THERMOPYLES

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Françafrique

Fil des billets

samedi 29 décembre 2012

Pour une fraternelle année 2013

Le 2 janvier de cette année, nous faisions quelques commentaires à propos de l'année qui s'ouvrait: "une année pas triste, mais peut-être un peu douloureuse". Difficile aujourd'hui de revenir sur les mêmes mots et les mêmes constatations.
Le Gouvernement de notre pays n'est plus le même, mais nous savons bien qu'il ne fera pas de miracles et que les mots électoraux sont déjà remisés au placard des promesses en l'air, celles qui n'engagent que ceux qui y croient. Seule différence, le dialogue devrait être plus sain, les choix et orientations mieux expliqués. Il n'en demeure pas moins que la croissance reste imperturbablement une constante de tous les discours, que les choix alternatifs en matière de développement ne sont probablement pas pour demain, que la notion d'Etat, de patrie, de pays, de nationalisme, voire de protectionnisme, a encore de beaux jours devant elle, que la Françafrique se poursuit sous des verbes différents (au point de préparer la guerre ..), que les étrangers migrants sont à peine mieux acceptés, que la peur (de l'islam, des Chinois, de la chute de l'euro, du réchauffement, ...) fleurit partout, y compris dans les couloirs de nos ministères ou/et de nos rédactions de référence et que la pauvreté continue de vider les caddies que les "Restos du Cœur" remplissent à grand-peine.
En mieux ou en pire, 2013 ressemblera comme un frère à 2012. Est-ce une raison pour ne rien faire ? Non.
Un seul souhait: que vous ayez la force de faire de 2013 une année plus belle et plus fraternelle.

Voeux 2013-Photo et Composition (C)JB

(En suivant le tag "vœux", vous devriez retrouver toutes les cartes de vœux depuis 2004.)

jeudi 22 novembre 2012

Françafrique, relations France-Algérie, Mali, un point de vue algérien

_

La Françafrique, cette association de malfaiteurs qui a paralysé l’Afrique

Ces jours-ci, il est de bon temps de parler d’un vent de renouveau dans les relations France-Afrique.

L’«honneur» des Africains est lavé, semblent dire à l’unisson certains milieux politiciens des deux côtés de la Méditerranée. Le nouveau président de la gauche française, François Hollande, est venu soigner les «bobos» que son prédécesseur de la droite française, Nicolas Sarkozy, a commis envers les «élites» africaines. Contrairement à Nicolas Sarkozy, qui avait dans la même ville, Dakar, commis l’impair en pensant avoir identifié le «drame de l’Afrique», en disant que «l’homme africain n’est pas assez rentré dans l’histoire», François Hollande préfère «encenser» le continent, «berceau de l’humanité», en valorisant ses atouts et en axant sur son avenir, sans s’attarder sur le lourd passé des relations franco-africaines dont il veut, apparemment, se distancer.
«Désormais, déclare-t-il dans son premier discours en terre d’Afrique, le temps de la Françafrique est révolu : il y a la France, il y a l’Afrique, il y a le partenariat entre la France et l’Afrique, avec des relations fondées sur le respect, la clarté et la solidarité.»(1) En fait, l’exposé est truffé de belles phrases, des promesses d’amitié, de sincérité, bref, un beau discours avec des énoncés tout à fait judicieux pour susciter l’adhésion des Africains en ces temps d’incertitude et de crise globalisée, dont ils sont encore une fois les otages. Mais pour beaucoup d’Africains, le seul fait nouveau dans ce discours, c’est son orateur, le président François Hollande, le nouveau visage des intérêts de la France en Afrique. Le reste n’est que rengaine. Les mémoires sont pleines des promesses et autres engagements des gouvernements successifs de la France, qu’on s’empresse d’enterrer sitôt éteints les projecteurs. Qui ne se pas souvient du fameux discours prononcé, à La Baule, le 20 juin 1990, par un autre président français, également de gauche, François Mitterrand.

Son contenu a marqué les esprits par le vent de changements qu’il prônait, autant en termes de relations entre la France et l’Afrique, qu’en termes de liberté, de développement et d’ouverture démocratique. D’autant que le contexte politique international de l’époque s’y prêtait particulièrement, dans la foulée de l’effondrement de l’Union soviétique et la chute du Mur de Berlin. N’est-ce pas qu’il faut avoir la mémoire courte pour croire encore aux discours des présidents français sur l’Afrique ? Aucun d’eux n’a jamais mis en péril le système néocolonialiste mis en place par le général de Gaulle et son homme de main, Jacques Foccart, pour garder ses ex-colonies sous domination française.La machine monstrueuse qu’est la Françafrique est toujours active, même si les discours et les filières sont renouvelés à chaque changement de gouvernement français.
Alors, morte la Françafrique, comme le proclame le président Hollande ? Pas sûr. Chacun de ses prédécesseurs avait, dans des termes plus ou moins similaires, proclamé publiquement l’acte de décès de cette association de malfaiteurs, dont l’ampleur des crimes contre l’humanité occuperait la Cour pénale internationale pour des années, à tout le moins. Mais aucun des présidents, de droite comme de gauche, n’a vraiment dévié de la ligne tracée par Jacques Foccart, laquelle, comme chacun sait, ne fait aucune place aux droits des peuples des ex-colonies.

