THERMOPYLES

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Développement solidaire

Fil des billets

samedi 28 décembre 2013

Palmier à huile; le retour

L'huile de palme a été le sujet de l'un des posts de ce blog, voici près d'un an. A contre-courant d'une campagne visant à boycotter ce produit, campagne largement orchestrée par des seniors de la grande distribution à la recherche d'un nouveau thème de greenwashing, nous avions défendu l'huile de palme en mettant en avant deux notions importantes.
La première consiste à affirmer que l'huile de palme ne peut pas être accusée d'être néfaste en termes alimentaires: elle contient moins d'acides gras saturés que le beurre ou d'autres graisses animales. Condamner l'huile de palme pour des motifs alimentaires devrait être précédé d'une condamnation de ces produits animaux largement consommés dans notre pays.
Quant à la second, elle vise à assimiler la dénonciation de la culture du palmier à huile à une action notoirement contre-productive en ce qui concerne le développement des pays producteurs. Le palmier à huile et, en effet, une vieille culture de vieille tradition dans les pays asiatiques et africains. Il est cependant indéniable que son développement parfois anarchique et au détriment de la forêt ou de cultures vivrières reste à maîtriser.

Un livre a été récemment édité, qui reprend un peu ces arguments, avec bien d'autres.

La palme des controverses (DR)

Les auteurs en sont Alain RIVAL et Patrice LEVANG et leur ouvrage s'intitule "La palme des controverses", aux Editions Quae.
Alain RIVAL n'est pas un nouveau dans ce débat relatif à l'huile de palme. Agronome, chercheur spécialisé dans la culture de cette plante, il défend depuis des années (et bien avant la campagne de boycttage dite "Nutella") l'huile de palme comme étant un produit dont le "développement durable" peut et doit être favorisé. Depuis 2010 des tentatives ont été mises en oeuvre: elles doivent être repensées, restructurées, mais nullement abandonnées.
Patrice LEVANG, agronome et économiste (agroéconomiste) tient le même langage et assure qu'un développement maîtrisé de cette culture, dans des conditions sociales et environnementales précises et respectées, accompagné de transformation sur place, doit permettre l'éradication, au moins en partie, de la pauvreté en Afrique.

Nous ajouterons, comme nous l'avions fait voici près d'un an, que le type de critiques énoncées à l'égard de la culture du palmier à huile est non seulement erronée, mais aussi inefficace ! Songeons que la consommation d'huile de palme dans notre alimentation représente 130000 tonnes sur les ... 50 millions de tonnes produites annuellement: 0,3 % ! Malheureusement, si toutes ces critiques restent improductives, elles ont le désavantage de donner de notre pays une image de donneur de leçons, une image "impérialiste", "néocolonialiste" dont nous pourrions bien nous passer.
Pour connaître le point de vue de Alain Rival: cet entretien publié en novembre 2012.

Afrique-Huile de palme (DR)

mercredi 9 janvier 2013

Sacs poubelle, centres d'appel et huile de palme

Il est le Président du Groupe Sphère, titulaire de la marque Alfapac (sacs poubelle, film plastique). Vêtu d'une marinière à la Montebourg et sur fond tricolore (tout comme son modèle), il prétend produire en France et préserver les emplois. Lorsqu’on lit plus avant sa profession de foi, on apprend que s'il a six usines en France, il a en a sept autres situées en union Européenne. De plus, parmi les six usines situées en France, trois d'entre elles sont des "usines relocalisées en France après avoir été achetées en Allemagne de l'Est, en République Tchèque et en Italie du Sud". Outre le fait que nous ne savions pas que l'Allemagne de l'Est, comme l'Italie du Sud, étaient des pays à part entière, nous sommes heureux d'apprendre que des emplois existants dans des pays ou des régions qui en ont bien besoin ont été détruits pour le bénéfice de l'emploi en France !

