L'affaire est passée largement inaperçue, car qui en a parlé ? Les trois Femen européennes incarcérées en Tunisie pour avoir manifesté en faveur de la militante tunisienne Amina Sboui ont présenté des excuses, disant qu'elles regrettaient d'avoir pu choquer par leur comportement.
Bien entendu, sitôt arrivées en France, elles ont démenti avoir présenté des excuses, ont tout au plus affirmé avoir émis des regrets, et surtout les ont justifiés par leur incarcération de près d'un mois.
Il n'y a aucun intérêt à discuter sur la nature même des propos qu'elles ont pu tenir. Le plus important est le fait qu'elles les aient tenus, que ce soit sous la pression (en l’occurrence celle de leurs ambassades respectives) ou de façon plus ou moins spontanée. Le contenu de leur déclaration fait étalage d'une méconnaissance totale du pays dans lequel elles sont allées s'exprimer.
Femen France, le mouvement lui-même, ajoute au cynisme en précisant qu'il fallait "comprendre ces déclarations après un isolement total du monde et face à la machine répressive islamique". Et que, de plus, ce serait "une duperie que de croire, ou faire croire, que le régime islamique pourrait libérer les Femen face à la pression du public démocratique".

L'univers mental des Femen consiste à dire, écrire, affirmer et démontrer que l'islamisme ne peut être QUE répressif et que toute action d'un gouvernement peu ou prou dirigé par des musulmans n'est que de l'islamisme. La Tunisie, la Turquie sont actuellement les cibles de cette analyse réductrice.

Mais est-ce seulement le point de vue des Femen ? Bien sur que non ! C'est même le point de vue de la majorité des organes de presse et des responsables politiques ou intellectuels.

Les Femen à Tunis (DR)

Prenons l'exemple des récents évènements égyptiens. Depuis plus d'un an, tout l'occident se ligue contre le Gouvernement de Mohamed Morsi qui a été accusé d'incapacité à gérer le pays. Sans doute a t-il commis des erreurs, notamment d’autoritarisme. Mais enfin, n'est-il pas vrai que jamais, au grand jamais, l’opposition hétéroclite des libéraux, des gauchistes et des revanchards n'a accepté le moindre début de dialogue ? Cette opposition, dans la rue ces derniers jours, n'avait qu'un seul objectif: celui de revenir un an en arrière et de pouvoir redistribuer les cartes. N'est-il pas singulier que ceux qui vouaient l'armée (les SCAF) aux gémonies et prônaient leur boycott en soient aujourd'hui à les applaudir ?
N'est-il pas vrai que les fonds accordés par la Communauté Européenne pour aider l'économie égyptienne (5 milliards d'euros), en novembre 2012, n'ont encore été que très parcimonieusement versés, si tant est même qu'un début de versement ait été effectué ?
N'est-il pas vrai que le FMI, le 27 juin encore, n'avait toujours pas décidé du versement de l'aide à l'Egypte d'un montant de 4,8 milliards de dollars ?
L'univers mental de la presse et des commentateurs occidentaux vise à réaffirmer avec constance que l'islamisme égyptien a chassé tous les opposants, ce qui est faux ! que la constitution élaborée avec trop peu de dialogue (la faute à qui ?) vise à instituer la charia, ce qui est faux !, que les agressions sexuelles commises par les voyous inoccupés du Caire et d'ailleurs relève d'une action politique voulue, ce qui est faux !

Si l'on ne sait pas encore aujourd'hui ce que donnera l'évolution politique en Tunisie, il est possible de prévoir sans crainte et presqu'à coup sur, ce qui va se passer en Egypte. L'armée a pris le pouvoir, elle va le garder en sous-main et Baradei ne sera qu'une marionnette. Le conflit sera dur, très dur et les prochaines élections libres (mais quand ?) verront probablement le retour des Frères Musulmans.
Pourquoi ? Parce qu'ils sont organisés, parce qu'ils ont l'expérience de la prison et de la clandestinité dans lesquelles les forces armées veulent les repousser, parce qu'ils épousent les sentiments profonds de la majorité de la population et parce l'union des libéraux, des révolutionnaires et des revanchards ne donnera jamais une majorité solide. Les 14, les 17, voire les 21 millions d'Egyptiens descendus dans la rue ne sont qu'une grossière illusion. Ce sont avant tout des Egyptiens qui veulent travailler, manger et élever leurs enfants. On leur a fait croire que Morsi était seul responsable de leurs difficultés, on les manipule même sans vergogne ... Leurs revendications ne sont pas l'an II d'une révolution qui n'a jamais eu d'an I


Anti-Morsi sur Place Tahrir le 5 juillet (C)AP/Amr Nabil

Entretemps, c'est la Turquie qui s'est distinguée par des mouvements revendicatifs fortement inspirés de l'Occident et, à ce titre, largement salués par celui-ci ! Voilà la Turquie, modèle des commentateurs et des analyste du "Printemps Arabe", devenue subitement un pays totalitaire, répressif et ... islamique ! Oui, la Turquie a de graves problèmes à régler, avec les Kurdes, avec Chypre, avec ses minorités, avec son identité culturelle, avec ses avocats et ses militants, mais est-ce l'aider que de la stigmatiser sans nuances ?

En Tunisie, en Egypte, en Turquie, mais également au Sahel africain (Mali, Niger ..), l'occident adopte une attitude colonialiste égoïste et prétentieuse en croyant et en affirmant que seule la démocratie libérale a une vocation universelle et inéluctable à s'implanter, partout sur notre terre, quelle que soit la civilisation, quelle que soit la culture. La démocratie libérale est LA civilisation, elle est LA culture, tout autre projet est appelé à se soumettre.
Cette attitude s'accompagne d'un anti-islamisme de plus en plus affirmé, de plus en plus banalisé. Il n'est que de lire les réactions des lecteurs à un évènement aussi peu signifiant que celui de l'interpellation d'une femme en niqab (Argenteuil): l'immense majorité de ces commentaires relèvent du mépris, de l’exclusion, de la peur, de l'anti-islamisme quand ce n'est pas du racisme tout court. L'évolution récente de l'Egypte a suscité quelques délires dont les journalistes (ceux du "Monde" notamment) n'ont pas su rester à l'écart. Des calculs savants ont été effectués afin de comparer le nombre d'Egyptiens dans la rue et le nombre d'Egyptiens ayant voté pour Morsi lors des élections présidentielles. Et de conclure, au mépris des premières élections libres dans ce pays, que les majorités étaient renversées. Combien de journalistes auraient accepté une telle analyse dans un pays occidental ? Plus grave encore, certains sont allés jusqu'à rappeler que la démocratie n'est pas une "assurance tous risques" en matière de démocratie et qu'Hitler lui-même avaient été élu ! De telles considérations plus ou moins nauséabondes débouchent tout naturellement sur une relative compréhension à l'égard des Forces Armées ! Curieux comme les hommes de gauche se mettent à aimer les armées putschistes qui leur apportent des solutions "clefs en main": après le Mali, voici l'Egypte ! Cette attitude dangereuse entraîne une inévitable réaction de la société islamisée traditionnelle, réaction que savent exploiter les meneurs salafistes et djihadistes.

Il est grand temps de mettre un terme à cette guerre de civilisations et d'aider l'islam, civilisation et culture mêlées, à se définir et à se positionner au regard de la démocratie.