Ainsi donc, depuis ce vendredi 11 janvier 2013, la France est engagée dans un nouveau conflit. Un conflit visant à chasser des islamistes terroristes d'un territoire longtemps considéré comme "chasse gardée" de la France. Il n'est pas possible de passer sous silence cette dimension du problème, puisque dans le même temps, la France se retire d'Afghanistan où elle se trouvait pour en chasser les islamistes terroristes ! Alors, pourquoi deux poids et deux mesures ?

Cette question n'est pas la seule à devoir être posée. Notamment "Pourquoi cette précipitation ?" La montée en température a été soigneusement orchestrée comme en chaque occasion depuis le début de ce conflit, et chaque clan a consciencieusement joué sa partition. Les uns paradant en laissant photographier des rangées de pick-up, les autres en dénonçant une marche en avant de milliers de rebelles se dirigeant vers Bamako.

Lorsque la semaine dernière Ansar Eddine a déclaré publiquement qu'il renonçait à la trêve et qu'il reprenait ses actions, il était clair que les prétendues négociations n'auraient jamais lieu, tout simplement parce que personne ne les souhaite. Ou parce que personne n'est à même de représenter de façon qualifiée qui que ce soit. Il n'y a pas d'Etat au Mali ! Et justement parce qu'il n'y a pas d'Etat, l'intervention de la France est immorale ! Et dangereuse !

Ne parlons pas de la vie des otages qui, d'ores et déjà, est compromise. Mais parlons de la démocratie qui disparaît pour longtemps des tribunes maliennes ! Parlons du risque phénoménal de division entre le nord et le sud, même et surtout après une campagne militaire ! Parlons du risque de débordements raciaux entre noirs et arabes, entre noirs et touaregs ! Parlons des séquelles que ne manquera pas de laisser derrière lui cet interventionnisme ! Et enfin, dernier mais pas le moindre, parlons du risque de catastrophe sanitaire et humanitaire lié au déplacement forcé de centaines de milliers de personnes, en Mali du Sud, en Mauritanie, au Niger, au Burkina Faso ...

Notre propos n'est pas de trouver la moindre excuse aux islamistes terroristes, puisque tel est désormais leur nom. Il est d'affirmer que la France est fautive de s'embarquer dans ce conflit alors qu'elle n'en a pas le mandat explicite de l'ONU, qu'elle a toujours affirmé haut et fort qu'elle n'interviendrait pas directement et qu'elle n'a fait strictement aucun geste, aucun effort en faveur de négociations.

Nous regrettons ici de nous retrouver sur cette position qu'avec le seul PC et Parti de Gauche. Nous regrettons qu'une fois encore les partis "classiques" ne sachent pas régler les graves problèmes de notre monde autrement qu'avec la force et l'armée. Nous regrettons ... nous sommes en colère !

Voici un extrait d'éditorial publié à Alger voici quelques jours, le 26 décembre exactement, par le quotidien L'expression:

"comment peut-on concevoir une intervention militaire étrangère au Mali sans avoir restauré l'Etat?
Sans avoir réunifié les Maliens? Les partisans de la solution militaire jurent que la force africaine sera déployée pour aider l'armée malienne. L'Occident jure qu'il n'enverra pas de troupes à terre mais se contentera d'une aide logistique. Dans quel Etat se trouve l'armée malienne pour accueillir la force africaine et la logistique occidentale? Alors que le bons sens et la démocratie commandent à remettre en place les institutions maliennes, rallier tous les Maliens, y compris ceux qui sont au Nord, pour combattre les mercenaires étrangers regroupés sous divers sigles d'organisations terroristes et qui veulent imposer leur loi à la population.
On ne combat pas des terroristes avec les moyens classiques d'une armée. Notre naïveté nous fait croire que couper les terroristes de la population civile qui aidera l'armée par le renseignement est une condition sine qua non dans le règlement de la crise qui secoue le Mali. Le Mnla et Ansar Eddine représentent précisément cette population civile du Nord. Avec leur concours, le sort des terroristes est scellé. Dans le cas contraire, les forces de la Cédéao vont vers une défaite certaine contre un ennemi invisible et très mobile dans l'immensité du désert. Que se passera-t-il alors? Et c'est là que les va-t-en guerre veulent arriver. C'est sur une telle situation qu'ils appuieront la nécessité d'une intervention militaire directe des troupes occidentales. Pour parvenir à la «sahélisation» programmée. C'est-à-dire délocaliser le terrorisme international de l'Afghanistan au Sahel."


Le reste du billet faisait référence à la Syrie et nous l'avons retiré de la citation.

Mais cet extrait nous ramène à des interrogations déjà émises: "pour quelles raisons ?", "Pourquoi cet acharnement à vouloir intervenir et à tordre les évènements pour mieux le faire ?"

Pas de photo pour illustrer cet article: la guerre ne le mérite pas.