Ce qui permet de considérer que la démarche de cette entreprise ne relève pas tant du "patriotisme économique", mais bien du "nationalisme économique". La photographie décrite en préambule de ce post devrait être complétée par le béret et la baguette de pain, voire la "gauloise" au coin des lèvres. Il n'y a d'ailleurs pas que les chefs d'entreprise à pratiquer cette sorte de "nationalisme économique". Lorsqu'un ministre déclare que les centres d'appel que les entreprises ont installés au Maroc ou dans d'autres pays du Maghreb doivent être rapatriés en France, il ne fait pas autre chose. Tout comme les usines rachetées par Sphère, ces centres d'appels n'ont pas à être "re-localisés" en France, puisqu'ils n'y ont jamais été localisés et qu'ils n'ont jamais été délocalisés. Ces centres d'appel, pour la plupart, ont été créés d'office dans les pays qui les abritent actuellement, en profitant de l'expansion rapide de la demande et de l'offre en matière de main d’œuvre.
Prendre argument sur le niveau peu élevé de compétence, les conditions de travail souvent difficiles et les salaires insuffisants ne doit pas justifier une "relocalisation" en France dont la première conséquence sera la suppression de centaines d'emplois dans des pays qui en ont besoin.
L'emploi ne peut être une "denrée", une "matière" ou une "variable d'ajustement" avec laquelle on peut faire tous les ajustements possibles dans le seul but de satisfaire les besoins du plus riche ou de l'occidental.

Avec les mêmes prétendues inquiétudes occidentales, ce genre de raisonnement parvient aux confins du "colonialisme". C'est le cas dans l'affaire de l'huile de palme. Résumons la thématique de façon rapide. Voilà une huile "parfaite" en ce sens que ses coûts de production sont peu élevés et que ses propriétés organoleptiques sont très intéressantes: goût, tenue à la chaleur, aspect craquant, ... toutes raisons qui en ont fait la favorite des industriels de l'alimentation, mais aussi des cosmétiques et (pour d'autres raisons) des "pétroliers" puisqu'elle sert de carburant végétal.
A contrario, cette huile est accusée d'être à l'origine d'une vaste déforestation des zones où elle est cultivée intensément, déforestation accompagnée d'une destruction des lieux d'accueil de la faune sauvage.
Tenant compte de ces reproches exprimés par des associations de défense de l'environnement qui ont pignon sur rue (WWF, Greenpeace, ...), mais qui n'ont jamais sollicité de boycottage, des industriels malins ont imaginé qu'une campagne de boycott de cette huile de palme serait "porteuse" pour leurs propres produits et, ce faisant, ils ont accusé l'huile de palme de tous les méfaits sanitaires.
Or, l'huile de palme contient moins d'acides gras saturés que le beurre ou les graisses animales et la consommation annuelle d'huile de palme dans la nourriture du français moyen est très nettement inférieure à la consommation de beurre.
Par contre, l'exploitation des palmeraies représente une vraie richesse pour les pays qui s'y consacrent et les emplois créés (plusieurs centaines de milliers !) représentent un formidable gage de développement pour les populations concernées.

Plantation de palmiers (DR)

Pour résumer, l'huile de palme est un produit dont l'occidental doit apprendre à se servir. Les plantations de palmiers sont une opportunité dont les industriels, les élus des pays producteurs et les consommateurs de la planète doivent se saisir en réfléchissant à une culture gérée raisonnablement. Et cela est possible, comme Erik Orsenna se plait à le démontrer en ce qui concerne la culture de l'eucalyptus à des fins papetières ("Sur la route du papier"-2012).
Mais l'Occident, l'Europe, la France en particulier puisque cette campagne est typiquement française, n'ont pas à s'ériger en censeur des pays en voie de développement et à boycotter leurs productions. Ce n'est pas pour rien que la Malaisie, le Nigéria, la Cote d'Ivoire, se sont élevés contre cette campagne qu'ils ont accusée de relents "colonialistes" ...

