THERMOPYLES

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Khadafi

Fil des billets

lundi 9 septembre 2013

Droit d'ingérence et droit de punition

Ce n'est pas l'objet de ce blog. Et donc chacun aura pu constater que nous n'avons fait quasiment aucun commentaire à propos de la crise syrienne. Nous n'avons pas l'envie de modifier notre position et nous limiterons donc notre analyse à une réflexion sur ce fameux droit d'ingérence, prétexte aujourd'hui à un "droit de punition" invoqué à l'encontre du régime syrien.
Si le sujet fait débat, c'est parce que l'opinion publique ne comprend pas les subtilités qui font que la France intervient au Mali pour en chasser les djihadistes et autres islamistes radicaux et veut intervenir en Syrie pour punir Bachar el Assad et, par voie de conséquence, "rééquilibrer" l'avancée des combattants rebelles qui sont quelque peu en difficulté, et qui sont de plus en plus dominés par ... les islamistes radicaux. Ajoutons à cela une phase critique en politique intérieure: la rentrée sociale et politique, les indices de satisfaction toujours à la peine, l'augmentation des impôts, le chômage toujours croissant, .. tout cela conduit l'opinion a solliciter une énergie nouvelle en faveur des questions domestiques et non des questions diplomatiques et internationales.
Nous avons cité le Mali. L'attitude de la France au cours de la récente intervention militaire dans ce pays relève également d'un droit d'intervention, d'un droit d'ingérence, d'un droit de punir, qu'elle s'est attribué. Ici-même, nous avons suffisamment critiqué cette intervention, pour souligner qu’elle ne se faisait pas dans le cadre défini par l'ONU, qu'elle ne respectait pas les diverses résolutions de cet organisme, que la France intervenait directement et quasi seule dans un premier temps alors qu'elle s'était engagée sur l'inverse exactement et que cette opération Serval se traduisait au final par le maintien sur place d'un fort contingent de militaires français (3000 hommes). Rappelons-nous le vocabulaire. Il convenait de "tuer", "éliminer" les terroristes d'Al Qaïda et autres structures djihadistes. Il fallait intervenir vite, sans attendre, parce que ces "terroristes" étaient aux portes de Bamako ...
Le droit d'ingérence, le droit d'intervention, déjà le droit de punir, argumentaient l'intervention et la présence de la France, tout autant pour sauver le Mali que pour défendre nos intérêts.
A l'exception du fort contingent militaire resté sur place, à l'exception des milliers de réfugié qui ne sont toujours pas rentrés chez eux, à l'exception du problème touareg qui n'est aucunement réglé, à l'exception des conflits persistants dans le nord entre touaregs et arabes, entre noirs et arabes et touaregs, conflits qui font des victimes quotidiennes, à l'exception du retour dénoncé des djihadistes, l'opération Serval se sera plutôt bien passée et pourra être qualifiée de "succès". IBK a été élu à la régulière, son challenger Soumaila Cissé est en mesure, s'il le veut, de représenter une opposition crédible, le capitaine putschiste a été promu général et le président intérimaire a nommé toute une kyrielle de diplomates, de hauts fonctionnaires et grands administrateurs de l'Etat à la veille de son départ. François Hollande pourra assister à l'investiture du nouveau Président le 19 septembre prochain !
Juste une toute petite information ! Que l'on se souvienne que les élections présidentielles maliennes étaient prévues pour avril 2012, auxquelles IBK et Cissé avaient fait acte de candidature. Et que si ces élections n'ont pas eu lieu, c'est parce qu'un capitaine putschiste a pris le pouvoir et a indirectement permis aux "terroristes" de s'approcher de la Capitale.

Aujourd'hui, le même tandem français est à la manœuvre au sujet de la Syrie: Fabius et Le Drian, les Affaires Etrangères et l'Armée. En ce qui concernait le Mali, c'était Fabius qui était à la remorque de Le Drian. Pour la Syrie, c'est l'inverse.
Le résultat est le même. Après de fracassantes déclarations concernant l'impérieuse obligation de punir que la France faisait sienne, les difficultés sont apparues: c''est à reculons qu'Obama se dirige vers une intervention militaire dont il n'a pas du tout envie, la Grande-Bretagne s'y est opposée et le précédent irakien n'en est pas la seule cause, l'Europe, si elle condamne l'utilisation de gaz mortels, ne veut pas d'une intervention, l'Allemagne sans doute encore moins que ses voisins, la Ligue Arabe refuse de s'engager dans un guêpier pareil. La France est seule et toute les rhétoriques autour de la condamnation morale du régime syrien ne changeront rien à l'affaire.
En conformité avec ses choix éditoriaux, "Le Monde" s'est résolument engagé du coté des guerriers. Le "général" Nougayrède a rédigé un exceptionnel (de par sa longueur) éditorial nous expliquant ce qu'il fallait faire, pourquoi il fallait le faire et comment il fallait le faire. Depuis, toute sa rédaction développe les argumentaires présentés et les éléments de langage mis en exergue. Comme il moins facile que pour le Mali de négliger les opposants à la guerre, alors on les présente sous forme d'"opinions" divergentes. Sur Lemonde.fr, à deux reprises déjà, les opposants à la guerre ont été assimilés à l'extrême-droite et aux militants anti-mariage gay. C'est dire jusqu'où peut aller une certaine forme de malhonnêteté intellectuelle: faire passer pour progressistes les tenants de la guerre !

