THERMOPYLES

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - terroristes

Fil des billets

vendredi 15 février 2013

Mais où est passée la gauche anti-guerre ?

"Please don't sink the country in a spiral of violence JUST BEFORE the Legislative Elections...Please let the people express their will even if it is distorted...Democracy is not an instant remedy, it needs time to mature...ENOUGH with the hysteria... Stop the violence because, in an armed conflict, the Jihadi Islamists (the likes of Zomor and his killer squads) will prevail...And then what? The Army AGAIN???!!!"

Tel est le texte qu'une amie égyptienne nous fait parvenir. Un texte qui, non satisfait d'exprimer une grande lassitude, fait part d'une grande peur: celle de l'anarchie.

En ce qui concerne la situation en Egypte, mais aussi en Tunisie, au Mali maintenant, demain en Syrie à n'en pas douter, tous les médias et toutes les organisations politiques, depuis la gauche (hors PC et FG) jusqu'à la droite instruisent le procès de l'islamisme.

En Egypte, les Frères Musulmans, régulièrement élus, se voient contester en permanence leur légitimité. Ils sont accusés d'avoir volé la révolution, d'incapacité à gérer l'économie du pays, de soumission à la fraction activiste des islamistes, de manipulation de la justice, d'élaboration bâclée et imposée de force d'une Constitution conservatrice, d'organisation du viol en tant qu'arme politique, etc, etc ... on en passe et des meilleurs.
Arrêtons nous un instant sur cette question du viol au sujet duquel Le Monde (par exemple, mais il n'est pas le seul, avec Claire Talon et maintenant Hélène Sallon) nous ressort régulièrement une explication en faveur d'une manipulation du pouvoir. Cette idée, elle est celle des "révolutionnaires" qui cherchent toutes les idées aptes à mobiliser leurs troupes, tout comme celle qui a fait long feu appelant à boycotter les activités civiles des Forces Armées. Or, c'est méconnaître totalement ce fléau qui, depuis des décennies, se développe dans la société égyptienne dès que l'impunité est assurée par la foule et la promiscuité: métro, tramway (dans les wagons mixtes), places publiques, manifestations, fêtes populaires comme Sham el Nessim (ce sera le 6 mai) et Place Tahrir ! D'ailleurs, "Le Monde" lui-même en administre la preuve dans un article de son "Académie" signé par Yitong Shen !

En Tunisie, la légitimité d'Ennahda, pourtant régulièrement appelé au pouvoir, est contestée parce que le Gouvernement est incapable d'assurer un décollage économique, parce qu'il est soumis aux fractions activistes des islamistes et parce qu'il traîne à rédiger et mettre en œuvre une nouvelle Constitution !
Dans ce pays, l'assassinat récent de l'opposant Chokri Belaïd soulève l'indignation à juste titre. Cela donne-t-il le droit à Manuel Valls de dénoncer ainsi, en distribuant les analyses et les sanctions qui vont avec, "un fascisme islamique qui monte un peu partout" et en affirmant qu'"il garde espoir dans le rendez-vous électoral pour que les forces démocrates et laïques, celles qui portent les valeurs de la révolution, demain, l'emportent".

En fait, tout est dit (re-dit) là-dedans.

  • Globalement, toute expression de l'Islam relève du fascisme.
  • La preuve en est que les islamistes (régulièrement élus et portés au pouvoir) ne sont pas légitimes et qu'ils ne portent pas les valeurs de la révolution.
  • Et que doit être préparés au plus vite le retrait de ces imposteurs et la réalisation d'un nouveau RV électoral.
  • Sur lequel il faudra bien veiller afin qu'il assure la victoire des forces démocrates et laïques qui doivent l'emporter. (Laïque, en Islam, ça veut pas dire grand-chose, sécularisé oui ...).


Au Mali, dont on a déjà beaucoup parlé, les choses sont encore plus simples. Il y a des "terroristes islamistes" qu'il convient impérativement de "détruire" ! Et s'appuyant sur l'"appel" d'un Président non légitime (cette fois-ci pour de bon !), la France, ses forces politiques, ses médias, son peuple à 75% ont choisi d'aller faire la guerre. Sans anticiper beaucoup de choses, au point que les Maliens poursuivent leurs divisions en refusant que les Casques Bleus prennent le relais des forces françaises, en agitant le spectre d'un affrontement entre Africains noirs et MNLA, en désignant le capitaine putschiste à la tête d'un comité de réforme de l'armée ! Et par qui, on vous le demande ? Par le Président intérimaire qui ne doit sa place qu'à la "bienveillance" du capitaine putschiste, le même Président intérimaire auquel la France a vaillamment répondu "Présent !".

