THERMOPYLES

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Caroline Fourest

Fil des billets

jeudi 25 juin 2015

Marmiton, racisme et soumission

La page Facebook de « Marmiton », le site bien connu de recettes de cuisine, vient de vivre un évènement peu commun et très significatif des temps qui courent. Le 18 juin, premier jour du Ramadan, à 12 :39, il a publié ce titre : « Aujourd’hui est le premier jour du Ramadan. Voici notre sélection de recettes pour l’occasion. Bon Ramadan à tous ».

Pendant plusieurs heures, ce fut un déluge de critiques et d’insultes, allant du reproche de parler du Ramadan, alors que nous sommes en France, jusqu’au reproche de ne pas proposer de recettes pour les fêtes chrétiennes, en passant par quelques insanités du genre de celle-ci : « La phrase « Bon ramadan à tous » était de toute évidence l'expression de l'esprit le plus naïvement collabo, et le fait que vous ressentiez les protestations indignées qu'elle a suscitées comme des manifestations d'intolérance ou même de racisme ajoute l'imbécillité à l'abjection ». Bien entendu, toutes les déclarations racistes ont été expurgées de la page.

Face à cette manifestation d’intolérance, trois constatations sont à faire.

La première se trouve dans le comportement des Community Managers de « Marmiton », les fameux CM. Ils sont trois paraît-il, mais l’une d’entre eux a été particulièrement remarquable par sa ténacité à répondre à tous, par son humour, par sa finesse, par son esprit pédagogique.

La seconde est à rechercher dans les commentaires post-évènement, un évènement dont Rue 89, le Nouvel Obs et Le Figaro (d’autres ont suivi, un jour plus tard) ont publié quelques extraits. Cette publication a permis aux militants laïques les plus radicaux de s’élever contre le fait que les agressions relevées sur « Marmiton » étaient qualifiées d’islamophobes (cf. Caroline Fourest). Or, pour eux, l’islamophobie n’est que le nom donné par les islamistes au droit inaliénable que chacun a de critiquer la religion, de la caricaturer, voire de la blasphémer.

Quant à la troisième constatation, elle est à faire du côté des identitaires, ceux qui approuvent ce genre de manifestations parce qu’ils l’assimilent à une sourde protestation du peuple contre « le Grand Remplacement », ou « le Changement de peuple et de Civilisation » (cf. Renaud Camus).

Ipsos/Sopra Steria a présenté en mai dernier un sondage réalisé entre le 22 et le 27 avril 2015 auprès de 1000 personnes. Ce sondage, réalisé pour « Le Monde », porte sur la confiance dans les institutions, le déclin de la France, l’autorité, la vie politique, la justice et l’économie, l’Europe, les valeurs du passé, la perception de l’avenir, l’attitude à l’égard du Front National, le racisme et la xénophobie, le fait religieux et la laïcité, les clivages au sein de la société et enfin les sujets de société comme le mariage gay ou les mères porteuses. C’est, bien entendu, dans les chapitres consacrés à la xénophobie et au fait religieux que nous allons aller chercher quelques infos. A commencer par les affirmations suivantes : « Il y a trop d’étrangers en France », approuvé par 67% des français interrogés, « On ne se sent plus chez soi comme avant » (61%).

"La façon dont les religions sont pratiquées en France est-elle compatible avec les valeurs de la société française ?" Pour la religion catholique, seuls 6% des interrogés répondent négativement. Ils sont 15% pour la religion juive. Et 54% pour la religion musulmane. " Ces religions veulent-elles imposer leur mode de fonctionnement aux autres ?" 20% des français répondent oui pour la religion catholique, 17% pour la religion juive et 72% pour la religion musulmane.

Enfin 81% des interrogés considèrent que l’intégrisme religieux (il ne peut guère s’agir que de celui qui est imputé aux musulmans) est un problème préoccupant, et 74% à dire que la laïcité est en danger aujourd’hui en France.

Face à ces chiffres, il est bien évident que la laïcité n’a pas la même signification pour tout le monde. Entre les laïques irréductibles et les identitaires, il y a tout un échiquier d’opinions et de comportements, mais tous deux se retrouvent sur une critique de l’islam qui entretient bien souvent le rejet d’une population.

