THERMOPYLES

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Mohamed Morsi

Fil des billets

mardi 29 avril 2014

encore 683 condamnés à mort à Minya, en Egypte

En mars dernier, ils étaient 529 partisans de Mohamed Morsi à être condamnés à mort au cours d'un simulacre de justice, dans le tribunal de Minya, en Moyenne-Egypte. Hier, 28 avril, ce sont 683 égyptiens hâtivement qualifiés d'islamistes et donc de "terroristes" qui se sont vus condamnés à la même peine.
Comme le mois dernier, le jugement a été rendu à la va-vite puisqu'une demi-journée a été suffisante pour instruire ce procès de masse et prononcer la sanction. Bien entendu, afin de gagner du temps, les avocats de la défense n'ont pas eu le droit de prendre la parole.


Une femme montre le portrait d'un condamné à mort (C)AFP-Khaled Desouki

Un seul point positif dans cette mascarade. Parmi les 529 condamnés à mort du mois de mars, 492 ont bénéficié de la clémence du juge puisque leur peine a été commuée en réclusion à perpétuité.

Ça suffit, cessons de rigoler ! Encore une fois, la majeure partie de ces condamnations ne seront pas mises à exécution (c'est le cas de le dire). Cependant, il y en aura peut-être quelques-unes, et ce sera quelques-unes de trop. Quant à tous les autres condamnés, ils poursuivront leur vie dans les prisons les plus infâmes et les plus dangereuses du monde. Et s'ils s'en sortent, ils finiront de vivre comme des marionnettes, détruits qu'ils seront par les mauvais traitements, et/ou des mendiants, rejetés par toute la société.

Bien entendu, il est tout un panel d'autorités à s'offusquer de ces procès de masse, de cette absence totale d'instruction des faits et de cette interdiction de plaider imposée aux avocats de la défense, C'est le cas des Nations Unies, au Haut Commissariat aux Droits Humains qui dénonce cette violation, c'est le cas de l'Union Européenne qui réclame le respect des droits de la défense, ou des Etats-Unis qui parlent d'un défi aux règles internationales de la justice, ou encore de la France qui renouvelle son opposition à la peine de mort. Que voilà une belle unité pour réclamer que les islamistes égyptiens soient jugés équitablement alors qu'ils ne sont surtout et avant tout que persécutés !
Persécutés parce qu'il faut que la Confrérie des Frères Musulmans disparaisse purement et simplement !
Mohamed Badie, guide suprême de la confrérie, fait partie des 683 égyptiens condamnés hier. Ne doutons pas que ce "terroriste"-là restera bel et bien en prison ! Tout comme Mohamed Morsi qu'attendent deux ou trois procès.

Une seconde case de l'échiquier égyptien concerne les "révolutionnaires", ceux qui sont à l'origine de la chute de Moubarak en 2011, ceux qui ont été incapables de surmonter leurs divisions et leurs jalousies afin de présenter un programme de gouvernement qui tienne la route, ceux qui se sont opposés à Mohamed Morsi dès son élection (la première élection libre en Egypte !), ceux qui se sont alliés aux forces armées pour le faire tomber et qui y ont réussi, ceux, enfin, qui se réveillent un peu tard (à moins qu'ils poursuivent leurs manipulations chimériques) et qui dénoncent le régime militaire: nous voulons parler du Mouvement du 6 avril.
L'homme fort de l'Egypte, l’ancien chef des Armées, le futur Président autoproclamé Abdel Fattah Al-Sissi, vient de les remercier: il a fait interdire leur mouvement. Ainsi voilà une seconde opposition (oh, pas très solide politiquement !) réduite au silence.

De l'armée, du CSFA (Conseil Suprême des Forces Armées, ou SCAF), il n'y a pas beaucoup à dire. Elle a retrouvé son statut et l'institution est toujours plus puissante politiquement. Au temps de la révolution et des atermoiements du Mouvement du 6 avril, un mouvement de boycottage des Forces Armées avait été lancé au motif que 25, 30, 40% (les chiffres variaient) de la richesse de l'Egypte étaient détenus par les militaires. Cette idée refait surface alors que ceux-ci viennent de se voir attribuer d'importantes surfaces (160 millions de m²) aux fins de construction de logements sociaux. Financial Times et Jeune Afrique viennent d'en faire un article qui écarte le rôle économique primordial des Forces Armées, mais confirme leur richesse grandissante en termes de propriété foncière.

