THERMOPYLES

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Révolution

Fil des billets

vendredi 8 juin 2012

L'Egypte a t'elle un avenir démocratique proche ?

Les évènements se bousculent actuellement sur le sol égyptien: jugement de Moubarak et relaxe de certains des hommes de l'ancien régime, élections présidentielles dont le premier tour a sélectionné la candidat des Frères Musulmans et un ancien ministre de Moubarak prompt à retourner sa veste. En toute hypothèse, le candidat des Frères Musulmans devrait l'emporter les 16 et 17 juin prochain. Même si cela entraîne la fureur des militants "révolutionnaires" et "libéraux", cela n'est que normal.

Cela a été suffisamment dit et développé ici. La "révolution" égyptienne n'est pas une révolution populaire.

Hosni Moubarak lors de son procès
"Pourrions-nous considérer ces révolutions comme des mouvements populaires spontanés réunissant toutes les couches sociales de la nation. Au lieu de permettre l'arrivée au pouvoir d'une nouvelle classe facilitant la domination d'un nouveau mode de production, ces mouvements viseraient à normaliser le système capitaliste. Sur le plan économique, cette normalisation consisterait à éliminer la figure du rentier, parasite et exploiteur. Sur le plan politique, elle tendrait à détruire les vestiges des partis uniques ou hégémoniques". (Renaissances arabes-M. Béchir Ayari, V. Geisser (p.20).

La démocratie réelle n'est pas le souci premier des jeunes. Celui-ci est d'obtenir un emploi et de pouvoir prendre part au gigantesque pique-nique que notre société étale quotidiennement sur les écrans et les magazines. Cette jeunesse connectée à Internet ne transformera pas en chemin ces révolutions vers la démocratie réelle. Tout d'abord, parce que la connexion à Internet est une vaste illusion. Sur quelques 84 millions d'habitants qu'abrite l'Egypte, combien disposent d'un outil permettant d'envoyer des SMS, de Twitter, d'échanger sur les réseaux sociaux, même si pratiquement 8 égyptiens sur 10 disposent d'un mobile ? Combien ont le moyens de se payer un abonnement, alors qu'ils sont chômeurs ? Cette illusion est entretenue par 2-3 blogueurs qui ont réussi à se faire leur pub auprès d'organes de presse européens ou US: ils iront jusqu'à publier des livres. Qui les lira en Egypte ???
"Croire que Facebook a fait naître les révolutions, c'est croire que les nuages font naître le vent". (Extrait du Magazine Là-Bas)

Depuis le début de la révolution égyptienne, les forces libérales ont accumulé les erreurs. Elles ont été incapables de s'entendre sur une plateforme constituante. Elles ont été incapables de s'entendre sur des candidats aux législatives et sur un candidat unique à la Présidentielle. Elles ont systématiquement traduit chaque évènement par un appel à la manifestation ou un appel au boycott des élections.
Elles sont allées jusqu'à dénoncer le rôle économique de l'armée, en appelant au boycott des produits qu'elle fabrique. Catastrophique erreur, car si l'armée produit des appareils ménagers, des engrais, de l'eau minérale et tant d'autres choses encore, c'est tout d'abord afin de faire vivre son million d'hommes sous le drapeau, leur femme et leurs enfants. Réussir un pareil boycott, c'est agresser l'armée dans ses besoins vitaux.
Au-delà de l'affirmation toute gratuite de l'existence d'un empire économique dans les mains des Forces Armées, personne jusqu'à présent n'a été capable d'en faire la démonstration. Il s'agit d'un empire bien fragile quand on sait que l'armée est ... la première cliente de ce qu'elle fabrique !

Et prenons garde à ne pas détruire l'armée, car c'est entre ses mains que se trouve la régulation du marché de deux marchandises subventionnées: la farine et le pain (aïch baladi).

Le résultat de toutes ces erreurs ne s'est fait pas attendre: les "révolutionnaires" sont coupés de la population, ce ne sont pas les manifs de la Place Tahrir qui doivent faire illusion. Il y a beaucoup d'anarchisme dans leur comportement. L'économie est dévastée, contrairement à ce qu'une réaction "capitalistique" aurait pu laisser espérer.

