THERMOPYLES

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - réfugiés

Fil des billets

vendredi 5 août 2016

Islamisme radical: sidération, peur et divisions

Le 4 décembre dernier, nous ouvrions notre post par les mots de Spinoza: "Ne pas rire, ni pleurer, ni détester ni maudire, mais comprendre", Faut-il croire que peu nombreux sont ceux qui suivent cet adage et que ceux qui parlent sans chercher à comprendre ou pour défendre d'autres causes sont infiniment plus nombreux ? Toujours est-il que nous sommes passés de la sidération de janvier 2015 (Charlie Hebdo), à la peur de novembre 2015 (Bataclan), puis à la division sociale et politique(Nice juillet 2016 et au-delà). D'aucuns s'aventurent déjà à parler de possible "guerre civile". Comment en est-on arrivé là ?

Plusieurs raisons sont à mettre en évidence.
- Une analyse incomplète des causes de cette violence et des éléments qui la font se développer globalement en Occident.
- Une réponse erronée, et cela est logique puisque les causes ne sont pas identifiées.

Depuis bientôt deux ans, les actions criminelles de l'organisation Etat Islamique nous sont présentées comme quelque chose de nouveau. C'est oublier que le terrorisme islamique, sous la bannière d'Al Qaïda, a plus de trente ans d'existence. Le premier camp d'entraînement de cette structure a été créé en 1984 par Ben Laden. Les premiers attentats meurtriers ont été réalisés dès 1983 par l'Organisation du Djihad Islamique. Il n'y a rien de nouveau et ce que nous n'avons pas pu, ou pas su, combattre depuis plus de trente ans se poursuit aujourd'hui sous le vocable d'EI, ou d'ISIS dans le monde anglophone, (la France étant quasiment la seule à parler de Daech, espérant ainsi exorciser le diable !). Il nous faut également admettre que ce rapide historique fait l'impasse totale sur le terrorisme pro-palestinien (FPLP, Septembre Noir, FDPLP), dont l'un des théoriciens, Abdallah Hazzam, est co-fondateur, avec Ben Laden, d'Al Qaïda.

Dans ce post du 4 décembre, nous avions tenté une "explication". Nécessairement, une double explication: là-bas et ici. Là-bas afin de comprendre, s'il est possible, les divisions du monde arabe, son inadaptation au monde moderne, son ressentiment à l'égard de l'Occident, tout ceci pourri par une lutte acharnée et interminable entre chiites et sunnites. Ici, par le rejet par notre société, de classes d'âge entières, surtout si elles vivent dans les quartiers difficiles de nos villes, par l'absence d'avenir, par le chômage. Faut-il rappeler que celui-ci frappe près de 20% des jeunes européens; 52 % en Grèce, 45% en Espagne, 37% en Italie, 25% en France, ...Ces chiffres sont de mars 2016 ? Sans oublier qu'il ne s'agit-là que de moyennes et que les chiffres sont quasiment à multiplier par deux dans nos "quartiers" !
Nous venons de lire un bouquin paru il y a quelques mois déjà, écrit par Claude Guibal, une journaliste qui travaille à la rédaction de France Inter. C'est dommage de ne le découvrir qu'aujourd'hui tant les évènements vont vite, mais nous pouvons connaître dans "Islamistan, visages du radicalisme" toute une série de portraits d'hommes et de femmes qui ont rejoint, qui ont suivi, ou qui ont quitté cette forme d'intransigeance qu'est l'islamisme radical.(1)
Le dernier portrait que nous livre cet ouvrage est consacré à un homme qui, originaire des Minguettes, s'est rendu en Afghanistan, puis en Bosnie, avant d'être emprisonné plus de trente mois à Guantanamo. Il faut entendre comment le mensonge des USA au sujet des armes de destruction massive ayant justifié l'intervention en Irak a donné naissance à la conviction que tout n'est que complot de la part de l'Occident. Il faut entendre comment la "marche des beurs" de 1983 a été le dernier évènement pouvant donner lieu à un projet d'avenir commun en France. "Aujourd'hui, les jeunes n'ont même plus ce projet commun, dans une société de plus en plus individualiste et matérielle. On a raté sa vie si l'on n'a pas un belle femme, une belle maison, une belle voiture et beaucoup d'argent. Un jeune, il se demande pourquoi aller à l'école, puisque ça ne lui servira pas à avoir un boulot. Il a un sentiment d'échec avant d'avoir commencé, il sait que des portes sont fermées. Et dans ce contexte-là, il y a des gens qui arrivent et qui lui disent: "Regarde-moi, j'ai un projet nouveau, et tout de suite tu vas voir loin". Ça peut être la drogue, tu fais du profit, vite, et tu peux réussir. Ça peut être le djihad, la religion. C'est le projet alternatif."

