THERMOPYLES

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Coptes

Fil des billets

mercredi 12 octobre 2011

Egypte, Tunisie, retour du 'religieux' ...

Le Caire, Egypte. Encore une fois des coptes meurent sous les coups et sous les balles de fanatiques et, cette fois-ci, de l'armée. Au départ, une nouvelle fois, une église incendiée, sans doute suspectée d'abriter une fictive femme musulmane convertie de force au christianisme. S'ensuivent l'absence de protection de cette partie de la population, ses protestations dans le vide, l'exaspération, et enfin la riposte des hommes les plus fanatisés.

Tunis. Encore une fois, une chaîne de télévision est attaquée et incendiée parce qu'elle a diffusé un film. Il s'agit cette fois de Persepolis (film de Marjane Satrapi, d'une très grande qualité) auquel il est reproché de présenter une image de Dieu (ou d'une représentation des pensées d'un enfant qui voit Dieu !), ce qui est considéré comme un blasphème par les islamistes radicaux. Mais quelques semaines auparavant, il s'agissait de s'opposer à un film traitant de la laïcité.

L'Image de Dieu dans le film Persépolis-Marjane Sarfati

Plus nous approcherons des élections, pour une assemblée constituante en Tunisie le 23 octobre, pour l'assemblée et le sénat en Egypte le 28 novembre, plus ce genre d'affrontements va se produire. Ce n'est pas une simple hypothèse; il s'agit d'une certitude. Parce que le "religieux" relève du blocage majeur de ces sociétés, celui sur lequel peuvent agir avec toutes les chances de réussite tous les manipulateurs et tous les provocateurs. Certes, il en est d'autres, comme la place des femmes ou la reconnaissance des différentes communautés, par exemple. Mais ce blocage-là permet de désigner sans coup férir les boucs émissaires de la société en crise: ceux qui ne croient pas comme il faut, ceux qui blasphèment, ...

Encore une fois, les analystes et commentateurs qui ont vu, dans les évènements de Tunis ou de la Place Tahrir, des signes encourageants d'évolution dans ce domaine se sont lourdement trompés. Ils ont vu l'aspiration du peuple à vivre en paix, comme tous les peuples veulent vivre en paix. Mais ils n'ont pas vu le début d'un renoncement à des positions intenables en démocratie. Et ils n'ont pas vu les seules forces organisées, celles des Frères Musulmans et/ou des salafistes, ou celles d'Ennahdha, se taire, garder le silence et se glisser dans tous les interstices de ces sociétés démantibulées. Une amie écrit ce soir: "O Dieu Tout-Puissant dans les Cieux, s'il Vous plait, protégez l'Egypte et son peuple, musulmans et chrétiens... Faites que les regrets ne prennent pas la place de la fierté que nous ressentions tous en janvier et février. Laissez votre Soleil briller sur l'Egypte la Bien-Gardée".

Oui, certes, sans doute faut-il prier le Dieu des musulmans et le Dieu des chrétiens (le même !), mais que faisons-nous des athées, des libre-penseurs, de tous ceux pour qui Dieu n'est pas une évidence ?

Dans son Rapport Stratégique Annuel, l'IISS (Institut International d'Etudes Stratégiques) estime que: "les transitions qui ont eu lieu jusqu'à présent restent à moitié achevées, et la promesse de résultats démocratiques reste liée aux risques que font peser les sectes, des institutions militaires ou d'autres groupes qui pourraient détourner le processus".

Aucune révolution ne se parachève du jour au lendemain. Il en est même qui sombrent totalement sous la contre-révolution. Mais dans le cas présent, il ne s'agira d'une démarche révolutionnaire qu'à partir du jour où le peuple aura décidé de lever définitivement ce blocage de la religion. Celle-ci n'est qu'affaire individuelle, elle n'est pas affaire d'état. Celle-ci relève d'une croyance personnelle et, aussi respectable soit-elle, elle ne peut légitimer ou servir de base à une action sociale, politique et collective.