Il faut punir, disent-ils.

Il existe deux sortes de punition.
La première se veut éducative, voire pédagogique. C'est la sanction infligée à l'élève, à l'apprenti, à l'esclave, lorsque celui-ci n'a pas respecté les méthodes et principes de réalisation d'un processus, n'a pas appris une leçon, n'a pas appliqué correctement des consignes. Cette punition est appliquée par un "maître". On peut discuter à l'infini de ses valeurs pédagogiques, mais il est évident, philosophiquement parlant, que le maître et l'élève se "reconnaissent" mutuellement, même si cette reconnaissance peut être hautement conflictuelle. Il n'y aura plus de punition lorsque l'élève ne reconnaîtra plus le maître et s'émancipera.
Dans le cas syrien, est-ce ce type de sanction qui est envisagé ? En ce cas, qui donne à la France, aux Etats-Unis, à l'Occident le mandat de punir et, conjointement, la toge du "maître" ? A l'évidence, personne.

La seconde forme de punition s'apparente davantage au règlement de compte. Elle intervient d'ailleurs souvent après des tentatives infructueuses de la première méthode. Méthode radicale, le règlement de compte vise à éliminer celui qui tente d'échapper, par le bien ou par le mal, par le haut ou par le bas, aux règles imposées par les tenants de l'ordre. Il s'agit, dans notre cas, de l'ordre mondial ou de l'image que veulent diffuser les maîtres de l'ordre mondial. La guerre chimique est une "ligne rouge". Pourquoi ? Pourquoi davantage de répréhension à l'égard du gazage qu'à l'égard du bombardement aveugle ? Peut-on qualifier d'immoral l'emploi de gaz de combat ? L'usage de bombes à fragmentation serait-il plus moral ?
Quoi qu'il en soit, le règlement de compte vise à éliminer celui qui, délibérément, ne respecte pas les règles imposées, celui qui fait un usage personnel, et souvent à son avantage ou bénéfice, des processus et méthodes généralement reconnues. Dans notre cas syrien, le but recherché est d'abord celui d'un "rééquilibrage" en faveur des forces rebelles. Le cas libyen nous rappelle cependant que l'expédition de l'OTAN s'est achevée par l'assassinat, par la France, de Mouammar Khadafi. La question est la même: qui donne à l'Occident, aux Etats-Unis, à la France, mandat pour mettre sur pied un règlement de compte ? A l'évidence, personne !

«Au départ on peut penser qu'on est seuls quand on prend la responsabilité d'agir et de prévenir les autres que nous, parce que nous sommes la France, avons un rôle particulier mais ensuite, il y a un travail de conviction, il se fait». Ainsi s'est exprimé François Hollande le 8 septembre, à Nice, dans le cadre des "Jeux de la Francophonie". Quel rôle particulier est celui de la France ? Quelle idée de la mission de ce pays François Hollande se fait-il ?


Pour négocier en Syrie-(C)Carl Court-Getty Images
La seule autorité susceptible de délivrer un mandat pour une intervention en Syrie (ou ailleurs) est l'ONU. Il n'y en a aucune autre.
L'ONU n'est qu'un "machin" inefficace, lent à se décider, doté d'une incroyable inertie ?
C'est exact ! L'ONU n'a pas 70 ans d'existence et l'ONU n'est que la somme de tous les pays qui la composent. Elle ne peut agir avec efficacité et promptitude que si les pays qui la composent prennent soin d'elles et l'utilisent aussi souvent que possible. L'ensauvagement du monde (cher à Madame Nougayrède), ne se renforce que lorsque les Etats mettent en avant leur prétendu "rôle particulier" et, ce faisant, tuent le multilatéralisme et une future gouvernance mondiale !
Si l'on doit rechercher où se trouve le progressisme, c'est ici qu'on le trouvera !

