THERMOPYLES

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Syrie

Fil des billets

lundi 14 octobre 2013

Une réhabilitation du régime syrien est-elle possible ?

Voici notre traduction du dernier billet d'Azmi Bishara, publié le 12 octobre. Il est consacré à la situation syrienne.

Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire, il n’y a que deux questions en Syrie qui intéressent les Etats-Unis et Israël : les armes chimiques et le chaos que pourrait apporter avec elle la « terreur islamiste ». La souffrance du peuple syrien, même par suite de l’utilisation d’armes chimiques, ne les concerne pas vraiment.
L’enthousiasme et l’efficacité avec lesquels le régime syrien a déposé ses armes chimiques a même suscité des éloges américains. Ce même régime se présente, depuis bien avant le début de la révolution, comme étant le meilleur allié contre le terrorisme islamiste et comme ayant combattu cette menace bien avant que l’Occident ne la réalise. Cette rhétorique présentée à l’Ouest diffère de celle qui a été présentée aux peuples arabes avant la révolution. Lorsque le régime syrien a aidé les djihadistes en Irak, il l’a fait pour montrer à l’Ouest la menace qu’ils constituaient et prouver qu’il était le seul à pouvoir les combattre.
La possible réhabilitation d’Assad ne devrait alors être une surprise pour personne, dans la mesure où il a remis ses armes chimiques et a prouvé qu’il était capable de lutter contre la « terreur islamiste »

Empêcher que se produisent ces évènements, et achever la libération de la tyrannie, ne sera possible que si les révolutionnaires syriens réalisent ceci :

- 1) Ils doivent modifier l’équilibre des forces sur le terrain par une véritable réorganisation sous une stratégie militaire unifiée. Tandis que le régime est faible, le chaos accompagnant la lutte armée, sera leur source principale de puissance. En attendant, les actions des djihadistes qui ne partagent pas les objectifs de la révolution fournissent au régime une raison d’être.

- 2) Les forces révolutionnaires syriennes doivent fournir une alternative politique forte et démocratique au régime.

- 3) En s’adressant à l'opinion publique occidentale et arabe, ils doivent se présenter comme en révolution contre la tyrannie, et rien d’autre.

Une Syrie dévastée-(C)Maxppp

dimanche 13 octobre 2013

La France et la guerre

Encore une fois, il nous faut revenir sur le thème de la guerre et de ses justifications puisque la France vient d'obtenir une résolution à l'ONU afin de préparer une intervention en République Centrafricaine. Comme de bien entendu, nos ministres de la Défense et des Affaires Etrangères se sont empressés de déclarer qu'il était hors de question que la France intervienne seule dans ce pays, que le Centrafrique n'est pas le Mali, etc ... etc ...
Attendons de voir la conformité des promesses avec la mise en œuvre des décisions.

Si nous reparlons de ce sujet, c'est parce que notre Ministre des Armées, Jean-Yves Le Drian, se répand dans la presse et sur les tribunes (à Blois récemment) et développe une théorie contestable en ce qui concerne la guerre et le rôle de la France.
Faisons tout d'abord justice d'une affirmation répétée tant par François Hollande que par son Ministre des Armées, selon laquelle la France aurait gagné une guerre au Mali. La France n'a rien gagné du tout au Mali !
Qu'il soit bien clair que les 500000 personnes déplacées par ce conflit le sont toujours et vivent dans des conditions misérables, soit dans leur propre pays, plus au sud dans la région de Bamako notamment, ou dans des camps de Mauritanie ou du Burkina Faso.
Qu'il soit bien clair que les combattants djihadistes n'ont pas été neutralisés, mais qu'ils ont simplement été repoussés plus ou moins loin, pas toujours hors des frontières du pays, d'où ils reviendront, d'où ils reviennent déjà pour fomenter troubles et attentats dans tout le nord du pays (attentats à Gao, destruction d'un pont sur le Niger, ...).
Qu'il soit bien clair que les revendications des touaregs (justifiées ou non, là n'est pas aujourd'hui la question !) en faveur d'une autonomie de leur région n'ont pas obtenu le moindre début de réponse.
Qu'ils soit bien clair que cette insuffisance de réponse entraîne des affrontements ethniques qui ne demandent qu'à se développer au fur et à mesure que la situation se dégradera.
Enfin, qu'il soit bien clair que l'armée française, loin de se retirer, reste en place à l'échelle de plus de 3000 combattants sur place dont certains qui étaient rentrés en France sont déjà repartis.
Si c'est cela que l'on appelle "gagner la guerre" !

Réfugiés maliens au Burkina (C)AFP

Alors, que nous dit Jean-Yves Le Drian ? Deux choses.
La France ne fait la guerre que "si la sécurité de la France, de la nation, du pays, est mise en danger".
La France ne fait la guerre que "pour défendre des valeurs dont elle est héritière depuis la Révolution Française".
Associant quasi indissolublement les deux affirmations, Jean-Yves Le Drian en vient à affirmer que "la guerre et la République sont concomitantes". On aurait pu penser qu'étaient concomitantes la guerre et la naissance de la République. On verra qu'il n'en est rien: il s'agit bien de la guerre et de la République aujourd'hui.