Dans ce tableau, le plus triste est malheureusement la position de l'Europe dont "dans ses conclusions du 10 février 2014, le Conseil des Affaires étrangères a qualifié la constitution adoptée le 15 janvier d’ « étape importante » et a condamné fermement le terrorisme, tout en marquant sa préoccupation face à la dégradation des libertés publiques et aux difficultés auxquelles l’économie égyptienne fait face."
"étape importante", "préoccupation face à la dégradation des libertés", "condamnation du terrorisme", ... et c'est tout. Et c'est bien peu car cela n'empêchera pas l'Union Européenne de superviser les élections présidentielles égyptiennes des 26 et 27 mai.
L'enjeu n'est pas celui des "libertés publiques", c'est celui du retour de la stabilité, du retour des touristes et des investisseurs.

mardi 25 mars 2014

529 condamnés à mort: l'Egypte est-elle devenue folle ?

529 condamnations à mort d'un seul coup ! Tel est le verdict d'un tribunal de Moyenne Egypte (Minya) à l'encontre de supposés Frères Islamistes accusés du meurtre d'une personne lors des violents affrontements du mois d'août 2013 au Caire, affrontements entre la police et les Frères Musulmans qui s'étaient soldés par la mort de plusieurs centaines de manifestants (1400 !).
Le procès qui s'est tenu à Mynia s'est déroulé en ... 48 heures, sans que les accusés aient eu la moindre possibilité d'exprimer leur défense, leurs avocats s'étant vu interdire l'accès à la salle d'audience pour des raisons de sécurité.

Cette condamnation de masse est, avant tout, une sinistre décision de la part d'une justice délirante au service d'une contre-révolution conduite par l'armée et la maréchal Abdel Fattah al Sissi, futur président proclamé de l'Egypte.
Alors, bien sur, les commentateurs en limitent la portée en affirmant que les condamnés à mort ont la possibilité de faire appel et que, in fine, les décisions du tribunal doivent être validées par le mufti, représentant de l'islam auprès du gouvernement. Tout ceci n'est que paroles en l'air de la part de commentateurs qui se sont souvent satisfait de la mise à l'écart de Mohamed Mori, hésitant de longues semaines avant de reconnaître, les lèvres pincées, que l'éviction du Président élu était bel et bien un coup d'état militaire.

parents-et-amis-de-militants-pro-morsi-(C)AFP.jpg
Faire appel pour les condamnés, c'est avoir la certitude de passer plusieurs années dans les prisons égyptiennes, les plus "dangereuses" du monde, tant les pratiques de vexation, d'humiliation, de chantage, de torture y sont monnaie courante. Nombre de ces condamnés savent qu'ils mourront en prison sans qu'aucune condamnation formelle n'en soit à l'origine !
Par ailleurs, une grande partie de ces condamnés à mort l'a été par contumace, parce que les accusés sont en fuite. Ils ont sans doute le tort d'être convaincus du sort qui les attend. Pour eux, il n'est pas question de faire appel: il ne leur reste qu'une attitude à observer, celle de la clandestinité perpétuelle !

Comment un tribunal, comment un juge peuvent-ils prononcer de telles sanctions ? Il faut qu'ils aient l'appui inconditionnel des autorités et qu'ils se sentent bien forts pour le faire ! Que cette décision de tribunal soit, en fait, un "message politique" visant à réaffirmer que l’islamisme et les Frères Musulmans périront ensemble et totalement s'ils ne cessent pas de se manifester !, s'ils ne cessent pas d'exister tout simplement.
Ce soir ou demain, il est prévisible qu'une nouvelle "charrette" de condamnés à mort soit décidée par le même tribunal, puisque ce sont 1200 accusés qui doivent comparaître devant lui !