Gauche et droite nourries au sein de la Françafrique

Si les Africains ne s’attendaient pas à des gestes révolutionnaires de la droite française, supposément pas très regardante sur la question des droits de l’homme dans la conduite de ses affaires en Afrique, l’arrivée de la gauche au pouvoir, en 1981, avait suscité de grands espoirs. D’autant que François Mitterrand avait nommé au poste de ministre délégué à la «Coopération», Jean-Pierre Cot, un homme tout acquis au changement dans les relations France-Afrique, comme l’écrivait Christian Fauvet dans L’Express : «La tête pleine d’idées généreuses (…), il s’emploie à faire souffler le vent du changement. Après tout, il est là pour ça.
Dans son esprit, le changement consiste à abandonner la politique du secret, que symbolisait Foccart, (…) à promouvoir une autre politique du développement, fondée sur une certaine morale.»(2) Jean-Pierre Cot explique, pour sa part, au réalisateur du remarquable documentaire Françafrique,(3) Patrick Benquet, qu’«il représentait “l’image” à laquelle tenait le président Mitterrand, l’ouverture sur le tiers-monde, le discours généreux du développement, les Nations unies, les droits de l’homme…». Tout cela ne fut qu’une brève parenthèse. Les Africains découvrent rapidement que ce n’est qu’une image derrière laquelle le président Mitterrand est devenu lui-même la nouvelle matrice de la Françafrique et encaisse dans les pures traditions de celle-ci, les dividendes engendrés par le pillage, les détournements et autres crimes infligés aux peuples du continent.
Ils ne sont pas les seuls à être déçus par la gauche française. Le ministre de la Coopération l’est tout autant de voir son président reproduire dans les coulisses ce qu’il condamnait publiquement. Jean-Pierre Cot démissionne et devient ainsi une victime de l’argent sale qui alimente les caisses noires de l’Elysée et les comptes bancaires des dictateurs alliés. Sauté l’obstacle Jean-Pierre Cot, la Françafrique repart sous la houlette de François Mitterrand, qui, du même coup, enterre le discours d’ouverture de La Baule, qui faisait la part belle à la démocratie, au développement et aux droits de l’homme dans les ex- colonies. Pendant un court instant de l’histoire, les peuples africains s’étaient mis à rêver si fort qu’ils en oubliaient que l’orateur et son assistance, un parterre de dictateurs sanguinaires et corrompus, étaient les pourvoyeurs exclusifs de leurs souffrances. Mitterrand a tout bonnement enterré le projet de rupture avec la Françafrique et mis celle-ci au service de ses propres ambitions.