Si l'on refuse les "punitions", la seule méthode permettant de résoudre les conflits s'appelle la diplomatie. Il n'y en a aucune autre.
La diplomatie n'est que procédures et discussions longues et lentes, ne débouchant sur rien ou pas grand-chose, et pendant ce temps les victimes continuent de s'accumuler ?
C'est sans doute exact ! Sauf que rien ne prouve que les victimes ne seraient pas encore plus nombreuses en cas de dissémination des affrontements si l'on pratique les expéditions punitives et si l'on ajoute la guerre à la guerre. Liban, Iran, Irak, Israël, qui pense à tous ces pays et aux éventuelles conséquences d'un déferlement de violences ?
La diplomatie, c'est déjà remplacer le bruit des armes par la parole. Et ceci sans aucun préalable, d'aucune sorte. Lorsque tirent les armes, elles le font sans préalable. Dans un premier temps, la diplomatie ne doit avoir pour objet que de remplacer les cris des armes par des paroles, des propos, violents s'il le faut, avec des intermédiaires s'il le faut. Il est singulier que de tous nos va-t-en-guerre, il n'en est aucun pour réclamer et aider à mettre en œuvre un cessez-le -feu, de quelques heures, de quelques demi-journées, de quelques jours. La diplomatie, dans sa fonction d'entremetteuse, est devenue gênante et obsolète, alors que la notion même de négociation fait partie de la guerre. L'exemple malien, cette fois-ci, l'illustre bien: la France a décidé de son intervention alors même que des discussions se tenaient à Bamako et au Burkina sous l'égide de l'ONU avec la présence de Romano Prodi, discussions qui ont été sabotées par le Mali fantoche et par la France. Les participants au conflit syrien qui, aujourd'hui encore, se refusent à prendre place autour d'une table (Genève 2, par exemple) doivent y être poussés par leurs propres soutiens. En l’occurrence, la France a l'impérieux devoir de pousser à la table la Coalition Nationale Syrienne (même si elle ne représente pas grand chose) plutôt que de chercher à "rééquilibrer ses positions" (Laurent Fabius)
Ici encore; l'ensauvagement du monde ne se renforce que lorsque les Etats mettent en avant leur prétendu "rôle particulier" et, ce faisant, assassinent le dialogue et la négociation !
Si l'on doit rechercher où se trouve le progressisme, c'est ici qu'on le trouvera !



Peux-t-on ajouter un commentaire plus général ? Le prétendu "rôle particulier" des Etats ne s'exprime pas que dans le domaine guerrier. On le retrouve en matière de commerce, par exemple, dans le cadre de l'OMC où les occidentaux alternent avec mépris les demandes d'allègement des taxes douanières ou l'imposition de nouvelles taxes aux pays émergents et en développement, selon que les fluctuations des marchés les avantagent ou non.

vendredi 8 juin 2012

La France n'a rien à foutre militairement au Mali.

C'est difficile et c'est triste à dire, mais il existe des intellectuels africains prompts à retourner leurs sentiments. Il n'y a pas un mois que le nouveau président français est élu et qu'il a pris ses fonctions que déjà certains lui lancent des appels à aider le Mali.
Afin de justifier un aussi rapide revirement, ils précisent que la France de Sarkozy ne leur a jamais rien donné et qu'au contraire elle leur a pris et les a maltraités. Comme de bien entendu, ressort comme un tarte à la crème le discours de Dakar, mal lu et mal cité, ou bien les accords d'immigration rejetés par ATT. Ces intellectuels se sont-ils mobilisés pour défendre le bilan d'ATT lorsque celui-ci a été chassé du pouvoir ?

Le Mali vit une situation catastrophique: situation de guerre au nord, situation humanitaire des réfugiés qui quittent le pays pour la Mauritanie ou le Niger, situation idéologique insupportable avec la proclamation d'un Etat islamique de l'Azawad et surtout les exactions quotidiennes de "combattants" livrés à eux-mêmes, situation politique incontrôlable à Bamako.

Un membre d'Ansar Dine (C) Romaric Ollo Hien -AFP

La France tient-elle actuellement un nouveau langage à l'égard de l'Afrique ? Probablement pas.
Laurent Fabius n'a pas autre chose à dire que "nous tiendrons un autre discours que celui de Dakar". Est-ce bien vrai ? Un fois enlevé (avec justesse) le volet colonialiste et daté du discours de Dakar, le fond reste le même !