La France est devenue un pays va-t-en-guerre, singulièrement sur sa gauche. La gauche française est qualifiée par certains de gauche anti - anti-guerre. Mais où sont passés les anti-guerre d'antan ? Où sont passés les opposants à l'ingérence dans les "affaires" des autres pays ?
Le seul droit d'ingérence que s'était attribué l'Occident et, avec lui, la gauche française, concernait l'humanitaire. Ce temps-là est bien loin, désormais la gauche française s'autorise le droit d'ingérence politique et militaire. Elle s'autorise la croisade anti-islamique avec l'appui de ses médias et de 75% de son peuple.
Des preuves ? Il fut un temps où le "Mouvement de la Paix" savait réagir avec promptitude et énergie aux atteintes aux droits des peuples, en faveur de la paix et de la négociation. Le "Mouvement de la Paix" a publié le 13 janvier 2013, soit 48 heures après le début de l'intervention au Mali, un communiqué condamnant "l'état de guerre". Depuis, plus rien, pas une pétition, pas un mot, pas de nouveau communiqué ...
Il y a également une pétition pour la paix, très peu remarquée, à coté d'autres pétitions soutenues par des partisans de la remise en ordre du Nord-Mali. Peut-on dire que son succès est très mitigé ?

Gageons que dans les semaines, les mois à venir, le retour de bâton sera douloureux et que l'incompréhension et l'hostilité ne feront que grandir entre les deux rives de la Méditerranée et entre l'Europe et le Sud-Sahel.
Car enfin, la situation qui prévaut dans tous ces pays n'est pas celle d'un affrontement simpliste entre le bien et le mal, entre le tout noir et le tout blanc, entre le révolutionnaire et le conservateur, entre l'islamiste et le laïque.
D'un coté, il n'y a pas les "islamistes", mais DES islamistes travaillés par des tensions énormes entretenues par certaines puissances, allant d'islamistes modérés favorables à la sécularisation et au développement libéral de la société jusqu'à des partisans acharnés de l'ordre et de la charia.
En face d'eux, il n'y a pas les "révolutionnaires", mais des forces travaillées, elles aussi, par de puissants courants allant jusqu'à l'anarchisme.
Et d'abord, quelle révolution ? Y a t-il eu, parmi les militants du "Printemps", des théoriciens d'un nouveau gouvernement arabe ? Non, et le mot "révolution" est repris aussi bien par le Mouvement du 6 avril que par les Frères Musulmans.

Affiche révolutionnaire d'Egypte (DR)

Car le "Printemps arabe" est avant tout une "révolution consumériste". Le mot n'est pas péjoratif. Il signifie que la révolution n'est pas "sociale" avant tout (revendication de la place des travailleurs dans la production, de la garantie de revenus, de l'accession à de nouveaux droits ou de la reconnaissance de droits maltraités, ...), mais "libérale".
Il s'agit de revendiquer un emploi pour les milliers de chômeurs formés par le système éducatif, un niveau de revenus pour accéder à la liberté de consommation telle qu'étalée par l'Occident, la liberté de circulation dans et hors le pays et la liberté d'expression. Evidemment que ces revendications peuvent déboucher sur des revendications plus sociales ! Evidemment qu'il s'agit là de droits fondamentaux ! Mais, malheureusement, personne n'a été capable de passer au-dessus des divisions, des combinaisons, des actions ponctuelles et partielles. Alors, la situation devient ingérable, en raison surtout de la montée en puissance des anarchistes, ces "Black Blocks" pour lesquels le pouvoir actuel doit disparaître et "peu importe par qui il sera remplacé". Le prochain pouvoir sait déjà qu'il est condamné avant même d'être désigné.
L'anarchisme a pris une telle importance dans le débat que des leaders comme Mohamed el Baradei ont cessé d'appeler à la cohésion nationale et au dialogue: personne ne les entend, car personne ne les écoute.

A propos de l'Egypte, comme à propos de la Tunisie, comme à propos du Mali, la question qui se pose aujourd'hui est celle-ci: qu'est-ce qui peut réveiller la gauche française et la sortir de son engourdissement guerrier et de ses analyses impérialistes ?

vendredi 11 janvier 2013

Guerre au Nord-Mali, une décision grave

Ainsi donc, depuis ce vendredi 11 janvier 2013, la France est engagée dans un nouveau conflit. Un conflit visant à chasser des islamistes terroristes d'un territoire longtemps considéré comme "chasse gardée" de la France. Il n'est pas possible de passer sous silence cette dimension du problème, puisque dans le même temps, la France se retire d'Afghanistan où elle se trouvait pour en chasser les islamistes terroristes ! Alors, pourquoi deux poids et deux mesures ?