On efface et on recommence

Plus de 15 ans plus tard, après d’autres guerres(4), d’autres massacres et d’autres coups d’Etat, qui ont confiné le continent dans la misère et la violence, le candidat président de la droite, Nicolas Sarkozy, se présente aux Africains avec le même projet de rupture avec la Françafrique. Il parle d’instaurer une : «relation transparente». «Il nous la faut, déclare-t-il, débarrassée des réseaux d’un autre temps, des émissaires officieux qui n’ont d’autre mandat que celui qu’ils s’inventent. Le fonctionnement normal des institutions politiques et diplomatiques doit prévaloir sur les circuits officieux qui ont fait tant de mal par le passé. Il faut définitivement tourner la page des complaisances, des secrets et des ambiguïtés».(5) Son secrétaire d’Etat chargé de la Coopération et de la Francophonie, Jean-Marie Bockel, va connaître le même sort que celui de Mitterrand, Jean-Pierre Cot.
Dans un discours fort critique des relations France-Afrique, il déclare devant la presse : «Je veux signer l’acte de décès de la Françafrique.(6) Je veux tourner la page de pratiques d’un autre temps, d’un mode de relations ambigu et complaisant, dont certains, ici comme là-bas, tirent avantage, au détriment de l’intérêt général et du développement.» Il n’en fallait pas plus pour réveiller les monstres de la Françafrique. Et au lieu de rupture, c’est plutôt le secrétaire d’Etat qui est démis de ses fonctions dans la «patrie» des droits de l’homme.
Cependant, contrairement à Jean-Pierre Cot qui a refusé de monnayer ses principes en déclinant l’offre de son gouvernement, cet ancien colonel accepta d’occuper le poste de ministre des Anciens combattants. 50 ans après les indépendances, la mort de la Françafrique devrait être une affaire exclusivement africaine. Tous ces épisodes de la Françafrique, qui renaît à chaque fois de ses cendres, prouvent aux Africains que la balle de leur émancipation est désormais dans leur camp. Il leur faudra regarder bien en face et surtout évaluer les incidences des instruments de leur dépendance vis-à-vis de l’ancienne puissance coloniale, la Françafrique, bien sûr, mais aussi la francophonie et la franc-maçonnerie,(7) qui sont autant de ghettos qui neutralisent le développement des ex-colonies.
Si la mondialisation n’est pas l’idéal pour l’humanité, il n’empêche qu’elle a permis l’ouverture du continent africain à d’autres possibilités de développement. Quand les Africains entendent les politiques et médias français s’indigner que la Chine fasse des affaires avec des régimes qui violent les droits humains, cela prête à sourire, tant le sarcasme est énorme. Il faut être bien arrogant et surtout méprisant pour reprocher aux Chinois, un crime qu’eux-mêmes commettent systématiquement et sans état d’âme depuis 50 ans sur le continent noir, au vu et au su de toute l’Europe, dont ils sont le fer de lance dans cette partie du monde. Tout comme les Britanniques et les Etats-Unis le sont dans d’autres endroits de la planète.
C’est parfait de vouloir tourner la page, mais alors, que la France cesse, séance tenante, son soutien aux dictateurs, qu’elle publie tous leurs biens et leurs avoirs(8) sur son territoire et qu’elle les restitue aux peuples pillés,(9) qu’elle libère les archives de ses ex-colonies, qu’elle mette fin aux accords militaires secrets et qu’elle procède au démantèlement de ses bases militaires. Peut-on y croire ? Après 50 ans de pratiques inégales et de mensonges, les préjugés instillés par les réseaux de la Françafrique finissent comme une seconde nature qu’on peine à éliminer. Et on aurait tendance à penser que rien de cela ne sera fait.
Force est de constater, encore une fois dans le cas du Mali, ce va-t-en guerre, dont la France use si facilement sur le continent et qui trahit la nature des relations néocolonialistes encore diffuses dans les esprits de l’Elysée. Ce ne sont sûrement pas les peuples du Congo, de la Côte d’Ivoire, du Rwanda, du Tchad et beaucoup d’autres, comme aujourd’hui, les Maliens, qui diraient merci à la France d’être intervenue militairement dans leur pays. Finalement, ce qui est présenté comme une rupture dans les relations avec l’Afrique peut se révéler n’être qu’une mutation et tous les atermoiements ne justifieraient ultimement qu’une chose : les intérêts économiques de l’Occident en Afrique, menacés par les économies émergentes, en particulier la Chine de plus en plus présente sur le continent. Et sûrement à moindre coût (humain et matériel) pour des Africains en quête de liberté, de dignité et de développement.

Renvois : 1) Le discours de François Hollande, le Point.fr, 12 octobre 2012, http://www.lepoint.fr/monde/verbatim-le-discours-de-francois-hollande-a-dakar-12-10-2012-1516395_24.php
2) L’écart de Jean-Pierre Cot, Christian Fauvet, l’Express, 10 décembre 1982
3) Françafrique, Patrick Benquet, Infrarouge, France 2, 13 octobre 2010
4) Voir cette chronologie partielle sur le monde : http://www.lemonde.fr/web/module_chrono/ifr/0,11-0@2-3212,32-867026@51-1016961,0.html et aussi, http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article4418
5) Discours prononcé au Bénin le 19 mai 2006
6) Les vœux à la hussarde de Jean-Marie Bockel, Vincent Hugeux, L’Express, 15 janvier 2008
7) Franc-maçons : les maîtres de l’Afrique, Théophile Kouamoua, Jeune Afrique, 11 avril 2011
Voir aussi l’excellent documentaire «Françafrique» de Patrick Benquet cité plus haut,qui montre une scène surréaliste et surtout affligeante de ces maîtres de l’Afrique dans leur accoutrement de franc-maçon
8) Voir le site de l’ONG française Survie et l’important travail de son président, François-Xavier Verschave, une véritable bibliothèque sur les crimes de la Françafrique : www.survie.org
9) Les affaires des biens mal acquis, ONG Sherpa : http://www.asso-sherpa.org/nos-programmes/ffid/campagne-ra/bma
Voir aussi : http://www.transparence-france.org/e_upload/pdf/appel sections_africaines_de_ti_291009.pdf.