Point de vue d'un laïc français ? NON, ce sont les bases de la Constitution turque !

samedi 30 juillet 2011

Le Pharaon renversé

Robert Solé a publié très récemment un ouvrage intitulé "Le Pharaon renversé. Dix-huit jours qui ont changé l'Egypte". Il ne s'agit pas d'un roman. Il ne s'agit pas, non plus, d'une analyse des évènements (même si celle-ci existe !) pour en comprendre les origines et en débattre de l'avenir. Non, il s'agit d'une forme de journalisme de synthèse, une chronologie pertinente des évènements accompagnée de sentences, jugements ou commentaires.
Le Pharaon renversé-Robert Solé

Ce récit des dix-huit jours fait appel à des références de correspondants de presse présents en Egypte. Et le début du livre nous donne un peu l'impression d'être un condensé des écrits des journalistes du"Monde". Heureusement, cette sensation se dissipe avec l’arrivée de citations plus ouvertes et plus internationales. Il n'en demeure pas moins que, tout comme Le Monde, Robert Solé accorde une importance peut-être exagérée au rôle joué par les réseaux sociaux. La preuve en est que la fermeture d'Internet n'a pas empêché le développement du mouvement, et ce ne sont pas les palliatifs techniques pour contourner l'interdiction qui ont pu être décisifs. Non, il y avait autre chose dans l'air, autre chose qui a fait que les Egyptiens se sont sentis plus forts que toutes les interdictions et tous les contrôles qui leur étaient imposés. N'y avait-il pas, même parmi les tenants du pouvoir, un sentiment d’inéluctabilité de l'évènement ?

L'incendie du Gouvernorat d'Alexandrie est l'illustration de ce sentiment et de cette vacuité de l'ordre établi. Une longue vidéo, très tranquille, montre que les incendiaires n'étaient qu'une poignée de personnes, à 100 ou 200 mètres en arrière d'une manifestation beaucoup plus nombreuse. On les voit entrer et sortir du bâtiment, certains d'ailleurs pour le piller et en repartir avec les ordinateurs, les lampadaires halogènes ou des fauteuils. Et puis soudain le feu qui part d'une pièce à l'étage, puis du rez-de-chaussée. Les choses se font dans un tel "calme", en l'absence totale de tout policier ou de tout militaire, en l'absence des fonctionnaires du Gouvernorat, qu'on n'imagine pas qu'elles puissent être autrement !

Par sensibilité, Robert Solé accompagne son récit de plusieurs références aux coptes. Il fait mention, en cours d'ouvrage, de l'attentat d'Alexandrie qui a fait plusieurs morts. La fin du livre lui permet de citer les attaques du Caire, en date du 9 mars, dans le quartier de Moquattam. (Le livre étant publié, il n'a pas pu parler des nouvelles victimes du 7 mai). Entre les deux, l'auteur semble faire preuve d'un certain angélisme (celui que les journalistes du monde ont mis en musique à plusieurs reprises): les choses vont mieux, les choses vont bien entre musulmans et coptes. Des preuves: certaines banderoles, certains logos affichent la croix et le croissant l'un à coté de l'autre, à l'occasion de la prière, les chrétiens protègent les musulmans, ... Tout cela est vrai, mais tout cela ne constitue pas une avancée démocratique. La seule avancée démocratique est celle qui consisterait à déclarer que la foi des uns et des autres n'a strictement rien à voir avec la conduite des affaires de la nation. Il ne reste rien aujourd'hui de ces attitudes tout au plus généreuses. Qu'en est-il de la place accordée aux coptes dans les projets de Constitution ?

Les propos d'Hani Shukrallah, journaliste égyptien, écrits le 1er janvier 2011 et cités par Robert Solé, n'ont strictement rien perdu de leur véracité à l'issue des dix-huit jours de soulèvement, ni au cours des cinq derniers mois; " J'accuse ces administrations qui sont persuadées qu'en soutenant la mouvance salafiste elles luttent efficacement contre les Frères Musulmans égyptiens et qui, à l'occasion, ne dédaignent pas d'attiser le sentiment anti-copte afin de détourner l'opinion publique de sujets politiques autrement plus préoccupants. Mais, surtout, j'accuse les millions de musulmans dits modérés qui vivent parmi nous, ceux qui se montrent chaque année plus méfiants, plus repliés sur eux-mêmes et plus veules ..." Les coptes ont actuellement la crainte que l'armée et les Frères Musulmans et les salafistes s'entendent "sur leur dos" et que leur statut devienne encore plus précaire.