Pour en savoir davantage, une étude du WWF et un article du "Monde".

lundi 2 janvier 2012

2012, des voeux, des résolutions

C'est une tradition, y compris sur ce blog où chaque nouvelle année a été saluée comme il se doit. 2012 ne devra pas faire exception, d'autant qu'il y a fort à parier que ce sera une année exceptionnelle, probablement pas une année triste ! Oh, ce n'est pas la "fin du monde", annoncée par quelques milliers d'hallucinés, qui nous préoccupe, mais bien peut-être la fin d'un monde.

Mais commençons nos résolutions par un petit retour en arrière. Le début de l'année dernière avait donné matière à aborder le sujet de Facebook et des réseaux sociaux. A l'occasion, l'engagement avait été pris de ne pas renoncer à ces échanges. Ils sont toujours chronophages, souvent totalement ridicules, vains ou insignifiants. Mais ils sont intéressants parce qu'ils reflètent tant de vies élémentaires, tout comme il existe des particules élémentaires et que ce sont elles qui constituent LA vie. Ces échanges sont bons également parce qu'ils permettent en toute simplicité, en toute facilité, de s'adresser à un "ami", à une "amie" d'Egypte, du Niger, du Mali, d'Europe, de Turquie, de n'importe où dans le monde pour lui demander un avis sur tel évènement, lui souhaiter bonne chance face à tel autre, ou compatir à sa peine ou sa douleur en présence d'une tragédie. On poursuivra donc nos échanges sur les réseaux sociaux. On les étendra même (pour répondre à des demandes) à Linkedin et à Viadeo. Ces deux-là ne savent pas trop ce qu'est un retraité, ils ne cherchent qu'à s'adresser à des actifs, mais tant pis, on fera avec !

Autre retour en arrière, mais moins loin; fin avril 2011 lorsqu'à été prise la décision de quitter la plateforme de blogs du "Monde". Rien à regretter de ce coté-là, bien au contraire ! Pour deux raisons. La première est qu'il était, et qu'il reste encore, bien difficile de vivre en quotidienneté avec le Monde.fr. Certes, il gagne des lecteurs, grand bien lui fasse ! Mais il perd en réflexion, en profondeur, en analyse. L'immédiateté et la spontanéité des commentaires qui s'alignent après chaque article témoignent de ce vide analytique. Il suffit que le sujet soit quelque peu scabreux, ou qu'il mette en cause une personnalité pas toujours de droite d'ailleurs, ou qu'il traite des climatosceptiques, ou qu'il se rattache à une superficialité "people", pour qu'il y ait foule dans les commentaires. A l'inverse, si l'article concerne l’avenir de tel ou tel pays africain ou les négociations du Cycle de Doha, alors-là, personne ... Contentons-nous de la lecture quotidienne du journal papier.

Ceci pour l'ambiance. Et pour la seconde raison, il se confirme que la visibilité des blogs du Monde est loin d'être idéale. La preuve en est que ce blog a été transféré sur la plateforme de Gandi à partir du 1er mai 2011. Alors qu'en quatre ans d'existence sur lemonde.fr, il n'avait su recevoir que 42300 visites uniques, il a déjà largement doublé ce rythme sur Gandi. Et, curieusement, le post le plus lu est celui qui concerne ... le départ de la plateforme du monde.fr !