Y a t'il un espoir ? Très certainement, oui !!! Mais il ne viendra pas des leaders actuels, mais de quelques hommes politiques, cultivés, au fait des affrontements humains et de l'histoire. Ce seront ceux qui réussiront à construire une véritable opposition démocratique.
Il y faudra sans doute quelques années, mais le pays en vaut la peine ...

vendredi 3 février 2012

Ferments de guerre civile en Egypte

"Aujourd'hui au moins, une chance se dessine de voir émerger des systèmes politiques n'excluant pas tout sentiment de citoyenneté. Déjà, un foisonnement d'initiatives citoyennes fourmille dans toute la région. C'est le versant caché de l'histoire, occulté par la violence de la répression, le triomphe électoral des islamistes et les grands enjeux stratégiques. Pour l’heure, les sociétés se trouvent mises à nu, transparentes à elles-mêmes et au reste du monde, et pour la première fois contraintes de faire face à leurs propres démons. Les lignes de faille des sociétés arabes sont désormais béantes et manifestes.
En Occident, l'obsession de l'islamisme continue à orienter les perceptions de ces changements pourtant complexes. Le succès de tout processus de démocratisation reposera pourtant sur sa capacité à produire une image relativement fidèle et nuancée de la société. Accepter le produit de décennies d'islamisation insidieuse des sociétés arabes, encouragée par la fermeture des systèmes politiques et exploitée comme justification du statu quo, en fera partie, à moins de précipiter des conflits qui se feront au détriment de toute démocratie."

Peter Harling, Directeur des activités de l'International Crisis Group, en Egypte, en Syrie et au Liban, a écrit ces lignes dans un texte intitulé "Le monde arabe est-il vraiment en "hiver" ? Gardons-nous d'être pessimistes trop tôt", publié dans Le Monde daté du 2 février.
Nous ne disions pas autre chose à peine quelques jours auparavant.

Depuis, il y a eu le massacre de Port Saïd, qui a fait 75 morts à l'issue d'un match de football.
Les révoltés ou révolutionnaires crient au complot, à la manipulation. Encore une fois, est-il vraiment besoin d'imaginer des combinaisons machiavéliques pour comprendre de pareilles haines. Les jeunes de la Place Tahrir et les foules qu'ils entraînent derrière et avec eux ne sont plus porteurs des attentes des masses. Ils se sont coupés d'elles. Parce qu'ils ont fait plusieurs erreurs, et notamment un certain anarchisme, et parce qu'ils ignorent délibérément les résultats d'un scrutin populaire qui donne la majorité aux partis islamistes.
C'est comme cela, un point c'est tout. Et ne pas en tenir compte, ce n'est ni plus ni moins que manquer à toutes les promesses faites en matière de démocratie nouvelle. Demain, ils choisiront un autre homme pour les représenter (El Baradei ou un autre) et, à la première contrariété venue, ils lui intimeront l'ordre de partir.

Port-Saïd-football (DR)

En ce qui concerne Port Saïd, la victoire remporté par l'équipe locale contre l'équipe cairote soutenue par des ultras radicaux, anti-armées et anti-flics, a galvanisé des jeunes qui peinent à trouver un boulot et à le conserver, qui espèrent profondément en une accalmie politique et économique, qui sont allés voter pour les partis islamistes de leurs choix et qui se sentent quotidiennement humiliés par les discours méprisants des "révolutionnaires" du Caire. Sans doute quelques slogans ont suffi, à la suite d'une provocation de ces fameux ultras descendus sur la pelouse pour clamer leur victoire.

Le résultat en est hallucinant de violence et d'incompréhension. Tellement d'incompréhension que les "révoltés" vont encore et toujours retourner sur la place de leurs exploits, devant les télévisions du monde, alors que leur rôle désormais devrait être de contribuer à la "production d'une image relativement fidèle et nuancée de la société" et préparer avec la totalité des forces en présence la rédaction d'une nouvelle constitution et les élections présidentielles.