Mais l’islam peut-il être critiqué ? Et que veut dire « critiquer l’islam » ? Critiquer une religion, quelle qu’elle soit, c’est inventorier ce qui, dans sa conception et dans sa pratique, s’oppose à la liberté de l’homme. La pratique de l’islam est globalement critiquable par le fait que celui-ci maintient les femmes dans un état de sujétion. La pratique de l’islam est généralement critiquable par le fait qu’il (l’islam) n’a aucun recul par rapport aux textes qui le fondent. La pratique de l’islam est souvent critiquable pour son opposition à la curiosité intellectuelle. La pratique de l’islam peut être soumise à critique pour sa fusion étroite avec le pouvoir politique, une fusion qui en fait la religion d’Etat et qui condamne toute critique assimilée à l’apostasie ou au blasphème.

Mais est-ce une critique de l’islam que de refuser que des enfants chantent en arabe lors d’une kermesse scolaire, alors que cette langue fait partie des idiomes parlés dans la commune ?

Est-ce une critique de l’islam que de remplir les colonnes de la page Facebook de « Marmiton » d’insultes racistes ?

Est-ce une critique de l’islam que de profaner des cimetières musulmans ?

Est-ce une critique de l’islam que d’accuser les arabes de vouloir remplacer population et culture européennes ?

Est-ce une critique de l’islam que de menacer de mort les élus qui signent un permis de construire, en toute légalité, pour un projet de salle de prière musulmane ?

Qui est Charlie - Emmanuel Todd

On rejoint alors « Charlie » et la critique qu’en fait Emmanuel Todd (« Qui est Charlie ? » - Seuil). Lequel estime qu’il existe une confusion voulue entre critique de l’islam, (islamophobie pour certains) et racisme anti-arabe, anti-maghrébin. Et ce racisme, caché derrière la critique de l’islam, est porté par une partie des intellectuels et par certains médias. L’auteur élabore une théorie complexe prenant en compte la déchristianisation de notre pays et l’adhésion à la monnaie unique européenne comme les deux facteurs ayant conduit non seulement à la crise que nous connaissons, mais aussi à la perte du sentiment égalitaire dans de nombreuses régions autrefois catholiques ou communistes. La perte de ce sentiment égalitaire est une explication du rejet de l’autre et donc du rejet des populations qui ont migré, soit après les trente glorieuses, soit aujourd’hui encore. « Qui est Charlie ? » est un livre critiquable (lui aussi !), mais un livre salutaire.

Après avoir lu « Qui est Charlie ? », rien n’interdit de lire « Soumission » de Michel Houellebecq (Flammarion) et de faire ainsi le grand écart entre l’extrême-gauche radicale et ce que l’on peut considérer comme un comportement très réactionnaire, à défaut d’être vraiment de droite. « Soumission » n’est ni plus ni moins que la traduction française du mot Coran. Et c’est pour cela qu’il faut, aussi, lire ce livre et non pour les séquences de cul toutes plus tristes les unes que les autres, qui le rythment comme un pendule. Dans une France gagnée par les islamistes, celle du Grand Remplacement, lors d’une élection présidentielle, celle de 2022, la Fraternité Musulmane accède au pouvoir grâce à une alliance anti-FN avec la droite, le centre et les socialistes.Les pays voisins succombent également aux Partis Musulmans. Du jour au lendemain, les femmes abandonnent shorts et mini-jupes, épaules dénudées et tenues sexy, sans que rien ni personne ne le leur ait demandé. Elles se soumettent. Tout comme elles se soumettent à la polygamie qui permet de disposer de deux, trois épouses, l’une pour la famille et les autres, jeunes et fraiches, pour les jeux sexuels. Tout comme elles acceptent sans sourciller leur exclusion du marché du travail, solution radicale au problème du chômage. Le narrateur lui-même, François, universitaire littéraire (spécialiste de Huysmans), se soumettra après de bien timides hésitations et se convertira à l’islam afin de bénéficier de quelques avantages que la nouvelle Nomenklatura lui accordera, notamment un retour dans l’université islamique, avec un salaire triple du précédent et, bien entendu, la polygamie …


Soumission - Michel Houellebecq

« Soumission » est une douloureuse fable politique, qui donne raison aux identitaires. De plus, les femmes y sont méprisées…. Houellebecq dit qu’il ne prend pas partie.