Alors 2012 ? Oui, ce ne sera pas une année triste, compte tenu de tout ce qui s'est passé en 2011.
Et tout d'abord l'Europe qui s'agite avec frénésie dans ses douleurs financières et qui voit monter les tendances isolationnistes, protectionnistes, xénophobes les plus dangereuses. Là encore, gare à l'anti-sarkozysme primaire qui ne fait du bien qu'à l'extrême-droite. Seule la confrontation "idées contre idées", et demain "programme contre programme", permettra une avancée démocratique. A l'inverse, tout ce qui a trait au comportement, aux bassesses des uns et des autres, aux démonstrations douteuses, aux rumeurs fantaisistes et non validées, tout cela ne profite qu'à ceux qui prétendent faussement pouvoir nettoyer les écuries d'Augias et mettre en place un ordre nouveau.
En Europe ? Défendre contre vents et marées le droit à l'expression politique des peuples qui la composent. Aucune "urgence" ne justifie que soient imposées des mesures draconiennes à des populations sans qu'elles aient pu exprimer leur point de vue. Si les méthodes autoritaires des dirigeants européens sont mises en œuvre, c'est bien parce que ceux-ci (les dirigeants) ont peur des réactions de rejet de leurs peuples. Et s'ils ont peur, c'est bien parce que le débat démocratique est totalement inexistant et que toute consultation ne se traduira que par un rejet radical.
Et pourtant, il faudra bien changer de méthode. Les décisions autoritaires ne conduisent pas vers un épanouissement de l'Europe, d'une Europe dont nous avons impérativement besoin. Sans l'Europe, il n'est aucune garantie d'un maintien de la paix au cours des années, des décennies à venir. Sans l'Europe, que serait encore aujourd'hui la situation dans les Balkans, où en serions-nous des affrontements entre Serbes, Croates, Monténégrins, Albanais ..? Sans l'Europe, où en serions-nous aujourd'hui du douloureux problème des Roms et des autres peuples nomades et comment Hongrie et Roumanie se débattraient-elles pour le résoudre ? Et encore, sans l'Europe, où en serions-nous aujourd'hui du conflit gréco-turc ou turco-grec à propos de Chypre ? Trois exemples seulement du bien-fondé de l'idée européenne.

Ensuite, le développement et surtout quel développement. Dans son dernier bulletin de 2011 (28/12), Herve Kempf a publié dans Le Monde une réflexion à propos de la Chine. Il y souligne (la belle évidence !) que le développement et la croissance de cette partie du Monde entraînent de plus en plus de dégâts sur l'ensemble de la planète. Pour répondre aux besoins de l'industrie chinoise, et aux besoins de ses populations, la Chine utilise l'espace écologique de l'Amérique Latine, de l'Afrique, de l’Indonésie. Et d'en conclure que les écologistes attendent avec soulagement le ralentissement de l'économie chinoise, son "effondrement", dirait Paul Krugman. Faut-il seulement y croire ? Un milliard quatre cents millions d'habitants, une classe moyenne qui grandit et qui se montre avide de consommer, une politique qui tend à faire de la monnaie chinoise une monnaie internationale, un protectionnisme grandissant aux frontières ... ralentissement ou pas, les atouts sont là pour une croissance longue.
Pour illustrer cette croissance, HK cite le fait que la Chine a probablement acheté 10 millions d'automobiles en 2010. Ce chiffre est insignifiant (et faux: 14 millions !) en valeur absolue, tant l'équipement en automobiles peut espérer une croissance faramineuse. En Europe et aux Etats-Unis, il y a de 500 à 600 voitures pour mille habitants. En Chine, il n'y en a pas ...30. Les constructeurs réunis parient sur un passage de 20 millions de véhicules en 2002, à 200 millions de véhicules en 2020, ce qui fera plus que doubler le parc actuel.
Est-il donc normal de reprocher à la Chine de vouloir "reproduire le comportement de l'Occident" ? Est-ce une attitude politique constructive que d'"espérer son effondrement" ? Au nom de quelle sauvegarde environnementale aurions-nous le droit d'interdire à la Chine de s'équiper en automobiles ? N'aurions-nous pas avantage à participer à ce challenge en mettant en avant de nouveaux concepts ? Par exemple ceux de la voiture électrique, du transport en commun électrique, du petit véhicule collectif électrique ?
Ce n'est pourtant pas ce que font nos constructeurs, lesquels attendent de généreuses subventions pour développer des véhicules existants: DS ou Pulse, ou de nouveaux petits véhicules individuels et low-cost.
En 2012, il faudra bien reparler d'une alternative à notre croissance impossible à soutenir dans sa nature actuelle. Et faire des propositions réalistes ... le débat électoral y parviendra t-il ?