Avant de protester (ce qui est indispensable), rappelons-nous cependant que cette caricature de justice est l’œuvre de juges qui étaient en exercice lors du mandat présidentiel de Morsi. Et que celui-ci (Morsi) bataillait pour épurer la justice, comme il bataillait pour épurer la police, comme il bataillait pour épurer l'armée, comme il bataillait pour épurer les administrations, toutes institutions demeurées dans les mains des nostalgiques de Moubarak.
Rappelons-nous que le discours dominant, celui qui a prétendument été validé par plusieurs millions de pétitionnaires, celui qui a été défendu par une large partie des "révolutionnaires", était de dire que Morsi voulait faire main basse sur toutes les structures de l'Etat égyptien, en l'accusant de népotisme.

Que cela ait été son projet ou non, nous ne le saurons jamais puisqu'il n'a pas été mis en œuvre et qu'aucune expérience démocratique n'a été tentée avec ce Président islamiste.
Ce qui est certain, par contre, c'est qu'aujourd'hui l'Egypte plonge irrémédiablement dans la folie contre-révolutionnaire.

lundi 4 novembre 2013

Nouveaux propos d'Azmi Bishara

A propos d'éventuelles négociations en Syrie. (publié le 31 octobre).

Négocier sans conditions préalables: les leçons du passé pour la Syrie.


Quand deux adversaires négocient sans conditions préalables, ce qu'ils font vraiment c’est la poursuite de la bataille. Les négociations impliquent une acceptation tacite d'un certain ensemble de bases, sans lesquelles le processus de négociation entier devient une apparence pour la prolongation de l'équilibre existant des forces et des réalités pratiques. En d'autres termes, la négociation sans conditions préalables fournit simplement une couverture pour continuer les mêmes vieilles actions. Il y a une tromperie fondamentale dans des négociations sans conditions préalables, qui se situe dans le fait qu'une victime perd son statut de victime d'un tyran illégitime, et devient une partie qui partage la légitimité à égalité avec les autres parties du conflit. Des négociations vraies ne peuvent être basées que sur des conditions préalables.

La leçon ci-dessus a été apprise en Palestine, mais d'autres feraient bien de l'étudier. Plus précisément, l'opposition syrienne ferait bien d'apprendre: ils sont constamment poussés à entamer des négociations sans aucune assurances, à l'exception de quelque sémantique élaborée sur «l'impossibilité et l'illégitimité» du maintien au pouvoir d’Assad. Du moment où l'opposition syrienne accepte de rencontrer les représentants d’ Assad, sans conditions préalables, la sémantique se désintégrera en autant de ballons à air chaud.

Une deuxième leçon est que les victimes sont poussées à négocier au moment où d'autres, qui avaient choisi de soutenir leur juste cause, veulent se débarrasser du fardeau. L'ancien champion d'une cause juste peut prétendre qu'il n'y a plus rien à faire, que les résultats sont désormais soumis à un processus de négociation. Personne n'a la moindre solidarité pour quelqu’un qui a été transformé de victime à partie prenante d’une négociation: si vous pouvez négocier, alors vous êtes tout seul! Négocier sans conditions préalables, quant à lui, signifie également que vous êtes soumis aux rapports existants des forces.

Ainsi, on peut dire que personne ne négocie vraiment sans conditions préalables et sans garanties. A défaut, les négociations peuvent seulement recouvrir les menus détails du processus, les mécanismes de sa mise en œuvre et le calendrier pour le faire.

C'est exact. Mais, les négociations ne peuvent pas s'engager tant que les parties en confrontation cherchent à améliorer leurs positions et à modifier l'équilibre des pouvoirs.
Il n'est pas interdit de commencer une négociation en réglant les "menus détails du processus, les mécanismes de sa mise en œuvre et le calendrier". Et s'il ne faut pas appeler cela des négociations, alors appelons-le des entretiens ou rencontres bi-latérales.
Mais au-delà de ces discussions techniques, il semble bien plus important de parvenir à un accord préalable sur un cessez-le-feu !



Pays arabes (C)U.N.

Et à propos de l'Egypte (publié le 3 novembre).

Le procès de Mohammed Morsi et la contre-révolution anti-démocratique.