Zehira Houfani : écrivaine


Abdelaziz Bouteflika (C)Sipa
Ce texte a été publié le 17 novembre dans le journal quotidien algérien "El Watan". Polémique, mais pas agressif, cet article rejoint nos préoccupations sur plusieurs points, nous n'en retiendrons que deux.
Le premier concerne le peu de confiance accordé à la France, quelle qu'en soit la présidence, pour mettre un terme réel à la "françafrique". Nous en avons parlé ici en soulignant que si François Hollande avait tenu, à Dakar, un discours apaisé et apaisant, il n'avait nullement, sur le fond, changer la doctrine de la France.
Le second point sur lequel nous nous retrouvons avec la rédactrice de cet article est la conviction que la guerre n'est pas une solution en ce qui concerne l'éviction des troupes d'AQMI au Mali, qualifié ici de va-t-en guerre. On en a parlé ici.
Si l'on ajoute la question incontournable de l'histoire et de la mémoire, il est probable que la prochaine visite de François Hollande en Algérie, courant décembre, ne sera pas facile.

lundi 22 octobre 2012

Bruits de bottes à Bamako et à Paris

Au classement mondial des pays selon leur PIB, le Mali intervient au 207° rang sur 227 pays cités, avec un revenu moyen par habitant de 1200 $ par an (estimation 2010).
Au classement mondial des pays selon la santé de leurs populations et les équipements de soins, le Mali se positionne au 163° rang sur 191 pays cités (OMS 2012).
Au classement mondial des pays selon leur Indice de Développement Humain, le Mali émarge à la 175° place sur 187 pays cités (IDH classement 2011).
Au classement mondial des pays selon la Perception de la corruption, le Mali se place au 116° rang sur 178 pays nommés, tout juste après le Sénégal récemment "honoré" (105°) et bien avant la Côte d'Ivoire (146°) (Transparency International 2010).
Il ne nous sera pas possible de vous donner le rang du Mali en ce qui concerne le taux d'alphabétisation des adultes ou l'Index de Performance Environnementale: le pays n’apparaît pas (ou plus) dans ces classements.

Il serait sans doute facile, et peut-être un peu faux et injuste, de n'incriminer que l'ancien colonisateur dans ce maigre bilan. Il n'empêche que plus de cinquante ans après l'émancipation du pays, après cinquante ans de Françafrique, le résultat est là: le Mali, même si on a pu, avec un peu d’exagération, le présenter comme un modèle de démocratie africaine, n'est qu'un pays pauvre, très pauvre.

C'est pourtant dans ce pays que François Hollande, à peine sèche l'encre de son "Discours de Dakar", se propose d'intervenir pour chasser les islamistes qui en occupent le Nord. Oh, pas directement, ni de façon trop visible (au moins dans un premier temps), mais en "soutien" d'une coalition d'armées africaines et, peut-être, algérienne. Est-ce là la première application des "nouvelles relations" que le Président français a défendues le 12 octobre ?
La vision de la France sur l'Afrique, singulièrement les anciennes Afriques Occidentale et Equatoriale (AEF et AOF), n'a pas changé. Il y a là un pré carré à défendre, des intérêts à protéger, des richesses à exploiter, un développement à mettre en place ... Hollande marche dans les pas de Sarkozy, qui marchait dans les pas de Chirac, qui marchait dans les pas de Mitterrand, qui marchait ...
Quant aux USA, soyons clairs, depuis 2009, ils ont choisi d'activer leur présence en Afrique Sub-saharienne (AFRICOM). La France et l'Europe, les Etats-Unis, ne vont pas au Mali pour y défendre un pays éclaté, ils y vont pour défendre des intérêts économiques et logistiques.

Comme dans le cas de la Libye, toutes ces forces nous tiennent le discours de la démocratie, de la lutte contre le terrorisme islamique ou de la reconstruction du Mali actuellement divisé en deux.
"Le Monde", ce soir, dans un éditorial d'une rare indigence, part de nouveau en guerre, avec la même précipitation, avec la même hâte que pour la Libye. Ses arguments sont simplistes: le Mali est la victime de l'islamo-gangstérisme: drogue, contrebande, proxénétisme et enlèvements au nom de l'islam ... Accessoirement, la guerre inévitable et souhaitée aura également pour but de rétablir l'intégrité territoriale du pays.
L'éditorial en question débute par une affirmation totalement mensongère: "Toute tentative de négociations a échoué avec ces groupes". Or, autant qu'on le sache, des discussions avaient encore lieu à Bamako voici 72 heures, en particulier avec Romano Prodi, l'envoyé spécial du Premier Secrétaire de l'ONU. Et la même ONU a donné un délai de 45 jours afin de laisser une chance à la négociation et de permettre aux états africains de formuler clairement les modalités de leur intervention. Mais non, "Le Monde" pousse à la roue de façon à ce que l'engagement ait lieu avant même que les réponses aux négociateurs aient eu le temps d'être formulées. Comme lors de l'action en Libye, "Le Monde" se comporte comme un va-t'en-guerre.