Cette question n'est pas la seule à devoir être posée. Notamment "Pourquoi cette précipitation ?" La montée en température a été soigneusement orchestrée comme en chaque occasion depuis le début de ce conflit, et chaque clan a consciencieusement joué sa partition. Les uns paradant en laissant photographier des rangées de pick-up, les autres en dénonçant une marche en avant de milliers de rebelles se dirigeant vers Bamako.

Lorsque la semaine dernière Ansar Eddine a déclaré publiquement qu'il renonçait à la trêve et qu'il reprenait ses actions, il était clair que les prétendues négociations n'auraient jamais lieu, tout simplement parce que personne ne les souhaite. Ou parce que personne n'est à même de représenter de façon qualifiée qui que ce soit. Il n'y a pas d'Etat au Mali ! Et justement parce qu'il n'y a pas d'Etat, l'intervention de la France est immorale ! Et dangereuse !

Ne parlons pas de la vie des otages qui, d'ores et déjà, est compromise. Mais parlons de la démocratie qui disparaît pour longtemps des tribunes maliennes ! Parlons du risque phénoménal de division entre le nord et le sud, même et surtout après une campagne militaire ! Parlons du risque de débordements raciaux entre noirs et arabes, entre noirs et touaregs ! Parlons des séquelles que ne manquera pas de laisser derrière lui cet interventionnisme ! Et enfin, dernier mais pas le moindre, parlons du risque de catastrophe sanitaire et humanitaire lié au déplacement forcé de centaines de milliers de personnes, en Mali du Sud, en Mauritanie, au Niger, au Burkina Faso ...

Notre propos n'est pas de trouver la moindre excuse aux islamistes terroristes, puisque tel est désormais leur nom. Il est d'affirmer que la France est fautive de s'embarquer dans ce conflit alors qu'elle n'en a pas le mandat explicite de l'ONU, qu'elle a toujours affirmé haut et fort qu'elle n'interviendrait pas directement et qu'elle n'a fait strictement aucun geste, aucun effort en faveur de négociations.

Nous regrettons ici de nous retrouver sur cette position qu'avec le seul PC et Parti de Gauche. Nous regrettons qu'une fois encore les partis "classiques" ne sachent pas régler les graves problèmes de notre monde autrement qu'avec la force et l'armée. Nous regrettons ... nous sommes en colère !

Voici un extrait d'éditorial publié à Alger voici quelques jours, le 26 décembre exactement, par le quotidien L'expression:

"comment peut-on concevoir une intervention militaire étrangère au Mali sans avoir restauré l'Etat?
Sans avoir réunifié les Maliens? Les partisans de la solution militaire jurent que la force africaine sera déployée pour aider l'armée malienne. L'Occident jure qu'il n'enverra pas de troupes à terre mais se contentera d'une aide logistique. Dans quel Etat se trouve l'armée malienne pour accueillir la force africaine et la logistique occidentale? Alors que le bons sens et la démocratie commandent à remettre en place les institutions maliennes, rallier tous les Maliens, y compris ceux qui sont au Nord, pour combattre les mercenaires étrangers regroupés sous divers sigles d'organisations terroristes et qui veulent imposer leur loi à la population.
On ne combat pas des terroristes avec les moyens classiques d'une armée. Notre naïveté nous fait croire que couper les terroristes de la population civile qui aidera l'armée par le renseignement est une condition sine qua non dans le règlement de la crise qui secoue le Mali. Le Mnla et Ansar Eddine représentent précisément cette population civile du Nord. Avec leur concours, le sort des terroristes est scellé. Dans le cas contraire, les forces de la Cédéao vont vers une défaite certaine contre un ennemi invisible et très mobile dans l'immensité du désert. Que se passera-t-il alors? Et c'est là que les va-t-en guerre veulent arriver. C'est sur une telle situation qu'ils appuieront la nécessité d'une intervention militaire directe des troupes occidentales. Pour parvenir à la «sahélisation» programmée. C'est-à-dire délocaliser le terrorisme international de l'Afghanistan au Sahel."


Le reste du billet faisait référence à la Syrie et nous l'avons retiré de la citation.

Mais cet extrait nous ramène à des interrogations déjà émises: "pour quelles raisons ?", "Pourquoi cet acharnement à vouloir intervenir et à tordre les évènements pour mieux le faire ?"

Pas de photo pour illustrer cet article: la guerre ne le mérite pas.