Faite de quoi, l'Egypte se dirigera (se dirige déjà ?) vers la guerre civile.

vendredi 23 décembre 2011

Egypte: la violence faite aux femmes

Question: Dans une manif, en France, si une fille se fait vigoureusement malmener, aurons-nous le lendemain une nouvelle manifestation pour protester contre le traitement qui lui est infligé au motif qu'elle est une femme ?

C'est ce qui vient de se passer en Egypte. Au cours d'une nouvelle (et quotidienne) manifestation demandant le départ de l'armée, une femme voilée a été violemment molestée. Sa tunique s'étant ouverte lors de sa chute au sol, on peut voir son soutien-gorge et son ventre. La vidéo permet de voir que les policiers qui la malmènent alternent les coups (de pied) et les tentatives infructueuses pour rabattre son vêtement et cacher ce qui ne peut être montré. Il n'est pas possible d'affirmer qu'il y a volonté délibérée de la dénuder, par contre il est certain que la violence exercée par la police n'est en rien atténuée par le fait que c'est une femme qui est à terre.

Femme passée à tabac en Egypte (C)Reuters

Il n'y a rien d’étonnant à cette attitude dont nous avons déjà parlé. La violence sexuelle (physique et morale) faite aux femmes est omniprésente dans la société égyptienne et il est une "évidence" que les forces de police et de l'armée pratiquent couramment cette violence sans qu'il soit besoin de la "codifier", ni d'y "inciter" les hommes.

Alors, manifester ? D'aucuns diront (et ils le disent déjà !) que cet évènement permettra à la contestation de rebondir, alors même que les manifestations à répétition s’essoufflent, tandis que les électeurs votent pour les Frères Musulmans et/ou les salafistes.

Soulignons cependant quelques contradictions d'importance. Peut-on manifester en déclarant que les femmes sont une "ligne rouge" (khat ahmar) et qu'elles ne peuvent être battues, ce qui est, à contrario, reconnaître que les hommes, eux, peuvent être battus ?!
Ou, en d'autres termes, peut-on exprimer des revendications sur le droit des femmes alors que les droits de l'homme ne sont pas respectés ?!
Voici 48 heures, la télé nous montrait le frère de la victime déclarant que celle-ci "avait honte" et vivait "cachée chez elle". Il faut toujours se méfier des frères et savoir que dans ces cas-là, ils expriment avant tout leurs sentiments (voire ressentiments) à eux. Quoi qu'il en soit, cet évènement nous ramène encore une fois aux révolutions fondamentales que devront bien affronter les démocrates arabes: la laïcité, c'est à dire la séparation du religieux et du civil, et, dans le cas présent, la place de la femme dans la société, égale de l'homme et non derrière une "ligne rouge" !

Le divorce entre les manifestants et les électeurs fait l'objet des analyses du journal Al Ahram. Celui-ci énonçait la semaine dernière que "les libéraux perdent beaucoup de temps à faire des manifestations plutôt que de se faire des réseaux. Renverser Moubarak ne garantit aucune légitimité électorale et ça n'a rien à voir avec gagner des élections". Cette semaine, le même magazine parle de l'échec des libéraux et de la victoire d'Al Nour, le parti des salafistes.

mercredi 12 octobre 2011

Egypte, Tunisie, retour du 'religieux' ...

Le Caire, Egypte. Encore une fois des coptes meurent sous les coups et sous les balles de fanatiques et, cette fois-ci, de l'armée. Au départ, une nouvelle fois, une église incendiée, sans doute suspectée d'abriter une fictive femme musulmane convertie de force au christianisme. S'ensuivent l'absence de protection de cette partie de la population, ses protestations dans le vide, l'exaspération, et enfin la riposte des hommes les plus fanatisés.

Tunis. Encore une fois, une chaîne de télévision est attaquée et incendiée parce qu'elle a diffusé un film. Il s'agit cette fois de Persepolis (film de Marjane Satrapi, d'une très grande qualité) auquel il est reproché de présenter une image de Dieu (ou d'une représentation des pensées d'un enfant qui voit Dieu !), ce qui est considéré comme un blasphème par les islamistes radicaux. Mais quelques semaines auparavant, il s'agissait de s'opposer à un film traitant de la laïcité.