Voeux 2012 (C)JB

Enfin l'Afrique. Laissée sur le bas-coté du développement par une Europe exploiteuse, la voilà qui succombe aux charmes des accords bilatéraux avec la Chine et qui sacrifie ses terres et ses biens. Ce n'est pas à nous de donner des leçons, là aussi, mais rien n'interdit d'aider, d'expliquer, de comprendre, d'aimer les femmes et les hommes de ce continent. Le nord (Maghreb et Proche-Orient africain) a levé beaucoup d'espérances au cours de l'année passée. Elles ne seront probablement pas toutes satisfaites, car la révolution ne se fait pas (ne se fait plus ?) en un jour. Seule, la presse sacrifie au romantisme à longueur de colonnes (texte et photos) et, en réalité, s'aveugle et aveugle son lecteur sur les vrais enjeux. La Démocratie ne nait pas spontanément et, quand elle naît, l'accouchement est souvent difficile. En 1788, les Grenoblois des classes moyennes, lors de la "Journée des Tuiles", s'offusquaient des impôts trop élevés, s'indignaient des dépenses somptuaires de la Cour et réclamaient des aides économiques. Ce n'est pas parce que cela a débouché sur une révolution et un changement de régime que la recette est infaillible !
Ce blog s'est (très souvent) exprimé à ce sujet; il continuera en ce sens avec lucidité et confiance.

A toutes, à tous, bonne année 2012, que ce soit une année de beaucoup de paix, de justice et d'équité, de bonheur et d'échanges.

jeudi 13 octobre 2011

L'électricité, un droit pour tous

Dans un récent rapport (cité par Le Monde du 11 octobre), l'Agence Internationale pour l'Energie (AIE) souligne que 1,3 milliard d'humains (soit 20% de la population mondiale) n'ont pas accès à l’électricité et que cette situation justifie la mise en place d'un plan d'action international.

Biosphère, sans doute le commentateur le plus tranquillement totalitaire de toute la blogosphère écolo-radicale, s'insurge contre cette idée et pose la question: "L'électricité est-elle un droit ?" Afin d'étayer cette question philosophique qui mérite effectivement réflexion, il feint grossièrement de n'attribuer à l'électricité pour seules fonctions de faire tourner nos téléphones mobiles et éclairer nos nuits a giorno.

Nous ne lui ferons pas l'injure (car il le sait !) de lui rappeler que l'électricité, c'est aussi un usage domestique (éclairage, chauffage, eau chaude, climatisation, réfrigération, cuisinières et fours, autres appareils ménagers, radio, TV, ordinateur et téléphone de nos maisons), c'est aussi un usage industriel (machines, moteurs électriques, pompes, automatismes, centres de données (qui servent tant à Biosphère pour diffuser ses idées)), et c'est enfin un usage collectif, communautaire, comme l'éclairage de sécurité de nos rues, certes, mais surtout dans le domaine de la santé (radiothérapie, radiographie, endoscopie, scanner,..).

On peut s'éclairer à la bougie (!), mais on ne peut pas se passer de tout ce que l'électricité aide à faire tourner. On peut trier les usages de l'électricité en fonction de leur intérêt individuel et collectif, mais on ne peut pas tout condamner.

L'homme a cinq besoins incontournables: le sommeil, l'alimentation, l'affection, la connaissance et le jeu (dixit Umberto Eco). Il est au moins deux, voire trois, de ces besoins (l'alimentation, la connaissance et le jeu) qui ne peuvent être garantis et développés que par l'usage de l'électricité.
1) L'alimentation qui exige la conservation par le froid et la cuisson afin d'économiser le bois là où il n'y en a déjà plus.
2) La connaissance qui exige l'existence d'un réseau d'informations: téléphone, radio, télévision, informatique, vidéo, ...
3) Enfin le jeu, éventuellement, parce qu'il peut rejoindre les réseaux dont il est question ci-dessus.