Pour notre part, il nous faudra bien prendre partie.

samedi 8 septembre 2012

Moins d'hommes sur terre, ou moins d'humanité ?

C'est en juin dernier qu'une troupe de scientifiques a publié un article (dans Nature) selon lequel les déséquilibres environnementaux entraineraient une perte de la biodiversité telle qu'en 2100 nous assisterions à un "effondrement" des écosystèmes.
A vrai dire, la prédiction n'est pas nouvelle. L'"effondrement" dont ils parlent est pronostiqué depuis 1968 par le "Rapport du Club de Rome", plus exactement le "Rapport Meadows" (MIT).
Ce n'est donc pas le contenu de cette thèse qui interpelle. Ce sont surtout les réactions et les commentaires qu'elle a suscités.

Tout au long de l'été, les réactions n'ont pas manqué face à la prise de position des chercheurs. Le blog Eco(lo) d'Audrey Garric, Biosphère, France 2 à propos des couples qui ne veulent pas faire d'enfants, ...
Caroline Fourest, le 29 juin, a pris argument de la Conférence Rio +20 et de l'absence du droit à se reproduire pour les femmes dans les orientations de ce Forum pour formuler un vigoureux plaidoyer en faveur de la régulation mondiale de la population. Dans un post intitulé "Croissez et polluez", après avoir stigmatisé l'attitude de l'Eglise et, plus paradoxalement, celle de l'Egypte, elle en conclut que "l'absence de choix de procréation pour les femmes entraîne un monde toujours plus peuplé, plus pollué, plus inégalitaire et plus injuste".

Deux types de réactions. La race humaine est trop importante en nombre, ce qui est la cause de la désastreuse évolution de la planète. A cela deux remèdes: soit réduire drastiquement la population mondiale par une régulation volontaire (et volontariste) des naissances, soit faire en sorte que l'humanité disparaisse pour de bon !

Réduire les naissances ? Nous sommes aujourd'hui plus de 7 milliards d'humains sur cette terre. Serons-nous 9 milliards en 2050 ? Ou davantage ? La croissance est essentiellement due à l’évolution démographique des pays pauvres, ceux qui ont déjà des difficultés alimentaires. Les pays occidentaux entrent globalement dans une phase de baisse démographique. En Europe, c'est le cas de l'Allemagne, de l'Italie ..
A l'inverse, en Afrique, au Burkina, Burundi, Congo (les 2), Guinée, Liberia, Mali, Niger, Ouganda ... les populations devraient tripler d'ici à 2050. La réponse à la surpopulation mondiale (s'il y a surpopulation !) n'est pas occidentale et les couples qui refusent de faire des enfants n'apportent aucune solution au problème. Leur attitude est strictement individuelle, elle n'est même pas messianique.
Et si limitation des naissances il doit y avoir, ce ne peut être qu'en Afrique, en Asie (Inde). La Chine, pour sa part, a fait l'effort substantiel de la politique de l'enfant unique. Elle va chèrement le payer par un vieillissement de sa population. Actuellement des assouplissements ont été introduits, d'autres le seront.
D'après l'ONU, si l'on veut parvenir au chiffre de 9 milliards d'hommes dans 40 ans, il faut faire davantage que se limiter au strict renouvellement des populations. Il faudrait réduire le taux de fécondité à un niveau inférieur au seuil de remplacement, avant d'y revenir dans un siècle !
Parler de ceci en Europe, en Occident, à l'ONU, c'est s'engager sur des chemins douloureux. Des chemins marqués par des croyances, des cultures, parfois même la simple volonté de faire assez d'enfants pour en garder quelques uns tant le taux de mortalité infantile est élevé. Des chemins marqués par des idéologies, des religions. on peut le regretter, mais c'est un fait qu'il existe dans certaines régions une forte opposition au contrôle des naissances. Il existe également de mauvaises expériences, faites de stérilisations forcées, d'avortements imposés. Il existe enfin un rejet du discours "colonialiste" venu d'Occident: ce sont les "blancs" qui demandent aux peuples en développement de faire moins d'enfants. En termes brutaux: "de quoi se mêlent-ils ?"

