Dans une tribune du Monde, datée du 4 novembre, le philosophe Edgar Morin a cru possible de comparer la lutte des écologistes contre les partisans d'un développement économique soutenu à une "guerre de civilisation". Edgar Morin est excellent lorsqu'il prend la peine d'organiser sa pensée, il l'est moins lorsqu'il devient un militant.
La seule "guerre de civilisation" qui se déroule actuellement (et à qui personne ne veut reconnaître ce nom) concerne la lutte entre l'occident et de nombreuses autres civilisations, à commencer sans doute par l'islam. Mais ce sujet nous entraîne loin du débat du jour.

La bataille des mots fait rage entre les pro-Center Parcs et les anti-Center Parcs à Roybon.
Mais ces mots sont-ils bien représentatifs des enjeux et des objectifs respectifs de chacun des deux camps ? Il est permis de fortement en douter.

Les principaux thèmes qui suscitent des échanges et de l’animation sont les suivants :
La légalité du projet, la destruction de la forêt, la question de l’eau, la nature des emplois créés, le type de vacances proposées. Reprenons les un par un.

La légalité du projet. Elle est indiscutable, même s’il peut apparaître choquant pour certains qu’une enquête publique aboutissant à un avis négatif des commissaires enquêteurs puisse être suivi d’une autorisation préfectorale. Mais entretemps, la Société Pierre et Vacances a remanié son projet et le Comité Départemental environnement et risque sanitaires et écologiques (CODERST) a pu délivrer un avis largement favorable. Comme dans chaque projet de ce type sujet à une contestation similaire, nous retrouvons les mêmes arguments d’illégalité, de manipulation des élus, d’enquêtes tronquées, d’avis de commissions diverses ignorés, de pots-de-vin en sous-main et, plus généralement, d’absence de dialogue. En l’occurrence, à Roybon, le dialogue dure depuis sept ans déjà, sous la forme de recours successifs auprès du Tribunal Administratif, jusqu’à présent tous rejetés les uns après les autres. La légalité a toujours été respectée et le dialogue tant revendiqué ne consiste en définitive qu’à vouloir faire plier l’adversaire.

La destruction de la forêt. Que n’entend-t-on pas sur ce sujet ? Voici que l'on nous montre des couples de jeune zadistes ou de vieux soixante-huitards qui pleurent cette forêt détruite dans laquelle ils ne pourront plus venir se promener en été ou ramasser les champignons à l’automne. De telles images font sans doute du bien à l’audience de France 2, mais elles relèvent strictement de la manipulation. La forêt des Chambarans recouvre plus de …. 30000 hectares. Ce sont seulement 150 hectares qui sont concernés par le projet, dont seulement 35 hectares seront construits (cottages et piscine-bulle) et ..reboisés ! Il est impossible de parler de destruction de la forêt quand seulement 0,4 % de celle-ci sont impactés par le projet !

La question de l’eau et des zones humides. Toute la forêt des Chambarans n’est qu’une gigantesque zone humide. L’eau sourd de ces terres en des points élevés tout au long de l’année. Résurgence de nappes aquifères nées dans les Alpes et prisonnières de couches imperméables de glaise ? Demandez donc aux zadistes où se trouve la Croix de Mouse, petit sommet d'où l'eau jaillit, ou bien le vallon de Passardière, ou encore les mares et cuvettes si proches de la Maison Forestière de l'Etoile, paradis des grenouilles ! S’ils le savaient, ils y découvriraient de singuliers mixages de glaise et d’eau.

La nature des emplois créés. En ce domaine, on se trouve en plein délire. Lors de la période de construction, ce sont environ 1500 emplois qui seront créés afin de préparer les terrains et construire les bâtiments. Des entreprise locales ou proches seront retenues, c’est d’ailleurs déjà le cas pour les forestiers appelés à préparer les terrains. Ensuite, lorsque l’exploitation du Center Parcs prendra effet, ce sont 700 emplois, dont 60% (420 emplois) à temps plein et 80% en CDI. Les opposants répètent à l’envie qu’il s’agit d’emplois non qualifiés, d’emplois aux horaires réduits. Comment peut-il en être autrement alors que nous nous trouvons face à une entreprise d’hôtellerie ? Alors oui, il y aura des femmes de chambre, des personnels d’entretien, mais il y aura également des chefs d’équipes, des chefs de service, pour encadrer ces personnels. Et puis, une « ville » de 5000 habitants, qui tourne toute l'année, a besoin de professionnels de santé, de professionnels de la maintenance des bâtiments (toiture, vitrerie, …), de plombier-chauffagistes, de pisciniers, d’animateurs, de personnels administratifs, de professionnels d’un office du tourisme (Saint-Antoine l’Abbaye est à proximité immédiate) … Autant que l’on sache, ce ne sont pas des emplois précaires ou non qualifiés !

Enfin, le type de vacances proposé. Certes, ce ne sont pas les vacances que nous, auteur de ces lignes, irons passer car nous préférons de loin la découverte des pays et des hommes. Mais de quel droit condamner un projet parce que les vacances relèvent de la « société de consommation ». Nous connaissons des familles avec jeunes enfants qui ont trouvé plaisir à fréquenter un Center Parcs parce qu'elles y avaient le cadre idéal pour la détente de chacun. Si c'est ce style de vacances qui est critiquable, alors il est sans doute urgent de s’en prendre au Club Méditerranée et à tous ses imitateurs !


