous comprendrez ce que nous disons ici depuis des mois ! Ce que nous appelons solution politique ! Et ce que nous craignons !
Au huitième jour de la guerre menée par la France au Mali, il n'est plus question de parler de solution politique, de négociation. Lorsque le coup de feu est parti, il n'est plus possible de courir derrière la balle. Alors parlons un peu de ce qui se passe et de ce qui va se passer. Mais auparavant, une mise au point. Les extraits ci-dessus du roman de Boualem Sansal sont une réponse anticipée à certains commentateurs et à certains journalistes qui ne manqueront pas, dans quelques semaines ou dans quelques mois, lorsque les évènements commenceront à mal tourner, de stigmatiser du haut de leur mépris "les négatifs, les pessimistes, ceux qui savaient comment ça allait se passer", comme ils l'ont fait à propos de la Tunisie ou de l'Egypte.

A propos de la légalité de l'action française, on nous répète à satiété qu'elle est conduite dans le cadre de la résolution 2085 du Conseil de Sécurité. Rien n'est plus inexact. Cette résolution s'appuie successivement sur les éléments suivants:
- les autorités maliennes sont instamment invitées à rétablir l'ordre constitutionnel et l'unité nationale par la tenue d'élections présidentielle et législatives.
- exige des groupes rebelles qu'ils rompent tout lien avec les organisations terroristes.
- demande aux autorités maliennes de mettre en place un cadre de négociation avec celles des fractions rebelles qui auront rompu avec les terroristes.
- condamne l'attitude intrusive des forces armées putschistes.
- souligne l'attachement des Etats à une mission européenne de formation de l'armée malienne.
- prie l'Union Africaine et la CEDEAO de mettre des troupes à disposition, qui devront être formées, tout en veillant à l'organisation de la chîne de commandement de la MISMA.
- autorise le déploiement de la MISMA sous conduite africaine, en précisant explicitement les objectifs de la mission.

Dans sa totalité, cette résolution est inexistante sur le terrain. Et si l'ONU a quelque peu approuvé la démarche française ce n'est pas sous le flambeau de cette résolution. A tel point que les Etats-Unis ont demandé la rédaction d'un nouveau texte. A tel point que vous n'entendrez JAMAIS parler de MISMA, puisqu'il s'agit-là d'une mission mort-née. La MISMA devait se mettre en place sous direction africaine et non sous conduite française.

Un autre argument de légalité est invoqué en parlant de l'appel au secours lancé par les autorités du Mali. Mais quelles autorités ? Le Président par intérim du Mali n'est qu'une marionnette dans les mains d'un capitaine fantoche. Depuis son coup d’État, aucune procédure de reconstitution du corps politique n'a été mise en œuvre. Il est donc parfaitement inapproprié de parler d'un appel des "autorités maliennes": il s'agit tout au plus de l'appel du Président désigné par intérim, dans le but de sauver sa place bien compromise par les actions djihadistes d'une part, et la défiance du Capitaine Sanogo d'autre part.

L'action française ne s'appuie donc sur aucune légalité. Mais, au moins, est-elle justifiée dans sa spontanéité et sa brutalité ?
Il est courant d'entendre dire et répéter que les combattants islamistes avaient pris la route de Bamako et qu'il fallait intervenir d'urgence pour éviter cette catastrophe. Les combattants islamistes se sont en fait "emparé" de Kona, certes de l'autre coté de la "ligne de démarcation", mais à 75 km de Mopti. Sur la route de Bamako (à 680 km de là !) se trouvent les villes importantes de Mopti, Djenné, San, Ségou, ainsi que des dizaines de villes et villages moins importants. Nous ne sommes plus dans le désert ! Poser comme postulat que les troupes islamistes auraient pu parvenir en quelques heures à Bamako est un bêtise technique et une insulte à la capacité de résistance des africains.
France 2 répète à chaque bulletin d'information que les islamistes sont au Mali au nombre de 5 à 6000 combattants. Ce n'est certainement pas David Pujadas qui a inventé ce chiffre, faisons confiance aux services de communication de l'armée française et du gouvernement ! Or, ce chiffre n'a strictement rien à voir avec les estimations américaines qui évaluent les combattants à 1200 hommes environ, un chiffre beaucoup plus proche de la réalité des moyens de transport (150 à 200 pick-up capables de prendre en charge 6 à 7 hommes) et de la mobilité de troupes capables de s'évaporer aussi vite qu'elles sont arrivées.