Jean-Yves Le Drian, ministre de la défense, vient de la dire tout clairement.
"Le dispositif français en Afrique fera l'objet d'un nouveau Livre blanc évaluant les menaces et le rôle que la France doit jouer. Nous sommes très préoccupés par la situation au Sahel. Il y a des risques majeurs qu'il devienne un nouveau sanctuaire du terrorisme, avec, en plus, la dislocation du Mali. Il faut retrouver les principes de l'intangibilité des frontières, de l'intégrité du pays. Mais nous n'avons pas l'intention de revenir aux traditions d'ingérence. Il est indispensable que les organisations africaines agissent. C'est une fois qu'un mandat des Nations Unies, sollicité par les organisations africaines, sera décidé, que nous apprécierons la manière dont la France, qui ne doit pas fuir ses responsabilités, s'associera militairement. Il est souhaitable que des initiatives soient prises rapidement. L'idéal serait que l'ensemble soit accompagné par l'Europe, ce serait une forme de responsabilisation vis-à-vis de l'Afrique. C'est à partir du moment où il y aura un mandat que nous pourrons agir et activer nos éléments de soutien sur place."

Mais de quelle responsabilité française parle t-on ? Et de quelle responsabilisation européenne ? Celle qui est née du colonialisme ? Et jamais nous ne nous posons la question de savoir si les peuples africains (et non quelques intellectuels ludions) ont envie et ont besoin de cette "responsabilité". Relisez donc ce fameux discours (ou lisez-le une bonne fois pour toutes): vous y trouverez les mêmes références à des liens historiques, des liens de solidarité avec l'Europe.

La France n'avait rien à faire en Libye, elle n'y a pas respecté le mandat qui lui avait été confié, elle a fait d'énormes dégâts que payent au comptant le Mali, la Mauritanie, le Niger ...
La France n'a rien à faire en Syrie et la première raison en est justement le non-respect du mandat précédent en Libye.
La France n'a rien à faire militairement au Mali. Cela ne fera qu'ajouter des désastres aux désastres ...

Davantage qu'intervenir militairement, l'Europe doit faire connaître ses choix à haute et intelligible voix auprès des organisations africaines.
L'Europe doit aider l'Afrique à se définir un modèle de développement, et à le mettre en œuvre. La solution malienne se trouve dans la prise en charge de l'ensemble de l'avenir du pays par les maliens eux-mêmes, toutes populations et religions confondues.
Là est le rôle de la France et de l'Europe: pas dans les armes ...

jeudi 22 mars 2012

La fin de Khadafi et la fin d'ATT

Ce n'est pas un titre de gloire, mais le 30 octobre 2011, ici-même, nous annoncions ce qui allait, ce qui devait se passer dans cette vaste zone qui va de la Libye au Mali. Et nous parlions de désastre. De plusieurs désastres, car les motivations de la guerre menée en Libye, et les conditions dans lesquelles elle s'est réalisée, ne pouvaient pas déboucher sur autre chose.

Mais auparavant, faisons commentaire d'une info dont Mediapart s'est fait le porteur et qui s'avère être un véritable "flop".
Le 12 mars, Mediapart publie un article selon lequel le financement de la campagne 2007 de Sarkozy aurait été financé, à hauteur de 50 millions d'euros, par Khadafi, son fils Saïf Al Islam, avec Brice Hortefeux pour intermédiaire. Ces informations, tapées en caractères sibyllins sur un vulgaire bout de papier, dateraient d'octobre 2005. Curieusement, aucun organe de presse ne développe cette information. Tous, en France, mais aussi en Belgique ou en Suisse, reprenne le contenu de l'article de Mediapart, mais quasi personne ne fait le moindre commentaire. A deux exceptions près. Celle du Réseau Voltaire, Thierry Meyssan, sur laquelle on ne s'étendra pas, sauf en ce qui concerne une bizarre accusation: si la campagne de Sarkozy a été financée par Khadafi, il en aurait été de même pour la campagne de .... Ségolène Royal. L'autre exception est celle de Marianne dont Philippe Bilger , dans son blog, souligne que bien des choses restent incompréhensibles alors qu'il laisse entendre qu'il doute de la sincérité de ce "mémo" présenté par Mediapart.

Coup de tonnerre, quatre jours plus tard, Mediapart déclare que Jean-Charles Brisard, son "indicateur", retirait tout ce qu'il avait pu dire au motif qu'il avait "été associé malgré lui à de soi-disant révélations". Et là, curieusement, personne ne cite ce démenti, strictement personne.
Pourtant, il est loisible de se poser un certain nombre de questions.

