THERMOPYLES

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - salafistes

Fil des billets

vendredi 26 juillet 2013

La croisade anti-islamique, anti islamiste du Monde

C'est un excellent article qu'a publié "Le Monde", ce mardi 23 juillet. Il s'agit d'analyser la lecture (ou les lectures) que l'on peut faire d'une image. Et l'image en question ( de Spencer Platt) se situe au Liban, à Beyrouth. L'on y découvre une automobile d'apparence sportive, occupée par des jeunes d'apparence bourgeoise et quelque peu friquée, qui font des photos d'un ensemble de logements bombardés. En fait, cette lecture biaisée se révèle totalement erronée à l'examen, et des faits et des intentions du photographe. La cause de la méprise est à rechercher dans une attitude ethnocentrique dont l'Occident a toutes les peines du monde à se débarrasser.

Ce même ethnocentrisme est également à l'origine de discours et d'interprétations des faits de la part du même "Monde", au sujet de ce qui se déroule depuis deux ans dans les pays arabes et du Proche-Orient.
Nous prenons nos précautions, car le quotidien accepte difficilement ce genre d'observations qu'il a l'habitude de classer dans la catégorie des propos de complotistes (de ceux qui voient des complots partout !).
Nous ne voyons pas de complots partout.

Mais l’histoire récente des évènements en Egypte s'est traduite par quelques exercices de funambulisme remarquables.

C'est ainsi que les 14-15 juillet, Christophe Ayad, dans un article intitulé "Climat de guerre civile en Egypte" a pu écrire:
"Pendant les dix-huit jours du soulèvement qui avait conduit à la chute d'Hosni Moubarak, la célèbre place du centre du Caire (Tahrir) avait offert un spectacle inédit en Egypte: islamistes, communistes, femmes, hommes, coptes, musulmans et athées, Egyptiens de toutes opinions et de toutes conditions, avaient uni leurs forces dans un but commun, mais aussi dans le respect de leur différences et la certitude de partager une humanité commune"...
"Les Frères musulmans ont conçu, pendant leur année au pouvoir, l'exercice démocratique comme un absolutisme de la majorité, refusant la moindre concession à leurs opposants, traités comme des perdants. A l'inverse, les jeunes révolutionnaires de Tamarrod ont une conception de la souveraineté populaire qui surpasse la légalité constitutionnelle."
"Dans ces conditions, le retour aux urnes souhaité par la communauté internationale, n'est pas forcément le moyen le plus sûr pour apaiser les choses. Dans les démocraties naissantes, les élections creusent parfois les divisions de la société plus qu'elles ne les surmontent."

Une première remarque s'impose. Tout comme pour le Mali, voilà encore des journalistes qui s’accommodent facilement des interventions militaires musclées et anti-démocratiques pour peu qu'elles rentrent dans leurs analyses. Mais revenons sur le fond du cas égyptien.
Voici deux ans, il y avait certes foule pour réclamer le départ de Moubarak. Il y avait certes des hommes et femmes égyptiens de toutes confessions et de toutes conditions. Leur but commun était le départ d'Hosni Moubarak dont ils étaient convaincus, à juste titre probablement, qu'il n'était devenu qu'un profiteur de la nation égyptienne, à la tête d'un petit clan de favorisés. Au-delà de ce "but commun", il n'y avait RIEN. Pas le moindre commencement d'une union politique permettant de prendre le pouvoir et de réorienter la société. La raison en était bien simple.

Contrairement à une idée largement répandue dans les médias occidentaux, (sous le nom de "Printemps arabe"), nous n'étions pas en face d'une révolution sociale, d'une exigence d'égalité, de justice, d'accession à un statut honorable pour tous.
Non, nous étions en face d'une "révolution" (sans doute) de caractère libéral. D'une "révolution" conduite par la classe moyenne, ses jeunes, ses forces vives, ceux qui voulaient et exigeaient un emploi, la liberté de circuler, la liberté de commercer, ... Une même "révolution" que celle qu'a connue la Tunisie. Une même "révolution" que celles que l'on a vues naître et disparaître aux USA, en Israël, en Turquie, au Brésil, en Espagne ... Des "révolutions" immanquablement conduites par la jeunesse des classes moyennes qui se mobilise sur des motifs parfois peu en rapport avec la force et la violence du mouvement: là le prix des yaourts, ici la destruction d'un jardin public, ailleurs le prix du billet de tram, ... Et des "révolutionnaires" qui refusent de façon systématique de s'organiser, de devenir force de propositions, vecteur d'un changement sociétal.
Ce fut le cas en Egypte. Les dits-révolutionnaires ont systématiquement refusé de faire la moindre proposition constructive quant à l'avenir de leur pays, passant successivement des campagnes de boycott des Forces Armées aux actions violentes et anarchistes des "blocks". Le but à atteindre était la chute du gouvernement Morsi. Ce but a été atteint !