Islamistan-Claude Guibal (C)

Face à ces deux explications étroitement imbriquées, que nous donne-t-on comme réponse ? Une mise en scène de l'unité nationale qui convainc de moins en moins de monde, qui a des visées électoralistes et qui aboutit aux divisions que l'on constate actuellement.
Le premier élément de cette réponse erronée consiste à nous dire que c'est la France qui est visée. C'est faux ! C'est faux, car c'est oublier bien vite que d'autres pays ont souffert, avant la France, dans leur chair, à cause du terrorisme islamique. Pensons à la Grande-Bretagne le 7 juillet 2005, pensons à l'Espagne le 11 mars 2004, ... C'est faux, parce que dans le même temps où la France est touchée, d'autres pays le sont également. Pensons (entre autres) à la Turquie, au Mali, à la Côte d'Ivoire, à la Tunisie, à la Belgique, à l'Allemagne, aux Etats-Unis, ... sans oublier les massacres commis par Boko Haram. La France n'est visée qu'au même titre que tous les pays occidentaux et tous les espaces où vivent des occidentaux. Il ne sert donc à rien, car cela est faux, de dresser la liste des particularités de la culture française comme le plaisir de chanter et danser, de boire un verre en terrasse ou de fêter le 14 juillet. Pierre Perret s'est fendu d'un (beau) texte dans lequel il dresse la liste des hauts faits de la culture française. Il a juste oublié que les Belges peuvent revendiquer Rubens, Hergé, Magritte, Jacques Brel et les moules-frites. Il a juste oublié que les Allemands peuvent revendiquer Beethoven, le Bauhaus, Max Ernst, Karl Lagerfeld ou la bière de Munich. Il a aussi oublié que les Anglais savent se prévaloir de Shakespeare, William Turner ou Francis Bacon, les Beatles ou les Rolling Stones, Lewis Caroll et les Fish and Chips. Enfin, c'est faux parce que la célébration d'une messe à Saint-Etienne du Rouvray n'est pas (n'est plus) un symbole de notre pays largement déchristianisé. Qu'auraient dit nos édiles si un attentat avait eu lieu à Lourdes ou à La Salette lors des cérémonies mariales ? Auraient-ils invoqué les origines chrétiennes de l'Occident ?

Le second élément de cette réponse erronée consiste à renforcer l'arsenal juridique d'une part et à partir en guerre en Syrie ou en Irak.
L’état d'urgence, récemment prolongé, n'a aucunement prouvé son efficacité. Il a davantage servi à contrôler des militants écologistes ou syndicalistes qu'à pouvoir mettre la main sur des islamistes radicalisés. Certes, quelques projets d'attentats ont été déjoués, mais sans que l'état d'urgence y soit pour grand-chose. Certes, il n'a pas empêché les manifestations contre la loi Travail, ni l'Euro de foot, ni le Tour de France, mais il n'a pas empêché, non plus, le massacre de Nice. Quant à l'épisode funeste de la déchéance de nationalité, il vaut mieux n'en plus parler !
Après le massacre de Nice, François Hollande a annoncé l'intensification des interventions en Syrie et en Irak, de façon à détruire l'EI. Faites donc le rapprochement de cette idée avec le point de vue du djihadiste repenti que Claude Guibal interviewait en début de ce post ! Cela vous semble-t-il répondre au problème ? Il est un vieil enseignement qui dit que "la solution est politique" ... Oui, la solution (à long terme, peut-être) est politique. Elle est exclusivement politique.


Alors, si tout est politique, que nous faut-il faire ? Ou, pour le moins, que nous faut-il essayer de faire, imaginer ? Sur quoi, à propos de quoi, nous faut-il réfléchir ?