La guerre, la sécurité et la défense des valeurs lui sont indissociables: le terrorisme est explicitement visé.
Il reste cependant à expliquer en quoi "laisser les djihadistes mener leurs opérations pour s'emparer de l'Etat malien touche à notre propre sécurité". Outre qu'il n'a jamais été démontré que l'Etat malien était visé par les djihadistes, alors même qu'il était totalement déliquescent par les fautes d'un Capitaine putschiste (depuis nommé général !), il est difficilement compréhensible que notre sécurité ait été en jeu. Sauf à considérer que ce sont nos intérêts qui aient été en danger, ce qui n'est, on l'admettra, pas tout à fait la même chose.
Par ailleurs, comment imaginer que la sécurité de la seule France ait été compromise par l'action des djihadistes au Mali ? Parce que nous sommes l'ancien colonisateur ? C'est difficile à admettre, ce qui signifie que l'éventuel danger concerne tout autant la France que ses voisins européens. Alors pourquoi se sentir concerné au point d'intervenir seul au Mali, après avoir saboté des négociations, après avoir snobé la Communauté Européenne (avant de lui demander sa participation !)?

Le raisonnement est aussi contestable en ce qui concerne le volet des "valeurs". "Les images des victimes des tribunaux islamiques, les actes commis, nous amènent à défendre une certaine conception du droit". Le propos va encore plus loin lorsqu'il est question de la Syrie. "Nous assistons à des atrocités et l'arme chimique remet en cause des traités qui traduisent les fondamentaux universels auxquels la France est très attachée. S'ils ne sont pas respectés, elle doit jouer le rôle de gardienne des valeurs collectives du monde. Son histoire porte la France à dire, à interdire".

Il y a quelque chose de fabuleusement hégémonique dans cette affirmation ! Les valeurs sont jugées universelles et c'est la France qui se donne le droit de dire, d'interdire et... de punir ! Au nom de quoi ? Au nom de Valmy (bataille fondatrice de la République), au nom de 1940 (qui exige le ressaisissement de la France), au nom sans doute de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme (à la rédaction de laquelle la France a participé), enfin au nom de traités comme l'interdiction des gaz de combat ... Tout cela est bien vrai, mais sont-ce là des justifications suffisantes ?

NON, et pour deux raisons.
La première est que les dites valeurs universelles ne le sont pas tant que ça. Notre ethnocentrisme les appelle ainsi, mais elles sont quotidiennement contestées par de très, très, nombreux pays d'Asie, d'Afrique, d'Océanie, voire d’Amérique Latine. Le fait de les avoir souvent rédigées après la seconde guerre mondiale, laquelle ne faisait que reconduire la première avec encore plus d'horreur et d'impérialisme, ne suffit pas, aux yeux des peuples et des dirigeants des pays en développement, pour qu'elles soient qualifiées d'universelles. Notre effroi d'alors et notre honte n'étaient pas les leurs !

La seconde est que si nous voulons tant leur attribuer un statut d'universalité, encore faudrait-il se mettre à plusieurs. Les temps ont changé, la France n'a plus rien à exprimer à titre personnel en ce domaine. Elle a sans doute à sensibiliser ses voisins européens, ses amis d'outre Atlantique, pour que tous ensemble, sous l'égide des grands organismes que sont l'ONU et tous ses satellites (UNICEF, UNESCO, PAM, HCR, ...) les valeurs dites universelles le deviennent réellement et pour que le reste du monde commence à y croire.