Mohammed Morsi ne sera pas jugé pour ses erreurs: un président est responsable de ses erreurs dans les urnes, lesquelles existent pour servir à cette fin. Morsi sera jugé pour son refus de se soumettre après le coup d'Etat militaire et de quitter son poste.

La majorité des coupables qui sont derrière les crimes commis pendant la longue période de transition avant l’arrivée de Morsi, et pendant la courte période où il était au pouvoir, restent en place dans les services de sécurité, le ministère de l'Intérieur et l'armée. Certains d'entre eux vont maintenant jusqu’à se présenter comme des victimes.

Le nœud du problème auquel fait face l'Egypte n'est pas celui d'un coup d'Etat contre le régime de Morsi, qui n'a jamais été qu’un régime au sens académique du mot, et qui a duré seulement un an. Le principal problème auquel l'Égypte doit faire face aujourd'hui est celui d'une contre-révolution anti-démocratique dans son ensemble.

vendredi 23 août 2013

Egypte, les analyses d'Azmi Bishara

Azmi Bishara est un homme politique. Il est l'actuel Directeur Général de l'Arab Center for Research and Policy Studies, à Doha, au Qatar.
C'est un homme complexe. Palestinien d'origine chrétienne, il a été membre de la Knesset en Israël. Un Parlement dont il a été banni.
Wikipedia fournit une note biographique acceptable dans sa version anglaise (la version française est famélique !).

Azmi Bishara écrit beaucoup. Il tient plusieurs blogs et une page Facebook en arabe et en anglais
Nous avons traduit certains de ses récents commentaires en français. Sans revenir sur le calendrier des évènements égyptiens, nous vous les livrons ci-après, avec mention de la date d'écriture.


Azmi Bishara (DR)

Réflexions sur le dilemme présent en Egypte

Ecrit le 4 juillet 2013

1) Les Frères Musulmans n'ont pas compris la nature de la phase transitoire. Ils n'ont pas saisi que la question n'était pas de savoir qui était le plus fort pour avoir le droit de diriger le pays, mais comment tout groupe impliqué pouvait assumer son devoir et sa responsabilité dans la gestion de l'Egypte. Ce devoir partagé de gouverner signifiait qu'ils auraient pris part à toutes les composantes de l'administration du pays. Ils n'auraient pas dû tomber dans le piège du monopole, et porter de ce fait le blâme pour leurs échecs et difficultés. Au lieu de refuser la participation aux factions politiques qui les ont soutenus pendant le deuxième tour des élections présidentielles, la Confrérie aurait dû insister sur la participation de ces groupes pendant la phase transitoire dès le début . Le rejet des généraux Tantawi et Annan (des SCAF) a fourni aux Frères Musulmans un moment de conviction dont elle avait bien besoin pour amener les autres à ses cotés. Au lieu de cela, les Frères Musulmans ont annoncé la Déclaration constitutionnelle (en Novembre 2012), et avec elle, une grande partie de la crédibilité gagnée par Morsi a été perdue. Le résultat final a été que d'autres groupes ont commencé à éviter de participer à la phase de transition. Déjouer les tentatives des Frères Musulmans à la gouvernance est devenue leur nouvel objectif. La situation leur a donné toutes les justifications pour le faire.

2) Les adversaires des Frères Musulmans n'ont pas réalisé que c'était des institutions dominées par l'ancien régime ; les médias, le système judiciaire et d'autres organismes d'État, qui étaient les principaux obstacles à l'œuvre du Président.

3) Dans le même temps, les Frères Musulmans n'ont pas saisi qu'il fallait s'allier avec d'autres forces révolutionnaires dans le but de faire face aux vestiges de l'ancien régime qui est resté ancrée dans l'État. Ces autres forces, qui ont exclu d'assumer toute responsabilité, sont venues soutenir les restes du régime de Moubarak, comme le Procureur Général, au motif que les mesures prises contre eux n'étaient pas juridiquement valables. Pourtant, par des actions «révolutionnaires» et «extra-légales», ou un changement de la loi, il aurait été possible d'éliminer ces personnes. Les Frères Musulmans, invités à prendre ces mesures révolutionnaires, sont restés attachés aux formalités alors que d'autres voulaient se joindre à eux. Pourtant, ils ont aussi violé quelques formalités lorsque celles-ci se tenaient sur le chemin de leurs objectifs !