Non, les zones humides ne sont pas l'objectif des zadistes ! (C)Philippe Desmazes

En fait, cette dernière critique pointe vers la véritable raison d’agir de tous ceux qui s’opposent à des projets qu’ils qualifient d’inutiles : aéroport de Nantes, TGV Lyon-Turin, barrage de Sivens, gares TGV, Center Parcs de Roybon et d’ailleurs. Et ce véritable objectif est double : tout d’abord celui de la destruction de l’Etat, ensuite celui de la mise en place d’une nouvelle société de décroissance.

Le vocabulaire employé en est l’illustration parfaite. L’un des récents tracs diffusés par les opposants au Center Parcs de Roybon commence ainsi : « La mort d’un jeune homme de 21 ans, militant contre un projet inutile impliquant la disparition d’une précieuse zone humide est une tragédie. Mais c’est également un signe des temps. La répression policière contre le militantisme écologique n’a, semble-t-il, jamais été aussi violente.(…) Le projet de barrage de Sivens, auquel s’opposait, avec d’autres, Rémi, ce jeune étudiant assassiné, est sans conteste un crime écologique majeur. Mais le Center Parcs de Roybon l’est également avec dix fois plus de zones humides détruites ».

En ce qui concerne la destruction de l’Etat, la dialectique est puissante et l’extrême-gauche sait, depuis très longtemps, s’en servir. Si ce tract commence par une référence à la mort tragique d’un militant opposé au barrage de Sivens, ce n’est pas un hasard. C’est même, à vrai dire, une formidable récupération de l’évènement. Nous n’irons pas jusqu’à dire qu’il satisfait les militants verts extrémistes, mais il est évident qu’il leur apporte un énorme service.
Lorsque des drones ont survolé récemment les centrales nucléaires françaises et que des forces de police se sont mises en demeure d’en retrouver les « pilotes », nous avons pu lire que « les drones apportaient la démonstration du caractère policier de l’énergie nucléaire ». Aujourd’hui, nous pouvons comprendre que la mort de Rémi Fraisse apporte la démonstration du caractère policier de notre système démocratique basé sur des élections. Il faut donc le combattre et le remplacer par l’expression directe des populations concernées. C’est-à-dire par l’anarchie !

Quant à la décroissance, cette nouvelle idéologie de la vie joyeuse et communautaire, nous en retrouvons l’expression dans ces caricatures de l’emploi proposé par le projet Center Pacs. De vrais comportements de Bisounours ! Nous avons déjà abordé la question des emplois peu qualifiés. Est-il envisageable de transférer Minatec sur le site de Roybon ? Si oui, faisons-le car en voilà des emplois hautement qualifiés ! Plus grave encore : le discours de ces militants quantifie l’aide publique apportée à chaque emploi créé d’un montant de 240000 €. Afin de conclure que cette même somme remise à des entrepreneurs aurait permis la création de plusieurs emplois. Comme si la création des emplois ne relevait que de montants financiers plus ou moins conséquents mis à disposition d’entrepreneurs ! Non, il y faut un projet que personne, jusqu’à présent, n’a su, n’a pu, porter dans ce canton abandonné.
Le prix de vente des terrains, le coût des aménagements et besoins annexes, tout cela est également pointé du doigt comme une anomalie. Mais existe-t-il des projets alternatifs qui sauraient se passer de terrains à bas coût, d’adductions d’eau, de branchements pour l’énergie ou les eaux usées, de voiries conséquentes ? Tous les grands projets de développement, quels qu’ils soient, impliquent un engagement financier des collectivités. Et tous ces projets, lorsqu’ils réussissent, engendrent des retombées financières pour leur région d’implantation : salaires, commerces, fournisseurs, recettes fiscales … et favorisent le maintien sur place des populations.
Enfin, et c'est aussi grave, de quel droit et avec quels arguments, quels critères, des militants peuvent-ils décider d'un projet qu'il est inutile et le combattre avec toute la violence et la manipulation de l'opinion nécessaires ?

Au début du XX° siècle, entre 1900 et 1920, Roybon a connu une phase positive en matière d’emploi. C’est dans cette petite ville qu’étaient installés les ateliers de réparation de tout le matériel du réseau ferré métrique qui rejoignait Lyon. Tout ce réseau a progressivement disparu, remplacé par la voiture, le camion et le pétrole. Roybon a, par ailleurs, dans le même temps, perdu près de 20% de sa population, passant de 1947 habitants en 1890, à 1565 habitants en 1920. Le train n’a apporté des emplois qu’un temps, il a surtout favorisé l’exode rural ! Roybon n’a rien gagné au passage de la première à la seconde révolution industrielle. Nous pourrions faire en sorte que le passage de la seconde à la troisième révolution industrielle (celle des réseaux, de l’énergie renouvelable et des loisirs) lui soit plus profitable.

Non, décidément non ! Les zadistes ont pour idéologie de dénoncer la "violence des loisirs" personnifiée par les Center Parcs. Convenez donc que la défense des zones humides, de la forêt, des petites bêtes et/ou des petites fleurs est bien le cadet de leurs soucis !
Pour en revenir à Edgar Morin, la troisième révolution industrielle aboutira peut-être à la disparition du travail (Jeremy Rifkin), mais point n'est nécessaire que les militants gauchistes y contribuent par avance et de façon sauvage.
NB: les "champs bons à rien" sont l'origine étymologique des Chambarans.