Résoudre nos problèmes d'énergie, de développement, d'écologie, de maintien des écosystèmes par une réduction de la population mondiale est une idée simpliste. Au niveau de vie des africains, la terre peut abriter bien davantage que 9 milliards d'individus ! Le vrai problème, c'est que sur les 7 milliards actuels, il en est 1 milliard qui vit dans les pays riches et qui a un impact supérieur à celui des 6 autres milliards réunis !
Plutôt que de ne pas faire d'enfant, il serait plus juste de réduire sa consommation énergétique, réduire son impact sur l'environnement ET aider les pays du sud à croître plus harmonieusement.
En Afrique, ne pas se satisfaire du seul planning familial, mais inciter à la création de nouvelles règles de vie. Christian Troubé (reporter spécialisé dans les questions Nord-Sud) le résume ainsi: "En soi, la décroissance démographique ne produit pas mécaniquement de la croissance économique. Elle doit se nourrir d'écoles, d'hôpitaux, d'emplois et de parité entre les hommes et les femmes".

Population mondiale (C)PRB
Le second réflexe face aux prévisions du collectif des chercheurs qui anticipent l'effondrement des écosystèmes pour 2100 est celui d'une haine envers l'humanité. Il y avait déjà le célèbre "l'humanité va disparaître: bon débarras" d'Yves Paccalet. Il y a maintenant des gens qui "envisagent'", qui "souhaitent" cette disparition, accusant l'homme d'être responsable des dysfonctionnements de la planète: "La seule chose que je souhaite personnellement, c'est que l'humanité disparaisse rapidement" (lu dans un blog).
Quelle est la finalité de tels propos ? Quelle peut en être la justification "philosophique" ? Quel but est poursuivi en voulant placer la planète sous un statut de Parc Naturel dans lequel les espèces, hors l'homme, évolueraient selon leurs "libres" déterminismes ? Quel chaos en perspective ! Quel en est l'intérêt puisque personne ne sera là pour le voir ?
L'homme ne fait-il partie intégrante de la planète ? Et de tous les bio-systèmes ? Certes, il est le seul animal a avoir conquis l'ensemble de la terre (et un peu davantage !), le seul à utiliser (abusivement) ses ressources vivantes et ses ressources fossiles, le seul à dominer toutes les autres espèces. Mais l'homme est aussi l'humain, celui qui est seul à disposer de l'intelligence "au carré", à la "puissance 2": il sait qu'il sait ! Grâce et à cause de cette intelligence, il est actuellement le seul espoir de la planète.
Ce n'est sans doute pas pour demain, ni pour après-demain, l'humanité traversera bien des crises, mais son intelligence l'aidera à les surmonter, à les transcender .. ou à survivre.

Alors que les Dieux Noirs qui veulent "disparaître" le fassent. Mais qu'ils le fassent sans bruit. Et, en attendant, qu'ils se taisent.



En savoir davantage: Population Reference Bureau

lundi 25 juin 2012

La Place Tahrir n'est pas l'épicentre de l'Egypte

Sham el Nessim, Printemps 2002, il y a dix ans. Sham el Nessim n'est pas une fête musulmane, ni une fête chrétienne (copte). Non, il s'agit d'une très ancienne fête égyptienne, au sens de l'histoire pharaonique. Cette fête est l'un des "ancêtres" de notre Pâques. Elle est destinée à fêter le retour du printemps. A cette occasion, les égyptiens sortent en foule et se retrouvent dans les jardins publics où ils pique-niquent de façon souvent très collective. Laitue et "fessir" (poisson fermenté et séché) sont au menu.