4) Les restes du régime de Moubarak ont saisi leur chance et déployé leur agitation contre le président élu dans un climat de récriminations contre les Frères Musulmans par d'autres factions révolutionnaires.

5) La déposition d'un président élu, de cette manière, grâce à une intervention militaire, présente le risque d'une spirale d'événements qui peuvent compliquer une transition démocratique. Une autre série de dangers provient des conclusions possibles que les islamistes pourraient tirer de la politique électorale, étant donné qu'ils ont été exclus de ce qui avait été pour eux une expérience importante. Vont-ils suivre l'exemple de l'AKP en Turquie, devenant de plus en plus démocratiques après chaque acte de répression militaire ? Ou vont-ils réagir plutôt contre toute forme de participation démocratique ? Ces questions sont au cœur de l'expérience démocratique et de son avenir, ainsi que du comportement de larges pans de la population à son égard. Elles doivent être posées par toutes les personnes responsables, et ne sont pas à prendre à la légère.

6) Une autre problématique, c'est quand de vastes courants des mouvements révolutionnaires défendent un système judiciaire qui émet constamment des décisions en faveur de l'ancien régime, au lieu d'exiger que cette justice soit réformée.

7) La pierre d'achoppement des Frères Musulmans a été sa partialité qui est en fait plus extrême que leur religiosité. Ceci les a empêchés de permettre aux intérêts de la nation et de la société de remplacer ceux du Parti. Le fait qu'ils n'ont pas vu que les restes de l'ancien régime ont exploité ceci à des fins contre-révolutionnaires est un problème.

8) Une autre questionnement est le silence qui a fait face au discours absurde des médias de l'ancien régime, riche en mensonges et en mythes. L'agitation injustifiée contre les Palestiniens n'est pas sans rappeler la façon dont le régime de Moubarak s'est comporté pendant la guerre 2008/2009 sur Gaza.

9) Les révolutionnaires démocratiques doivent maintenant tracer un chemin à travers l'ensemble de ces problèmes et les défis qu'ils soulèvent, ils ne peuvent pas stagner lorsque vient le temps de faire la distinction entre ce qu'on peut appeler "la révolution dans la révolution", sur la voie de la démocratie, et une contre-révolution.

10) La déposition d'un président élu est maintenant un point discutable: avec un gouvernement d'union nationale, la date des élections présidentielles et parlementaires peut être reportée. L'acte de s'entendre sur des élections anticipées est lui-même une procédure fondamentalement démocratique. Le point important à ce stade est de savoir comment la volonté d'une grande et importante partie de la population a remplacé une autre avec force, et l'a brisée. Le désir d'une forte rupture d'une partie de la population conduira à un schisme social profond, ce qui posera un défi à la transition démocratique. Les bénéficiaires en seront les ennemis habituels de la démocratie.

11) Le chemin vers la démocratie est long, il ne peut être décidé en l'espace de deux jours. Il n'est pas nécessaire de se précipiter sur les barricades. La chose importante est que la génération de la révolution du 25 Janvier reste sur la bonne voie. Cette génération détient la clé de la démocratie, l'avenir arabe de l'Egypte, et non la vieille garde qui vit aux crochet des efforts de la jeunesse et se chamaille sur le butin.


Un retour au tunnel

Ecrit le 8 juillet 2013

1) Il y a un problème structurel derrière les événements actuellement en cours en Egypte. Ce problème a ses racines dans la faiblesse, simultanément, des institutions de la société civile et du corps politique qui, autrement, serait en mesure de mener un débat rationnel sur l'avenir du pays. Cela signifie également que libre cours a été laissé aux actions de rue spontanées. Une deuxième facette est la faiblesse de l'appareil civil de l'Etat, contrairement aux services de sécurité, qu'il s'agisse des forces de police et auxiliaire ou des Forces de la défense nationale.