- Le 16 mars 2011, Saïf Al Islam, particulièrement remonté, accordait une interview à Euronews et déclarait que son père avait financé la campagne de Sarkozy. " Nous avons les preuves, tous les détails, les comptes bancaires, les documents et les opérations de transfert". Le 12 mars 2012, dans Mediapart, Jean-Charles Brisard déclare qu'il a un dossier, des notes, des documents de transfert. Curieux hommes que ces "mafiosi" qui gardent une trace réglementaire de tout ce qu'ils trafiquent !! Et pourquoi Khadafi n'a t-il jamais mis à exécution ses menaces de publication des fameux comptes bancaires ?

- Une autre question vise à comprendre pourquoi Sarkozy aurait décidé de trahir aussi brutalement son donateur. Dire que c'est pour effacer les preuves de ce financement relève du "cinéma".

- Nicolas Sarkozy avait-il vraiment besoin de 50 millions ? Alors qu'il semble, à ce que l'on raconte, que la famille Bettancourt était à même de lui en donner à guichet ouvert ?

- Et enfin, pourquoi ce prétendu bout de papier écrit en 2006 arriverait aujourd'hui, et seulement aujourd'hui, dans la rédaction de Mediapart ?

Le problème, c'est que l'Internet laisse derrière lui une longue traîne. Lorsque "Rue89" a déclaré que Camatte était un agent secret, à le suite probable d'une mauvaise interprétation d'un commentaire de fonctionnaire, cela n'a jamais été démenti et cela traîne encore dans de nombreux sites africains. Gageons qu'il en sera de même pour le financement de la campagne 2007 de Sarkozy ...

Cet imbroglio qui a présidé à la décision de faire la guerre en Libye et d'y supprimer Khadafi est donc à l'origine de plusieurs désastres.
Le premier désastre potentiel était celui d'un risque de transfert de conflit d'une terre à l'autre. C'est chose faîte puisque les touaregs du MNLA, lourdement armés, ont quitté la Libye et sont rentrés au Mali pour y réclamer l'indépendance de l'Azawad. Ils y mènent une guerre violente, dure, cruelle et rien ne les arrête. Les populations civiles fuient vers le Niger ou vers la Mauritanie (plusieurs centaines de milliers) et viennent gonfler d'autres populations déjà en situation de souffrance alimentaire.
Le second désastre potentiel était celui d'une partition de la Libye. C'est chose faîte, ou presque, puisque la Cyrénaïque réclame son autonomie, avant de réclamer son indépendance. Celui également d'une partition du Mali puisqu'au-delà de la revendication d'indépendance de l'Azawad (curieusement limité aux frontières officielles du Mali), un groupe salafiste revendique maintenant son autonomie et veut étendre la loi islamique à l'ensemble du Mali.
Ici, comme en Libye, le troisième désastre potentiel était bien de laisser le champ libre à tous les agitateurs religieux qui se multiplient au cœur de cette vaste zone quasi désertique: salafistes, AQMI, ... Là aussi, c'est chose faite.

Comme un désastre ne vient jamais seul, l'armée régulière malienne (une partie ?) vient de renverser ATT. Si elle a quelques griefs solides à exprimer au Président de la République du Mali, et notamment celui d'être abandonnée au fond du Nord, sans appui logistique (il a fallu qu'un hélicoptère de l'armée américaine largue des vivres !), et régulièrement massacrée par les combattants touaregs, cela ne l'autorisait en aucune sorte à prendre le pouvoir. D'autant plus, s'il s'agit de déclarer que l'on va organiser des élections, alors même que celles-ci devaient se tenir dans un mois !! Curieuse et inquiétante conception de la démocratie.


ATT (C)Reuters/Pool New

ATT est un démocrate. Dans le contexte africain, il dénote avec sa ferme volonté de ne pas faire de nouveau mandat, (il en a fait deux) et de céder la place. ATT a joué un rôle capital à l'égard de la part importante de ses compatriotes exilée en Europe, en France particulièrement: les Maliens de l'extérieur. Il s'est opposé à plusieurs reprises et avec fermeté à la signature d'accords de gestion concertée des flux migratoires avec la France, accords dont Besson, puis Hortefeux, s'étaient fait les champions. ATT s'est enfermé dans un refus de faire la guerre à AQMI dans le nord du pays, une guerre qu’il disait ne pas être la sienne, ni celle du Mali. C'est pour cela qu'il a été considéré comme le maillon faible de la lutte contre le terrorisme. Et quand les touaregs sont rentrés au pays pour affronter le pouvoir central, avec la complicité réelle ou tacite (malgré leurs dénégations) des islamistes, il n'a pas vu que la dimension du conflit et le rapport de forces n'étaient plus les mêmes. Le point de vue de Slate ici.