Et c'est mensonge que d'écrire que les Frères musulmans se sont comportés de façon absolutiste, en traitant leurs opposants comme des perdants.
C'est mensonge parce que le gouvernement régulièrement et démocratiquement élu des Frères musulmans s'est trouvé confronté immédiatement à l'opposition des corps constitués que sont l'Armée, la Police, la Justice, les Administrations diverses. Le gouvernement s'est trouvé confronté à une opposition systématique des libéraux et des révolutionnaires, opposition caractérisée par le refus de participer à quoi que ce soit, y compris la rédaction de la nouvelle Constitution, freinée jusqu'à plus supportable. Certes oui, le gouvernement de Mohamed Morsi n'a pas réussi à briser cette opposition et il s'est parfois comporté de façon brutale.
Mais NON, le gouvernement de Mohamed Morsi n'a pas appliqué la charia, laquelle n'était pas inscrite dans la Constitution approuvée d'arrache-pieds.
NON, Mohamed Morsi n'a pas instauré la présence des Frères dans tous les rouages de l'Etat; il en aurait d'ailleurs bien été incapable, compte tenu du blocage de toutes les institutions par les libéraux et les partisans de l'ancien régime.
NON, Mohamed Morsi n'a pas favorisé les viols et agressions des femmes sur la Place Tahrir et en d'autres lieux du pays, et les observateurs impartiaux savent bien que ce problème égyptien est récurrent dans tout rassemblement de foules.
NON, le gouvernement de Mohamed Morsi, même s'il n'a pas été un foudre de guerre en matière économique, ne s'est pas comporté comme un incapable en la matière, tout autre gouvernement aurait été dans l'impossibilité de faire mieux. D'autant plus que l'Europe et le FMI n'ont jamais accordé les fonds promis, exigeant en retour des bouleversements économiques suicidaires pour l'Egypte (suppression du subventionnement du pain et de l'essence).
NON, le gouvernement de Morsi n'a pas envisagé de mettre en place une corruption, sans en avoir eu le temps, comme l'en a accusé le politologue Olivier Roy développant ainsi une fumeuse thèse basée sur le procès d'intention.

Le gouvernement des Frères musulmans est tombé sous les coups d'un conglomérat de libéraux et de révolutionnaires aveugles, financés et aidés par quelques majors de l'économie égyptienne, soutenus pas les revanchards de l'ère Moubarak et par l'armée !
Le peuple qui s'est exprimé majoritairement ? Des foules manipulées par des privations d'essence qui déséquilibraient toute l'économie, aussi bien l'industrie que l'agriculture (alimentation des tracteurs ou des moteurs de pompes d'irrigation), par des coupures quotidiennes d'électricité et par le chantage sur le prix du pain ou de la farine. Mais jamais, et en aucun cas, une révolte massive et sincère sans laquelle l'armée n'aurait rien pu faire (dixit Le Monde) !
Ils ont eu bon dos, les islamistes !
Comme par miracle, le carburant, le pain et l’électricité sont revenus au lendemain du putsch des militaires. Et les animateurs de Tamarrod de se mettre à rêver des prochaines élections présidentielles dans lesquelles ils pourraient jouer un rôle !

Et maintenant ?
Maintenant, chaque instant qui passe nous rapproche de la guerre civile. Parce que la coalition improbable des libéraux, des révolutionnaires, des revanchards et des opportunistes n'a pas tenue devant l'armée (normal, elle n'a d'autre programme que celui de l'ambition libérale !). Parce que les Frères musulmans n'acceptent pas le traitement qu'ils ont subi et persistent, contre toute vraisemblance, à croire au retour de Mohamed Morsi. Parce que les salafistes en profitent pour essayer de tirer les marrons du feu, jouant tantôt l'un, tantôt l'autre des camps en présence. Parce que l'armée, incapable de gérer quoi que ce soit en matière d'unité nationale, fera appel au peuple qu'elle sait si bien manipuler quand elle ne l'écrase pas et cherchera à le convaincre de chasser les "terroristes" !