L'Image de Dieu dans le film Persépolis-Marjane Sarfati

Plus nous approcherons des élections, pour une assemblée constituante en Tunisie le 23 octobre, pour l'assemblée et le sénat en Egypte le 28 novembre, plus ce genre d'affrontements va se produire. Ce n'est pas une simple hypothèse; il s'agit d'une certitude. Parce que le "religieux" relève du blocage majeur de ces sociétés, celui sur lequel peuvent agir avec toutes les chances de réussite tous les manipulateurs et tous les provocateurs. Certes, il en est d'autres, comme la place des femmes ou la reconnaissance des différentes communautés, par exemple. Mais ce blocage-là permet de désigner sans coup férir les boucs émissaires de la société en crise: ceux qui ne croient pas comme il faut, ceux qui blasphèment, ...

Encore une fois, les analystes et commentateurs qui ont vu, dans les évènements de Tunis ou de la Place Tahrir, des signes encourageants d'évolution dans ce domaine se sont lourdement trompés. Ils ont vu l'aspiration du peuple à vivre en paix, comme tous les peuples veulent vivre en paix. Mais ils n'ont pas vu le début d'un renoncement à des positions intenables en démocratie. Et ils n'ont pas vu les seules forces organisées, celles des Frères Musulmans et/ou des salafistes, ou celles d'Ennahdha, se taire, garder le silence et se glisser dans tous les interstices de ces sociétés démantibulées. Une amie écrit ce soir: "O Dieu Tout-Puissant dans les Cieux, s'il Vous plait, protégez l'Egypte et son peuple, musulmans et chrétiens... Faites que les regrets ne prennent pas la place de la fierté que nous ressentions tous en janvier et février. Laissez votre Soleil briller sur l'Egypte la Bien-Gardée".

Oui, certes, sans doute faut-il prier le Dieu des musulmans et le Dieu des chrétiens (le même !), mais que faisons-nous des athées, des libre-penseurs, de tous ceux pour qui Dieu n'est pas une évidence ?

Dans son Rapport Stratégique Annuel, l'IISS (Institut International d'Etudes Stratégiques) estime que: "les transitions qui ont eu lieu jusqu'à présent restent à moitié achevées, et la promesse de résultats démocratiques reste liée aux risques que font peser les sectes, des institutions militaires ou d'autres groupes qui pourraient détourner le processus".

Aucune révolution ne se parachève du jour au lendemain. Il en est même qui sombrent totalement sous la contre-révolution. Mais dans le cas présent, il ne s'agira d'une démarche révolutionnaire qu'à partir du jour où le peuple aura décidé de lever définitivement ce blocage de la religion. Celle-ci n'est qu'affaire individuelle, elle n'est pas affaire d'état. Celle-ci relève d'une croyance personnelle et, aussi respectable soit-elle, elle ne peut légitimer ou servir de base à une action sociale, politique et collective.

Point de vue d'un laïc français ? NON, ce sont les bases de la Constitution turque !

mercredi 17 août 2011

Indignation et résistance: des mots attrape-tout

La méthode est connue qui consiste à regrouper des revendications proches les unes des autres sous forme de "convergence" pour, en principe, leur donner plus d'ampleur et d'efficacité. Bien souvent, elle ne réussit qu'à aboutir à un plus petit commun multiple dans lequel, à la fois, chacun croit se reconnaître, mais où personne ne se retrouve. Depuis plusieurs mois, à la suite du fascicule de Stéphane Hessel, c'est l'indignation et les "indignés" qui bénéficient de ce traitement.
Des "indignés", il y en a eu dans les pays du Maghreb et du Proche-Orient, quand bien même les situations de la Tunisie, de l'Egypte, de la Libye et de la Syrie n'ont pas grand-chose en commun.
Des "indignés", il y en a en Grèce, pays proche de la faillite et soumis à une redoutable cure d'austérité.
Des "indignés", il y en a en Espagne, où la situation économique fragile entraîne un taux de chômage exceptionnellement élevé parmi les jeunes.
Des "indignés", il y en a en Israël, pays dont l'économie est totalement phagocytée par les besoins de la "défense" contre les Palestiniens. Curieux paradoxe, ces indignés-là sont des sionistes qui attendent de meilleures conditions de vie de la part de leur gouvernement mais qui ne posent pas la question des coûts comparés de la guerre et de la paix, préférant parler des coûts du fromage blanc ou du loyer.