Il n'est pas question ici de minimiser les risques que comporte cette situation au Nord-Mali. Mais n'est-t-il pas curieux d'apprendre, le même jour, que "des centaines de djihadistes arriveraient par le Nord", une information inlassablement répétée dans tous les médias, histoire de créer un peu de panique et d'activer le mouvement, et que "les rebelles, inquiets d'un déploiement de forces imminent, déserteraient en masse" ? Manipulation de l'information, quand tu nous tiens ...

Depuis le coup d'état du 22 mars, depuis la "déclaration d'indépendance" du MNLA, depuis la neutralisation de celui-ci par des troupes islamistes ayant fait plus ou moins allégeance à Al Qaïda, le Nord Mali vit dans la peur et sous le joug d'une nouvelle "culture": fermeture des écoles au bénéfice des écoles coraniques, , interdiction du tabac, des loteries, des chants, des danses, des vêtements lumineux, ... femmes et enfants sont les victimes de ce système digne des talibans. A ceci, vient s'ajouter une "législation" intransigeante: lapidations, mutilations, ...
Pourtant, il y a des résistances. Des jeunes ont déjà eu l'audace de manifester contre cet ordre islamique. Des femmes disent vouloir porter les vêtements de leur libre choix, quitte à mourir mais à ne pas accepter la charia ....
Les touaregs du MNLA se déclarent disposer à renoncer à une revendication immédiate de l'indépendance, alors qu'ils n'ont jamais été écoutés par le pouvoir central de Bamako.

Ville de Gao-10 septembre 2012 (C)Reuters

Une négociation ne consiste pas à donner raison à l'inacceptable, elle consiste à faire savoir aux forces en présence que l'intervention sera inévitable si les positions restent inchangées. Elle consiste à soutenir les hésitants, à offrir des garanties à ceux qui se sépareraient des fanatiques, à promettre aux Touaregs, avec une garantie internationale, que le développement de leur "pays" sera enfin pris en compte, à exercer une présence physique importante, à susciter des divisions ... or en parlant de groupes mafieux, ou d'islamo-gangstérisme, on s'interdit toute négociation. Mais là est peut-être le but recherché.

Toujours est-il que "Le Monde" achève son éditorial par une sentence pleine d'un cynique mépris à l'égard des Maliens: "Restent les Maliens, divisés par de petites querelles intérieures. Le moins qu'ils puissent faire est de manifester leur unité".
Les Maliens ne sont pas divisés par "de petites querelles": les Maliens vivent la catastrophe d'un pays démantelé et non gouverné (ou si peu) et redoutent le drame d'un conflit qui ne solutionnera rien et créera de nouvelles tensions (et guerres) entre africains et touaregs, entre africains et arabes, entre "noirs" et "blancs" ....

Ce n'est qu'un point de vue, à lire, pour compléter ce post: celui d'un journaliste camerounais, opérant dans Slate Afrique, Théophile Kouamouo.



Ajout du 24 octobre 2012
Comme prévisible, le MLNA dément formellement l'arrivée massive de combattants djihadistes dans le Nord-Mali ! Comme en Tunisie, comme en Egypte, comme en Syrie, il faudra que la presse occidentale y regarde à deux fois avant de publier des informations en provenance des islamistes radicaux !!

vendredi 12 octobre 2012

L'Europe et le Mali: prix Nobel et discours de Dakar

A y bien regarder, il est peu de journées dans une vie qui comportent des évènements aussi symboliquement significatifs. Ce 12 octobre 2012 restera l'une de ces journées.

D'abord l'Europe avec la décision du Comité Nobel d'attribuer le Prix Nobel de la Paix à l'Union Européenne. Bien évidemment, ce n'est pas la situation actuelle de l'Europe qui est ainsi honorée. La crise financière est plus profonde que jamais, les peuples du sud en souffrent de façon dramatique, les peuples du nord se referment derrière leur égoïsme (n'ayons pas peur des mots), les grecs (certains !) accueillent Angela Merkel avec des drapeaux et des slogans nazis, les atteintes à la démocratie et à la libre expression des citoyens sont nombreuses (ce fut le cas en Hongrie et en Roumanie), la conviction européenne se délite de partout, les nationalismes, les régionalismes, les particularismes se multiplient d'ouest en est, ... Non, certainement, ce n'est pas cette Europe-là qui mérite un Prix Nobel.

Mais avant tout cela, l'Europe c'est aussi et surtout une magnifique idée qui brasse les cultures, qui permet non seulement à un anglais de rencontrer des italiens ou des grecs, mais aussi à des roumains de recevoir des français sans que se pose le moindre problème de papiers d'identité, de passages de frontières, de déclaration de biens ou de marchandises. Même si ce n'est pas le cas de tout les pays, "zone euro" oblige, il n'est pratiquement plus besoin de changer de devises, l'euro est reconnu et accepté partout.

