THERMOPYLES

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Slate Afrique

Fil des billets

dimanche 13 janvier 2013

Juste un point de vue publié par Slate Afrique

Depuis des mois, on les décrit comme de nouveaux tigres du désert, invincibles et assoiffés de sang.

Ils font tout pour mériter cette réputation, coupant des mains et des pieds, imposant la charia, détruisant des mausolées centenaires classés au patrimoine mondial de l’humanité.
Mais les islamistes qui ont pris le contrôle du Nord-Mali sont-ils aussi puissants qu’ils l’affirment et en avançant jusqu’aux portes de Mopti, n’ont-ils pas surestimé leurs forces?
Des intérêts occultes
Les Touareg qui constituent le gros des troupes rebelles, n’ont jamais été réputés pour leur virulence dans la pratique de la religion musulmane.
Le phénomène de leur radicalisation est nouveau. Il est lié à l’arrivée d’un flot de dollars venu d’Arabie Saoudite et du Qatar qui a permis d’acheter des consciences, mais aussi des combattants, ceux du MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad), longtemps encouragés par la France dans leur revendication autonomiste.
La chute de Kadhafi a aussi libéré d’autres combattants touaregs qui ont fui la Libye avec parfois des armements sophistiqués comme des missiles sol-air.
Le renversement d’Amadou Toumani Touré a enfin ouvert de nouveaux horizons aux rebelles. C’est la conjonction de tous ces événements qui a permis la progression spectaculaire de la rébellion.
On a du mal à croire qu’ils sont tous fortuits et que certains services secrets n’aient pas agi dans l’ombre.
«Plus il y a de bordel dans un pays, plus on fait de bonnes affaires», c’est la devise des marchands d’armes. C’est aussi celle d’intérêts occultes qui agissent en Afrique.
Or cette région du Sahel, traditionnellement sous influence de la France, l’ancienne puissance coloniale, est l’un des derniers far-west de la planète au sous-sol quasiment inexploré.
«Plus islamiste, tu meurs»
Pour garder le contrôle du mouvement, c’est la fuite en avant sur le thème de «plus islamiste que moi, tu meurs». Ce thème, qui a l’avantage d’être porteur et rémunérateur en fonds wahabites, masque en fait une lutte de pouvoir entre les grandes familles touaregs.
Si les troupes d’Ansar Dine, qui n’est pas le plus virulent des groupes islamistes armés dominant le nord du Mali, réunissent une colonne de pick-up de 1.200 hommes pour atteindre les portes de Mopti (640 km au nord de Bamako), proclamant leur intention d’imposer la charia, c’est d’abord pour faire une démonstration de force aux mouvements concurrents, les narco-islamistes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) et les djihadistes d'al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI).
De même, la destruction de tombeaux de saints musulmans à Tombouctou est avant tout destinée à impressionner les dynasties touaregs dont sont issus ces saints.
Une menace exagérée
On prétend, sans apporter aucune preuve, que la rébellion du Nord-Mali a reçu le renfort de milliers de soldats perdus du djihad. On affirme que des camps d’entraînement d’al Qaida pourrait s’implanter dans cette zone de non-droit et menacer l’Occident.
On soutient qu’une armée intervenant dans ce terrain hostile courrait, à coup sûr, à sa perte. Qui a intérêt à noircir le tableau, à faire durer la crise, à entretenir la confusion, et à faire croire que la rébellion islamiste est une invincible armada?
On a vu dans un passé récent et dans des pays voisins, des colonnes de pick-up rebelles anéanties en quelques heures par des attaques aériennes. On a assisté, sous d’autres cieux, à des opérations de forces spéciales visant à déstabiliser les assaillants et à introduire l’insécurité dans leur camp.
Rien de tout cela au Nord-Mali, mais une mobilisation mondiale allant de l'ONU à la Cédéao, en passant par l’OTAN dont l’intervention est désormais réclamée par le président en exercice de l’Union africaine, le béninois Boni Yayi.
Totalement inefficace, comme n’ont pas manqué de la remarquer les islamistes. Comme si on voulait écraser une mouche avec un marteau.
Quel est le jeu des Américains?
Depuis 2008, les Etats-Unis ont créé Africom, un commandement unifié de leurs activités militaires et stratégiques sur le terrain africain. Il a pour mission de mener la guerre contre le terrorisme, comme en Somalie, de sécuriser les approvisionnements pétroliers en provenance notamment du Golfe de Guinée et de contrecarrer la montée en puissance de la Chine sur le continent noir.
Dans la crise malienne, les Américains ont toujours privilégié la négociation avec les factions rebelles qu’ils jugeaient récupérables et sur lesquelles ils exerçaient un certain contrôle.
Ce n’est pas le cas du Mujao qui vient d’être inscrit sur la liste noire des organisations terroristes par le département d’Etat. Sur le terrain, les Américains sont certainement les mieux armés pour indiquer la sortie de crise dans cette zone d’influence française.
Par exemple, avec leurs drones d’observation et d’attaque. Ils en possèdent près d’un millier alors que la France entretient un parc de quatre appareils en bout de course.
Jean-Yves Le Drian, le ministre français de la Défense, a inscrit au budget 2013 la commande de plusieurs de ces engins. La marge de manœuvre de la France est réduite à cause de ses otages détenus par AQMI. En montant en première ligne, elle risquerait de mettre leur vie en danger. Les islamistes le savent et croient pouvoir avancer en toute impunité. François Hollande est placé devant un terrible dilemme.
Comment en sortir?
Par la négociation mais peut-on négocier dans la situation actuelle quand les islamistes se croient tout permis. Avant d’engager des palabres, il faut les faire redescendre sur terre, en montrant sa force. Et ensuite accorder aux Touaregs, qui sont pourchassés dans de nombreux pays, une terre où il pourrait vivre en toute autonomie.
A condition qu’ils abandonnent ce combat islamiste qui, de tout temps, leur a été étranger, et qu’ils ont rejoint pour des motifs alimentaires. En sortir, ce n’est pas «former» l’armée malienne comme le recommande paternellement la France, mais redonner à ces soldats laissés-pour-compte par des généraux corrompus, la fierté et les moyens de se battre pour leur pays.
En sortir, ce n’est sûrement pas introduire sur le théâtre malien les troupes de la Cédéao, qui, dans toutes les crises régionales où elles sont intervenues, ont joué le rôle d’aggrave-affaires.
En sortir, c’est enfin couper les sources d’approvisionnement des islamistes et fixer des limites à leurs parrains wahhabites, qui poursuivent leur rêve expansionniste de Grand Moyen Orient.