Sham el Nessim-(C)Mohamed el Shamy

Au printemps 2002, au Caire, Sham el Nessim a été marqué par des agressions sexuelles à l'égard de groupes de jeunes filles qui se promenaient. Le fait avait été suffisamment important pour faire l'objet de quelques retranscriptions dans la presse. Mais des agressions sexuelles, il y en a toujours eu en Egypte et ce n'est pas pour rien que les métros et tramways ont un wagon spécialement réservé aux femmes.
Nous avons personnellement assisté, en 2001-2003, sur la Corniche d'Alexandrie, à des scènes de jeunes ados à peine pubères se précipitant en groupe sur des jeunes filles pour leur attraper les seins et s'enfuir en courant !

En mars 2009, France 24 réalisait un reportage sur un centre d'auto-défense proche du Caire où les jeunes filles et jeunes femmes de 10 à 25 ans apprenaient à se défendre d'agresseurs sexuels. Le même France 24 remet ça en mai 2012 dans une chronique de ses "observateurs". Non, les histoires racontées dans le film "Les femmes du Bus 678" ne sont pas du cinéma !

La Place Tahrir, depuis plus d'un an, est le lieu où ces agressions sexuelles peuvent se réaliser avec le plus de "facilité": la foule, l'anonymat, ... Oui, il est vrai que les forces de police ou de l'armée usent et abusent de ces procédés. Mais elles ne sont pas les seules et il est probablement faux de leur attribuer la quasi totalité des évènements qui peuvent se passer sur cette place et, à plus forte raison, une démarche délibérée. Les agressions sexuelles à l'égard des femmes sont une constante des relations hommes/femmes en Egypte. Les évènements du Printemps 2011, dans leur générosité, ont pu faire croire qu'un mieux se dessinait. Il n'en est rien et les évènements du Printemps 2011 sont bien loin maintenant !
Alors, instrumentaliser une scène de violence comme celle de la "femme au soutien-gorge bleu" pour en faire le symbole de la "politique d'agression" des forces armées s'assimile à une manipulation. Regardez attentivement la totalité de la vidéo et vous y verrez trois hommes au comportement très différent.
Le premier traîne cette femme sur le sol en la tirant par le bras et, ce faisant, il la dévoile en ouvrant sa tunique.
Le second, un sadique, se défoule à coup de brodequins sur le ventre et la poitrine de la victime.
Le troisième, honteux ou respectueux, cherche à remettre en place la tunique de la jeune femme de façon à recouvrir son corps.
Trois hommes, trois comportements. Au cœur d'une scène de violence, toute la "diversité" des comportements de l'homme égyptien !


Autre lieu commun des fantasmes des commentateurs de la révolte égyptienne: le prétendu "empire économique" de l'armée qui, à lui seul, justifierait son maintien de toutes forces à la tête du pays. Même Tahar Ben Jelloun s'est récemment fendu de cette expression: "l'empire économique de l'armée" ! Qu'en est-il de cet empire ?
Tout comme d'autres se sont fait un nom en devenant le blogueur ou la blogueuse qui a déclenché la révolution, il existe une chercheuse, professeur d'économie politique à l'Université Américaine du Caire, qui se fait un nom et une réputation sur le dossier de l'empire économique de l'armée. Il s’agit de Zeinab Abul-Magd. Depuis six mois, elle se répand dans une foule d'organes de presse ou de sites internet pour dire toujours la même chose: certains sites sont même payants pour ne rien obtenir de plus que les autres.
Que dit-elle ?
- Que les Forces Armées (SCAF) sont à la tête de nombreuses entreprises au travers de holdings et que les revenus de ces entreprises restent non contrôlables.
- Que cet empire économique censé représenter de 20% à 40% du PIB de l'Egypte constitue le motif majeur pour que les Forces Armées s'incrustent dans le paysage politique et refusent toute évolution démocratique. (Le chiffre de 40% est tellement ahurissant que c'en est à se demander ce que font les autres: Orascom, Arab Contractors, Mansour, Mobinil, ...)
Pour servir cette démonstration, les affirmations les plus diverses et les plus péremptoires sont assénées pêle-mêle.
- L'aide américaine à l'armée est intégrée à son prétendu chiffre d'affaires.
- Les participations de généraux ou officiers égyptiens aux structures de commandement de nombreuses sociétés privées sont assimilées à des prises de pouvoir des Forces Armées.
- Le rôle fondamental que doit jouer l'armée dans la production de farine et de pain, "populaires" et subventionnés, est assimilé à une "juteuse affaire".
- L'importance des emplois civils est passée sous silence, alors qu'elle représente quelques 10% à 20% de la population égyptienne.