L'armée égyptienne appelle à manifester-19 juillet- (C)Reuters-Amr Abdallah Dalsh
Les salafistes... Nous avions, ici, déjà souligné cette "nuance" dans le débat égyptien. L'opposition caricaturale aux Frères musulmans, telle que le conglomérat d'opposants à l'intérieur de l'Egypte l'a pratiquée, telle que "Le Monde" la pratique depuis deux ans, telle que l'Occident la pratique également, est très probablement improductive. Elle favorise l'émergence de la tendance salafiste, beaucoup plus radicale. Et cette tendance saura s'affirmer, comme elle vient encore de le faire en Tunisie (mais comme l'histoire se répète, là aussi, c'est Ennahda qui est accusé ...)
Avant que de faire la leçon à l'Egypte, et au-delà à l'ensemble des peuples majoritairement musulmans, en affirmant que "l'islamisme n'est pas un projet de gouvernement" et que "le refus de séparer la Mosquée et l'Etat est, profondément, incompatible avec la liberté politique", peut-être aurait-il fallu aider Mohamed Morsi à évoluer sur un chemin qu'il n'a jamais refuser d'aborder, et où il aurait pu aller pour peu que son pays ait eu quelque chose à gagner: de la paix, du développement, ... . Il est désormais trop tard.

Quand à la référence au sécularisme, ne vaudrait-il pas mieux commencer par balayer devant sa porte, en supprimant le "In God, we trust" des dollars US, le "Au nom de Dieu tout puissant" de la Constitution suisse et les nombreux crucifix encore accrochés ici ou là en Europe, sans parler du débat récurrent sur les origines chrétiennes de l'Europe.

vendredi 15 février 2013

Mais où est passée la gauche anti-guerre ?

"Please don't sink the country in a spiral of violence JUST BEFORE the Legislative Elections...Please let the people express their will even if it is distorted...Democracy is not an instant remedy, it needs time to mature...ENOUGH with the hysteria... Stop the violence because, in an armed conflict, the Jihadi Islamists (the likes of Zomor and his killer squads) will prevail...And then what? The Army AGAIN???!!!"

Tel est le texte qu'une amie égyptienne nous fait parvenir. Un texte qui, non satisfait d'exprimer une grande lassitude, fait part d'une grande peur: celle de l'anarchie.

En ce qui concerne la situation en Egypte, mais aussi en Tunisie, au Mali maintenant, demain en Syrie à n'en pas douter, tous les médias et toutes les organisations politiques, depuis la gauche (hors PC et FG) jusqu'à la droite instruisent le procès de l'islamisme.

En Egypte, les Frères Musulmans, régulièrement élus, se voient contester en permanence leur légitimité. Ils sont accusés d'avoir volé la révolution, d'incapacité à gérer l'économie du pays, de soumission à la fraction activiste des islamistes, de manipulation de la justice, d'élaboration bâclée et imposée de force d'une Constitution conservatrice, d'organisation du viol en tant qu'arme politique, etc, etc ... on en passe et des meilleurs.
Arrêtons nous un instant sur cette question du viol au sujet duquel Le Monde (par exemple, mais il n'est pas le seul, avec Claire Talon et maintenant Hélène Sallon) nous ressort régulièrement une explication en faveur d'une manipulation du pouvoir. Cette idée, elle est celle des "révolutionnaires" qui cherchent toutes les idées aptes à mobiliser leurs troupes, tout comme celle qui a fait long feu appelant à boycotter les activités civiles des Forces Armées. Or, c'est méconnaître totalement ce fléau qui, depuis des décennies, se développe dans la société égyptienne dès que l'impunité est assurée par la foule et la promiscuité: métro, tramway (dans les wagons mixtes), places publiques, manifestations, fêtes populaires comme Sham el Nessim (ce sera le 6 mai) et Place Tahrir ! D'ailleurs, "Le Monde" lui-même en administre la preuve dans un article de son "Académie" signé par Yitong Shen !

En Tunisie, la légitimité d'Ennahda, pourtant régulièrement appelé au pouvoir, est contestée parce que le Gouvernement est incapable d'assurer un décollage économique, parce qu'il est soumis aux fractions activistes des islamistes et parce qu'il traîne à rédiger et mettre en œuvre une nouvelle Constitution !
Dans ce pays, l'assassinat récent de l'opposant Chokri Belaïd soulève l'indignation à juste titre. Cela donne-t-il le droit à Manuel Valls de dénoncer ainsi, en distribuant les analyses et les sanctions qui vont avec, "un fascisme islamique qui monte un peu partout" et en affirmant qu'"il garde espoir dans le rendez-vous électoral pour que les forces démocrates et laïques, celles qui portent les valeurs de la révolution, demain, l'emportent".