2) L'influence de la révolution sur le rouleau compresseur de l'appareil d'Etat de l'Egypte a été limitée aux seuls individus qui pouvaient être affectés sentimentalement ou en termes de morale. En conséquence, ce mastodonte n'a respecté aucune des mesures de réforme révolutionnaires. L'unité de tout le spectre révolutionnaire aurait été le seul moyen pour que ces mesures soient imposées à l'Etat. Pourtant, cette unité ne s'est jamais matérialisée. Les forces au sein de la révolution ont préféré submerger l'autre de récriminations à l'encontre des actions perpétrées par la vieille garde au sein de l'Etat.

3) Les personnes qui ont ouvert le feu sur des manifestants au cours des deux derniers jours en Egypte sont les mêmes personnes qui ont ouvert le feu sur un groupe de manifestants à Maspero, et Mohammad Mahmoud Street. Au cours de ces incidents antérieurs, la Confrérie a gardé le silence, en concentrant toute son énergie sur les élections législatives. Aujourd'hui, ce sont les adversaires de la Confrérie qui s'entendent dans le silence. Dans les deux cas, ceux qui ont ouvert le feu jouissent de l'impunité, que ce soit les forces de police ou de l'armée. L'une ou l'autre de ces institutions a-t-elle fait l'objet d'une quelconque réforme en termes de structure interne, morale ou idéologique depuis la révolution de 2011?

4) Comme si cela ne suffisait pas, les victimes des tirs antérieurs de la police sont maintenant alliés avec les services de sécurité contre les nouvelles victimes. Chaque fois que cela se produit, la responsabilité est davantage attribuée aux complices silencieux qu'aux auteurs effectifs.

5) Certaines (pour ne pas dire la totalité) des forces laïques en Égypte ont seulement respecté superficiellement la démocratie et les principes de la démocratie. Certaines ont encore beaucoup à faire. Tout comme de nombreux groupes religieux, elles n'ont pas encore vraiment intériorisé le respect de la démocratie et de ses principes fondateurs. Nous avons vu comment ces groupes laïques aspirent à un régime militaire, dont ils imaginent qu'il les portera au pouvoir. On peux dire que ni les forces laïques, ni les forces religieuses se sont distinguées en termes de respect de la démocratie ou de sensibilité aux droits de l'homme.

6) Je vais le répéter: il est impératif que tous soient d'accord sur les bases d'une démocratie. Tout comme de nombreuses autres vérités d'une importance vitale, cet impératif est devenu simple et incontestable.


Les producteurs magistraux et sans scrupules de la haine

Ecrit le 16 août 2013

La haine est habituellement bavarde, mais toujours sourde et aveugle. La haine est aussi stupide, en fermant les esprits et transformant les cœurs en pierre. Elle ne peut jamais être le fondement de la coexistence, en fait, elle empêche même la coexistence avec soi-même.

La compétence experte démontrée par ceux qui s’expriment dans l'industrie productrice de haine provoque l'angoisse aussi bien que la perplexité : nous avons attendu fort longtemps pour qu'il y ait la maîtrise arabe de n'importe quelle industrie. Dans ce cas cependant, l’explication de cette maîtrise de la production de la haine est que le produit fini est utilisé pour accorder sans scrupules la légitimité à des crimes.


Sur la rhétorique employée pour soutenir la junte contre-révolutionnaire d’Égypte

Ecrit le 19 août 2013

1) Dans son contenu et dans sa tonalité, dans son soutien inégalé pour l'assassinat et l'exclusion des autres, la rhétorique de soutien à la junte est bien pire que tout ce qui a été rencontré pendant l'ère Moubarak.

2) En général, la rhétorique d'une contre-révolution est pire que la situation avant la révolution: elle est vindicative et vise à inciter à la violence.

3) Une personne qui appelle à l'exclusion d'un million de personnes sur terre au motif qu'ils sont tous des terroristes aura des soupçons sur dix autres millions. Si vous suspectez dix millions, vous devrez surveiller 100 millions de personnes: le résultat final sera la tyrannie et la fin de la liberté d'expression.

4) Il y a des gens qui soutiennent les assassinats et la répression qui ont lieu en ce moment, mais qui émettent des critiques sur certains détails. De tels gens ne peuvent pas être convaincus par le dialogue : leur but n'est pas de déterminer la vérité, mais plutôt de justifier le meurtre.