Ajoutons qu'il existe une troisième raison pour que les belles valeurs universelles ne soient pas la "propriété" d'un seul pays: elles sont trop souvent bafouées !Le dramatique problème des immigrants qui traversent (qui ne traversent pas !) la Méditerranée vient à point pour rappeler que la guerre ne sert qu'à produire des victimes et des misères. Et que si les négociations venaient à bout des conflits et permettaient que s'installent les conditions d'un développement économique réel, il y aurait moins de réfugiés.
Les populations du Nord-Mali attendent, malgré la "fin" de la guerre que l'on vienne un tant soit peu les aider. Elles attendront longtemps encore et cela fera le lit de nouveaux djihadistes.
Les négociations ! Sur ce blog, on a un tout petit peu de fierté à s'être opposé à une intervention en Syrie et à prôner des négociations. La France, sur cette question, a été particulièrement mise en minorité et nous n'irons pas plus loin dans les qualificatifs. Les explications sont tout simplement à rechercher dans cette volonté de nos ministres à vouloir que la France dise, interdise et ... punisse, au risque de se retrouver toute seule ! Et qu'on ne nous ressorte pas que sa détermination a vouloir faire des "frappes" a pesé dans la décision de Poutine. Ou alors, ce n'est pas pour le motif invoqué ! Les troupes de Bachar El Assad sont probablement allées "trop loin". Les "renseignements" allemands ont parlé d'erreur de dosage ! Une frappe française, européenne, ou américaine aurait probablement entraîné des ripostes incontrôlables du dictateur syrien, ajoutant la guerre à la guerre.
Si les menaces de frappes ont eu un effet, c'est bien à leur corps défendant !
Rien n'est acquis, rien n'est définitif, mais les gaz de combat sont en cours de destruction, la structure chargée de ce travail, l'OIAC, reçoit le Nobel de la Paix. Il faut désormais que toutes les parties se mettent autour de la table et discutent à minima d'un cessez-le-feu. Pour cela, nos ministres, Jean-Yves Le Drian et Laurent Fabius auraient mieux à faire que de donner des leçons en Centrafrique ou au Mali, ou de construire la "première armée d'Europe, celle qui demain sera à même de mener deux opérations comme le Mali en même temps". Ils doivent exiger du Conseil National Syrien, comme de la Coalition Nationale des Forces de l'Opposition et de la Révolution qu'il s'assoient à la table de négociations. le but n'étant pas de reconnaître quelque droit à Bachar El Assad, mais de mettre en place un cessez-le-feu.

Jean Yves Le Drian-(C)Fred Tanneau-AFP

Dans le tout dernier Hors-Série du "Monde", "1914-2014: un siècle de guerre", ou nous avons lu les déclarations contestables de Jean-Yves Le Drian, se trouve également une analyse des différentes écoles de pensée en matière de guerre et de sécurité. Il y a les "réalistes", les idéalistes", les "transnationalistes", les "constructivistes" et les " critiques". Il en ressort que le ministre des Armées est un "réaliste", lui qui privilégie la sécurité nationale et se porte garant de la sécurité internationale !!
Thermopyles se verrait plutôt "transnationaliste", dans un système où les Etats et les sociétés civiles cohabitent dans le système mondial, au nom d'une sécurité globale. L'Etat n'a plus le monopole des affaires diplomatiques dans un monde interdépendant. (Descriptions extraites de ce N° Hors Série)
Avec la faiblesse de croire que cette attitude est plus conforme et plus progressiste pour un homme de gauche ! Et qu'il est temps de repenser ce que signifie l'universalité des valeurs et la façon de les défendre.

lundi 9 septembre 2013

Droit d'ingérence et droit de punition

Ce n'est pas l'objet de ce blog. Et donc chacun aura pu constater que nous n'avons fait quasiment aucun commentaire à propos de la crise syrienne. Nous n'avons pas l'envie de modifier notre position et nous limiterons donc notre analyse à une réflexion sur ce fameux droit d'ingérence, prétexte aujourd'hui à un "droit de punition" invoqué à l'encontre du régime syrien.
Si le sujet fait débat, c'est parce que l'opinion publique ne comprend pas les subtilités qui font que la France intervient au Mali pour en chasser les djihadistes et autres islamistes radicaux et veut intervenir en Syrie pour punir Bachar el Assad et, par voie de conséquence, "rééquilibrer" l'avancée des combattants rebelles qui sont quelque peu en difficulté, et qui sont de plus en plus dominés par ... les islamistes radicaux. Ajoutons à cela une phase critique en politique intérieure: la rentrée sociale et politique, les indices de satisfaction toujours à la peine, l'augmentation des impôts, le chômage toujours croissant, .. tout cela conduit l'opinion a solliciter une énergie nouvelle en faveur des questions domestiques et non des questions diplomatiques et internationales.
Nous avons cité le Mali. L'attitude de la France au cours de la récente intervention militaire dans ce pays relève également d'un droit d'intervention, d'un droit d'ingérence, d'un droit de punir, qu'elle s'est attribué. Ici-même, nous avons suffisamment critiqué cette intervention, pour souligner qu’elle ne se faisait pas dans le cadre défini par l'ONU, qu'elle ne respectait pas les diverses résolutions de cet organisme, que la France intervenait directement et quasi seule dans un premier temps alors qu'elle s'était engagée sur l'inverse exactement et que cette opération Serval se traduisait au final par le maintien sur place d'un fort contingent de militaires français (3000 hommes). Rappelons-nous le vocabulaire. Il convenait de "tuer", "éliminer" les terroristes d'Al Qaïda et autres structures djihadistes. Il fallait intervenir vite, sans attendre, parce que ces "terroristes" étaient aux portes de Bamako ...
Le droit d'ingérence, le droit d'intervention, déjà le droit de punir, argumentaient l'intervention et la présence de la France, tout autant pour sauver le Mali que pour défendre nos intérêts.
A l'exception du fort contingent militaire resté sur place, à l'exception des milliers de réfugié qui ne sont toujours pas rentrés chez eux, à l'exception du problème touareg qui n'est aucunement réglé, à l'exception des conflits persistants dans le nord entre touaregs et arabes, entre noirs et arabes et touaregs, conflits qui font des victimes quotidiennes, à l'exception du retour dénoncé des djihadistes, l'opération Serval se sera plutôt bien passée et pourra être qualifiée de "succès". IBK a été élu à la régulière, son challenger Soumaila Cissé est en mesure, s'il le veut, de représenter une opposition crédible, le capitaine putschiste a été promu général et le président intérimaire a nommé toute une kyrielle de diplomates, de hauts fonctionnaires et grands administrateurs de l'Etat à la veille de son départ. François Hollande pourra assister à l'investiture du nouveau Président le 19 septembre prochain !
Juste une toute petite information ! Que l'on se souvienne que les élections présidentielles maliennes étaient prévues pour avril 2012, auxquelles IBK et Cissé avaient fait acte de candidature. Et que si ces élections n'ont pas eu lieu, c'est parce qu'un capitaine putschiste a pris le pouvoir et a indirectement permis aux "terroristes" de s'approcher de la Capitale.