- Sur tous les tons et à chaque occasion, notre gouvernement nous rappelle que la France est en guerre. En guerre contre le terrorisme ! Cela est faux. Nous ne sommes pas en guerre, et ceci pour deux (voire trois) raisons évidentes. La première étant que la guerre se déclare contre un adversaire, un ennemi, une chose identifiée, avec laquelle il est possible, éventuellement, de négocier et non pas avec une hydre dont la tête ressurgi toujours depuis plus de trente ans. Ensuite, parce que la guerre, selon la législation française (ainsi que selon la législation de l'ONU) fait l'objet d'une déclaration, d'un débat devant le Parlement, renouvelé si prolongation des interventions. Rien de tout cela n'a été fait, ni en France, ni à l'ONU. Enfin,nous avons vu que l'adversaire se trouve là-bas et ici: faut-il en conclure que la guerre se mène aussi là-bas et ici ? En Grande-Bretagne, en Allemagne, en Suisse, lorsqu'un fou commet un acte de fou, il est traité comme un déséquilibré. En France, quand un fou commet un acte de fou (à Nice par exemple, voire aussi à Saint-Quentin Fallavier), les autorités nous parlent désormais de radicalisation rapide, en quelques heures (!), avant même le début de l'enquête. Il faut bien donner du contenu à notre guerre.

- Mettre un terme immédiat à tout ce qui peux diviser non seulement les Français, mais également les Européens, au-delà des origines sociales, religieuses ou ethniques. En France notamment, là où la laïcité est un pilier de la République, cesser toute forme de discrimination et de mise en demeure. Si la pratique de l'Islam doit être et doit demeurer un choix privé, il importe de ne pas céder à l'injonction dangereuse faite aux musulmans de se prononcer, en tant que musulmans, contre les agissements des terroristes. Qui choisira les "vrais" musulmans ? Qu'adviendra-t-il des athées ? Dans des pays où les majorités deviennent incapables de distinguer une arabe, ou un persan (ou iranien), ou un turc, d'un musulman, puis incapables de distinguer un musulman d'un terroriste, il y a là une obligation inacceptable. Un indispensable retour à une laïcité de forme et de principe est à réaliser très vite. Les positions de l'église catholique qui "prie pour la France", fait carillonner les cloches et en recueille le prime time des journaux du soir, ne sont pas acceptable. Si les quelques excès de comportement des musulmans ne sont pas à encourager, nous nous devons aussi d'avoir une laïcité de modestie et non de conquête.

- Bertrand Schwartz est décédé le 30 juillet 2016, voici quelques jours. Si son nom intervient dans ce texte, c'est parce qu'en septembre 1981, à la demande de Pierre Mauroy, alors ministre de François Mitterrand, il a rédigé un rapport consacré à "l'insertion sociale et professionnelle des jeunes en difficulté", Le constat était le suivant: le taux de chômage des jeunes est nettement supérieur à celui des adultes, les emplois qu'ils occupent sont précaires, le nombre de jeunes qui ont affaire à la justice s'accroît, celui des suicides également. Et de proposer une démarche globale et adaptée aux conditions locales, démarche que des Missions Locales temporaires pourraient mettre en œuvre. "Rien ne se fera sans les jeunes. Toute politique ne peut être entreprise et menée à bien qu’avec ceux à qui elle s’adresse. C’est à eux qu’il revient de donner à l’ensemble des forces sociales concernées des raisons de s’acharner à construire de nouvelles voies." Trente cinq ans plus tard, les Missions Locales existent encore, la détresse des jeunes est encore plus grande, et au-delà de la justice et du suicide, ce sont les maladies psychiatriques qui les guettent.

- Si le terrorisme ne vise pas la France, en tant que France, mais qu'il vise l'Occident, et si cette notion d'Occident est trop grande pour nos esprits, alors il nous faut parler d'Europe. Une Europe bien malade qui se crispe devant ce qu'elle appelle l'afflux, l'invasion de réfugiés et de migrants. Une Europe qui finance d'autres pays pour retenir ces fameux réfugiés au risque de catastrophes humanitaires. Une Europe qui construit des murs, des barricades, des barbelés pour se retrancher sur son pré carré. Une Europe que se délite par le départ prochain des anglais. "Wir schaffen das", a dit Angela Merkel (Nous le ferons), face à l'afflux de migrants que la France n'a accueillis qu'au compte-goutte. A l'issue de la guerre d'Algérie, notre pays a reçu de 700 à 800 000 rapatriés d'Algérie, en un temps record, d'avril à juillet 1962. Cela ne s'est pas réalisé facilement, mais cela a été fait. En 1979, ce sont 120 à 150 000 boat peoples vietnamiens qui ont été reçus par notre pays, qui s'y sont intégrés, qui y ont fait des enfants. Alors, pourquoi cette opposition à recevoir des migrants de Syrie, d'Afghanistan, de Somalie ou d'Erythrée ? Parce que ce sont des musulmans ? Parce que tout musulman est suspect de terrorisme ? Notre silence et notre inaction transforment la Méditerranée en grand cimetière marin: près de 3000 personnes y ont péri depuis le début de l'année 2016. Bien entendu, il n'est pas possible d'accueillir tout le monde ! Mais l'Europe ne peut-elle pas agir et pour la paix et pour le développement économique ?