5) Il est inutile de débattre de la réalité et de la vérité avec des gens qui croient que la fin justifie les moyens. En ce qui concerne ces personnes, le mensonge est le moyen le plus facile pour une fin donnée, et cette fin devient l'unique vérité.

6) Les gens qui prétendent que les actions méprisables comme des incendies criminels contre des églises sont un complot contre leur crédibilité doivent lutter contre ces actes. Ils doivent faire ceci sans regarder si ces actions sont en effet l'œuvre de provocateurs ou d'extrémistes dans leurs propres rangs. Même au cœur d'une contre-révolution, il n'y a pas à se dérober à la lutte contre les extrémistes chauvins qui sont nombreux au sein de nos propres sociétés. Ce dernier groupe, par ses actes et déclarations, fait partie intégrante de la contre-révolution.


jeudi 15 août 2013

Une armée qui tire sur son peuple ne peut pas être démocratique

Nous aimons bien Plantu. C'est un dessinateur et caricaturiste d'humour politique habituellement très fin et très subtil. C'est un régal quasi quotidien que de découvrir son "dessin du jour" et d'y rechercher les allusions et références à divers sujets n'ayant bien souvent que peu à voir avec le contexte général du dessin: le choc des situations est permanent.

En 2002, il y a déjà plus de dix ans, nous avions eu l'occasion de rencontrer Plantu en ... Egypte,à Alexandrie, dans le cadre d'une soirée-débat-échanges organisée par le Centre Culturel Français. Si nous rappelons ce (bon) souvenir, c'est parce qu'il s'agit d'Egypte, encore une fois, dans notre post de ce soir !

Dans "Le Monde" daté du 9 août 2013, Plantu a publié un curieux dessin. Ou bien, autre version, Le Monde a publié un curieux dessin de Plantu. D'une simplicité presque scolaire, d'un contenu assez brutal, ce dessin sommaire représente deux flèches "pharaoniques" orientées dans les deux directions opposées (droite et gauche) et portant les labels respectifs de "démocratie" et "obscurantisme", le tout dans un contexte intitulé "Egypte" et mis en images par une cité HLM truffée de paraboles, un palmier et une famille de fellahs. Le dessin est signé Plantu et la petite souris habituelle s'enfuit dans la direction de la "démocratie".

Plantu est-il content de son dessin ? Plantu s'est-il rendu compte que par un dessin aussi schématique, il n'apportait aucun enseignement particulier sur ce qui se passe en Egypte ? En effet, peut-on résumer le débat à un choix aussi simpliste ? Y a t-il vraiment d'un coté les tenants de la démocratie et de l'autre coté les suppôts de l'obscurantisme ? Même avant les évènements d'hier et d'aujourd'hui, était-il possible de taxer l'armée égyptienne de "démocratique" ? Etait-il possible d'accuser globalement les partisans de Morsi d'"obscurantisme" ? Non, certainement non !

Plantu-9 août 2013-Le Monde (C)
Les saisons passent vite dans les pays arabes ! Après le printemps, nous voici en plein hiver !Les Forces Armées assassinent leur peuple. Même si ce peuple est celui des opposants, est-il possible de dire de forces armées qui l'assassine qu'elles sont démocratiques ?
Non, certainement non ! Et pourtant l'Occident, ses médias, en France Le Monde, dans Le Monde Christophe Ayad, en sont encore à reprocher aux Forces Armées égyptiennes d'"avoir écrasé la démocratie naissante" en raison de leur démonstration de force et des centaines de victimes. Mais quelle démocratie naissante ?

Qu'il soit bien clair que les Forces Armées égyptiennes se sont liguées 1°) avec les révolutionnaires devenus anarchistes, 2°) avec les libéraux devenus ultra-libéraux et en recherche d'affaires et d'opportunismes à saisir et 3°) avec les revanchards de l'époque Moubarak. Tout ceci dans un seul et unique but: éliminer les Frères Musulmans accusés de tous les maux et de tous les torts, y compris les plus fantaisistes et les plus irréalistes. Hélène Sallon, une autre "spécialiste" de l'Egypte en arrive même à reconnaître (il est bien tard !) que "Les Frères musulmans et le président Morsi ont été constamment pointés du doigt comme voulant islamiser le pays. En un an de présidence Morsi, ces accusations ne se sont pas réellement confirmées dans les faits, notamment dans l'écriture de la Constitution. Mais cela reste une accusation très forte chez les détracteurs des Frères musulmans et chez ceux qui au sein de la population s'opposent à un régime islamiste."