Aujourd'hui, le même tandem français est à la manœuvre au sujet de la Syrie: Fabius et Le Drian, les Affaires Etrangères et l'Armée. En ce qui concernait le Mali, c'était Fabius qui était à la remorque de Le Drian. Pour la Syrie, c'est l'inverse.
Le résultat est le même. Après de fracassantes déclarations concernant l'impérieuse obligation de punir que la France faisait sienne, les difficultés sont apparues: c''est à reculons qu'Obama se dirige vers une intervention militaire dont il n'a pas du tout envie, la Grande-Bretagne s'y est opposée et le précédent irakien n'en est pas la seule cause, l'Europe, si elle condamne l'utilisation de gaz mortels, ne veut pas d'une intervention, l'Allemagne sans doute encore moins que ses voisins, la Ligue Arabe refuse de s'engager dans un guêpier pareil. La France est seule et toute les rhétoriques autour de la condamnation morale du régime syrien ne changeront rien à l'affaire.
En conformité avec ses choix éditoriaux, "Le Monde" s'est résolument engagé du coté des guerriers. Le "général" Nougayrède a rédigé un exceptionnel (de par sa longueur) éditorial nous expliquant ce qu'il fallait faire, pourquoi il fallait le faire et comment il fallait le faire. Depuis, toute sa rédaction développe les argumentaires présentés et les éléments de langage mis en exergue. Comme il moins facile que pour le Mali de négliger les opposants à la guerre, alors on les présente sous forme d'"opinions" divergentes. Sur Lemonde.fr, à deux reprises déjà, les opposants à la guerre ont été assimilés à l'extrême-droite et aux militants anti-mariage gay. C'est dire jusqu'où peut aller une certaine forme de malhonnêteté intellectuelle: faire passer pour progressistes les tenants de la guerre !

Il faut punir, disent-ils.

Il existe deux sortes de punition.
La première se veut éducative, voire pédagogique. C'est la sanction infligée à l'élève, à l'apprenti, à l'esclave, lorsque celui-ci n'a pas respecté les méthodes et principes de réalisation d'un processus, n'a pas appris une leçon, n'a pas appliqué correctement des consignes. Cette punition est appliquée par un "maître". On peut discuter à l'infini de ses valeurs pédagogiques, mais il est évident, philosophiquement parlant, que le maître et l'élève se "reconnaissent" mutuellement, même si cette reconnaissance peut être hautement conflictuelle. Il n'y aura plus de punition lorsque l'élève ne reconnaîtra plus le maître et s'émancipera.
Dans le cas syrien, est-ce ce type de sanction qui est envisagé ? En ce cas, qui donne à la France, aux Etats-Unis, à l'Occident le mandat de punir et, conjointement, la toge du "maître" ? A l'évidence, personne.

La seconde forme de punition s'apparente davantage au règlement de compte. Elle intervient d'ailleurs souvent après des tentatives infructueuses de la première méthode. Méthode radicale, le règlement de compte vise à éliminer celui qui tente d'échapper, par le bien ou par le mal, par le haut ou par le bas, aux règles imposées par les tenants de l'ordre. Il s'agit, dans notre cas, de l'ordre mondial ou de l'image que veulent diffuser les maîtres de l'ordre mondial. La guerre chimique est une "ligne rouge". Pourquoi ? Pourquoi davantage de répréhension à l'égard du gazage qu'à l'égard du bombardement aveugle ? Peut-on qualifier d'immoral l'emploi de gaz de combat ? L'usage de bombes à fragmentation serait-il plus moral ?
Quoi qu'il en soit, le règlement de compte vise à éliminer celui qui, délibérément, ne respecte pas les règles imposées, celui qui fait un usage personnel, et souvent à son avantage ou bénéfice, des processus et méthodes généralement reconnues. Dans notre cas syrien, le but recherché est d'abord celui d'un "rééquilibrage" en faveur des forces rebelles. Le cas libyen nous rappelle cependant que l'expédition de l'OTAN s'est achevée par l'assassinat, par la France, de Mouammar Khadafi. La question est la même: qui donne à l'Occident, aux Etats-Unis, à la France, mandat pour mettre sur pied un règlement de compte ? A l'évidence, personne !