Et maintenant, des "indignés", il y en a en Grande-Bretagne. Ils n'en portent pas le nom (pas encore ...), sont plus jeunes, et surtout n'appartiennent pas aux classes sociales qui manifestent à Athènes ou à Tel-Aviv. Leurs luttes rejoignent celles de nos cités et de nos banlieues en 2005.
Si les premiers parlent volontiers de "démocratie directe", les seconds pensent avant tout à casser et à se servir. Mais dans un cas comme dans l'autre, le moteur de leur indignation est bel et bien une fureur à l'encontre de l'étalage d'une richesse capitaliste inaccessible à cause du chômage, à cause de la ségrégation sociale, à cause des peurs de notre société.
Curieusement, tous ces indignés en appellent à cette fameuse convergence, synergie des luttes, comme une forme de mondialisation, alors qu'ils honnissent ce terme et ce concept lorsqu'il s'applique à l'économie, et singulièrement à l'économie financière. Les indignés n'en sont pas à une contradiction près !

Les espoirs de liberté des uns (Tunisie, Egypte, ...) n'ont rien de commun avec les espérances économiques des autres (Grèce, Espagne, ...). Quelques soupçons d'analyse politique permettraient même à ces derniers (en Israël notamment !) de comprendre que leurs espérances économiques se construisent sur le dos des espoirs de liberté des premiers !
Indignés et indignation ne sont que des mots attrape-tout dans lesquels on peut fourrer aussi bien la démondialisation, la dénonciation de l'euro et de l'Europe, que les migrations, la classe politique corrompue, les patrons-voleurs, le sionisme ou l'oligarchie régnante .... bref une forme de poujadisme à la sauce Internet.
Il est un autre mot attrape-tout qui rejoint celui des indignés. Il s'agit de la résistance ! D'autant plus que l'on résiste aux mêmes choses que celles contre lesquelles on s'indigne. On en arrive même à s'indigner et à résister, ici en France, contre la "barbarie" ! Oh, pas celle qui peut régner dans certain pays en voie de développement, soumis à un dictateur implacable ! Non ! La barbarie d'Hadopi et de Loppsi, symboles d'un état "totalitaire" !!!

Indignation et résistance, voilà encore des mots récupérés par l'extrême-droite qui n'en rate pas une, surtout quand le contexte flou et généraliste le lui permet. Déjà des tentatives d'entrisme ont eu lieu (Paris, Place de la Bastille). Mais l'amalgame se pratique quotidiennement, à la radio, sur les TV, sur Internet.

Indignés-Paris-Mai 2011 (C)Ibuzzyou

Alors, que faire ?

- Favoriser un meilleur partage des richesses en taxant les transactions financières (Tobin), en limitant les hauts revenus, en imposant lourdement les commissions des banquiers et traders ... et en redistribuant pour ...
- Investir dans la formation et dans la création d'emplois verts, d'emplois technologiques, d'emplois d'innovation et d'avenir, dans nos villes et leurs banlieues, sans autre idée préconçue que celle d'économiser l'énergie et notre planète.
- Changer progressivement notre personnel politique. La fonction d'élu (quel qu'il soit) ne doit plus appartenir à ceux qui ont les moyens de faire campagne en permanence. Le cumul des mandats et la réélection sont à proscrire. Le nombre d'élus (et donc celui des structures administratives) doit diminuer considérablement. L'âge moyen des élus doit s'abaisser.
- Sortir de la crise par le haut, avec plus d'Europe, plus de fédéralisme, avec plus de solidarité entre continents, avec plus de liberté à nos frontières (pour des Maliens, comme pour des Roms, citoyens européens) ...

- Faire autre chose que s'indigner et/ou résister et mettre un contenu politique derrière ces mots attrape-tout ...

- page 1 de 2