Pourtant Zeinab Abul-Magd ne soulève aucun lièvre et ce ne sont pas ses craintes d'être un jour arrêtée ou inquiétée par les tribunaux militaires qui doivent faire illusion: d'autres avant elle ont abordé le sujet.
C'est notamment le cas du site "Les clés du Moyen-Orient", avec un post très complet de Sophie Anmuth.

On y découvre les structures précises au travers desquelles l'Armée exerce son action économique: l'Organisation Arabe pour le Développement Industriel, l'Organisation du Service National ou NSPO et le Ministère de la Production Militaire.
On peut y lire que "Officiellement, si l’armée a autant d’importance dans l’activité économique, c’est pour être autonome financièrement et éviter de peser sur le budget de l’État. Mais en réalité, l’Etat en subventionne une grande partie. L’activité économique de l’armée sert donc, d’une part à justifier sa taille et la part du budget qu’elle reçoit, d’autre part à s’assurer la loyauté des officiers. Cette influence économique traduit toutefois le désir de la Présidence de « s’acheter » les faveurs de l’armée, bien plus qu’une réelle emprise économique de l’armée sur la politique. Sur un plan purement économique, le jeu des commissions enrichit l’establishment militaire et assure l’élite économique de continuer à recevoir des contrats de la part de l’armée."

Pour sa part, le Financial Times, dès février 2011, s'intéressait aux productions de l'armée égyptienne, en particulier à l'eau minérale SAFI dont il prétendait qu'il n'y avait pas de publicité détectable !

Il arrive même à cette armée de sauver l'Egypte en venant à la rescousse des finances de l'Etat !

Bien davantage que la seule défense d'un supposé "empire économique", les Forces Armées égyptiennes jouent un rôle politique beaucoup plus décisif, qui est celui du pouvoir à la tête de l'Etat, des Gouvernorats, des Administrations ... Depuis Arafat, l'Egypte vit sous un régime militaire: ce n'est pas le renversement de Moubarak qui y a changé quelque chose. Et les Forces Armées ne sont pas prêtes, empire économique ou non, à céder leur place politique. Les résultats des récentes élections présidentielles en sont la preuve et nous saurons bien un jour quel marché a été conclu entre les Frères Musulmans et les Forces Armées.

Il y a quelques jours, nous nous demandions si l'Egypte avait un avenir démocratique proche.
Dans un tout récent billet du "Monde" (24 juin), Caroline Fourest se pose un peu la même question. Et elle pense pouvoir y répondre positivement et avec optimisme en disant que "le feu n'est pas éteint. Il couve sous les cendres et peut repartir à tout instant."
"Une autre voie se dessine enfin, portée par une jeunesse connectée à Internet, dévoreuse de débats contradictoires, et bien décidée à transformer ces révolutions en chemin vers la démocratie réelle, c'est-à-dire l'alternance."

Nous également, nous voulons croire à cette "autre voie". Encore ne faut-il pas oublier ce que Caroline Fourest elle-même dit dans son billet: l'Egypte est un pays de 80 millions d'habitants, dont 30% (et non 70% !!) sont analphabètes et 42% (un chiffre en constante croissance) vivent en-dessous du seuil de deux dollars quotidiens. Et deux dollars, c'est déjà beaucoup quand on sait que le salaire moyen égyptien est actuellement d'environ 100 € par mois.
Très honnêtement, est-ce que ce sont ces égyptiens-là qui vont ranimer la flamme ?