Ce désastre-là ne fait que commencer. Les populations du nord, comme du sud, n'ont pas fini d'en souffrir, les libertés de choix et de convictions d'en pâtir, et la région toute entière (Mali, Niger, Sénégal, Burkina) d’en être durablement déséquilibrée. -

samedi 25 février 2012

L'Azawad et le Mali

La guerre s'installe dans le Nord du Mali. Plusieurs dizaines de milliers de réfugiés ont pris le chemin de la Mauritanie ou du Niger. Ils viennent s'ajouter à des populations en grande difficulté alimentaire. Les combats sont meurtriers entre les combattants touaregs et une armée malienne peu à l'aise dans ces immenses étendues désertiques. L'armée et les officiels maliens accusent le MLNA (Mouvement National de Libération de l'Azawad) de massacre de populations civiles. Ceux-ci répliquent en dénonçant des bombardements aveugles qui font, eux aussi, des victimes civiles. Certains ont déjà titré qu'il s'agit là d'une des conséquences de l'ère Khadafi, façon de chercher encore de nouvelles justifications a postériori à l'intervention occidentale.

Aujourd'hui, rien n'est moins sur et la plus grande prudence est de mise en ce qui concerne les analyses. L'Algérie, les touaregs combattants et certains organes maliens n'hésitent pas à mettre en cause la France dans le développement de ce conflit, prenant pour argument l'enlèvement de deux français devenus conseillers militaires des touaregs et le relais fidèle par RFI des communiqués du MLNA.


La question touarègue n'est pas neuve. Et au Mali elle a une dimension particulière. En effet, les touaregs ou peuple parlant la langue tamachek (tamasheq) occupent une large zone géographique comprenant le nord du Mali, le sud de l'Algérie (Hoggar et Tassili), l'ouest de la Libye, une grande majorité du Niger et l'extrême nord du Burkina Faso. Depuis les indépendances, c'est cependant surtout au Mali que les revendications d'autogestion et d’autonomie politique et économique sont les plus tendues. Dès 1958, le Mouvement Populaire de l'Azawad a revendiqué la constitution d'un état touareg dans la seule partie nord du Mali. En 1963, Modibo Keita s'est douloureusement affronté à une première rébellion durement réprimée. D'autres révoltes ont suivi en 1990 et en 1996. Les accords d'Alger, signés en 2006 (dix ans après !) ont ouvert la voie en 2009 à la création d'un Fonds de Développement du Nord-Mali. Comment est-il financé ? Qui le finance ? Toujours est-il que les Touaregs le considèrent comme totalement inexistant.
Une première et importante observation est donc à faire en soulignant que les combattants actuels revendiquent l'autonomie d'une partie du territoire malien, tout le Nord-Mali au-delà de Mopti. Ils n'engagent pas les populations touarègues des autres pays frontaliers déjà cités. Cette observation doit donc mettre un terme à des commentaires faisant référence à la reconstitution d'un pays touareg qui aurait été démantelé par le colonisateur et morcelé par des frontières artificielles créées lors de la colonisation. La lutte du MLNA n'est pas la lutte de tout le peuple touareg. Certains touaregs disent même que le touareg du Niger accordera la paix à vie du moment qu'il a du pain, tandis que celui du Mali, affamé ou ventre plein, revendiquera toujours un Etat, un Drapeau, une Nation, une Identité.

Espace touareg (C)J.Dupuis


Territoire Azawad revendiqué (C)babyfoot

Le MNLA revendique l'indépendance du Nord-Mali. En l’état actuel des choses, il est certain que la zone n'est pas économiquement viable. Si une partition devait se faire, et ce n'est pas pour demain tant la majorité des maliens y est opposée, ce nouveau pays vivrait de peu. Mais, et là est le fond de la question, le sous-sol de la zone est probablement infiniment riche bien que non exploité actuellement: de l'or, du pétole, de l'uranium ... Qui en assurera l'exploration, puis l'exploitation ?