- Il existe deux conflits majeurs au Proche-Orient et au Moyen-Orient: le conflit israélo-palestinien et la guerre en Syrie. L'un et l'autre apportent leur lot de braises afin de réactiver sans cesse les conflits inter-arabes (là-bas) et les tensions en Occident (ici). La paix, ou à tout le moins un règlement honorable, mettant fin à ces deux conflits ne pourra qu'apporter un souffle nouveau sur le monde arabe et priver l'islamisme radical d'arguments mobilisateurs. Au lieu de cela, la Palestine reste soumise à un solide blocus de la part d'Israël, alors que, chaque année, l'Assemblée Générale de l'ONU vote la même résolution visant à un "Règlement pacifique de la question de Palestine". Quant à la guerre de Syrie qui a entraîné plusieurs centaines de milliers de morts (300 000, 400 000 ?), nous assistons à l'affrontement des dites grandes puissances par forces interposées et à un gigantesque chantage sur la nature et (éventuellement) le nom de celui qui devra diriger la Syrie; pétrole et influence occidentale dans cette partie du monde comptant davantage que la vie des populations.

- Enfin, et ce n'est pas le moindre des engagements politiques que pourrait prendre la France, et sans doute derrière elle une bonne partie de l’Europe: il s'agit de mettre un peu d'ordre dans nos alliances avec les pays engagés dans ces conflits. En Egypte, le Maréchal Sissi est entouré de délicates attentions en échange de l'achat d'avions Rafale, de sous-marins et autres équipements militaires, mais la cause des droits de l'homme en subit quotidiennement les conséquences. Le Qatar et l'Arabie Saoudite, une petite principauté et un vaste Etat, ont en commun d'aider les tenants d'un islamisme ultra-traditionnel, souvent très proche du djihadisme. Le Qatar soutient volontiers les Frères Musulmans, tandis que l'Arabie Saoudite est le soutien des salafistes qui ont rapidement noyauté le mouvement de contestation en Syrie, lors des Printemps Arabes. L'un et l'autre sont extrêmement riches et possèdent de nombreux biens en France: équipe de foot, hôtels, entreprises, ... Notre dépendance est bien réelle et notre discours diplomatique inaudible, surtout lorsqu'il s'accompagne de la remise de la Légion d'Honneur au prince héritier saoudien Mohammed ben Nayef. Tout récemment, c'est au tour de la Libye de devenir le cadre d'un nouvel imbroglio. Alors que l'Europe,les USA et l'ONU se sont entendus pour reconnaître le gouvernement de Fayez el-Sarraj, c'est avec une brigade, voire une milice, que fricote la France: celle du général Khalifa Haftar opposé au Gouvernement. C'est avec ses troupes que trois militaires français viennent de mourir.

S'il nous faut une conclusion, ce sera celle-ci. Malgré toute sa violence, ce conflit idéologique mondial n'est pas nouveau. Il date de plus de trente ans, voire pour certaines racines de près de 70 ans, sitôt la fin de la dernière guerre mondiale. A défaut de parler de "guerre de civilisation" (une thèse globale qui n'explique rien), il est évident que le monde arabe, élargi au monde musulman, superposé à ce qui reste de tiers-monde, conduit une lutte à facettes multiples contre l'Occident. Il s'appuie pour cela sur des éléments objectifs et historiques, parfois encore en activité (comme la gestion des matières premières) et sur des fantasmes d'une unité perdue, si tant est qu'elle ait jamais eu un début de réalité.