L'Europe c'est également la source et le but d'un formidable brassage de jeunes: Comenius, Erasmus, Office Franco-Allemand pour la jeunesse, EACEA (Agence Européenne pour la Culture, l'Education et l'Audiovisuel), ... permettent au moins de 30 ans d'échanger, voyager, étudier presque là où bon leur semble.

Enfin, l'Europe, née sur les cendres et les décombres de la dernière guerre, est le meilleur outil de paix qui se puisse créer. Il suffit de reprendre un par un les conflits qui perdurent où qui se créent actuellement en Europe, d'imaginer que l’Europe n'existe pas ou plus, et chacun comprendra que cette structure de débat et de rencontre constitue le meilleur moyen de dégonfler les conflits à défaut de les désamorcer.

Ce Prix Nobel, que 27 enfants européens feraient bien d'aller chercher, à défaut des "Pères" fondateurs", doit être un encouragement à poursuivre la lutte pour plus d'Europe, pour une plus grande intégration, pour la naissance d'une démocratie européenne et la désignation de tous ses représentants par l'élection. Alors, quand Mélenchon et Le Pen s’élèvent, dans les mêmes termes, contre cette attribution dont ils affirment qu'en récompensant "la guerre économique et sociale tous azimuts entre les peuples, qui ne peut conduire qu'à la guerre tout court", le comité Nobel s'est "discrédité à jamais", ils ont grandement tort. Angela Merkel, également, a cru pouvoir affirmer que l'Euro était ainsi récompensé: il n'en est rien !

Seuls une idée, un rêve, un chantier, un futur ont été honorés. A nous d'en poursuivre la construction sans désemparer.


A plusieurs milliers de kilomètres, François Hollande a prononcé un discours médiatiquement annoncé depuis de longs jours et dont on a voulu nous faire croire que ce n'était pas le discours destiné à "effacer" celui de Sarkozy en 2007, mais l'affirmation de la volonté de mettre en place de toutes nouvelles relations avec l'Afrique. Qu'en est-il exactement ?

Après une courte introduction faisant référence à une histoire douloureuse, citant en quelques lignes l'esclavage qu'il lie à la lutte actuelle contre ceux qui exploitent les misères des jeunes, des réfugiés, des migrants, François Hollande précise que la vraie raison de sa présence au Sénégal est la démocratie dont le pays qui le reçoit est un exemple, preuve en est donnée par l'importante présence des femmes dans l'Assemblée.
Cette démocratie implique que "nous devons tout nous dire, sans ingérence, mais avec exigence".
"L'Afrique est portée par une dynamique démographique sans précédent". Il y aura près de 2 milliards d'hommes qui vivront au sud du Sahara en 2050. "L'Afrique est la jeunesse du monde" et une terre d'avenir pour l'économie mondiale. "Votre défi, c'est de renforcer la place de votre continent dans la mondialisation, de lui donner une finalité plus humaine". Dans cet avenir, nous sommes votre premier allié. Et notre devoir est de vous accompagner dans des secteurs comme l'agroalimentaire, les télécoms, les services financiers.
Suivent alors quelques principes d'application de cet accompagnement: la transparence, la bonne gouvernance, l'égalité.
Nous sommes à mi-discours.

12/12/2012-François Hollande et Macky Sall à Dakar (C)AFP/Seyllou
François Hollande aborde alors la question du combat identique auquel France et Afrique sont confrontées, "celui de la dérive identitaire, celui du terrorisme". Et de citer le cas du Mali, où "c'est votre sécurité qui est en jeu, c'est aussi la notre et celle de l'Europe", avant de se livrer à une analyse critique des causes de la crise malienne:
- pratiques mafieuses des groupes terroristes,
- erreurs lors de la fin d'intervention en Libye, notamment le manque de contrôle des armes,
- trafic de drogue ayant corrompu l'économie malienne,
- insuffisance du développement économique et social du Sahel,
- absence de mise en œuvre des accords passés.
François Hollande termine cet aspect de son discours par un rappel des modalités de soutien de la France dans le cadre d'une intervention conduite par les Africains.
La conclusion est une affirmation que "le temps de la Françafrique est révolu", il y a désormais un partenariat basé sur la clarté, le respect et la franchise, la solidarité par le développement, les financements innovants, la consolidation de la zone franc et des relations commerciales plus équitables.

Ceux qui auraient rêvé d'un discours reflétant une position plus novatrice, plus courageuse, plus révolutionnaire, en seront pour leurs frais: c'est exactement la même idéologie qu'il y a cinq ans qui soutient ce discours. Certes, le ton "donneur de leçons" de Sarkozy n'y est pas. Certes, le mépris et l'attitude hautaine et néo-colonialiste n'y sont pas. Mais quelle différence fondamentale (en insistant bien sur le mot fondamentale) voyez-vous entre ces deux phrases ?
- "le drame de l'Afrique, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'histoire" (Sarkozy).
- "votre défi, c'est de renforcer la place de l'Afrique dans la mondialisation, de lui donner une finalité plus humaine" (Hollande)

Hollande renouvelle les mêmes souhaits (exigences) quant à la collaboration de la France et de ses entreprise au développement africain. Hollande réaffirme les liens indispensables entre l'Afrique et l'Europe, elle aussi menacée par les dérives terroristes du continent noir. Toute la différence réside dans le ton du discours, plus humain, plus généreux.