«Au départ on peut penser qu'on est seuls quand on prend la responsabilité d'agir et de prévenir les autres que nous, parce que nous sommes la France, avons un rôle particulier mais ensuite, il y a un travail de conviction, il se fait». Ainsi s'est exprimé François Hollande le 8 septembre, à Nice, dans le cadre des "Jeux de la Francophonie". Quel rôle particulier est celui de la France ? Quelle idée de la mission de ce pays François Hollande se fait-il ?


Pour négocier en Syrie-(C)Carl Court-Getty Images
La seule autorité susceptible de délivrer un mandat pour une intervention en Syrie (ou ailleurs) est l'ONU. Il n'y en a aucune autre.
L'ONU n'est qu'un "machin" inefficace, lent à se décider, doté d'une incroyable inertie ?
C'est exact ! L'ONU n'a pas 70 ans d'existence et l'ONU n'est que la somme de tous les pays qui la composent. Elle ne peut agir avec efficacité et promptitude que si les pays qui la composent prennent soin d'elles et l'utilisent aussi souvent que possible. L'ensauvagement du monde (cher à Madame Nougayrède), ne se renforce que lorsque les Etats mettent en avant leur prétendu "rôle particulier" et, ce faisant, tuent le multilatéralisme et une future gouvernance mondiale !
Si l'on doit rechercher où se trouve le progressisme, c'est ici qu'on le trouvera !

Si l'on refuse les "punitions", la seule méthode permettant de résoudre les conflits s'appelle la diplomatie. Il n'y en a aucune autre.
La diplomatie n'est que procédures et discussions longues et lentes, ne débouchant sur rien ou pas grand-chose, et pendant ce temps les victimes continuent de s'accumuler ?
C'est sans doute exact ! Sauf que rien ne prouve que les victimes ne seraient pas encore plus nombreuses en cas de dissémination des affrontements si l'on pratique les expéditions punitives et si l'on ajoute la guerre à la guerre. Liban, Iran, Irak, Israël, qui pense à tous ces pays et aux éventuelles conséquences d'un déferlement de violences ?
La diplomatie, c'est déjà remplacer le bruit des armes par la parole. Et ceci sans aucun préalable, d'aucune sorte. Lorsque tirent les armes, elles le font sans préalable. Dans un premier temps, la diplomatie ne doit avoir pour objet que de remplacer les cris des armes par des paroles, des propos, violents s'il le faut, avec des intermédiaires s'il le faut. Il est singulier que de tous nos va-t-en-guerre, il n'en est aucun pour réclamer et aider à mettre en œuvre un cessez-le -feu, de quelques heures, de quelques demi-journées, de quelques jours. La diplomatie, dans sa fonction d'entremetteuse, est devenue gênante et obsolète, alors que la notion même de négociation fait partie de la guerre. L'exemple malien, cette fois-ci, l'illustre bien: la France a décidé de son intervention alors même que des discussions se tenaient à Bamako et au Burkina sous l'égide de l'ONU avec la présence de Romano Prodi, discussions qui ont été sabotées par le Mali fantoche et par la France. Les participants au conflit syrien qui, aujourd'hui encore, se refusent à prendre place autour d'une table (Genève 2, par exemple) doivent y être poussés par leurs propres soutiens. En l’occurrence, la France a l'impérieux devoir de pousser à la table la Coalition Nationale Syrienne (même si elle ne représente pas grand chose) plutôt que de chercher à "rééquilibrer ses positions" (Laurent Fabius)
Ici encore; l'ensauvagement du monde ne se renforce que lorsque les Etats mettent en avant leur prétendu "rôle particulier" et, ce faisant, assassinent le dialogue et la négociation !
Si l'on doit rechercher où se trouve le progressisme, c'est ici qu'on le trouvera !



Peux-t-on ajouter un commentaire plus général ? Le prétendu "rôle particulier" des Etats ne s'exprime pas que dans le domaine guerrier. On le retrouve en matière de commerce, par exemple, dans le cadre de l'OMC où les occidentaux alternent avec mépris les demandes d'allègement des taxes douanières ou l'imposition de nouvelles taxes aux pays émergents et en développement, selon que les fluctuations des marchés les avantagent ou non.