En fait, tout est dit (re-dit) là-dedans.

  • Globalement, toute expression de l'Islam relève du fascisme.
  • La preuve en est que les islamistes (régulièrement élus et portés au pouvoir) ne sont pas légitimes et qu'ils ne portent pas les valeurs de la révolution.
  • Et que doit être préparés au plus vite le retrait de ces imposteurs et la réalisation d'un nouveau RV électoral.
  • Sur lequel il faudra bien veiller afin qu'il assure la victoire des forces démocrates et laïques qui doivent l'emporter. (Laïque, en Islam, ça veut pas dire grand-chose, sécularisé oui ...).


Au Mali, dont on a déjà beaucoup parlé, les choses sont encore plus simples. Il y a des "terroristes islamistes" qu'il convient impérativement de "détruire" ! Et s'appuyant sur l'"appel" d'un Président non légitime (cette fois-ci pour de bon !), la France, ses forces politiques, ses médias, son peuple à 75% ont choisi d'aller faire la guerre. Sans anticiper beaucoup de choses, au point que les Maliens poursuivent leurs divisions en refusant que les Casques Bleus prennent le relais des forces françaises, en agitant le spectre d'un affrontement entre Africains noirs et MNLA, en désignant le capitaine putschiste à la tête d'un comité de réforme de l'armée ! Et par qui, on vous le demande ? Par le Président intérimaire qui ne doit sa place qu'à la "bienveillance" du capitaine putschiste, le même Président intérimaire auquel la France a vaillamment répondu "Présent !".

La France est devenue un pays va-t-en-guerre, singulièrement sur sa gauche. La gauche française est qualifiée par certains de gauche anti - anti-guerre. Mais où sont passés les anti-guerre d'antan ? Où sont passés les opposants à l'ingérence dans les "affaires" des autres pays ?
Le seul droit d'ingérence que s'était attribué l'Occident et, avec lui, la gauche française, concernait l'humanitaire. Ce temps-là est bien loin, désormais la gauche française s'autorise le droit d'ingérence politique et militaire. Elle s'autorise la croisade anti-islamique avec l'appui de ses médias et de 75% de son peuple.
Des preuves ? Il fut un temps où le "Mouvement de la Paix" savait réagir avec promptitude et énergie aux atteintes aux droits des peuples, en faveur de la paix et de la négociation. Le "Mouvement de la Paix" a publié le 13 janvier 2013, soit 48 heures après le début de l'intervention au Mali, un communiqué condamnant "l'état de guerre". Depuis, plus rien, pas une pétition, pas un mot, pas de nouveau communiqué ...
Il y a également une pétition pour la paix, très peu remarquée, à coté d'autres pétitions soutenues par des partisans de la remise en ordre du Nord-Mali. Peut-on dire que son succès est très mitigé ?

Gageons que dans les semaines, les mois à venir, le retour de bâton sera douloureux et que l'incompréhension et l'hostilité ne feront que grandir entre les deux rives de la Méditerranée et entre l'Europe et le Sud-Sahel.
Car enfin, la situation qui prévaut dans tous ces pays n'est pas celle d'un affrontement simpliste entre le bien et le mal, entre le tout noir et le tout blanc, entre le révolutionnaire et le conservateur, entre l'islamiste et le laïque.
D'un coté, il n'y a pas les "islamistes", mais DES islamistes travaillés par des tensions énormes entretenues par certaines puissances, allant d'islamistes modérés favorables à la sécularisation et au développement libéral de la société jusqu'à des partisans acharnés de l'ordre et de la charia.
En face d'eux, il n'y a pas les "révolutionnaires", mais des forces travaillées, elles aussi, par de puissants courants allant jusqu'à l'anarchisme.
Et d'abord, quelle révolution ? Y a t-il eu, parmi les militants du "Printemps", des théoriciens d'un nouveau gouvernement arabe ? Non, et le mot "révolution" est repris aussi bien par le Mouvement du 6 avril que par les Frères Musulmans.