Philippe Duval



Ce texte a été écrit le jour de l'intervention française, alors que celle-ci n'était pas encore connue ! Pour info, Romano Prodi, émissaire spécial de l'Onu, était à Bamako le jeudi 10 janvier et prônait encore des pourparlers de paix. Mais qui pouvait-il convaincre puisque les "autorités" fantoches de Bamako parlaient de le récuser au motif qu'il avait le soutien de l'Algérie et du MNLA ?
Quant à la France, et François Hollande surtout, elle avait déjà décidé d'agir en s'appuyant sur la fiction des terroristes qui menaçaient Bamako ! La méthode est connue, d'autres ont fait la guerre afin d'aller neutraliser des "armes de destruction massive" ...

Romano Prodi (C)AFP-Getty Images

lundi 22 octobre 2012

Bruits de bottes à Bamako et à Paris

Au classement mondial des pays selon leur PIB, le Mali intervient au 207° rang sur 227 pays cités, avec un revenu moyen par habitant de 1200 $ par an (estimation 2010).
Au classement mondial des pays selon la santé de leurs populations et les équipements de soins, le Mali se positionne au 163° rang sur 191 pays cités (OMS 2012).
Au classement mondial des pays selon leur Indice de Développement Humain, le Mali émarge à la 175° place sur 187 pays cités (IDH classement 2011).
Au classement mondial des pays selon la Perception de la corruption, le Mali se place au 116° rang sur 178 pays nommés, tout juste après le Sénégal récemment "honoré" (105°) et bien avant la Côte d'Ivoire (146°) (Transparency International 2010).
Il ne nous sera pas possible de vous donner le rang du Mali en ce qui concerne le taux d'alphabétisation des adultes ou l'Index de Performance Environnementale: le pays n’apparaît pas (ou plus) dans ces classements.

