Fin du monde contre fin du mois.


Mi-novembre, alors que débutait la contestation des « gilets jaunes », Le Monde a publié sur une double page rouge et strictement illisible, précédée d’un titre de 10 cm sur trois colonnes en première page, un inventaire de toutes les catastrophes qui attendaient l’humanité. Une interview d’un spécialiste australien soulignait le fait que nous sommes tous, peu ou prou, climatosceptiques.

A cette date, 75 % des français déclaraient indispensables d’agir pour l’écologie et l’environnement, tandis que 75 % des français accordaient leur compréhension à un mouvement naissant, largement centré sur la voiture, le coût du gazole ou celui du contrôle technique, au point que les militants se distinguaient par le port du gilet jaune et que leurs points de rendez-vous se situaient sur les rond-points et à proximité des super-marchés. Cela nous fait-il 50 % des français qui sont schizophrènes, qui veulent bien parler écologie, mais à la condition que cela ne leur coûte rien et que cela ne change rien à leurs habitudes ?

Cette dichotomie s’est amplifiée encore lors du décompte des signataires respectifs des pétitions en faveur du mouvement de contestation ou en faveur de l’action en justice introduite par des associations écologistes. Les seconds arrivant à faire mieux que les premiers.

Quoi que puissent en dire les quelques dizaines de militants EELV qui ont recherché une convergence entre les deux mouvements au début du mois de décembre, celle-ci est strictement impossible et inimaginable. Pour deux raisons. La première est celle du désintérêt réel de la majorité des manifestants jaunes pour les questions écologiques. Les motifs et les caractéristiques de leurs manifestations en témoignent, les listes de leurs revendications classées par ordre de priorité également. Ils ont demandé la suppression de la taxation écologique sur les carburants et non son remplacement par un autre prélèvement sur une autre couche de la population. La seconde raison est propre aux écolos particulièrement divisés sur cette question, les uns demeurant en faveur d’une fiscalité écologique et les autres favorables à une décroissance voulue. D’un coté comme de l‘autre, rien pour séduire les « gilets jaunes », sans compter une forte méfiance à l’égard des idées d’extrême-droite.

Contre l’impôt.


« Supprimez les taxes ». « Arrêtez de nous taxer comme des porcs ». « Rendez-nous l’argent des taxes ». Voilà quelles étaient les slogans en première période. Tout cela au motif initial que le carburant avait augmenté beaucoup trop vite et beaucoup trop fort. Un argumentaire vite oublié face à la baisse du prix à la pompe des essences.

Quoi qu’il en soit, la question fiscale est au cœur des débats des rond-points. Et ceci avec un tel évident simplisme qu’il est bien difficile d’argumenter. Faut-il rappeler que la France est certes le pays européen où la pression fiscale est la plus forte ? 48,4 % du PIB, alors que la moyenne européenne se situe à 40,2 % (Grande Bretagne incluse) et que la moyenne de la zone euro se situe à 41,4 % (Le Point-29/11/2018) ?. A l’inverse, faut-il rappeler que la France est également championne d’Europe en matière de redistribution (oui, une partie des impôts est faite pour être redistribuée!) ? 24 % des impôts et taxes sont consacrés à la protection sociale, contre 15,7 % seulement pour l’Allemagne. A ce stade, faut-il rappeler que toute baisse de la pression fiscale devra nécessairement être compensée par une baisse de la redistribution (ce que Macron appelle le « pognon de dingue »!) ?. Ou par une hausse des prélèvements auprès des plus riches répondront les « gilets jaunes » en invoquant le cas de l’ISF ; Or, l’ISF n’a jamais été supprimé, mais concentré sur la propriété immobilière. Quant à son efficacité, il est un peu tôt pour en juger et le gouvernement a promis que cela serait fait.

Dénoncer l’impôt, dénoncer les taxes, dénoncer la pression fiscale sans aucune proposition annexe, cela relève de l’agitation et ne peut tenir lieu de position politique.

Gilet jaune

Un dernier point reste à souligner. Parmi les « Gilets jaunes » nombreux à se plaindre de ne pas terminer le mois, combien sont-ils à payer l’impôt direct ? Pour information, seulement 42,4 % des foyers fiscaux paient un impôt, c’est à dire beaucoup moins que la simple moitié des ménages.

Contre la représentation « démocratique ».