La Place Tahrir n'est pas, ni dans l'espace, ni dans le temps, l'épicentre de ce qui se passe profondément en Egypte. Ce n'en est que la surface, voire même les éruptions de surface. Il se passe, aussi, des évènements importants ailleurs que sur la Place Tahrir. Il faut quitter Le Caire et abandonner les idées toutes faites: l'Egypte de demain se prépare à Alexandrie, à Port-Saïd, à Suez, à Mansourah, à Tanta, dans la vallée du Nil, partout où le peuple a et aura envie que la vie évolue vers plus de justice.

dimanche 30 octobre 2011

Sauver Benghazi pour mieux punir Syrte ...,

défendre les populations civiles à Benghazi avec un mandat à peu près clair de l'ONU pour mieux violer ce mandat à Syrte et y faire la chasse à Khadafi, invoquer la démocratie et la responsabilité de l'Occident à Benghazi pour mieux s'en moquer et ne pas les respecter à Syrte dans le but de se venger de celui que l'on a appelé un tyran et qui venait camper (au sens propre) sous les fenêtres des chefs d'état occidentaux. Est-ce là le bilan de la campagne de Libye ?

Guerre en Libye (DR)

Et qu'avons-nous gagné ? Rien, si ce n'est probablement un désastre.

Un désastre en raison de la réaction (de la contre-révolution !!) islamiste. Comme il était prévisible, les révoltes arabes donnent tour à tour le pouvoir aux islamistes et c'est une vue de l'esprit que de croire qu'Ennahda, en Tunisie, sera respectueux de la démocratie, de la place de la femme, du droit de croire ou de ne pas croire. Des déclarations inquiétantes ont déjà été faites en ce sens, qui ont été démenties par les nouveaux hommes forts qui ont besoin de la "reconnaissance" occidentale.
En Libye, point n'est besoin de s'étendre: la "collaboration" entre les factions se fera sur le dos des droits élémentaires.
Quant à l'Egypte, tout s'y prépare pour que les Frères Musulmans et les salafistes se partagent le pouvoir.
Ce qui n'était pas une révolution cède la place à la réaction la plus classique. Il fallait s'y attendre et seuls les journalistes romantiques pouvaient se tromper et nous tromper en nous gavant d'images de madones au drapeau ou de lanceurs de grenade et en nous faisant vivre les évènements en "direct live". Pour mémoire, il en est ainsi de toutes les "révolutions": Mai 68 s'est achevé sur les Champs par une monstre manif de la droite te le retour de l'essence dans les pompes, Obama encensé par les chroniqueurs n'est plus désormais qu'un velléitaire, ... Les révoltes arabes suivent le même chemin parce que les forces de la jeunesse, celles qui ont su si bien utiliser les réseaux sociaux et internet, ne revendiquent pas tant un fonctionnement démocratique de la société, mais avant tout la LIBERTE, la liberté de travailler, de gagner sa vie, de discuter, de consommer, de se déplacer, de voyager.
Et parce que les forces de la contestation, quoique souvent riches culturellement, ne sont pas politisées. Les militants aguerris se trouvent dans des structures qui attendent cette alternative depuis des décennies et qui ont su réagir très rapidement: Ennahda ou les Frères Musulmans et la kyrielle d'institutions sociales et humanitaires qu'ils ont su mettre en place et animer. Quant aux intellectuels de gauche, aussi méritant soient-ils, ils n'ont bien souvent aucune structure, aucun parti historique, aucun syndicat derrière eux. Et ce ne sont pas eux qui peuvent promettre que demain, la télévision sera gratuite !

Un désastre à cause du "deux poids, deux mesures". Parce qu'il n'y a pas à se venger d'humiliations qu'aurait pu infliger le président Assad aux gouvernements occidentaux, aucune intervention n'est prévue pour mettre un terme au calvaire de son peuple. Certes Assad a sans doute raison: il sait depuis toujours que céder la place, c'est laisser entrer, ici aussi, l'islamisme politique. Alors, pour sauver ce qui peut encore l'être, tout comme ce qui aurait pu être imaginé en Libye, n'est-il pas possible d'exercer d'impitoyables pressions (refus de tous produits en provenance de Syrie, fermeture de tous les comptes, boycott de toutes les entreprises, exclusion de toutes les institutions internationales, ...?
Il restera dans l'esprit des peuples du Maghreb, du Moyen-Orient et d'Afrique la terrible explication de ce "deux poids, deux mesures": il s'agissait, en Libye, de faire main basse sur les richesses.