Ce conflit est également lourd de dangers en ce qui concerne l'avenir de la démocratie malienne. Les élections présidentielles sont (encore ? pour combien de temps ?) fixées au 29 avril (13 mai pour le second tour si nécessaire). De plus en plus de voix s'élèvent pour en demander le report à une date ultérieure afin qu'elles se déroulent dans des conditions de paix et non de guerre intérieure. Ce report, s'il devait avoir lieu, impliquerait le maintien à son poste d'Amadou Toumani Touré alors que celui-ci s'est engagé à ne pas solliciter de renouvellement de mandat et à ne pas rester au pouvoir au-delà de l'échéance légale. ATT n'est pas un président parfait. Mais qui l'est ? Il a, en la matière, et c'est exceptionnel en Afrique, le très gros mérite de quitter le pouvoir sans user d'artifices législatifs ou de coup d'état pour se maintenir au pouvoir. ATT a une autre qualité; celle d'avoir tenu tête au gouvernement français dans les discussions relatives à l'"Accord de Gestion Concertée des Flux Migratoires". Certes, ATT a reculé sur l'épineux dossier du code de la famille et du statut de la femme "qui doit obéissance à son mari". Il n'en est pas moins un démocrate et la chose est encore rare en Afrique.

Dernier point: déséquilibrer le Mali, c'est déséquilibrer TOUS les pays limitrophes: Mauritanie, Algérie, Niger, Burkina,.. Qui y a intérêt ?

Ajouté le 27 février, ce lien dont l'analyse est, à tout le moins, à prendre en considération.

dimanche 30 octobre 2011

Sauver Benghazi pour mieux punir Syrte ...,

défendre les populations civiles à Benghazi avec un mandat à peu près clair de l'ONU pour mieux violer ce mandat à Syrte et y faire la chasse à Khadafi, invoquer la démocratie et la responsabilité de l'Occident à Benghazi pour mieux s'en moquer et ne pas les respecter à Syrte dans le but de se venger de celui que l'on a appelé un tyran et qui venait camper (au sens propre) sous les fenêtres des chefs d'état occidentaux. Est-ce là le bilan de la campagne de Libye ?

Guerre en Libye (DR)

Et qu'avons-nous gagné ? Rien, si ce n'est probablement un désastre.

Un désastre en raison de la réaction (de la contre-révolution !!) islamiste. Comme il était prévisible, les révoltes arabes donnent tour à tour le pouvoir aux islamistes et c'est une vue de l'esprit que de croire qu'Ennahda, en Tunisie, sera respectueux de la démocratie, de la place de la femme, du droit de croire ou de ne pas croire. Des déclarations inquiétantes ont déjà été faites en ce sens, qui ont été démenties par les nouveaux hommes forts qui ont besoin de la "reconnaissance" occidentale.
En Libye, point n'est besoin de s'étendre: la "collaboration" entre les factions se fera sur le dos des droits élémentaires.
Quant à l'Egypte, tout s'y prépare pour que les Frères Musulmans et les salafistes se partagent le pouvoir.
Ce qui n'était pas une révolution cède la place à la réaction la plus classique. Il fallait s'y attendre et seuls les journalistes romantiques pouvaient se tromper et nous tromper en nous gavant d'images de madones au drapeau ou de lanceurs de grenade et en nous faisant vivre les évènements en "direct live". Pour mémoire, il en est ainsi de toutes les "révolutions": Mai 68 s'est achevé sur les Champs par une monstre manif de la droite te le retour de l'essence dans les pompes, Obama encensé par les chroniqueurs n'est plus désormais qu'un velléitaire, ... Les révoltes arabes suivent le même chemin parce que les forces de la jeunesse, celles qui ont su si bien utiliser les réseaux sociaux et internet, ne revendiquent pas tant un fonctionnement démocratique de la société, mais avant tout la LIBERTE, la liberté de travailler, de gagner sa vie, de discuter, de consommer, de se déplacer, de voyager.
Et parce que les forces de la contestation, quoique souvent riches culturellement, ne sont pas politisées. Les militants aguerris se trouvent dans des structures qui attendent cette alternative depuis des décennies et qui ont su réagir très rapidement: Ennahda ou les Frères Musulmans et la kyrielle d'institutions sociales et humanitaires qu'ils ont su mettre en place et animer. Quant aux intellectuels de gauche, aussi méritant soient-ils, ils n'ont bien souvent aucune structure, aucun parti historique, aucun syndicat derrière eux. Et ce ne sont pas eux qui peuvent promettre que demain, la télévision sera gratuite !