Alors, il n'est pas étonnant que la fin soit une approbation des préparatifs de guerre au Nord-Mali, en justifiant ceux-ci (les préparatifs) par les fautes commises par ATT (insuffisance de développement et absence de mise en œuvre des accords). Seule certitude: la fin du conflit sera mieux gérée et les armes n'iront pas tomber dans des mains sales !

Pour notre part, nous croyons toujours que la négociation, les pourparlers, les "palabres" valent mieux que la guerre qui laissera un cortège de désolations, de misères ... Le récent retournement de position des Touaregs, né de la négociation, vient à point prouver qu'il n'est pas trop tard. Désormais, ils ne parlent plus d'indépendance arrachée, mais d'autodétermination.
Des centaines de jeunes maliens se pressent aux "frontières" de la zone occupée par les islamistes, pour y constituer des milices afin d'intervenir aux cotés de l'armée. Bien encadrés et protégés, ne pourraient-ils pas former une "armée" d'intervention pacifique, un peu comme des "casques bleus" du Sahel ? Car enfin, combien sont-ils ces djihadistes fanatiques ? Quelques milliers ! Et c'est pour ces 2 ou 3000 fous que l'on va faire la guerre ? Et que la France va soutenir cette guerre ? Ou bien, est-ce pour autre chose ?

dimanche 30 octobre 2011

Sauver Benghazi pour mieux punir Syrte ...,

défendre les populations civiles à Benghazi avec un mandat à peu près clair de l'ONU pour mieux violer ce mandat à Syrte et y faire la chasse à Khadafi, invoquer la démocratie et la responsabilité de l'Occident à Benghazi pour mieux s'en moquer et ne pas les respecter à Syrte dans le but de se venger de celui que l'on a appelé un tyran et qui venait camper (au sens propre) sous les fenêtres des chefs d'état occidentaux. Est-ce là le bilan de la campagne de Libye ?

Guerre en Libye (DR)

Et qu'avons-nous gagné ? Rien, si ce n'est probablement un désastre.

Un désastre en raison de la réaction (de la contre-révolution !!) islamiste. Comme il était prévisible, les révoltes arabes donnent tour à tour le pouvoir aux islamistes et c'est une vue de l'esprit que de croire qu'Ennahda, en Tunisie, sera respectueux de la démocratie, de la place de la femme, du droit de croire ou de ne pas croire. Des déclarations inquiétantes ont déjà été faites en ce sens, qui ont été démenties par les nouveaux hommes forts qui ont besoin de la "reconnaissance" occidentale.
En Libye, point n'est besoin de s'étendre: la "collaboration" entre les factions se fera sur le dos des droits élémentaires.
Quant à l'Egypte, tout s'y prépare pour que les Frères Musulmans et les salafistes se partagent le pouvoir.
Ce qui n'était pas une révolution cède la place à la réaction la plus classique. Il fallait s'y attendre et seuls les journalistes romantiques pouvaient se tromper et nous tromper en nous gavant d'images de madones au drapeau ou de lanceurs de grenade et en nous faisant vivre les évènements en "direct live". Pour mémoire, il en est ainsi de toutes les "révolutions": Mai 68 s'est achevé sur les Champs par une monstre manif de la droite te le retour de l'essence dans les pompes, Obama encensé par les chroniqueurs n'est plus désormais qu'un velléitaire, ... Les révoltes arabes suivent le même chemin parce que les forces de la jeunesse, celles qui ont su si bien utiliser les réseaux sociaux et internet, ne revendiquent pas tant un fonctionnement démocratique de la société, mais avant tout la LIBERTE, la liberté de travailler, de gagner sa vie, de discuter, de consommer, de se déplacer, de voyager.
Et parce que les forces de la contestation, quoique souvent riches culturellement, ne sont pas politisées. Les militants aguerris se trouvent dans des structures qui attendent cette alternative depuis des décennies et qui ont su réagir très rapidement: Ennahda ou les Frères Musulmans et la kyrielle d'institutions sociales et humanitaires qu'ils ont su mettre en place et animer. Quant aux intellectuels de gauche, aussi méritant soient-ils, ils n'ont bien souvent aucune structure, aucun parti historique, aucun syndicat derrière eux. Et ce ne sont pas eux qui peuvent promettre que demain, la télévision sera gratuite !