Nous ne nous attarderons pas sur le rejet violent des élus et des membres du Gouvernement. Mais nous parlerons de ce RIC dont l’idée n’a pas jaillie spontanément de l’esprit des « gilets jaunes ». Tout comme la notion de « coup d’Etat » évoquée dans la première partie, cette idée vient de loin et a été instillée dans les propos des pages Facebook. Et si nous avons placé « démocratique » entre guillemets, c’est bien pour signifier que nous ne faisons pas du système représentatif actuel le nec plus ultra de la démocratie. Nous sommes tout à fait convaincus, par exemple, que les élus peuvent être soumis (et céder) à des pressions diverses en provenance de tous horizons ou secteurs économiques et politiques. Mais nous ne pensons pas que des représentants tirés au sort échapperaient à ce risque. Par ailleurs, leur nombre toujours réduit ne sauraient en faire des représentants du peuple qui ne les aurait pas désignés.

Le Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC) repose sur une idée défendu par l’un des artisans du projet ci-dessus : Etienne Chouard. Cet Etienne Chouard est actuellement l’un des penseurs qui irrigue le plus les échanges des « gilets jaunes ». Drôle de personnage, aux confins de l’extrême-gauche et de l’extrême-droite (il est celui que n’aime pas trop Clémentine Autain!), fréquentant Thierry Meyssan ou Alain Soral « celui qui a tiré le front National à gauche » (!!). Favorable au retrait de la France de l’Europe, entre autres afin de reprendre la maîtrise de la monnaie, il défend avec acharnement le RIC qu’il a présenté le 8 décembre dernier lors d’un entretien de plusieurs heures sur le site de Fly Rider (Maxime Nicolle), l’un des porte-paroles des « gilets jaunes ». Il doute de la nature des auteurs, voire de la réalité des attentats du 11 septembre (il n’est pas seul ; c’est également le cas des pipoles Marion Cotillard et Juliette Binoche!). Tout récemment, il vient de traiter Emmanuel Macron de « gredin, voleur, criminel ». Qu’en termes choisis les choses sont dites ! Le RIC prétend s’inspirer du référendum suisse : les fameuses votations. Cependant, à l’écoute d’Etienne Chouard, il est permis de douter de cette filiation. Tout d’abord, il existe une différence énorme entre la France et la Suisse : celle de la tolérance et du consensus qui rythment la vie politique en Suisse. Etienne Chouard voit le RIC comme étant législatif (définir une loi), abrogatif (annuler une loi), constituant (modifiant la constitution) et révocatoire (destituant un élu). De plus, il devrait permettre de se prononcer sur les traités internationaux.

En suisse, le référendum, inscrit dans la Constitution depuis 1848, est utilisé pour recueillir l’avis des citoyens sur une proposition de modification de la Constitution soumise par le Parlement, pour accepter ou rejeter une proposition de modification constitutive soumise par 100000 citoyens, ou lorsque 50000 signatures sollicitent l'abrogation d'une loi. En aucun cas, un référendum n'est révocatoire ! En aucun cas, les citoyens ne peuvent proposer une nouvelle loi ! La collecte des signatures s'effectue en 100 ou 180 jours et nécessite donc une mise en oeuvre que seules des structures politiques solides sont à même de réaliser. Toutes ces signatures sont validées et le Parlement se prononcesur la validité de la proposition et se réserve éventuellement la possibilité de rédiger une contre-proposition.

Pour exemple , le prochain référendum suisse (10 février 2019) portera sur la thématique suivante : « Initiative populaire du 21 octobre 2016 «Stopper le mitage – pour un développement durable du milieu bâti (initiative contre le mitage)» . On notera avec intérêt que le principe de cette initiative populaire a été arrêté le ...21 octobre 2016, soit voici 28 mois !

Les propositions actuelles des « gilets jaunes » vont infiniment plus loin puisqu’elles envisagent la révocation des élus, l’acceptation ou le rejet de traités internationaux, le rejet de certaines lois, … C’est ainsi que peine de mort, droit à l’avortement, droit au mariage pour tous pourraient en être les sujets … et les victimes. Une question importante se pose également ; celle de la méthode de recueil des signatures. Les réseaux sociaux ne sauraient en être le lieu, au risque de créer une Facebookratie !

La première version de ce texte a été rédigée le 15 janvier 2019.

Troisième partie, ici