Un désastre à cause du "deux poids, deux mesures". Parce qu'il n'y a pas à se venger d'humiliations qu'aurait pu infliger le président Assad aux gouvernements occidentaux, aucune intervention n'est prévue pour mettre un terme au calvaire de son peuple. Certes Assad a sans doute raison: il sait depuis toujours que céder la place, c'est laisser entrer, ici aussi, l'islamisme politique. Alors, pour sauver ce qui peut encore l'être, tout comme ce qui aurait pu être imaginé en Libye, n'est-il pas possible d'exercer d'impitoyables pressions (refus de tous produits en provenance de Syrie, fermeture de tous les comptes, boycott de toutes les entreprises, exclusion de toutes les institutions internationales, ...?
Il restera dans l'esprit des peuples du Maghreb, du Moyen-Orient et d'Afrique la terrible explication de ce "deux poids, deux mesures": il s'agissait, en Libye, de faire main basse sur les richesses.

Un désastre à cause du transfert des risques de conflit. Les Touaregs que l'on a, bien imprudemment, traités de mercenaires alors qu'il ne s'agissait que de tribus fidèles à la tribu des Khadafi (et cette sorte de fidélité ne se rompt que par la mort) rentrent au pays les bras chargés d'armes. D'autres combattants, ceux d'AQMI, cherchent à occuper le Nord-Mali, le Nord-Niger, les franges de la Mauritanie pour y installer leur base africaine. Eux aussi ont les bras chargés d'armes de toutes sortes. Afin de déloger AQMI de leur territoire, les Touaregs ne leur déclarent ni plus ni moins que la guerre, ainsi qu'à l'armée malienne dont ils considèrent qu'elle a des "connivences" avec les terroristes. Et tout cela moins d'un an avant les élections présidentielles au Mali (avril-mai 2012), l'un des rares pays africains à être une démocratie quasi exemplaire ! Au-delà du Mali, ce sont le Niger, l'Algérie et la Mauritanie qui ne manqueront pas d'être concernés par ce nouveau conflit.

Un désastre à cause de la mort de nos relations avec l'Afrique. D'aucuns diront "Tant mieux, c'est la fin de la Françafrique". Mais le bilan est plus triste que cela parce que les relations entre notre pays et les pays africains vont bien au-delà de ces relations de pouvoirs et d'affaires.
Il y avait déjà les questions de l'émigration des Africains et de leur immigration rejetée chez nous. Il y a maintenant un sentiment de mépris de la part des occidentaux et d'humiliation pour les Africains, et ceci pour une raison essentielle. La Libye a été le théâtre d'une intervention militaire, et son chef d'état a été assassiné par des armées occidentales (ou sous couvert de celles-ci) sans l'accord du Continent africain. Le Continent africain a été bafoué, son avis n'a jamais été pris en considération, il n'a même jamais été sollicité. Certes, cet avis était peu audible, entaché qu'il était pas des "solidarités" acquises avec beaucoup d'argent, beaucoup de contrats. Il n'empêche, Khadafi a été l'un des rares à savoir parler de la Nation Africaine. Jacob Zuma, Président de l'Afrique du Sud, a tenté, à plusieurs reprises, d'ouvrir des pourparlers (et non des négociations !) entre les forces en présence. En avez-vous seulement entendu parler ? Il a dénoncé la primauté accordée à l'OTAN (et donc à Paris, Londres et Washington) sur l'ONU pour "gérer" l’affaire libyenne. En avez-vous eu connaissance ?
La guerre libyenne s'achève sur l'humiliation de toute l'Afrique, du Maghreb au Proche-Orient et à l'Afrique du Sud, en passant pas l'Afrique de l'Ouest. En date du 18 octobre dernier, l'intellectuel et historien Achille Mbembe affirmait dans "Le Monde" que "la France n'est plus notre soleil". Le conflit libyen et son traitement spécifiquement français, avec la complicité de quasi toutes les forces politiques, et notamment celles de gauche, n'ont fait qu'assombrir un peu plus notre "soleil".

Enfin, pour terminer, un probable désastre à cause d'une possible partition de la Libye. On ne le dira jamais assez, la Libye est un pays de tribus que Khadafi avait réussi à rassembler sur un objectif commun, au prix, c'est certain, de violences et de crimes impardonnables. Désormais, ceux de Benghazi s'opposent et s'opposeront à ceux de Tripoli ou de Syrte ou de Misrata et vice-versa. Les territoires, les richesses, le pétrole, tout fera l'objet de conflits et de partages violents et la Libye d'aujourd'hui risque la partition en deux, voire trois, entités non viables.

Oui, un désastre et aucun bénéfice, si ce n'est pour quelques pétroliers ...

PS: chroniqueuse au "Monde", Caroline Fourest a un vrai beau franc-parler et ses analyses sont d'une justesse et d'une précision dignes du scalpel. Il faut la lire sur son blog et sur le site de l'association-revue dont elle fait partie: ProChoix.

.

- page 1 de 2