Un désastre à cause du "deux poids, deux mesures". Parce qu'il n'y a pas à se venger d'humiliations qu'aurait pu infliger le président Assad aux gouvernements occidentaux, aucune intervention n'est prévue pour mettre un terme au calvaire de son peuple. Certes Assad a sans doute raison: il sait depuis toujours que céder la place, c'est laisser entrer, ici aussi, l'islamisme politique. Alors, pour sauver ce qui peut encore l'être, tout comme ce qui aurait pu être imaginé en Libye, n'est-il pas possible d'exercer d'impitoyables pressions (refus de tous produits en provenance de Syrie, fermeture de tous les comptes, boycott de toutes les entreprises, exclusion de toutes les institutions internationales, ...?
Il restera dans l'esprit des peuples du Maghreb, du Moyen-Orient et d'Afrique la terrible explication de ce "deux poids, deux mesures": il s'agissait, en Libye, de faire main basse sur les richesses.

Un désastre à cause du transfert des risques de conflit. Les Touaregs que l'on a, bien imprudemment, traités de mercenaires alors qu'il ne s'agissait que de tribus fidèles à la tribu des Khadafi (et cette sorte de fidélité ne se rompt que par la mort) rentrent au pays les bras chargés d'armes. D'autres combattants, ceux d'AQMI, cherchent à occuper le Nord-Mali, le Nord-Niger, les franges de la Mauritanie pour y installer leur base africaine. Eux aussi ont les bras chargés d'armes de toutes sortes. Afin de déloger AQMI de leur territoire, les Touaregs ne leur déclarent ni plus ni moins que la guerre, ainsi qu'à l'armée malienne dont ils considèrent qu'elle a des "connivences" avec les terroristes. Et tout cela moins d'un an avant les élections présidentielles au Mali (avril-mai 2012), l'un des rares pays africains à être une démocratie quasi exemplaire ! Au-delà du Mali, ce sont le Niger, l'Algérie et la Mauritanie qui ne manqueront pas d'être concernés par ce nouveau conflit.

Un désastre à cause de la mort de nos relations avec l'Afrique. D'aucuns diront "Tant mieux, c'est la fin de la Françafrique". Mais le bilan est plus triste que cela parce que les relations entre notre pays et les pays africains vont bien au-delà de ces relations de pouvoirs et d'affaires.
Il y avait déjà les questions de l'émigration des Africains et de leur immigration rejetée chez nous. Il y a maintenant un sentiment de mépris de la part des occidentaux et d'humiliation pour les Africains, et ceci pour une raison essentielle. La Libye a été le théâtre d'une intervention militaire, et son chef d'état a été assassiné par des armées occidentales (ou sous couvert de celles-ci) sans l'accord du Continent africain. Le Continent africain a été bafoué, son avis n'a jamais été pris en considération, il n'a même jamais été sollicité. Certes, cet avis était peu audible, entaché qu'il était pas des "solidarités" acquises avec beaucoup d'argent, beaucoup de contrats. Il n'empêche, Khadafi a été l'un des rares à savoir parler de la Nation Africaine. Jacob Zuma, Président de l'Afrique du Sud, a tenté, à plusieurs reprises, d'ouvrir des pourparlers (et non des négociations !) entre les forces en présence. En avez-vous seulement entendu parler ? Il a dénoncé la primauté accordée à l'OTAN (et donc à Paris, Londres et Washington) sur l'ONU pour "gérer" l’affaire libyenne. En avez-vous eu connaissance ?
La guerre libyenne s'achève sur l'humiliation de toute l'Afrique, du Maghreb au Proche-Orient et à l'Afrique du Sud, en passant pas l'Afrique de l'Ouest. En date du 18 octobre dernier, l'intellectuel et historien Achille Mbembe affirmait dans "Le Monde" que "la France n'est plus notre soleil". Le conflit libyen et son traitement spécifiquement français, avec la complicité de quasi toutes les forces politiques, et notamment celles de gauche, n'ont fait qu'assombrir un peu plus notre "soleil".

Enfin, pour terminer, un probable désastre à cause d'une possible partition de la Libye. On ne le dira jamais assez, la Libye est un pays de tribus que Khadafi avait réussi à rassembler sur un objectif commun, au prix, c'est certain, de violences et de crimes impardonnables. Désormais, ceux de Benghazi s'opposent et s'opposeront à ceux de Tripoli ou de Syrte ou de Misrata et vice-versa. Les territoires, les richesses, le pétrole, tout fera l'objet de conflits et de partages violents et la Libye d'aujourd'hui risque la partition en deux, voire trois, entités non viables.

Oui, un désastre et aucun bénéfice, si ce n'est pour quelques pétroliers ...

PS: chroniqueuse au "Monde", Caroline Fourest a un vrai beau franc-parler et ses analyses sont d'une justesse et d'une précision dignes du scalpel. Il faut la lire sur son blog et sur le site de l'association-revue dont elle fait partie: ProChoix.

.