Parce que l'électricité satisfait aux usages individuel, industriel et collectif dont nous avons parlé ci-dessus,
parce que l'électricité permet l'épanouissement de fonctions essentielles à l'homme,
nous soutiendrons que l'électricité est un DROIT.
Ce droit se situe dans le même ordre d'idée que le droit à l'eau potable, que le droit aux traitement des eaux usées, que le droit à la collecte des déchets, que le droit à se voir proposer des systèmes de déplacement afin de circuler librement, que le droit à accéder à une information mondiale, etc, etc ...

l'AIE et l'ONU ont souligné que la pauvreté, le changement climatique, la rareté de l'eau, la santé, la crise alimentaire, l'égalité des chances pour les femmes ont un lien étroit avec l'absence d'énergie.
Contestant cette analyse, Biosphère réaffirme, c'est une habitude, que la pauvreté est avant tout la conséquence d'une société pas assez solidaire et de ... sa surpopulation. Malthusianisme, quand tu nous tiens ! Et, sur son blog, il dénonce le fait que "l'accès de tous aux énergies "modernes" butera sur la problématique du financement: les riches ne partagent pas".

Dans la mesure où le développement de l'énergie électrique moderne concerne tout autant les pays riches que les pays en développement,
parce que les pays riches se satisfont actuellement des fonds de pétrole et que les pays pauvres sont bien encombrés de leurs révoltes et de leur .. pauvreté,
parce que les sites susceptibles de produire une énergie propre ne sont pas aussi nombreux dans les pays industrialisés que dans les autres,
parce que les conditions climatiques sont souvent plus favorables chez les seconds que chez les premiers, cette affirmation du financement impossible n'est pas tout à fait exacte. Il existe des projets en zone saharienne (TREC) du même type que la centrale solaire thermodynamique (centrale à concentration) qui vient d'être inaugurée en Espagne, mais en plus grand encore. Ces projets n'avanceront que si pays riches et pays en développement sont intéressés à leur réalisation.

Centrale à concentration solaire (DR)

Faire avancer le débat nécessite d'associer pays producteurs et pays consommateurs et d'imaginer des structures de distribution de l'énergie produite. Chacun sait que l'électricité ne se stocke pas (en tout cas pas directement), il faut donc distribuer cette ressource au fur et à mesure de sa production. Créer des câbles sous-marins, sorte d'électroducs, concevoir un réseau international, by-passer la production d'une zone géographique à l'autre selon les besoins exprimés, l'heure et le fuseau horaire, apporter sur l'ensemble des garanties de protection et de protection de l'installation.

Pour exemple, l'Inde lance un appel d'offres pour le transport de l'électricité produite par une centrale solaire de 500 MW, celle de Paranka.

Mais cette stratégie de réseau mondial ne plaira pas à Biosphère ! son projet de social-écologie, de Deep Ecology, ne s’accommode que de la relocalisation et s'oppose à toute notion de réseau.

jeudi 1 septembre 2011

Collapse

Les vidéos conspirationnistes, les vidéos "fin du monde", les vidéos qui développent les thèses du complot, tout cela n'a qu'un intérêt très limité. Et pourtant, l'Internet et la blogosphère en sont remplis, cela déborde.

"Collapse" n'est pas tout à fait de cet ordre. L'homme interviewé, Michaël Ruppert, se veut un "lanceur d'alertes". A vrai dire, il n'a aucune compétence particulière pour aborder les questions dont il parle. Il était policier (LAPD), quelque peu espion et son principal fait de guerre est d'avoir dénoncé des trafics de drogue initiés par la CIA, sans doute pour compromettre des personnalités et des hommes politiques à éliminer.