L'action française n'est donc ni légale, ni justifiée dans sa précipitation. Peut-être saurons-nous un jour pourquoi les promesses de soutien par l'arrière, l'engagement de ne pas mettre un soldat français sur le terrain des combats, n'ont pas été tenues.
Toujours est-il que cette intervention est lourde, très lourde, de risques multiples.

Le risque des otages.

Très curieusement, et avec inquiétude, nous n'entendons pas parler des otages retenus depuis deux ou trois ans, alors que les leaders islamistes faisaient de tonitruantes déclarations sur leur sort en cas d'intervention française. L'inquiétude est nourrie par ce silence, mais également par le fait que si les troupes doivent être mobiles, elles ne peuvent s'encombrer d'otages. La prise d'otages en Algérie et son tragique dénouement viennent à point nous rappeler que les hommes n'ont qu'une valeur très relative aux yeux de ces combattants fanatisés.

Le risque d'affrontements ethniques.

Les plus pessimistes ne voyaient ce risque se préciser qu'après une phase initiale de combats et de reprise de territoires. ce n'est pas le cas. Les exemples de mauvaise conduite de la part des combattants, maliens pour la plupart, se multiplient déjà: exécutions sommaires, viols, tabassages ... Deux raisons à ces violences: la première est due au manque total de formation et de discipline des soldats maliens qui interviennent derrière les soldats français. La seconde relève d'une réalité incontestable: celle de l'opposition ethnique entre les africains et les arabes, d'une part et entre les africains et les touaregs d'autre part. Au cours de la période de préparation de l'intervention, des milices maliennes, africaines, se sont déjà constituées afin d'aller chasser les touaregs.
En cette question, le commentaire de François Hollande à la question de savoir ce qu'il convenait de faire avec les terroristes ("les détruire !") est inquiétant, même s'il a jugé préférable de rajouter qu'on pouvait faire des prisonniers.

Risque sanitaire, risque humanitaire.

Plusieurs dizaines de milliers de maliens du nord (environ 150 000) se sont déjà déplacés vers la Mauritanie, le Niger, le Burkina Faso, et même l'Algérie. 230 000, selon Médecins du Monde, se sont réfugiés dans le sud de leur pays.
L'ONG, qui était déjà présente sur place, estime avoir de plus en plus de difficultés à exercer son travail, depuis le début des opérations militaires. Aucune structure d'importance n'existe au sud du Mali ou dans les pays d'accueil. Ces derniers ont déjà bien des difficultés à nourrir et faire survivre leurs populations (Niger), l'afflux de migrants ne peut qu'aggraver la situation.

Risque démocratique et politique.

François Hollande est allé jusqu'à donner pour mission à l'intervention de la France de reconstituer le tissu démocratique et de conduire le Mali vers des élections représentatives. Est-ce vraiment là le rôle de la France ? N'est-ce pas renouveler les mauvaises habitudes de la Françafrique ?
Si le conflit s'éternise, si les combats s'enlisent, si les risques précédemment cités entraînent des commentaires critiques (Cour Pénale Internationale par exemple), si des "bavures" se produisent, il y a fort à parier que des voix s'élèveront au Mali pour dénoncer la présence française. Les thèmes en sont déjà connus et se rapportent inévitablement au "colonialisme".
Cette critique est déjà présente et forte dans certains pays arabes, demain elle risque de l'être dans une large partie des pays en développement. Elle sera d'autant plus forte que la présence de troupes africaines restera probablement restreinte, tous les pays ne respectant probablement pas la totalité de leurs engagements envers la défunte mission MISMA. La solitude de la France au sein de l'Europe la ramènera également, qu'elle le veuille ou non, au concept traditionnel et colonialiste de la Françafrique. Car, très probablement, peu de pays européens s'engageront de façon concrète, la récente prise d'otages en Algérie arrive à point nommé pour leur en signifier les dangers.

En définitive, cette guerre peut-elle déboucher sur autre chose ?

D'aucuns affirment que la guerre peut servir de "révélateur", qu'elle peut redonner de l'espoir aux Maliens avec la possibilité de reconstruire un état démocratique, qu'elle peut provoquer un sursaut de la classe politique, qu'elle est un moindre mal.

Nous voulons bien le croire.
Mais la façon avec laquelle les "négociations" (Alger, Ouagadougou, Blaise Compaoré, MNLA, Ansa Eddine, Romano Prodi, etc ... etc ...) ont été sabotées par les uns et par les autres (dont la France) laisse mal augurer d'un proche avenir pacifié et plus démocratique.

Mali-Les forces engagées (DR)

Ce post est l'aboutissement d'une réflexion vieille de plusieurs mois. Pour en prendre connaissance, suivez le tag "Mali".