Robert Solé se livre a deux critiques pertinentes et bien vues. Tout d'abord à l'égard des étrangers, français parfois, qui ont cru pouvoir s'investir sans modestie et sans prudence dans cette révolte. D'aucuns sont allés jusqu'à invoquer le précédent de la guerre d'Espagne et des Brigades Internationales !! S'il est possible de s'attacher à un mouvement libérateur dans un autre pays que le sien, il paraît indispensable que ce soit en se mettant "au service de ..". L'autre critique concerne la façon désinvolte et ultra-rapide avec laquelle certains journalistes et leurs organes de presse ont su tourner la veste ...


Ajout du 8 août 2011

Concernant le rôle joué par l'internet, la blogosphère et les réseaux sociaux, la mémoire des commentateurs est très sélective ! Ce blog a pris partie, voici presque trois ans, pour Kareem Amer, blogueur égyptien longtemps emprisonné pour ses écrits. Cet homme avait la particularité de se réclamer de l'islam et de souhaiter que les femmes de son pays puissent exprimer leur totale autonomie, sans être soumises aux hommes. Il a été un précurseur. Mais qui parle de lui, à l'heure actuelle ?

mardi 21 juin 2011

Révolution arabe ou révolte arabe ?

"Les coptes décident une trêve". Tel est le titre d'Al-Ahram Hebdo que l'on pouvait lire fin mai. Nous ne savions pas les coptes en guerre au point de décider d'une trêve ! Il s’agissait en fait de la suspension jusqu'au 13 juin (qu'en est-il à ce jour ?) d'un sit-in organisé au Caire afin d'obtenir des engagements de la part du Gouvernement sur la réouverture des églises fermées, l'arrestation des provocateurs et incendiaires de l'église d'Imbaba, la promulgation d'une loi concernant la construction des lieux de culte et la promulgation d'une autre loi contre les discriminations envers les coptes. Bien des commentateurs ont voulu voir un signe de cohésion nationale dans le fait que la question copte n'a pas fait l'objet de tensions lors des évènements de la Place Tahrir et d'ailleurs.

Il n'en est probablement rien. Cette question, tout comme la question juive et les relations avec Israël, est restée une question non abordée, donc non réglée. Ce n'est pas un signe favorable. Tout comme en France le fait que la question de la guerre d'Algérie et de l'indépendance de ce pays ne soit jamais abordée, ne signifie aucunement qu'il n'y a aucun problème.
En Egypte, les élections législatives auront lieu en septembre. D'aucuns réclament déjà leur report au motif que les organisations porteuses du mouvement ne sont pas prêtes à affronter un tel scrutin qui verra la victoire probable des Frères Musulmans. Ils voudraient qu'auparavant soit décidé d'une nouvelle Constitution. Il y a fort à parier que cette situation débouche sur une impasse, car les formations jeunes, libérales ou plus ou moins révolutionnaires ne pourront acquérir l'expérience souhaitée qu'au travers d'affrontements, lesquels, malheureusement, sont grandement joués d'avance.
Les mêmes journalistes et commentateurs répètent à l'envie que les Frères Musulmans ne "veulent pas du pouvoir, qu'ils limiteront le nombre de leurs candidats aux Législatives, qu'il ne présenteront pas de candidat à la future Présidentielle" ... Qui peut croire cela ? A t-on déjà vu un groupe politique, quelle que soit sa nature, renoncer délibérément à son pouvoir ? Si les Frères Musulmans limitent volontairement leur représentation, il faut se demander en échange de quoi ils feraient cela. Quelle promesse ont-ils déjà obtenue ? Quels engagements leur ont déjà été donnés ?

La Tunisie, de son coté, suit le même itinéraire et l'on voit le parti islamique Ennahda prendre une importance au moins médiatique de plus en plus grande, profitant de l'émiettement des nouveaux parti politiques (près d'une centaine !). Des affrontements tribaux ont désormais lieu entre diverses couches de la population. La situation économique en est souvent la cause. Le pouvoir chassé est considéré comme menant une contre-révolution. Mais est-il vraiment besoin de cela ? Ou est-ce simplement l'effet des tendances naturelles de la société qui reprend le dessus, masquées qu'elles étaient par un pouvoir fort et centralisateur ?