vendredi 15 mars 2013

Bêtise et pingrerie, dixit Le Monde

Voilà un mois que nous n'avons pris la parole sur ce blog afin de parler du Mali, voire d'autres sujets tels ceux du développement, par exemple !
Un nouvel éditorial du "Monde" nous en donne le motif. Les éditoriaux du "Monde" consacrés à la situation malienne sont des modèles de simplisme et d'indigence: le dernier en date n'échappe pas à la règle.
Voilà un texte qui accuse l'Europe de "bêtise" et de "pingrerie", tout en dénonçant la "vacuité de l'idée européenne" et sa "désespérante absence au chapitre de la défense et de la politique étrangère" ! Rien de moins. Tout cela parce que l'Europe refuse plus ou moins de s'associer à la France dans sa croisade malienne, ou qu'elle le fait avec réticence pour le moins.
L'auteur, (ou les auteurs), de cet éditorial au vitriol sait pourtant bien quelle en est la raison puisqu'il le dit lui-même quelques lignes plus tard: "certes, Paris a eu le tort au départ de lancer ses troupes sans consultation avec ses partenaires", tout en feignant de croire que le comportement de l'Europe n'est dicté que par "l'hypocrisie" et "l'absence de solidarité européenne".
Non seulement Paris s'est abstenue de consulter ses partenaires européens avant de lancer son opération militaire, mais en plus Paris a menti sur ses objectifs en entourant pendant plusieurs mois ses intentions d'un rideau opaque de bonnes intentions et de garanties de non-ingérence. L'histoire des posts que recèle ce blog est édifiante: il n'est qu'à relire ceci ou cela. Il n'y a jamais eu de discussions avant l'intervention, il n'y en a pas eu davantage APRES l'intervention. Paris attend de ses partenaires qu'ils épousent sa position sans sourciller et sans discuter, cet accord devant naturellement découdre d'une solidarité de fait, face à un risque terroriste considéré comme évident et censé être perçu comme tel par l'ensemble de l'Europe.
Or, tel n'est pas le cas et la croisade anti-terroriste conduire par la France comporte de plus en plus de risques de dissolution d'un déjà maigre tissu démocratique en Afrique et de généralisation de l'engagement à une guerre civilisationnelle. Deux tendances qui se retrouvent dans l'ensemble des positions françaises, aussi bien en Egypte, en Tunisie, en Syrie qu'au Mali.

(C) Acturatons

Délitement du tissu démocratique. La France le sait, l'Europe également; l'intervention militaire se fait exclusivement à la demande d'un gouvernement d'intérimaires, né d'un putsch, sans aucune légitimité. Aux risques démographiques (faim, sécurité, réfugiés ...), aux risques d'affrontements ethniques (mauvais comportements des soldats maliens), vient maintenant s'ajouter un risque de délitement démocratique. Le Mali était fier, à juste titre, de sa remarquable liberté de presse. Et voilà que celle-ci, au prétexte de la guerre, est compromise et que les directeurs de journaux sont soumis aux ordres et au silence, sous peine de prison. L'ensemble des journaux écrits ou parlés vient de suivre trois journées de grève afin de défendre ses droits d'expression, mais il est à craindre que les intérimaires putschistes renouvellent leurs tentatives.
Consciente de cette lacune démocratique, Paris fait pression pour que des élections, présidentielles à tout le moins, aient lieu avant juillet. Les autorités maliennes ne semblent pas pressées d'en arriver à cette éventualité car elles sont beaucoup plus intéressées au maintien de troupes dans le Nord Mali afin de ne pas avoir à aborder la question de la représentation des minorités touarègues ou arabes. Si la France doit quitter le pays, disent-elles, ce sera pour laisser la place à une armée "offensive" mise en place par l'ONU, une définition qui devrait interroger puisque la vocations des Casques Bleus n'a jamais été d'être "offensifs", mais bien de s'interposer. Sans élection présidentielle organisée d'ici à juillet, que va faire la France ? S'engager encore davantage dans une politique d'ingérence et organiser elle-même ces élections ?

Guerre civilisationnelle. Cette analyse est particulièrement rare au sein des quotidiens et organes de presse écrite ou parlée. Elle est donc rare, à vrai dire inexistante, au sein des pays européens. Et pourtant ...
Lorsque l'on observe le discours occidental à l'égard des islamistes égyptiens ou tunisiens, il s'agit systématiquement d'un discours de méfiance. Les islamistes régulièrement au pouvoir sont accusés de faire la part belle aux salafistes et de préparer en douce l'avènement d'une société islamiste. Le recours à de nouvelles consultations électorales est présenté invariablement comme une possibilité de mettre fin à ces expériences islamistes.
En Syrie (et la situation évolue rapidement en ce sens), la France veut intervenir par des livraisons d'armes à ceux qu'elle considère comme d'authentiques combattants de la liberté AVANT que ceux-ci ne soient trop noyautés par les organisations islamistes radicales. Elle se fait fort, par ses réseaux d'observation, d'éviter que ces armes ne tombent aux mains de djihadistes. Rien n'est moins certain.
En fait, la France, et derrière elle une large partie des observateurs occidentaux ne peut considérer l'évolution arabe et/ou proche-orientale autrement que comme une nécessaire évolution vers des principes occidentaux: l'Occident a le monopole du SAVOIR en matière de démocratie, de droits de l'homme et de la femme, de liberté de pensée et d'expression et tous ceux qui ne le rejoignent pas sur ces principes "universels" doivent être combattus. Les outrances islamiques, les prédicateurs intolérants de la charia, les destructeurs de lieux de culte, ne sont que la partie émergée d'un iceberg passéiste et retardataire qui se nomme l'islam et qui doit être neutralisé pendant qu'il en est encore temps !
Au Mali, pour en revenir à ce pays, les déclarations se multiplient quant à la nécessité de développer économiquement cette région "après la fin de la guerre", mais personne ne s'est posé la question de savoir pourquoi cela n'a jamais été fait AVANT de déclarer la guerre. Car personne ne se pose la question de savoir et de comprendre sur quel terrain se développe le djihadisme, terrain international (conflit israélo-arabe, affrontement sunnites-chiites, ...), terrain régional (régions "abandonnées" de l'Afghanistan ou du Sahel, néo-colonialisme occidental ...), le terrain local (nos banlieues qui secrètent des filières ...).