Un désastre à cause du transfert des risques de conflit. Les Touaregs que l'on a, bien imprudemment, traités de mercenaires alors qu'il ne s'agissait que de tribus fidèles à la tribu des Khadafi (et cette sorte de fidélité ne se rompt que par la mort) rentrent au pays les bras chargés d'armes. D'autres combattants, ceux d'AQMI, cherchent à occuper le Nord-Mali, le Nord-Niger, les franges de la Mauritanie pour y installer leur base africaine. Eux aussi ont les bras chargés d'armes de toutes sortes. Afin de déloger AQMI de leur territoire, les Touaregs ne leur déclarent ni plus ni moins que la guerre, ainsi qu'à l'armée malienne dont ils considèrent qu'elle a des "connivences" avec les terroristes. Et tout cela moins d'un an avant les élections présidentielles au Mali (avril-mai 2012), l'un des rares pays africains à être une démocratie quasi exemplaire ! Au-delà du Mali, ce sont le Niger, l'Algérie et la Mauritanie qui ne manqueront pas d'être concernés par ce nouveau conflit.

Un désastre à cause de la mort de nos relations avec l'Afrique. D'aucuns diront "Tant mieux, c'est la fin de la Françafrique". Mais le bilan est plus triste que cela parce que les relations entre notre pays et les pays africains vont bien au-delà de ces relations de pouvoirs et d'affaires.
Il y avait déjà les questions de l'émigration des Africains et de leur immigration rejetée chez nous. Il y a maintenant un sentiment de mépris de la part des occidentaux et d'humiliation pour les Africains, et ceci pour une raison essentielle. La Libye a été le théâtre d'une intervention militaire, et son chef d'état a été assassiné par des armées occidentales (ou sous couvert de celles-ci) sans l'accord du Continent africain. Le Continent africain a été bafoué, son avis n'a jamais été pris en considération, il n'a même jamais été sollicité. Certes, cet avis était peu audible, entaché qu'il était pas des "solidarités" acquises avec beaucoup d'argent, beaucoup de contrats. Il n'empêche, Khadafi a été l'un des rares à savoir parler de la Nation Africaine. Jacob Zuma, Président de l'Afrique du Sud, a tenté, à plusieurs reprises, d'ouvrir des pourparlers (et non des négociations !) entre les forces en présence. En avez-vous seulement entendu parler ? Il a dénoncé la primauté accordée à l'OTAN (et donc à Paris, Londres et Washington) sur l'ONU pour "gérer" l’affaire libyenne. En avez-vous eu connaissance ?
La guerre libyenne s'achève sur l'humiliation de toute l'Afrique, du Maghreb au Proche-Orient et à l'Afrique du Sud, en passant pas l'Afrique de l'Ouest. En date du 18 octobre dernier, l'intellectuel et historien Achille Mbembe affirmait dans "Le Monde" que "la France n'est plus notre soleil". Le conflit libyen et son traitement spécifiquement français, avec la complicité de quasi toutes les forces politiques, et notamment celles de gauche, n'ont fait qu'assombrir un peu plus notre "soleil".

Enfin, pour terminer, un probable désastre à cause d'une possible partition de la Libye. On ne le dira jamais assez, la Libye est un pays de tribus que Khadafi avait réussi à rassembler sur un objectif commun, au prix, c'est certain, de violences et de crimes impardonnables. Désormais, ceux de Benghazi s'opposent et s'opposeront à ceux de Tripoli ou de Syrte ou de Misrata et vice-versa. Les territoires, les richesses, le pétrole, tout fera l'objet de conflits et de partages violents et la Libye d'aujourd'hui risque la partition en deux, voire trois, entités non viables.

Oui, un désastre et aucun bénéfice, si ce n'est pour quelques pétroliers ...

PS: chroniqueuse au "Monde", Caroline Fourest a un vrai beau franc-parler et ses analyses sont d'une justesse et d'une précision dignes du scalpel. Il faut la lire sur son blog et sur le site de l'association-revue dont elle fait partie: ProChoix.

.