Libye, Yémen, Syrie, partout ailleurs et même si cela reste incompris de l'occident, il s'agit avant tout de conflits entre tribus, entre communautés. En Libye, certains partisans de Kadhafi sont considérés comme des mercenaires: ils ne sont que les membres de tribus qui ont fait depuis toujours (ou presque) allégeance à la tribu détentrice du pouvoir. Ne pas comprendre ceci, c'est ne pas comprendre le conflit, lequel, comme il était prévu, s'éternise et s'enlise et ne s'achèvera qu'avec des négociations (et des soumissions !) qui auraient du le sanctionner depuis longtemps si l'orgueil occidental ne s'en était pas mêlé.

Alors, révolution ou révolte ?
Dans la mesure où le motif essentiel est celui de la revendication d'une autonomie économique (avoir un emploi, être libre de circuler, pouvoir consommer, ...) et que l'élimination des "despotes" est surtout l'élimination de ceux qui interdisent cette autonomie et qui, au contraire, se servent bien, on ne peut parler que de révolte.
Et des révoltes, il y en aura d'autres puisque les évènements, élections ou pas, ne traduiront pas, ou si peu, cette revendication. Dans le même temps, les nouvelles couches sociales feront leur apprentissage politique. La Turquie est citée, bien souvent, comme modèle d'une société musulmane moderne. A vrai dire, les pays arabes du Maghreb ou du Proche-Orient sont loin, très loin de ce modèle.
Il leur reste à apprendre ce qu'est une société mixte, dans laquelle la femme dispose des mêmes droits et devoirs que l'homme, à commencer par celui de circuler librement et de converser dans la rue ou ailleurs avec qui bon lui semble.
Il leur reste à apprendre ce qu'est une société laïque, dans laquelle le Coran, la Bible ou le Tanakh (Torah) ne sont que les livres saints de ceux qui veulent les reconnaître comme tels. Ils ne sont pas les fondements d'une société, d'une constitution, d'un pays ...
Enfin, il leur reste à apprendre (aux Turcs également !) ce qu'est une société de tolérance traversée par plusieurs ethnies, plusieurs tribus, plusieurs courants culturels, que l'origine en soit historique ou religieuse. Les intolérances entre tribus libyennes, tunisiennes, yéménites ..., les rivalités entre chiites et sunnites, les conflits avec les Kurdes ou les divisions de Chypre, tout cela devra être abordé et surmonté.

Mixité faculté d'Istanbul (c)JB

Ce n'est qu'à ce prix que la vraie révolution se fera.

mardi 4 janvier 2011

Robert Solé

ALEXANDRIE

Qu’est devenu le kamikaze qui a fait exploser sa bombe devant une église d’Alexandrie ? Selon une source bien informée, il s’est aussitôt présenté à l’entrée du paradis. Sans doute s’attendait-il à y être accueilli par Allah en personne, mais, quand il a frappé à la porte, c’est le regard grave d’un ange qui est apparu par le judas.

Je suis le martyr d’Alexandrie“, a lancé triomphalement le candidat aux félicités.

Imbécile !“, a murmuré une voix.

Etait-ce à lui qu’on s’adressait ? Il devait y avoir une erreur.

C’est moi qui ai tué vingt et un mécréants- des hommes, des femmes, des enfants -et blessé affreusement une centaine d’autres !

Le paradis est interdit aux imbéciles“, a répondu la voix.

Le kamikaze s’est mis à trembler de colère, puis de peur:

Mais alors ? C’est l’enfer ?

Non. L’enfer est réservé aux pervers qui t’ont fait croire à une guerre sainte avant de te conduire à l’abattoir.

Et le judas s’est refermé, doucement. Selon des sources concordantes, l’ange pleurait.