Pour en revenir à l'éditorial du "Monde", il est probablement bien simpliste d'accuser l'Europe de double langage en reprochant à la France ses "velléités post-coloniales", mais en refusant de l'aider. De façon beaucoup plus forte, l'Europe a besoin de débattre de son avenir, de son rôle en Afrique, comme au Proche-Orient, de sa conception de la démocratie et du développement. Elle ne pourra le faire qu'après que chacune de ses composantes aura adopté une attitude sincère et n'appellera pas au secours après des décisions unilatérales, ce qu'a fait la France dans cette affaire malienne. Le débat n'a jamais eu lieu parce que la France s'est bien gardé de le mettre en œuvre alors même que la résolution 2071 l'y invitait ("partenaires bilatéraux des pays africains"). Seule, elle a voulu partir au combat, alors "qu'elle se débrouille".

La réponse est stupide ? Le comportement préalable ne l'était pas moins !

Question subsidiaire: où sont les otages ?

samedi 22 décembre 2012

Syrie, Egypte, Tunisie, Mali ... ou les méfaits de l'ethnocentrisme politique

Monsieur Sikorski est le chef de la diplomatie polonaise. Il vient de s'exprimer (Le Monde du 19/12/2012) au sujet du rôle de l'Union Européenne face à la crise syrienne. Et, en substance, il a dit que ce rôle avait des limites et que si la Fondation Européenne pour la Démocratie qu'il a aidé à créer, avait des millions à donner pour aider la société civile dans les pays arabes, ce devait être pour "soutenir ouvertement ceux qui sont proches des valeurs européennes, car nous voulons que nos voisins se rapprochent de nous".
Voilà un exemple parfait d'ethnocentrisme politique qui veut que le modèle occidental, européen en l’occurrence, soit la référence absolue de toute évolution et de tout progrès. Lévi-Strauss nous le dirait: il est difficile, voire impossible, de juger l'attitude ou le comportement de son voisin sans faire comparaison avec ce qui est sa propre culture. Mais dans le cas présent, il ne s'agit même plus de comparaison, mais de demande d'assimilation du modèle européen. Nous doutons fort que ce langage puisse être entendu, quelle que soit la tendance de l'interlocuteur arabe: islamiste, gauchiste ou libéral. Une telle attitude de la part d'un diplomate européen est donc totalement vide de sens ... et d'intérêt.

Ce diplomate n'est pourtant pas seul à resservir inlassablement le même discours. En Egypte (et nous en avons déjà parlé), l'envoyé spécial du Monde, "spécialiste du Proche-Orient", poursuit ses analyses personnalisées par un point de vue subjectif souvent insupportable. C'est ainsi qu'on le lit dans une "analyse" du vote des femmes au Caire contre la nouvelle constitution, vote d'"une partie des citadines éduquées" qui votent "non parce que les droits des femmes ne sont pas mentionnés en tant que tels dans la nouvelle constitution, non parce le droit à l'éducation des filles a été effacé, non parce que j'ai peur que l'article qui fait des femmes les 'garantes de la famille' serve à me mettre au chômage ou à m'obliger à travailler moins d'heures."
Aujourd'hui, nouvelle diatribe contre la constitution au motif qu'un copte militant des nouveaux droits civiques risquera une peine plus sévère si la nouvelle constitution est adoptée, puisqu'il est accusé d'insulte au prophète. Amalgame facile puisque sa première condamnation porte sur le "dénigrement des religions".