L'Occident, puisque c'est de lui qu'il s'agit, se doit de lutter contre cette forme de totalitarisme, mais il ne peut le faire qu'avec discernement (aucun pays, aucune ethnie, aucune religion ne sont acquis de façon générale à cette idée mortelle), avec modestie (les erreurs passées lui interdisent les leçons de morale ou de laïcité militante), avec prudence (le voile ou le burkini ne sont pas des labels d'anti-laïcité), avec cohésion (les catholiques sont parmi les groupes sociaux les plus enclins à la méfiance à l'égard de l'islam), avec détermination et en collaboration avec tous les Etats européens et/ou occidentaux. La solution politique, seule solution possible, relève avant tout du juste développement économique, là-bas comme ici.

Et pour le reste, poursuivre notre vie comme avant, être plus solidaires et RESISTER.


Se soumettre ou résister et vaincre (d'après original 1968)

La lettre M en arabe

En arabe, RESISTANCE se dit "Muqawama", dont la première lettre est un M (mim).

(1) Claude Guibal ouvre son livre par cette même citation de Spinoza, citation qui nous est chère: "Ne pas rire, ni déplorer, ni maudire mais comprendre".

(2) Les commentaires sont ouverts quelques jours, ainsi que sur le post du 4 décembre 2015 et le texte libre consacré à "L'escale de Gaziantep"

lundi 22 avril 2013

Mali: le Parlement français se livre à une formalité

En avez-vous entendu parler dans la presse ? Ou à la télévision ? Non, bien sur ! Et pourtant le Parlement français est saisi demain 22 avril 2013 pour débattre de la prolongation ou non de la présence française au Mali. Ce débat est rendu obligatoire par la Constitution (Art. 35) qui stipule que si une intervention peut être décidée par le Chef des Armées (le Président de la République), elle ne peut être poursuivie plus de quatre mois sans débat et autorisation parlementaires.
Faites un test : rechercher trace de l’annonce de ce débat sur Google, vous ne la trouverez pas. Il vous faudra atteindre un lien avec la presse malienne et notamment l'agence Maliweb pour avoir confirmation du fait.
Comme pour d'autres débats, il s'agit de faire vite, de ne pas s'attarder, bref de ne pas trop réfléchir et de profiter de l'inertie et de la douce soumission de la population française et de ses médias pour entériner une guerre et une occupation du pays malien. La Commission des Affaires Etrangères et de la Défense du Sénat s'est déjà prononcée en faveur de la prolongation de l'intervention, mardi 16, et le résultat du débat ne fait l'ombre d'un doute pour personne.

Dans tous nos précédents posts consacrés à l'intervention malienne ,nous avions souligné les risques inhérents à cette attitude guerrière et solitaire (solitaire parce que tous les moyens de négociation et de débat avaient été volontairement rejetés, aussi bien avec l'adversaire, qu'avec les pays de la région, qu'avec l'Europe).

Tout d’abord, le risque humain et sociétal, sanitaire et humanitaire. Ce sont des centaines de milliers de Maliens qui ont quitté leur pays pour échapper aux violences des islamistes et qui ne sont pas revenus depuis le début de l'intervention. Bien au contraire, les migrations se poursuivent pour la simple raison que la situation n'est en rien stabilisée et que les populations redoutent les nouvelles violences des militaires maliens, ou de nouveaux affrontements entre touaregs et africains noirs. En moins d'un an, de avril 2012 à février 2013, le nombre de réfugiés et déplacés maliens est passé de 268 000 à 457 000 (sources HCR), lesquels se répartissent en Mauritanie, au Niger et au Burkina Faso, ainsi que dans les autres régions du pays, Bamako principalement. Nul besoin de vous raconter ce que sont les camps de réfugiés, mais si vous en avez l'envie, allez faire un tour sur les pages du HCR.

HCR (C)

Les réfugiés, les déplacés, ce sont autant de familles qui ont tout abandonné, qui ont tout perdu et qui ne retrouveront jamais le peu qu'elles possédaient auparavant, mais qui leur permettait de vivre et de s'insérer dans la société. La destruction de ce tissu sociétal rend caduque et mensonger tout discours sur le développement futur de la région, un discours déjà bien difficile à croire pour lui-même.