Affiche révolutionnaire d'Egypte (DR)

Car le "Printemps arabe" est avant tout une "révolution consumériste". Le mot n'est pas péjoratif. Il signifie que la révolution n'est pas "sociale" avant tout (revendication de la place des travailleurs dans la production, de la garantie de revenus, de l'accession à de nouveaux droits ou de la reconnaissance de droits maltraités, ...), mais "libérale".
Il s'agit de revendiquer un emploi pour les milliers de chômeurs formés par le système éducatif, un niveau de revenus pour accéder à la liberté de consommation telle qu'étalée par l'Occident, la liberté de circulation dans et hors le pays et la liberté d'expression. Evidemment que ces revendications peuvent déboucher sur des revendications plus sociales ! Evidemment qu'il s'agit là de droits fondamentaux ! Mais, malheureusement, personne n'a été capable de passer au-dessus des divisions, des combinaisons, des actions ponctuelles et partielles. Alors, la situation devient ingérable, en raison surtout de la montée en puissance des anarchistes, ces "Black Blocks" pour lesquels le pouvoir actuel doit disparaître et "peu importe par qui il sera remplacé". Le prochain pouvoir sait déjà qu'il est condamné avant même d'être désigné.
L'anarchisme a pris une telle importance dans le débat que des leaders comme Mohamed el Baradei ont cessé d'appeler à la cohésion nationale et au dialogue: personne ne les entend, car personne ne les écoute.

A propos de l'Egypte, comme à propos de la Tunisie, comme à propos du Mali, la question qui se pose aujourd'hui est celle-ci: qu'est-ce qui peut réveiller la gauche française et la sortir de son engourdissement guerrier et de ses analyses impérialistes ?

mardi 18 septembre 2012

Journaliste ou militant: deux exemples récents, les riches et l'islamisme

La Une de Libé; "Casse-toi , riche con", a fait beaucoup de bruit mais pas nécessairement le bruit le plus utile. Beaucoup se sont interrogés sur le coté vulgaire et grossier de cette première page qui est une vraie "connerie". Mais peu se sont interrogés sur son bien-fondé déontologique. En effet, qu'est-ce que "Libération" ? D'après Wikipédia, il s'agit d'un journal quotidien généraliste. Il s'agit, certes, d'un journal quotidien ancré à gauche, nul ne le conteste et nul ne le lui reproche. Mais lorsque son Directeur de Publication justifie le titre provocateur et grossier en disant que ce n'est qu'une juste réponse aux provocations et aux grossièretés ou insultes de Bernard Arnault, fait-il du journalisme ou du militantisme ?

Le Président de la République a assimilé cette "Une" à une recherche exacerbée du rendement économique (à défaut du "profit"), mais il y a davantage: le comportement de certains éléments de la presse s'assimile de plus en plus fréquemment à des prises de position de caractère étroitement idéologique ou partisan. Il ne s'agit point de contester les choix fondamentaux de tel ou tel quotidien ou magazine: doite-gauche, conservateur-progressiste, mais à l'intérieur de ce choix de disposer d'une information complète. Sur le sujet de la double nationalité des riches, le titre de "Marianne" s'interrogeant sur le patriotisme économique des riches (sont-ils des traîtres à la France ?) est beaucoup plus intéressant sous l'angle journalistique.

Mais ce n'était là qu'une introduction destinée à bien cadrer la réflexion qui va suivre.

Elle concerne "Le Monde" et son reporting de ce qui se passe en Egypte. Depuis plusieurs mois, le tandem de reporters formé par Claire Talon et Christophe Ayad défend une présentation tronquée de la situation politique égyptienne.