Alors, puisqu'il le faut, parlons de cette constitution. Non sans avoir souligné qu'en Egypte, comme en France, le texte d'une Constitution est toujours à relativiser quelque peu. Notre Constitution est-elle appliquée à la lettre ? Et parlons de ce que personne ne dit. Tous les commentateurs relèvent à l'envie les formulations ambiguës au sujet des "traditions égyptiennes" et en concluent que pourraient en faire partie l'excision et les mutilations génitales féminines ! Tous les commentateurs relèvent l'absence de droits spécifiques pour les femmes et en concluent que leur serait interdit le droit d'ester en justice.
Mais combien de commentateurs soulignent les avancées de ce texte ?
- la limitation de durée du mandat présidentiel,
- la création d'un régime semi-présidentiel. Si le président y reste fort, son pouvoir est rééquilibré par l'Assemblée du Peuple qui contrôle la nomination du gouvernement et peut le renverser. Le président ne peut dissoudre cette Assemblée du Peuple que par référendum.
- l'égalité des hommes et des femmes y a été supprimée au bénéfice d'un article stipulant que tous les égyptiens sont égaux,
- la liberté d'expression et de presse est garantie (art 45),
- la détention arbitraire est interdite (art 35),
- la torture et les traitements inhumains sont interdits (art 36),
- l'espionnage des communications privées est interdit (art 38),
- la liberté religieuse est garantie (art 43),

De façon parfois regrettable, le texte s'entoure de considérations susceptibles de limiter l'effet de ces réelles avancées. C'est ainsi qu'un art 44 interdit l'injure au prophète et un art 31 l'injure aux individus. Voilà bien des procès en perspective !
La liberté religieuse ne s’applique qu'à trois religions: celles du Livre, les autres sont oubliées.
Enfin, la charia y est déclarée "source principale de la législation" et non "source unique du droit". Cette formulation est en elle-même porteuse de modération et le fait d'avoir confié à l'université Al Azhar le soin de préciser ces principes de la législation est tout à la fois inquiétant parce qu'intervient une structure religieuse non élue, et positif en ce sens que l'université Al Azhar se caractérise souvent par des positions progressistes.

Et là est la vraie question à laquelle l'ethnocentrisme occidental n'aide pas à apporter une réponse. En Egypte, les "révolutionnaires" et les libéraux se plaisent à accuser Morsi de faire double jeu et de tenir double langage. Il ferait mine de développer des positions à minima réformistes et, par derrière, il laisserait agir les salafistes en vue de la création d'un état intégriste.
Cette analyse ne tient pas debout. Mohamed Morsi a besoin de développer son pays, sous peine d'être renversé par la colère du peuple qui a faim et qui veut du travail. Mohamed Morsi a besoin de l'appui occidental, de l'argent de la Banque Mondiale, de celui des USA. Mohamed Morsi a besoin de jouer un rôle actif dans toute la région proche-orientale, afin que son pays conserve, si possible, les positions et la stature acquises au cours des dernières décennies.
Au contraire d'un double jeu, on assiste à une lutte fratricide et implacable entre les fractions islamiques, la "plus ou moins progressiste" et la "radicale" ! Et l'Occident serait bien inspiré de le comprendre rapidement afin d'aider Morsi, ne serait-ce que temporairement et dans le respect des formes démocratiques, à neutraliser les plus radicaux afin que le pays se redresse.

Pro et anti-Morsi face à face-(C)Maya Alleruzzo-AP-SIPA
Un ethnocentrisme comparable préside aux jugements relatifs à l'évolution de la Tunisie où Ennahda est, de façon comparable, soupçonné de "double jeu".

Raisonnement déjà identique au Mali. La France vient d'obtenir une résolution auprès des Nations Unies, laquelle résolution autorise une éventuelle intervention militaire dans le Nord-Mali, limitée dans sa durée à un an, et n'ayant pas lieu avant septembre 2013. D'ici là, l'ONU renouvelle la nécessité de tout faire pour régler le problème par la négociation. Cette résolution a été obtenue de justesse, tant les USA sont réticents à l'égard de ce projet militariste. L'ambassadrice US à l'ONU a été jusqu'à qualifier le projet français de "merde".
Ansar Eddine et le MNLA viennent de renouveler leur engagement à cesser le combat et à négocier, voire à prendre en charge la question de l'AQMI.
Qui les écoute ?
Pas la France, pas l'Europe qui préfèrent s'engager dans la voie militaire et passer sous silence l'ardente "obligation de négocier".
Pas l'Afrique de la CEDEAO, pas le Mali où se préparent des milices qui veulent aller "chasser le touareg".
Et puis, avec qui peuvent-ils négocier ?
Il n'y a plus de pouvoir au Mali ! Et le capitaine Sanogo tire toujours les ficelles !

Il y a urgence à intervenir, non pour la guerre, mais pour la négociation, pour la reconnaissance du fait touareg, pour la recherche d'une entente sur un territoire immense, pour l'aide à un développement commun dans lequel pays et populations ne seront pas "oubliés".
Pour cela, sans doute faut-il que l'Europe et ses diplomates (dont la France) réfléchissent avec d'autres arguments que leur paresse ethnocentrique.

- page 2 de 3 -