Il serait sans doute facile, et peut-être un peu faux et injuste, de n'incriminer que l'ancien colonisateur dans ce maigre bilan. Il n'empêche que plus de cinquante ans après l'émancipation du pays, après cinquante ans de Françafrique, le résultat est là: le Mali, même si on a pu, avec un peu d’exagération, le présenter comme un modèle de démocratie africaine, n'est qu'un pays pauvre, très pauvre.

C'est pourtant dans ce pays que François Hollande, à peine sèche l'encre de son "Discours de Dakar", se propose d'intervenir pour chasser les islamistes qui en occupent le Nord. Oh, pas directement, ni de façon trop visible (au moins dans un premier temps), mais en "soutien" d'une coalition d'armées africaines et, peut-être, algérienne. Est-ce là la première application des "nouvelles relations" que le Président français a défendues le 12 octobre ?
La vision de la France sur l'Afrique, singulièrement les anciennes Afriques Occidentale et Equatoriale (AEF et AOF), n'a pas changé. Il y a là un pré carré à défendre, des intérêts à protéger, des richesses à exploiter, un développement à mettre en place ... Hollande marche dans les pas de Sarkozy, qui marchait dans les pas de Chirac, qui marchait dans les pas de Mitterrand, qui marchait ...
Quant aux USA, soyons clairs, depuis 2009, ils ont choisi d'activer leur présence en Afrique Sub-saharienne (AFRICOM). La France et l'Europe, les Etats-Unis, ne vont pas au Mali pour y défendre un pays éclaté, ils y vont pour défendre des intérêts économiques et logistiques.

Comme dans le cas de la Libye, toutes ces forces nous tiennent le discours de la démocratie, de la lutte contre le terrorisme islamique ou de la reconstruction du Mali actuellement divisé en deux.
"Le Monde", ce soir, dans un éditorial d'une rare indigence, part de nouveau en guerre, avec la même précipitation, avec la même hâte que pour la Libye. Ses arguments sont simplistes: le Mali est la victime de l'islamo-gangstérisme: drogue, contrebande, proxénétisme et enlèvements au nom de l'islam ... Accessoirement, la guerre inévitable et souhaitée aura également pour but de rétablir l'intégrité territoriale du pays.
L'éditorial en question débute par une affirmation totalement mensongère: "Toute tentative de négociations a échoué avec ces groupes". Or, autant qu'on le sache, des discussions avaient encore lieu à Bamako voici 72 heures, en particulier avec Romano Prodi, l'envoyé spécial du Premier Secrétaire de l'ONU. Et la même ONU a donné un délai de 45 jours afin de laisser une chance à la négociation et de permettre aux états africains de formuler clairement les modalités de leur intervention. Mais non, "Le Monde" pousse à la roue de façon à ce que l'engagement ait lieu avant même que les réponses aux négociateurs aient eu le temps d'être formulées. Comme lors de l'action en Libye, "Le Monde" se comporte comme un va-t'en-guerre.

Il n'est pas question ici de minimiser les risques que comporte cette situation au Nord-Mali. Mais n'est-t-il pas curieux d'apprendre, le même jour, que "des centaines de djihadistes arriveraient par le Nord", une information inlassablement répétée dans tous les médias, histoire de créer un peu de panique et d'activer le mouvement, et que "les rebelles, inquiets d'un déploiement de forces imminent, déserteraient en masse" ? Manipulation de l'information, quand tu nous tiens ...