Mohamed Morsi le 13 juin 2012-(C)Levine/SIPA
Petit florilège.
En juin 2012, sitôt Mohamed Morsi élu, Claire Talon nous annonce (toute trace en a disparu ...) que le risque est grand et très réel de voir les Forces Armées égyptiennes fomenter un coup d'état afin de sauvegarder leurs prétendus privilèges, leur "empire économique".
Le 14 août 2012, le quotidien titre: "En Egypte, le coup de force du pouvoir islamiste". Ou comment pratiquer l'art de sous-entendre beaucoup de choses à la fois. Autant qu'on le sache, Mohamed Morsi a été, aussi régulièrement que possible, démocratiquement élu. Même si l'expression a été reprise par d'autres organes de presse, le Figaro notamment, comment un chef d'état démocratiquement élu peut-il commettre un "coup de force", alors qu'il ne fait que mettre en œuvre les prérogatives dont il vient d'être chargé ? Le plus important dans ce titre n'est-il pas cependant le petit bout de phrase relatif au "pouvoir islamiste" ? La suite des commentaires prévoit la création rapide d'un état "frériste" car là est la véritable obsession de notre tandem de journalistes: le pouvoir islamiste.
Preuve en est donnée trois jours plus tard dans la cadre d'un article traitant du déploiement de l'armée dans le Sinaï à la suite de l'attaque de gardes-frontières égyptiens. Textuellement, au travers de cette action militaire, Mohamed Morsi "frappe toujours à l'improviste les pans d'un pouvoir qui lui résiste encore en Egypte, afin de renforcer la mainmise des Frères Musulmans sur l'Etat". Le même article nous fait part d'un "fort mouvement d'opposition à l'encontre du chef de l'Etat" et d'un appel à une manifestation "géante" le 24 août contre le règne des Frères.
Le lecteur du Monde Papier ne saura (sauf erreur) rien du résultat de cette manifestation géante. Dans Le Monde.fr, on apprendra qu'elle a réuni .... deux cents manifestants !!
Entretemps, nous saurons (23 août) que la "surenchère militaire égyptienne dans le Sinaï inquiète Israël". Israël a émis des protestations pour la forme, car il est fort probable que ces manœuvres se fassent sous le contrôle des USA et en collaboration avec les autorités israéliennes. La révision des accords de Camp David concernant la souveraineté de l'Egypte sur le Sinaï est à l'ordre du jour. D'ailleurs, depuis le 23 août, avez-vous entendu parler de cette inquiétude israélienne ?
Donc le 24 août, Le Monde.fr nous apprend que quelques centaines d'Egyptiens sont descendus sur la Place Tahrir pour manifester contre Mohamed Morsi. En fait, deux centaines de manifestants, dixit le texte lui-même. Cette poignée de manifestants cible la monopolisation du pouvoir par le Président élu, depuis que celui-ci a abrogé une "déclaration constitutionnelle" édictée par les SCAF (Forces Armées) et qui limitait les pouvoirs présidentiels. Comment des textes pondus par les forces armées peuvent-ils avoir plus de poids que les attributions traditionnelles d'un Président de la République ?
25 août, la pression continue et un nouvel article titré "Egypte: l'emprise des Frères inquiète l'opposition" rassemble une foule de suppositions, préjugés et rumeurs afin, encore une fois, de mettre en avant un anti-islamisme de fond. "Beaucoup soupçonnent les Frères de préparer des remaniements à grande échelle au sein du pouvoir judiciaire ...., la désignation des Gouverneurs de Provinces promet de verrouiller un peu plus le système ....., de lourdes craintes pèsent sur le projet que l'Assemblée Constituante doit remettre fin septembre ....., d'aucuns craignent que les islamistes ne torpillent les travaux en cours pour donner au Président les moyens de désigner une nouvelle Constituante à sa botte ....., le siège des islamistes au Caire aurait été rehaussé de deux étages sans permis de construire ....., le sursaut tardif des forces libérales ainsi que des intellectuels suffira-t-il à brider les ambitions des Frères Musulmans, alors qu'une importante manifestation pour défendre les libertés individuelles et protester contre la monopolisation du pouvoir était prévue au Caire vendredi ..."
On le sait: deux cents manifestants !

Les journalistes déplacés au Caire ont une vision partisane de la situation politique en Egypte. De façon caricaturale, ils amalgament Frères Musulmans et Salafistes, or il est d'évidence que ceux-ci sont davantage concurrents qu'alliés. Les récents évènements à propos de la vidéo anti-islamique diffusée sur le Net en apportent la preuve. L'attitude du Monde à l'égard de Mohamed Morsi n'est pas à même de comprendre et de faire comprendre cette situation et, en ce sens, nous sommes souvent loin du journalisme et proche du militantisme.
Paradoxalement, c'est un organe beaucoup plus militant, Le Monde Diplomatique, qui publie une analyse pertinente de la situation et de ses potentielles évolutions. Il faut lire impérativement cet article qui dit en substance que "l'armée est beaucoup moins puissante que ce que l'on a pu écrire, que les Frères Musulmans sont une force importante, qu'ils sont partie prenante de la solution aux problèmes de l'Egypte et qu'on ne peut les exclure du débat politique, que le combat politique ne s'arrêtera ni demain, ni après-demain et que l'Egypte a besoin d'une force d'opposition qui fasse des propositions sur un autre terrain que le religieux".

L'essentiel est dit.