Ensuite, le risque ethnique. Certains esprits forts affirment que ce n'est pas là l'une des dimensions du conflit qui agite la région depuis longtemps. Oh, que si ! Les troupes françaises ne sont pas encore parties parce que cet aspect de la question malienne n'est absolument pas solutionné à l'heure actuelle. Pour mémoire, aucun soldat malien n'opère à Kidal. Pourquoi ? Pour mémoire, seuls les tchadiens interviennent dans cette région et ils parlent de se retirer du Mali. Quant à la ville, sécurité et fonctionnement quotidiens y sont assurés par les touaregs du MNLA. Il y a de la scission dans l'air ! Une scission que jamais les Maliens ne sauraient accepter. Une scission lourde de dangers, très lourde.

Enfin, un risque politique. Nous ne parlons pas de chez nous, en France, pays où le débat tourne autour du mariage pour tous, ou du patrimoine des ministres, mais bien du Mali.
Le débat démocratique dans ce pays devient de plus en plus contrarié, les journalistes en savent quelque chose. Outre le cas de Boukary Daou, qui a été emprisonné par les Services de Renseignement maliens (délibéré le 23 avril), Reporters Sans Frontières a souligné que les cas de violences ou d'intimidations auprès des journalistes ont augmenté au point que le Mali est passé de la 25° place à la 99° dans son classement relatif à la Liberté de la presse.
Tout dernièrement , Malijet a annoncé que « Coulibaly et Fabius ont frôlé l'incident diplomatique », mais le lien a très rapidement été supprimé. Pour expliquer l'histoire, il semble que le Ministre des Affaires Etrangères (Coulibaly) n'ait pas du tout apprécié d'être exclu d'un tête à tête entre Fabius et Diaconda Traoré, le Président en intérim.
Autre exemple de la décomposition politique, un exemple qui nous ramène au conflit avec les touaregs du MNLA. Ceux-ci ont appuyé, selon leurs dires, la nomination d'un Gouverneur de la région de Kidal ; Mohamed Ali Ag Albassaty . Qui l'a désigné ? Nul ne le sait bien, puisque le Ministre de la Communication du Mali considère qu'il s'agit là d'un non-évènement puisque un gouverneur doit être désigné par le Conseil des Ministres, ce qui ne semble pas être le cas : " Kidal fait parti du Mali. Ceux qui se donnent le droit de nommer un gouverneur sont incompétents pour le faire " . Un autre fait ? Aminata Traoré, dont on a déjà beaucoup parlé ici, et Oumar Mariko, un militant anti-capitaliste d'ultra-gauche, se sont vus interdire de visa, par la France, pour venir en Europe, en particulier en Allemagne, afin de présenter leurs points de vue sur l'avenir du Mali dans le cadre d'un débat organisé par le journal Prokla et la Fondation Rosa Luxembourg.

Cette décomposition politique du Mali est donc alimentée depuis la France, une preuve en est le discours de François Hollande, le 28 mars , sur France2, lorsqu'il a sommé le Mali de mettre en place des élections présidentielles (à minima) avant juillet, déclarant qu'il serait « intraitable » sur la question. Avons-nous déjà entendu le Président français exprimer avec une telle véhémence son souci de voir l'Italie, par exemple, se sortir d'une situation politique ubuesque ? Non, il n'est pas admis de se comporter avec l'Italie, par exemple, comme l'on peut se comporter avec le Mali, pays que l'on vient de visiter de sud en nord. La France a un vital besoin d'élections afin de « légaliser » au plus vite sa position, et peu importe que le pays soit aussi divisé, voire davantage qu'avant l'intervention, peu importe si les populations sont déplacées en plus grand nombre qu'avant l'intervention, les arguments qui prévalaient en décembre 2012 pour ne pas faire d'élection n'ont plus cours en mai 2013.

Un dernier risque était celui des otages. La libération de la famille retenue au Nigéria ne saurait les faire oublier. Mais où sont-ils ?

Oui, le débat que les honorables parlementaires (députés et sénateurs) vont conduire ce 22 avril est bien loin de la réalité : « une simple formalité ».

vendredi 11 janvier 2013

Guerre au Nord-Mali, une décision grave

Ainsi donc, depuis ce vendredi 11 janvier 2013, la France est engagée dans un nouveau conflit. Un conflit visant à chasser des islamistes terroristes d'un territoire longtemps considéré comme "chasse gardée" de la France. Il n'est pas possible de passer sous silence cette dimension du problème, puisque dans le même temps, la France se retire d'Afghanistan où elle se trouvait pour en chasser les islamistes terroristes ! Alors, pourquoi deux poids et deux mesures ?