Depuis le coup d'état du 22 mars, depuis la "déclaration d'indépendance" du MNLA, depuis la neutralisation de celui-ci par des troupes islamistes ayant fait plus ou moins allégeance à Al Qaïda, le Nord Mali vit dans la peur et sous le joug d'une nouvelle "culture": fermeture des écoles au bénéfice des écoles coraniques, , interdiction du tabac, des loteries, des chants, des danses, des vêtements lumineux, ... femmes et enfants sont les victimes de ce système digne des talibans. A ceci, vient s'ajouter une "législation" intransigeante: lapidations, mutilations, ...
Pourtant, il y a des résistances. Des jeunes ont déjà eu l'audace de manifester contre cet ordre islamique. Des femmes disent vouloir porter les vêtements de leur libre choix, quitte à mourir mais à ne pas accepter la charia ....
Les touaregs du MNLA se déclarent disposer à renoncer à une revendication immédiate de l'indépendance, alors qu'ils n'ont jamais été écoutés par le pouvoir central de Bamako.

Ville de Gao-10 septembre 2012 (C)Reuters

Une négociation ne consiste pas à donner raison à l'inacceptable, elle consiste à faire savoir aux forces en présence que l'intervention sera inévitable si les positions restent inchangées. Elle consiste à soutenir les hésitants, à offrir des garanties à ceux qui se sépareraient des fanatiques, à promettre aux Touaregs, avec une garantie internationale, que le développement de leur "pays" sera enfin pris en compte, à exercer une présence physique importante, à susciter des divisions ... or en parlant de groupes mafieux, ou d'islamo-gangstérisme, on s'interdit toute négociation. Mais là est peut-être le but recherché.

Toujours est-il que "Le Monde" achève son éditorial par une sentence pleine d'un cynique mépris à l'égard des Maliens: "Restent les Maliens, divisés par de petites querelles intérieures. Le moins qu'ils puissent faire est de manifester leur unité".
Les Maliens ne sont pas divisés par "de petites querelles": les Maliens vivent la catastrophe d'un pays démantelé et non gouverné (ou si peu) et redoutent le drame d'un conflit qui ne solutionnera rien et créera de nouvelles tensions (et guerres) entre africains et touaregs, entre africains et arabes, entre "noirs" et "blancs" ....

Ce n'est qu'un point de vue, à lire, pour compléter ce post: celui d'un journaliste camerounais, opérant dans Slate Afrique, Théophile Kouamouo.



Ajout du 24 octobre 2012
Comme prévisible, le MLNA dément formellement l'arrivée massive de combattants djihadistes dans le Nord-Mali ! Comme en Tunisie, comme en Egypte, comme en Syrie, il faudra que la presse occidentale y regarde à deux fois avant de publier des informations en provenance des islamistes radicaux !!

dimanche 17 juin 2012

Quand parle Aminata Traoré ...

Ce blog a déjà eu l'occasion de citer Slate Afrique à propos de ce qui se passe au Mali, au Niger, ... Parce que les analyses de cette agence sont souvent riches d'enseignement et surtout réticentes à tous les dogmatismes ou les langues de bois, et Dieu sait, et Allah sait, s'il en existe dans cette partie du monde !!

Slate Afrique vient de publier, sous forme de trois articles distincts, une longue et passionnante interview d'Aminata Traoré.
Certaines prises de position, ou l'absence troublante de prise de position, pourront lui être reprochées. Notamment, cette sorte de mansuétude à l'égard du coup d'Etat au Mali, comme si un coup d'Etat militaire pouvait avoir quelque chose de démocratique et pouvait nettoyer des compromissions, des clientélismes. Non, un coup d'Etat cinq semaines avant la tenue d'élections présidentielles est une action totalement anti-démocratique, laquelle a eu pour effet immédiat d'éteindre tout début de débat. A tel point que ce n'est qu'aujourd'hui que les intellectuels, qu'Aminata Traoré, retrouvent la force et le courage de parler.

Aminata Traoré (C)Droits réservés-SlateAfrique

Que de temps perdu !
Aminata Traoré prend fermement position contre toute forme d'intervention militaire dans le nord du Mali. A plus forte raison contre une participation de forces armées européennes ou occidentales. Elle affirme que les solutions doivent d'abord et avant tout être recherchées dans un dialogue, un débat démocratique, qui doit progressivement s'instaurer sur l'ensemble du pays.
Ces articles se trouvent ici, ici et ici. Il faut les lire.