Voilà un mois que nous n'avons pris la parole sur ce blog afin de parler du Mali, voire d'autres sujets tels ceux du développement, par exemple !
Un nouvel éditorial du "Monde" nous en donne le motif. Les éditoriaux du "Monde" consacrés à la situation malienne sont des modèles de simplisme et d'indigence: le dernier en date n'échappe pas à la règle.
Voilà un texte qui accuse l'Europe de "bêtise" et de "pingrerie", tout en dénonçant la "vacuité de l'idée européenne" et sa "désespérante absence au chapitre de la défense et de la politique étrangère" ! Rien de moins. Tout cela parce que l'Europe refuse plus ou moins de s'associer à la France dans sa croisade malienne, ou qu'elle le fait avec réticence pour le moins.
L'auteur, (ou les auteurs), de cet éditorial au vitriol sait pourtant bien quelle en est la raison puisqu'il le dit lui-même quelques lignes plus tard: "certes, Paris a eu le tort au départ de lancer ses troupes sans consultation avec ses partenaires", tout en feignant de croire que le comportement de l'Europe n'est dicté que par "l'hypocrisie" et "l'absence de solidarité européenne".
Non seulement Paris s'est abstenue de consulter ses partenaires européens avant de lancer son opération militaire, mais en plus Paris a menti sur ses objectifs en entourant pendant plusieurs mois ses intentions d'un rideau opaque de bonnes intentions et de garanties de non-ingérence. L'histoire des posts que recèle ce blog est édifiante: il n'est qu'à relire ceci ou cela. Il n'y a jamais eu de discussions avant l'intervention, il n'y en a pas eu davantage APRES l'intervention. Paris attend de ses partenaires qu'ils épousent sa position sans sourciller et sans discuter, cet accord devant naturellement découdre d'une solidarité de fait, face à un risque terroriste considéré comme évident et censé être perçu comme tel par l'ensemble de l'Europe.
Or, tel n'est pas le cas et la croisade anti-terroriste conduire par la France comporte de plus en plus de risques de dissolution d'un déjà maigre tissu démocratique en Afrique et de généralisation de l'engagement à une guerre civilisationnelle. Deux tendances qui se retrouvent dans l'ensemble des positions françaises, aussi bien en Egypte, en Tunisie, en Syrie qu'au Mali.

(C) Acturatons

Délitement du tissu démocratique. La France le sait, l'Europe également; l'intervention militaire se fait exclusivement à la demande d'un gouvernement d'intérimaires, né d'un putsch, sans aucune légitimité. Aux risques démographiques (faim, sécurité, réfugiés ...), aux risques d'affrontements ethniques (mauvais comportements des soldats maliens), vient maintenant s'ajouter un risque de délitement démocratique. Le Mali était fier, à juste titre, de sa remarquable liberté de presse. Et voilà que celle-ci, au prétexte de la guerre, est compromise et que les directeurs de journaux sont soumis aux ordres et au silence, sous peine de prison. L'ensemble des journaux écrits ou parlés vient de suivre trois journées de grève afin de défendre ses droits d'expression, mais il est à craindre que les intérimaires putschistes renouvellent leurs tentatives.
Consciente de cette lacune démocratique, Paris fait pression pour que des élections, présidentielles à tout le moins, aient lieu avant juillet. Les autorités maliennes ne semblent pas pressées d'en arriver à cette éventualité car elles sont beaucoup plus intéressées au maintien de troupes dans le Nord Mali afin de ne pas avoir à aborder la question de la représentation des minorités touarègues ou arabes. Si la France doit quitter le pays, disent-elles, ce sera pour laisser la place à une armée "offensive" mise en place par l'ONU, une définition qui devrait interroger puisque la vocations des Casques Bleus n'a jamais été d'être "offensifs", mais bien de s'interposer. Sans élection présidentielle organisée d'ici à juillet, que va faire la France ? S'engager encore davantage dans une politique d'ingérence et organiser elle-même ces élections ?

Guerre civilisationnelle. Cette analyse est particulièrement rare au sein des quotidiens et organes de presse écrite ou parlée. Elle est donc rare, à vrai dire inexistante, au sein des pays européens. Et pourtant ...
Lorsque l'on observe le discours occidental à l'égard des islamistes égyptiens ou tunisiens, il s'agit systématiquement d'un discours de méfiance. Les islamistes régulièrement au pouvoir sont accusés de faire la part belle aux salafistes et de préparer en douce l'avènement d'une société islamiste. Le recours à de nouvelles consultations électorales est présenté invariablement comme une possibilité de mettre fin à ces expériences islamistes.
En Syrie (et la situation évolue rapidement en ce sens), la France veut intervenir par des livraisons d'armes à ceux qu'elle considère comme d'authentiques combattants de la liberté AVANT que ceux-ci ne soient trop noyautés par les organisations islamistes radicales. Elle se fait fort, par ses réseaux d'observation, d'éviter que ces armes ne tombent aux mains de djihadistes. Rien n'est moins certain.
En fait, la France, et derrière elle une large partie des observateurs occidentaux ne peut considérer l'évolution arabe et/ou proche-orientale autrement que comme une nécessaire évolution vers des principes occidentaux: l'Occident a le monopole du SAVOIR en matière de démocratie, de droits de l'homme et de la femme, de liberté de pensée et d'expression et tous ceux qui ne le rejoignent pas sur ces principes "universels" doivent être combattus. Les outrances islamiques, les prédicateurs intolérants de la charia, les destructeurs de lieux de culte, ne sont que la partie émergée d'un iceberg passéiste et retardataire qui se nomme l'islam et qui doit être neutralisé pendant qu'il en est encore temps !
Au Mali, pour en revenir à ce pays, les déclarations se multiplient quant à la nécessité de développer économiquement cette région "après la fin de la guerre", mais personne ne s'est posé la question de savoir pourquoi cela n'a jamais été fait AVANT de déclarer la guerre. Car personne ne se pose la question de savoir et de comprendre sur quel terrain se développe le djihadisme, terrain international (conflit israélo-arabe, affrontement sunnites-chiites, ...), terrain régional (régions "abandonnées" de l'Afghanistan ou du Sahel, néo-colonialisme occidental ...), le terrain local (nos banlieues qui secrètent des filières ...).


Pour en revenir à l'éditorial du "Monde", il est probablement bien simpliste d'accuser l'Europe de double langage en reprochant à la France ses "velléités post-coloniales", mais en refusant de l'aider. De façon beaucoup plus forte, l'Europe a besoin de débattre de son avenir, de son rôle en Afrique, comme au Proche-Orient, de sa conception de la démocratie et du développement. Elle ne pourra le faire qu'après que chacune de ses composantes aura adopté une attitude sincère et n'appellera pas au secours après des décisions unilatérales, ce qu'a fait la France dans cette affaire malienne. Le débat n'a jamais eu lieu parce que la France s'est bien gardé de le mettre en œuvre alors même que la résolution 2071 l'y invitait ("partenaires bilatéraux des pays africains"). Seule, elle a voulu partir au combat, alors "qu'elle se débrouille".

La réponse est stupide ? Le comportement préalable ne l'était pas moins !

Question subsidiaire: où sont les otages ?