La "démocratie naissante" n'est pas morte dans les violences d'hier 14 août et d'aujourd'hui 15 août, elle est morte définitivement le jour où le conglomérat décrit ci-dessus a renversé le Président élu. De ce jour, il était inscrit que l'affrontement était inéluctable, inévitable.
La "démocratie naissante", en réalité, était déjà bien morte depuis que l'armée, la police, les administrations, les médias et Tamarrod avaient décidé du sort du gouvernement. Il y a donc plusieurs mois de cela. Et le gouvernement pouvait bien désigner des Gouverneurs de Provinces à son image, ceux-ci n'avaient guère de pouvoirs !

Aujourd'hui, les "intellectuels" chers au Monde et à ses journalistes peuvent bien se mordre les doigts d'avoir pactisé avec une sorte de diable, Al-Azhar, la Grande Mosquée, peut bien se retirer du jeu et dénoncer les violences. Mohamed El-Baradei peut bien démissionner et refuser d'"avoir du sang sur les mains", il est déjà trop tard. C'est AVANT qu'il fallait savoir si la "démocratie naissante" valait le coup de discuter, échanger, confronter, aménager ... C'est AVANT qu'il fallait refuser de pactiser avec un armée qui a déjà été capable de montrer ce qu'elle sait faire, ce qu'elle peut faire, pour défendre sa place et ses intérêts.


La seule question qui se pose est celle-ci: la "démocratie naissante" pouvait-elle s’accommoder de l'islamisme des Frères Musulmans ? Nous le croyons, et ceci pour plusieurs raisons.
- Parce que le pouvoir de Mohamed Morsi était régulièrement et légitimement élu et mis en place, ceci pour la première fois en Egypte.
- Parce que les Frères Musulmans participent déjà au pouvoir en Jordanie, au Koweit.
- Parce que (en 2011) les Frères Musulmans ne sont plus dans le discours de violence islamiste, discours laissé aux salafistes et djihadistes, et que de forts courants jeunes (qui s'expriment d'ailleurs encore aujourd'hui), souhaitent que place soit faite à un islam moins rigoriste.
- Parce que, à peine élu, le Président faisait savoir qu'il ne remettait pas en cause les accords de paix signés avec Israël et qu'ainsi il ne se posait pas en nouveau facteur de déséquilibre dans le proche-Orient.
- Parce que le gouvernement Morsi a rapidement compris qu'il devait "négocier" avec l'armée et lui concéder une place comparable à celle dont elle bénéficiait dans l'ancien régime.
- Parce que ce même gouvernement a fait de l'aide et de l'appui américain l'un des piliers de sa politique.

Tout cela était bien loin de la "révolution" et ressemblait fort à de la "realpolitik".
Pour toutes les raisons que l'on sait (lire nos posts sous le tag "Egypte"), cela ne s'est pas fait. Et la "démocratie naissante", même fragile et ambigüe, s'achève dans le sang.

Et maintenant ?

Il est probablement trop tard. l'Egypte est entrée en guerre civile pour quelques années.
Les Frères Musulmans ne vont que se radicaliser de plus en plus, se présenter en martyrs, gagner des soutiens populaires grâce ou à cause des inévitables difficultés économiques qui vont gagner tout le pays, toutes les activités, ...
Quand aux anti-Morsi, qui deviendront des anti-Frères Musulmans, ils vont se radicaliser eux aussi, se constituer en milices plus ou moins fascistes (c'est dans la logique du mélange des blocks anarchistes, des ultra-libéraux, de l'armée et des foulouls), ...
La guerre ne fait que commencer ....
Le Conseil de Sécurité se réunit demain; que peut-il faire ?

- page 1 de 2