Mais Michaël Ruppert s'est passionné pour UN sujet, celui du peak oil et de ses conséquences. Il nous affirme que la production pétrolière est à son sommet et qu'elle ne fera que baisser et que RIEN ne viendra la remplacer avec la même efficacité et les mêmes capacités, même pas le soleil et le vent. Et que s'il y a complot, c'est que nous gouvernants le savent tous et que leur unique volonté est de le cacher à leurs populations. Car, la fin du pétrole et l'impossibilité de le remplacer, c'est la fin de notre civilisation, l’effondrement (collapse).

Non seulement, nous ne mettrons plus d'essence dans nos voitures, mais nous ne pourrons plus fabriquer de voitures, ni d'engrais, ni de peintures, ni de vernis, ni de matériaux de construction, ni de ... brosses à dents !

Nous sommes entrés dans la période d'effondrement de notre civilisation et les tensions financières, les émeutes, les révoltes en sont les prémices et la preuve.

Michaël Ruppert parle avec sérieux, avec émotion parfois (feinte ?) et son message n'en paraît que plus crédible. L'effondrement de notre société se traduit par plusieurs périodes. tout d'abord, l'incrédulité, le déni, "ce n'est pas vrai", puis la colère destructrice, la violence et la révolte, comme en Grèce ou en Angleterre, mais partout dans le monde et sans doute dans les pays arabes, nous dirait Ruppert si ce texte ne datait pas de 2009.

Ensuite, le marchandage, "j'aurais peut-être pu faire autrement", "et si j'essayais ça ?". Viennent ensuite, la dépression et l'acceptation, et ce n'est qu'à ce moment-là que l'on trouve la force de remonter.

Là où Ruppert se distingue de beaucoup d'autres prophètes, c'est qu'il n'aborde aucunement la notion de réchauffement climatique. Le seul moteur de notre humanité est l'énergie. Au fur et à mesure que celle-ci croissait, les masses monétaires en jeu ont augmenté et la population s'est mise à croître. LA courbe est unique des finances mondiales, de la démographie et de la production pétrolière. Lorsque la production d'énergie diminuera, et cela est inévitable, toutes les courbes s'effondreront.

Alors, que faire ?

- acheter de l'or en barre et détruire ses cartes de crédit,
- isoler sa maison,
- se débarrasser de tous les produits chimiques,
- se satisfaire d'une seule ligne de téléphone fixe,
- acheter des livres sur la médecine naturelle,
- acheter des semences (des vraies qui font des graines qui germent à leur tour),
- et cultiver son jardin.
Bref, autosubvenir à ses besoins et penser "local" exclusivement.

Alors, à chacun d'en juger. cela rejoint l'attitude de Conrad Schmidt et ne réponds pas davantage aux interrogations que pose son attitude. Dans un cas comme dans l'autre, la réaction est strictement individuelle, en attendant la phase d'acceptation qui permettra peut-être de trouver des idées pour reconstruire une civilisation !

Et puis, confier ses économies à de l'or en barre, à combien d'Africains, à combien d'Indiens ou de Chinois cela est-il possible ? L'effondrement que l'on nous promet avec tant d’insistance et de capacité de persuasion, nous entraîne vers un monde bien peu solidaire. Un monde où chaque pays, chaque petite région, chaque petite collectivité, chaque famille devra défendre le peu de ses biens et ses terres pour manger.
La fin des guerres n'est pas pour demain.

A vrai dire, le "type qui avait des frontières dans la tête" ne dit pas autre chose. Mieux même, il l'organise et il l'institutionnalise.

Alors "Collapse", il faut le regarder. Cela dure 80 minutes (en deux parties) ! Il ne faut pas le regarder si vous avez 80 minutes à perdre. Non, il faut le regarder en lui consacrant 80 minutes de votre temps. Afin de savoir ce qui nous attend .... ou afin de savoir ce qu'il faudrait faire pour que cela n'advienne pas ...

Première partie



Deuxième partie

- page 1 de 16