Cette question n'est pas la seule à devoir être posée. Notamment "Pourquoi cette précipitation ?" La montée en température a été soigneusement orchestrée comme en chaque occasion depuis le début de ce conflit, et chaque clan a consciencieusement joué sa partition. Les uns paradant en laissant photographier des rangées de pick-up, les autres en dénonçant une marche en avant de milliers de rebelles se dirigeant vers Bamako.

Lorsque la semaine dernière Ansar Eddine a déclaré publiquement qu'il renonçait à la trêve et qu'il reprenait ses actions, il était clair que les prétendues négociations n'auraient jamais lieu, tout simplement parce que personne ne les souhaite. Ou parce que personne n'est à même de représenter de façon qualifiée qui que ce soit. Il n'y a pas d'Etat au Mali ! Et justement parce qu'il n'y a pas d'Etat, l'intervention de la France est immorale ! Et dangereuse !

Ne parlons pas de la vie des otages qui, d'ores et déjà, est compromise. Mais parlons de la démocratie qui disparaît pour longtemps des tribunes maliennes ! Parlons du risque phénoménal de division entre le nord et le sud, même et surtout après une campagne militaire ! Parlons du risque de débordements raciaux entre noirs et arabes, entre noirs et touaregs ! Parlons des séquelles que ne manquera pas de laisser derrière lui cet interventionnisme ! Et enfin, dernier mais pas le moindre, parlons du risque de catastrophe sanitaire et humanitaire lié au déplacement forcé de centaines de milliers de personnes, en Mali du Sud, en Mauritanie, au Niger, au Burkina Faso ...

Notre propos n'est pas de trouver la moindre excuse aux islamistes terroristes, puisque tel est désormais leur nom. Il est d'affirmer que la France est fautive de s'embarquer dans ce conflit alors qu'elle n'en a pas le mandat explicite de l'ONU, qu'elle a toujours affirmé haut et fort qu'elle n'interviendrait pas directement et qu'elle n'a fait strictement aucun geste, aucun effort en faveur de négociations.

Nous regrettons ici de nous retrouver sur cette position qu'avec le seul PC et Parti de Gauche. Nous regrettons qu'une fois encore les partis "classiques" ne sachent pas régler les graves problèmes de notre monde autrement qu'avec la force et l'armée. Nous regrettons ... nous sommes en colère !

Voici un extrait d'éditorial publié à Alger voici quelques jours, le 26 décembre exactement, par le quotidien L'expression:

"comment peut-on concevoir une intervention militaire étrangère au Mali sans avoir restauré l'Etat?
Sans avoir réunifié les Maliens? Les partisans de la solution militaire jurent que la force africaine sera déployée pour aider l'armée malienne. L'Occident jure qu'il n'enverra pas de troupes à terre mais se contentera d'une aide logistique. Dans quel Etat se trouve l'armée malienne pour accueillir la force africaine et la logistique occidentale? Alors que le bons sens et la démocratie commandent à remettre en place les institutions maliennes, rallier tous les Maliens, y compris ceux qui sont au Nord, pour combattre les mercenaires étrangers regroupés sous divers sigles d'organisations terroristes et qui veulent imposer leur loi à la population.
On ne combat pas des terroristes avec les moyens classiques d'une armée. Notre naïveté nous fait croire que couper les terroristes de la population civile qui aidera l'armée par le renseignement est une condition sine qua non dans le règlement de la crise qui secoue le Mali. Le Mnla et Ansar Eddine représentent précisément cette population civile du Nord. Avec leur concours, le sort des terroristes est scellé. Dans le cas contraire, les forces de la Cédéao vont vers une défaite certaine contre un ennemi invisible et très mobile dans l'immensité du désert. Que se passera-t-il alors? Et c'est là que les va-t-en guerre veulent arriver. C'est sur une telle situation qu'ils appuieront la nécessité d'une intervention militaire directe des troupes occidentales. Pour parvenir à la «sahélisation» programmée. C'est-à-dire délocaliser le terrorisme international de l'Afghanistan au Sahel."


Le reste du billet faisait référence à la Syrie et nous l'avons retiré de la citation.

Mais cet extrait nous ramène à des interrogations déjà émises: "pour quelles raisons ?", "Pourquoi cet acharnement à vouloir intervenir et à tordre les évènements pour mieux le faire ?"

Pas de photo pour illustrer cet article: la guerre ne le mérite pas.