Robert Solé in “Le Monde” daté du 4 janvier 2010

Une soirée au Caire

Robert Solé a publié en Août dernier une petit livre plein de fraîcheur et de souvenirs sur une période de l’Egypte au cours de laquelle “Juifs, Musulmans, Coptes, Grecs-orthodoxes,Grecs-catholiques, … Egyptiens de souche, Egyptiannisés, … Syriens, Grecs, Italiens, Arméniens-catholiques, Arméniens-orthodoxes, … vivaient ensemble“. Cette période n’est plus, mais au cours d’”Une soirée au Caire“, le nationalisme, le système scolaire désastreux, les relations coptes-musulmans, le port du voile, l’excision, d’autres sujets encore sont abordés qui font qu’au travers des luttes, le présent égyptien est toujours capable de rejoindre le passé. Même si c’est bien difficile.

Choukran …

samedi 21 novembre 2009

Les cochons et les déchets en Egypte

En avril, l’Egypte a fait abattre tous les cochons du pays. 300000; c’est le nombre d’animaux qui ont été tués, alors que se déclenchait l’épidémie mondiale de grippe A (H1N1). Et pas toujours de façon “humaine”, comme l’ont montré certaines vidéos. L’objectif absurde de cette décision était d’empêcher le développement de la maladie, alors que le cochon n’est pour rien dans sa transmission.

Les effets de cette décision sont inattendus et amènent l’Egypte à s’interroger et à se demander si elle a eu raison.

Ce n’est pas la douleur de la minorité copte agressée dans ses pratiques alimentaires et ses traditions culturelles qui est à l’origine de cette interrogation.

Ce n’est pas non plus la forte réprobation internationale, qui en est restée à des déclarations de principe sur l’inutilité d’une telle décision.

C’est un peu le fait que malgré toutes ces “précautions”, la grippe A est bel et bien entrée en Egypte et qu’elle y a déjà fait des victimes. C’était pourtant prévisible.

C’est surtout le fait d’une incroyable situation sanitaire caractérisée par des amoncellements d’ordures en plein centre ville du Caire et de nombre de grandes villes. Les déchets s’entassent, pourrissent, dégagent d’insupportables odeurs. Dans la quasi totalité des zones urbaines égyptiennes (sauf Alexandrie), les services de collecte et de traitement des ordures sont presque inexistants. Mais, au Caire, les cochons élevés par les chrétiens égyptiens (coptes) avaient pour mission de se nourrir et d’engraisser en mangeant la partie fermentescible des ordures ménagères: déchets verts, déchets de cuisine, reliefs des restaurants, déchets des marchés publics, … Cette partie fermentescible représente 50 à 60 % des déchets en volume.

Les cochons ne mangent plus rien et dans le quartier de Muqqatam, les zabbaleen (récupérateurs et trieurs de déchets), pratiquement tous coptes, ne parviennent plus à trier les déchets. La partie fermentescible pourrit dans leur quartier et les empêche de récupérer de façon efficace les autres parties recyclables: plastique, papier, carton, métal, …

Les cochons n’engraissent plus et les familles des zabbaleen n’ont plus ni ce bénéfice alimentaire, ni cette source de revenus. Cela n’est plus.

Bien sûr, d’aucuns disent que puisque l’état les a mis dans cette “merde“, au sens propre (!) du terme, c’est à lui de les en sortir. Mais c’est mal connaître l’homogénéité, la réactivité et la volonté de cette communauté qui, d’ores et déjà, se tourne vers les producteurs de déchets, les familles, les citadins, les ménages, pour les inciter à faire le tri de leurs déchets à la source. Cela permettra aux zabbaleen d’orienter plus rapidement les diverses catégories de déchets vers les circuits de recyclage adéquat, notamment les fermentescibles vers la fabrication de compost.

La partie n’est pas gagnée, loin de là, mais d’une énorme faute politique naîtra peut-être une évolution originale en matière d’assainissement des villes des pays en voie de développement, une alternative viable à la mise en place de prestataires étrangers.

Pour en savoir davantage sur les zabbaleen, voici les références de deux films, ni l’un ni l’autre diffusés en Europe (sauf erreur) et de leurs sites respectifs: “Garbage Dreams ” (photos sur Flickr), remarqué par Al Gore et “Marina of the Zabbaleen“.

Marina of the zabbaleen

Rue de Mokattam (c)Garbage Dreams

- page 1 de 2